Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
sacerdoce

"L'art est un sacerdoce. La médecine aussi, le journalisme, le notariat - et généralement toutes les professions."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le Marquis de Sade

"Quand j'étais passé sous le bandeau, on m'avait interrogé sur mon amour pour Sade. Non pas parce que c'était le libertinage [...] de Sade ou la partouze, et ainsi de suite, mais c'est parce qu'y'avait l'idée du mal [...] et que sa propre liberté n'est pas arrêtée par celle des autres, elle pouvait empiéter sur celle des autres. [...]. Et donc quelqu'un qui serait traversé de façon automatique ou par conviction par des pulsions mauvaises ne peut pas être initiable."

Emmanuel Pierrat (1)

in Mes questions sur... La franc-maçonnerie, de Serge Moati et Alice Cohen (France, 2014).

NOTE JMS :

(1) Emmanuel Pierrat est né en 1968. Il est avocat, éditeur, romancier, traducteur, essayiste et franc-maçon. Il est également président du prix Sade, prix littéraire français créé en 2001 par Lionel Aracil et Frédéric Beigbeder en hommage au Marquis (ont notamment participé à ce jury Catherine Breillat, Catherine Millet et Catherine Robbe-Grillet). 

__________________________________________________

Testament de D.A.F. Sade, avant-dernier paragraphe :

"Cinquièmement, enfin : Je défends absolument que mon corps soit ouvert sous quelque prétexte que ce puisse être ; je demande avec la plus vive instance qu'il soit gardé quarante-huit heures dans la chambre ou je décéderai, placé dans une bierre de bois qui ne sera clouée qu'au bout des quarante-huit heures prescrites ci-dessus, à l'expiration desquelles la dite bierre sera clouée. Pendant cette intervalle il sera envoyé un exprès au sieur Le Normand, marchand de bois, boulevard de l'Egalité, numéro cent un, à Versailles, pour le prier de venir lui-même, suivi d'une charette, chercher mon corps pour être transporté sous son escorte et dans ladite charette au bois de ma terre de la Malmaison, commune d'Emancé, près Epernon, où je veux qu'il soit placé, sans aucune espèce de cérémonie, dans le premier taillis fourré qui se trouve à droite dans ledit bois en y entrant du côté de l'ancien château par la grande allée qui le partage. La fosse pratiquée dans ce taillis sera ouverte par le fermier de la Malmaison sous l'inspection de Monsieur Le Normand qui ne quittera mon corps qu'après l'avoir placé dans ladite fosse ; il pourra se faire accompagner dans cette cérémonie, s'il le veut, par ceux de mes parents ou amis qui, sans aucune espèce d'appareil, auront bien voulu me donner cette dernière marque d'attachement. La fosse, une fois recouverte, il sera semé dessus des glands, afin que par la suite le terrain de ladite fosse se trouvant regarni, et le taillis se retrouvant fourré comme il l'était auparavant, les traces de ma tombe disparaissent de la surface de la terre comme je me flatte que ma mémoire s'effacera de l'esprit des hommes, excepté néanmoins du petit nombre de ceux qui ont voulu m'aimer jusqu'au dernier moment et dont j'emporte un bien doux souvenir au tombeau."

SOURCE :

D.A.F. de Sade : Ceci est mon testament, Ed. Calligrammes, Quimper, 1987

JMS : REMARQUES :

A. Dans son texte de présentation de l'ouvrage précité, Jean-Pierre Guillon nous apprend qu'il ne fut tenu aucunement compte des dernières volontés du marquis et qu'il eut droit à une cérémonie bien religieuse organisée par ceux qu'il appelait lui-même la "racaille tonsurée".

B. Rappel chronologique :

- 2 décembre 1814, vers dix heures du soir, décès de D.A.F. de Sade ;

- 14 décembre, à une heure de l'après-midi, soit douze jours après sa disparition, depôt au Tribunal civil de première instance par Maître Finot, notaire du marquis, du testament. Celui-ci y fut décacheté, lu et décrit par le menu.

- 2 janvier 1815, inventaire après décès, en présence de son fils, à Charenton.

__________________________________________________

"Dans le champ du langage, la dénotation n'est atteinte réellement que par le langage sexuel de Sade (1) ; ailleurs, ce n'est qu'un artefact linguistique [...].

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, p. 67.

(1) Cf. Roland Barthes : Sade, Fourier, Loyola, Points/Seuil, col. "essais", 1980, p. 137.

Françoise Sagan

"Françoise Sagan téléphone à Jean Anouilh :

- Cher ami, je suis en panne pour ma prochaine pièce ! Vous n'auriez pas une idée à me refiler ?

- Mais certainement ! Ecoutez bien. C'est un homme qui aime une femme et alors...

- Oh ! interrompt Françoise Sagan, ça c'est formidable ! Merci mille fois..."

in Hervé Nègre : Dictionnaire des histoires drôles, vol. II, J à Z, Librairie Arthème Fayard, 1973 ; rééd. : Le Livre de Poche, 1974, p. 397, histoire n° 2254.

Sahara

A propos du documentaire de Larbi Benchiha  : Vent de sable (France, 2008, 52 mn), Sophie Bourdais écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Entre février 1960 et avril 1961, la France fait exploser quatre bombes atomiques au Sahara. Et ne se soucie ni des soldats, équipés d'un simple masque à gaz et d'une combinaison de toile alors que les compteurs Geiger se déchaînent, ni des populations locales, invitées à se cloîtrer le temps de l'explosion. "Jamais le mot danger n'a été prononcé", dit un ancien appelé. On distribue des dosimètres aux autochtones pour évaluer le degré de contamination, mais, regrette l'un d'eux, "on ne nous a jamais communiqué les résultats. [...]."

"Au-delà de ces souvenirs, et du sinistre inventaire des malformations et des maladies suscitées par les radiations, le réalisateur [...] rend compte de l'euphorie brouillonne qui présida aux essais, décrit les gros chantiers initiés par lles militaires, rappelle le creusement d'une onéreuse ville souterraine pour abriter les scientifiques, et souligne l'absence de tout questionnement sérieux, jusqu'à nos jours, sur les conséquences sanitaires et écologiques des essais nucléaires. [...] depuis [ce documentaire], une loi d'indemnisation des victimes a été votée. [...]."

__________________________________________________

A propos du documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd : Territoire perdu (France/Belgique, 2010, 75 mn), François Ekchajzer écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Le documentariste belge Pierre-Yves Vandeweerd connaît l'Ouest saharien, pour y avoir tourné la plupart de ses films. De l'étroitesse des liens qu'il a tissé au fil du temps avec les habitants de la région est né le projet de ce nouveau documentaire, consacré à la situation du peuple sahraoui, objet d'une oppression quarantenaire qui s'est soldée par un exil massif jusque dans le désert algérien, où subsistent aujourd'hui des camps de réfugiés. Un mur de 2400 kilomètres, érigé par l'armée du Maroc à la fin des années 1980 et soigneusement gardé, divise leur territoire du nord au sud, fermant l'accès de la majeure partie du Sahara occidental au Front Polisario (1) et au passé des Sahraouis."

"[...]. Tourné en super-8,  [en] noir et blanc, [ce documentaire] associe aux témoignages d'hommes et de femmes éprouvés par les bombardements passées, les violences endurées, la disparition de proches et leur profond isolement, des paysages, des visages et des corps drapés dans une bande sonore finement travaillée. [...]."

NOTE :

(1) Polisario ou Front Polisario (Front pour la libération de la Saguia El-Hamra et du Rio de Horo) : mouvement armé, constitué en 1973, pour la création d'un Etat sahraoui indépendant dans l'ancien Sahara espagnol (Sahara occidental), aujourd'hui administré par le Maroc.

SOURCE : Le petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013.

__________________________________________________

A propos du documentaire de Roberto Coen et Eric Nadler  : Guerre de l'ombre au Sahara (France, 2013, 50 mn), Hélène Marzolf écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Depuis la conférence de Berlin, de 1885, rien n'a vraiment changé. Les grandes puissances ont perdu leurs colonies, mais elles continuent à se disputer les meilleurs morceaux du continent africain. En revenant sur les conflits des dernières années, notamment sur les interventions françaises et américaines en Lybie ou au Mali, le documentaire en explore les ramifications souterraines. Car depuis le 11 septembre, la lutte contre le terrorisme d'Aqmi ou d'Ansar Dine est devenue le paravent d'appétits économiques, concentrés en particulier sur les ressources du Sahara et du Sahel."

"Spécialistes (historiens, responsables du département de la Défense américain, journalistes...) se relaient pour analyser les dessous de cette implantation militaire extrêmement stratégique, disséquant, en particulier, la manière dont la force Africom (le commandement militaire américain pour l'Afrique) s'impose désormais comme un instrument d'appropriation des ressources. Le film évoque aussi les liens entre l'opération Serval au Mali et les intérêts français au Niger, où Areva exploite les mines d'uranium d'Arlit, [ainsi que] les convoitises des grandes puissances pour les réserves de pétrole de Taoudeni, qui s'étend de la Mauritanie à l'Algérie... [...]."

__________________________________________________

A propos du documentaire de Christian Gropper (Allemagne, 2015, 60 mn) : La Dernière Colonie. Le peuple oublié du Sahara occidental, Hélène Marzolf écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"C'est le dernier conflit colonial en cours sur le sol africain. Et accessoirement, un sujet relégué, depuis fort longtemps, à l'arrière-plan de l'actualité. Annexé par le Maroc en 1975, le Sahara occidental a fait l'objet d'une guerre civile de seize ans, avant que ne soit décrété, en 1991, un cessez-le-feu, agrémenté de la promesse d'un référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui. Depuis, plus rien. Aujourd'hui, la zone est enlisé dans un statu quo absurde : les Sahraouis vivent comme des exilés permanents, cent mille d'entre eux s'entassent dans des camps de réfugiés dans le désert, survivent grâce au Programme alimentaire mondial."

"Du camp algérien de Smara aux zones détenues par le Front Polisario, ce film [...] s'attache au quotidien de quelques-uns de ces hommes et femmes [...] sans terre, sans avenir, régulièrement en butte aux violences de l'Etat marocain, totalement oubliés du reste du monde. Et dénonce les responsabilité de la communauté internationale - notamment l'Union européenne qui, pour préserver ses intérêts économiques dans la région, exploite cet enlisement."

Saintes Ecritures

"On ne peut pas servir deux maîtres : donc la raison ou l'Ecriture."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 85).

salaire

"[...]. [Des femmes] pilotent de grandes entreprises, comme General Motors. Pourtant, en France, elles ne touchent encore, en moyenne, que 77 % du salaire des hommes."

article "Les femmes obtiennent le droit de vote" in National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde. Hors-série de septembre-octobre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 67.

 

Salon des indépendants

"Le Salon, vu du dehors, me plaît, avec ses tentes qui lui donnent un air de cirque monté par quelque Barnum ; mais quelles sales gueules d'artistes vont le remplir : y'en aura, y'en aura [...]."

Arthur Cravan : revue Maintenant n° 4, mars-avril 1914.

Rééd. : Maintenant avril 1912 - mars avril 1915, Seuil, col. "l'école des lettres", 1995, p. 81.

Jean-Paul Sartre

"Savez-vous pourquoi L'Etre et le Néant eut tant de succès sous l'Occupation ? C'est que les métaux étaient rares, que les poids manquaient dans les épiceries, et que le livre de Sartre, assez épais, pesait juste cinq cents grammes."

Raymond Aron (1) à André Billy (2)

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 57.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Aron et https://www.franceculture.fr/personne-raymond-aron.html

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Billy et https://data.bnf.fr/fr/11892068/andre_billy

__________________________________________________

"Les révolutionnaires du type de Jean-Paul Sartre n'ont jamais troublé le sommeil d'aucun banquier du monde."

Raymond Aron

François Xavier Testu : idem ci-dessus, p.57.

 

Eric Satie

"Erik Satie (1) a inventé la musique d'ameublement ; façon de s'introduire dans le monde : locations pour soirées."

Francis Picabia, à propos d'Eric Satie, qu'il surnommait "Satierik".

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_Satie, https://www.musicologie.org/Biographies/satie.html, http://www.erik-satie.com et https://www.francemusique.fr/personne/erik-satie

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 762.

 

saucisse

"Tout est saucisse en Allemagne [...]. La phrase allemande est une saucisse, les livres de philosophie et de sciences, avec leurs notes et leurs références, saucisses. Goethe, saucisse."

Paul Claudel : Journal, 1912.

SOURCE : Guy Bechtel & Jean-Claude Carrière : Dictionnaire de la bêtise, suivi du Livre des Bizarres, nouvelle éd., Robert Laffont, col. Bouquins, 2014, p. 26.

saudade

Dans un article consacré à une biographie de Fernando Pessoa (1), Michèle Gazier écrit :

"[...] rien [...] n'apaisera son infinie saudade (2) portugaise, sa tristesse : "Je suis les faubourgs d'une ville qui n'existe pas, le commentaire prolixe d'un livre que nul n'a jamais écrit. Je ne suis personne (3), personne..." 

MIchèle Gazier : C'était quelqu'un in Télérama n° 2444 du 13 novembre 1996, p. 64.

NOTES JMS :

(1) Etrange étranger, une biographie de Fernando Pessoa, par Robert Bréchon*, éd. Christian Bourgois, 1996, 620 p.

     * Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Bréchon et https://www.franceculture.fr/personne/robert-brechon

(2) Cf. not. : http://teiaportuguesa.tripod.com/terraeportucalensis/lasaudade.htm

(3) Le mot personne en français est la traduction du mot portugais pessoa.

 

savant

"Les blaguer. Pour être savant, il ne faut que de la mémoire et du travail."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

savoir

"Le savoir lui-même est pouvoir."

Francis Bacon (1) : "De haeresibus", Meditationes Sacrae (1597).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : http://sos.philosophie.free.fr/bacon.php  et http://www.cosmovisions.com/Bacon.htm

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 43.

__________________________________________________

"Le pouvoir produit du savoir ; pouvoir et savoir s'impliquent directement l'un l'autre."

Michel Foucault : Surveiller et punir. Naissance de la prison (1975) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Surveiller_et_punir

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 164.

__________________________________________________

Georges Clemenceau (1) disait, à propos de Raymond Poincaré (2) :

"Il sait tout mais il ne comprend rien".

Et à propos d'Aristide Briand (3) :

"Il ne sait rien mais il comprend tout."

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Clemenceau , http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/georges-clemenceau et http://evene.lefigaro.fr/citations/georges-clemenceau

(2) Cf. not. : https://www.elysee.fr/raymond-poincare et https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Poincaré

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aristide_Briand et http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/aristide-briand

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 171.

__________________________________________________

"[...] de façon générale, les gens utilisent peu ce qu'ils savent. C'est un de mes points de désaccord (amicaux) avec Bourdieu (1). Lui pense que la mise au jour des mécanismes cachés rend possible une libération et un changement des comportements. Moi, je trouve que, quand les gens savent, ils ne changent pas beaucoup d'attitude, la plupart du temps, ils continuent... en sachant. [...]."

Jacques Bouveresse (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bourdieu et https://www.franceculture.fr/personne/pierre-bourdieu

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Bouveresse, https://www.college-de-france.fr/site/jacques-bouveresse/index.htm et https://www.franceculture.fr/personne-jacques-bouveresse.html

SOURCE :

Catherine Portevin : Jacques Bouveresse : le philosophe des petits pas in Télérama n° 2560 du 3 février 1999, p. 40. 

 

 

scandale

SCANDALE n. m. est un emprunt (XIIe s.) au bas latin scandalum "pierre d'achoppement" et "ce qui fait tomber dans le mal" ; le latin, pour traduire l'hébreu miksol "obstacle, ce qui fait trébucher", a repris le grec skandalon "piège" (skandalê désigne le trébuchet d'un piège où se trouve placé l'appât), pris au figuré sous l'inflence d'emplois bibliques pour "occasion de scandale, de péché [...]."

"[...]. Le mot désigne aussi (1541) l'indignation, l'émotion que provoquent des actes, des propos de mauvais exemple. Pierre de scandale s'est employé dans ce sens laïc et se disait (déb. XVIIe s.)  de tout ce qui fait obstacle à la réussite d'une affaire. Furetière (1) rappelle que la pierre de scandale était dans l'Antiquité romaine une pierre élevée devant le Capitole (2), "sur laquelle on faisoit heurter par trois fois à cu nud" les banqueroutiers. [...]."

SOURCE : Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d'Alain Rey), Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1992.

NOTE JMS :

(1) Antoine Furetière (Paris 1619 - id. 1688) : écrivain français dont l'Essai d'un dictionnaire universel (1684) le fit exclure de l'Académie française.  

(2) Le Capitole ou mont Capitolin est l'une des sept collines de Rome où, dans l'Antiquité, s'élevait le temple consacré à Jupiter Capitolin (a), protecteur de la cité, entouré de Junon (b) et de Minerve (c) : c'est la triade capitoline qui le désigne comme le centre du religieux et du pouvoir de la ville.

(a) Père et maître des dieux, assimilé au Zeus des Grecs. Il était le dieu du ciel, de la lumière, de la foudre et du tonnerre, dispensateur des biens terrestres, protecteur de la cité et de l'Etat romain.

(b) Divinité italique puis romaine, épouse de Jupiter, déesse de la féminité et du mariage. Elle était assimilée à l'Héra grecque.

(c) déesse italique de la sagesse et de l'intelligence, protectrice de Rome et patronne des artisans. Elle correspond à l'Athéna grecque. 

SOURCE :

D'après Le Petit Larousse illustré 2014, Dictionnaires Larousse, 2013.

__________________________________________________

"Benetton, adepte de la photo scandale, lance une nouvelle campagne en 2011. La polémique pousse la marque à retirer la photo du pape Benoît XVI embrassant l'imam du Caire. En revanche le cliché du baiser franco-allemand (1) est maintenu."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 63.

NOTE JMS :

(1) Angela Merkel - Nicolas Sarkozy.

scénariste

"Un scénariste doit chaque jour tuer son père, violer sa mère et trahir sa patrie."

Luis Bunuel

SOURCE :

Cité dans l'encadré Télérama d'Anne Dessuant à propos du documentaire Dans l'oeil de Bunuel, de François Lévy-Kuentz (France, 2013, 55 mn).

__________________________________________________

"Si on a du génie, on ne fait pas de cinéma, on écrit un grand livre. Le scénariste est un romancier raté."

Michel Audiard

SOURCE :

Article d'Arnaud Folch : "L'infréquentable. Une jeunesse française" in Valeurs actuelles hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 23.

Jules Schmalzigaug

"[...] Schmalzigaug (1) donne à penser que le futurisme (je ne sais pas si sa toile est précisément futuriste) aura le même défaut que l'école impressionniste : la sensibilité unique de l'oeil. On dirait que c'est une mouche, et une mouche frivole qui voit la nature et non pas une mouche qui s'énivre de la merde, car ce qui est odeur ou son est toujours absent avec tout ce qui semble impossible à mettre en peinture et qui est justement tout."

Arthur Cravan : revue Maintenant n° 4, mars-avril 1914 (à propos du Salon des Indépendants).

Rééd. : Maintenant avril 1912 - mars-avril 1915, Seuil, col. "l'école des lettres", 1995, pp. 87/88.

NOTE JMS :

(1) Jules Schmalzigaug [1882-1917 (suicide)] est un peintre belge d'origine juive qui a été influencé par le futurisme italien.

Arthur Schopenhauer

"[...] on pourra sans doute me dépasser dans le sens de la largeur, pas de la profondeur."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 134).

science

"Un peu de science écarte de la religion, et beaucoup y ramène."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"De même que, dans l'ancien théâtre de marionnettes allemand, l'empereur ou tout autre héros se voyait toujours adjoindre le Hanswurst (1) qui répétait après lui à sa façon et en exagérant tout ce qu'avait dit ou fait le héros, de même il y a derrière le grand Kant le fondateur de la Doctrine de la science (Wissenschaftslehre), plus exactement du Vide de la science (Wissenschaftsleere) (2). [...]."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 52).

NOTE JMS :

(1) Hanswurst : polichinelle ; pantin ; bouffon ; pitre ; paillasse. De Hans, Jean, désignant le sot, le niais, et Wurst, la saucisse, le saucisson (mot qui entre également dans la composition de l'expression allemande : das ist mir Wurst, ça m'est égal, je m'en fiche). Le Hanswurst dont il est ici question selon Schopenhauer est le philosophe allemand Johann Gottlieb Fichte.

(2) Jeu de mots jouant sur l'homophonie non homographe entre Lehre : la doctrine, et Leere, le vide (et aussi au figuré la vanité, le vide, l'inanité).

SOURCE : Dictionnaire moderne français-allemand / allemand-français, par Pierre Grappin, Librairie Larousse, 1963. 

sciences

"Les histoires des hommes de sciences sont des histoires fabuleuses. Ce sont eux sur le long terme qui changent vraiment notre conception du monde."

Jean-Pierre Luminet (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Luminet et https://www.franceculture.fr/personne-jean-pierre-luminet.html

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 194.

__________________________________________________

"Il sera ici question de sciences, ce qui n'exclut pas la poésie."

Hubert Reeves (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hubert_Reeves, https://www.hubertreeves.info et https://www.franceculture.fr/personne-hubert-reeves.html

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 238.

sculpture

"Ne cesse pas de sculpter ta propre statue."

Plotin (1) : "Sur le beau", Première Ennéade

NOTE JMS :

(1) Cf. not. :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Plotin et http://sos.philosophie.free.fr/plotin.php 

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 101.

SCUM

"Si toutes les femmes laissaient tomber les hommes, tout simplement, le gouvernement et l'économie nationale s'effondreraient. Même sans les laisser tomber, les femmes, une fois conscientes de l'étendue de leur supériorité et de leur pouvoir sur les hommes, pourraient devenir maîtresses de tout en quelques semaines et parvenir à l'assujettissement total des hommes. Dans une société saine, l'homme trottinerait docilement derrière la femme. L'homme est un être obéissant, il se plie facilement au joug de toute femme qui veut bien essayer de le dominer. Les hommes, en fait, désirent désespérément se soumettre aux femmes, être sous la conduite de leur Mamma et s'abandonner à ses soins. Mais cette société n'est pas saine et la plupart des femmes n'ont pas la plus faible idée de ce qu'est le véritable rapport des forces."

"Le conflit ne se situe donc pas entre les hommes et les femmes, mais entre les Scum (1) - les femmes dominatrices, à l'aise, sûres d'elles, méchantes, violentes, égoïstes, indépendantes, fières, aventureuses, sans gêne, arrogantes, qui se considèrent aptes à gouverner l'univers, qui ont bourlingué jusqu'aux limites de cette société et sont prêtes à se déchaîner bien au-delà, et les Filles à son Papa, gentilles, passives, consentantes, "cultivées", subjuguées, dépendantes, apeurées, ternes, angoissées, avides d'approbation, déconcertées par l'inconnu, qui préfèrent croupir dans le purin (là au moins le paysage est familier), s'accrocher aux singes, sentir Papa derrière et se reposer sur ses gros biceps, qui ont besoin de voir une grosse face poilue à la Maison Blanche, trop lâches pour regarder en face l'hideuse réalité de l'homme, de Papa, qui ont établi leurs quartiers une fois pour toute dans l'auge à cochons, se sont adaptées à l'animalité qu'on attend d'elles, y trouvent un confort superficiel et ne connaissent pas d'autre mode de vie, ont rabaissé leur esprit, leurs pensées et leurs perception au niveau du mâle ; qui, dépourvue de jugement, d'imagination et d'humour, ne peuvent gagner la considération que dans une société masculine, qui ne peuvent se faire une place au soleil, ou plutôt dans le fumier, que comme pondeuses et repos du guerrier, compresse d'ego et tétines roboratives ; qui négligées par les autres femmes, projettent leurs tares, leur masculinité, sur toutes les femmes et considèrent les femmes comme des vers de terre."

Valérie Solanas : SCUM manifesto association pour tailler les hommes en pièces, Ed. Mille et une nuits, col. "Les Petits Libres", mai 1998, pp. 49/50.

NOTE JMS :

(1) SCUM est l'acronyme de Society for Cutting Up Men. Cut up signifie "découpage", "dépècement" et le mot scum signifie, quant à lui, "écume", "mousse", "scories", "crasse", "rebut", "excrément".

SDF

"Pour l'immense majorité des SDF qui dorment dans la rue, c'est leur choix."

Sylvain Maillard, député macronien de la 1ère circonscription de Paris (déclaration sur RFI, le 5 février 2018).

SOURCE : Le Canard enchaîné n° 5076 du mercredi 7 février 2018, p. 1 ; encadré intitulé "Le mur du çon".

__________________________________________________

"Ce gouvernement a tout faux, d'accord (1). Vous, les fonctionnaires, êtes descendus dans la rue. Les autres suivront, quoi qu'il en soit. Mais les exclus, les SDF ? Ils devraient bénéficier de la priorité des priorités. Avez-vous pensé à eux un instant ? Evidemment, ils ne descendront pas dans la rue, puisqu'ils y sont."

Marie-Christine Faure, d'Echirolles in : Télérama n° 2389 du 25 octobre 1995, rubrique Ca va mieux en le disant, p. 7.

NOTE JMS :

(1) Il s'agit du gouvernement Alain Juppé (du 17 mai au 7 novembre 1995) sous la présidence de Jacques Chirac. Il est le 25e gouvernement de la Ve République.

 

se branler

"[...]. Alors que le mur de Berlin tombe et que les atrocités du régime Ceausescu sont découvertes, Georges Marchais le clame : "Ca ne me branle pas dans mes convictions communistes, socialistes." (1)"

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 8.

NOTE JMS :

(1) "On ne va quand même pas se pignoler (a) sur de petits événements", ajoute l'auteur.

SOUS-NOTE JMS :

(a) Le Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d'Alain Rey, Le Robert, nouvelle édition 2012) nous apprend que le nom argotique PIGNOLE, pour nommer la masturbation masculine, est apparu à l'écrit dans les années 1940.

Cf. aussi : https://fr.wiktionary.org/wiki/pignoler

secret

"Madame de Sanois, comme la plupart des femmes, considérait que garder un secret consiste à ne le répéter qu'à une seule personne à la fois."

Michel Audiard : Les Trois Mousquetaires (André Hunebelle, 1953) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Hunebelle

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 9.

secte

"Toute secte, en quelque genre qu'elle puisse être, est le ralliement du doute et de l'erreur. [...]."

"Quand la vérité est évidente, il est impossile qu'il s'élève des partis et des factions. Jamais on a disputé s'il fait jour à midi."

"[...]."

"Vous êtes mahométan, donc il y a des gens qui ne le sont pas, donc vous pourriez bien avoir tort."

"[...]"

"Ma secte est la meilleure", me dit un brame. Mais, mon ami, si ta secte est bonne, elle est nécessaire ; car si elle n'était pas absolument nécessaire, tu m'avoueras qu'elle serait inutile. Si elle est absolument nécessaire, elle l'est à tous les hommes. Comment donc se peut-il faire que tous les hommes n'aient pas ce qui leur est absolument nécessaire ? Comment se peut-il que le reste de la terre se moque de toi et de ton Brama ?"

"Lorsque Zoroastre, Hermès, Orphée, Minos et tous les grands hommes disent : "Adorons Dieu et soyons justes", personne ne rit. Mais toute la terre siffle celui qui prétend qu'on ne peut plaire à Dieu qu'en tenant à sa mort une queue de vache, et celui qui veut qu'on se fasse couper un bout de prépuce, et celui qui consacre des crocodiles et des oignons, et celui qui attache le salut éternel à des os de morts qu'on porte sous sa chemise, ou à une indulgence plénière qu'on achète à Rome pour deux sous et demi."

"D'où vient se concours universel de risée et de sifflets d'un bout à l'autre de l'univers ? Il faut bien que les choses dont tout le monde se moque ne soient pas d'une vérité bien évidente. Que dirions-nous d'un secrétaire de Séjan, qui dédia à Pétrone un livre d'un style ampoulé, intitulé La Vérité des oracles sybillins prouvée par les faits ?"

"[...]. Qui pourra nier l'accomplissement de leurs prophéties ? Virgile lui-même n'a-t-il pas cité les prédictions des sybilles ? [...]. Il faut que l'impiété se taise devant ces preuves. Ainsi parlait Houttevillus à Séjan (1). Il espérait avoir une place d'augure qui lui vaudrait cinquante mille livres de rente, et il n'eut rien."

"Ce que ma secte enseigne est obscur, je l'avoue, dit un fanatique, et c'est en vertu de cette obscurité qu'il faut la croire : car elle dit elle-même qu'elle est pleine d'oscurités. Ma secte est extravagante, donc elle est divine ; car comment ce qui paraît si fou aurait-il été embrassé par tant de peuples, s'il n'y avait pas du divin ? [...]."

Voltaire : Dictionnaire philosophique (GF Flammarion, 2010) au mot secte, pp. 486/489.

NOTE GERHARDT STENGER :

(1) Allusion à l'ouvrage de l'abbé Houtteville, La Religion chrétienne prouvée par les faits (1722, 2e éd. 1740), dont le style guindé fut même critiqué par des journalistes catholiques. Ill fut secrétaire du cardinal Dubois, que Voltaire assimile à Séjan, l'homme le plus puissant sous Tibère. [...]." (op. cit., p. 589).

sécuritarisme

"Idéologie sécuritaire, obsession sécuritaire."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 17.

sein

Pourquoi les femmes ont-elles deux seins (1) ?

"Ah ! La symétrie bilatérale, quelle belle invention du monde vivant ! Nos membres et la plupart de nos organes sont doubles et semblables deux à deux, de part et d'autre d'un plan de symétrie qui passe entre nos deux yeux, nos narines et nos fesses. Les étoiles de mer et les oursins ont adopté une autre symétrie : cinq parties identiques autour d'un axe central. Mais les oursins n'ont ni fesses ni seins. Pour les femmes, le fait d'avoir deux seins plutôt qu'un seul augmente les chances de survie du bébé en cas de panne ou de perte accidentelle d'une de ces protubérances mammaires. Mais pourquoi deux et et pas quatre ou huit ? Chez les humains, l'écrasante majorité des naissances multiples concerne des jumeaux. D'autres femelles mammifères, qui ont des portées plus nombreuses, ont plus de mamelles (les chattes en ont huit). Si la quasi-totalité des femmes ont deux seins, un tout petit nombre d'entre elles en ont... trois : une curieuse anomalie."

Questions clés sciences, hors-série n° 1, ESI éditions, 2018, p. 75. Auteurs : Hubert Kerjean, Eric Mathivet et agence éditoriale Mativox.

NOTE :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sein , https://fr.wikipedia.org/wiki/Tissu_mammaire_surnuméraire ,

http://beautifulabc.com/fr/les-malformations-congénitales-du-sein , etc.   

sémantique

La "sémantique (1) est un des terrains de l'affrontement intellectuel et politique" et "les mots ont une importance capitale".

Jean-Marie Le Pen

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sémantique

SOURCE :

"Comment Le Pen a réussi son oral de matraquage" : article de Véronique Brocard in Télérama n° 2439 du 9 octobre 1996, p. 9.

Sénat

"Le Sénat est une assemblée d'hommes à idées fixes, heureusement corrigée par une abondante mortalité."

Edouard Herriot (1)

NOTE :

(1) Cf. not. : http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/edouard-herriot

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/edouard-herriot

 

 

Sénèque le Philosophe

"Ecrivait sur un pupitre d'or (1)."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

NOTE JMS :

(1) Ch. Ferrand, dans son Dictionnaire des curieux. Complément pittoresque et original des différents dictionnaires (imprimerie Dodiver et Cie, Besançon, 1880), écrivait, à propos du pupitre de Sénèque le Philosophe (fils de Sénèque le Rhéteur) :

"[...]. Parmi les divers opuscules philosophiques de Sénèque, se trouvent des pages éloquentes sur la pauvreté. L'auteur écrivit ces pages sur un pupitre d'or massif, avec un style d'or."

"C'est par allusion à ce détail qu'on dit : Vous en parlez comme Sénèque de la pauvreté, à une personne qui raisonne froidement sur des douleurs qu'elle n'a jamais éprouvées, et, par extension, d'une personne qui parle doctement de ce qu'elle ignore."

__________________________________________________

"La véritable liberté consiste à ne craindre ni les hommes ni les dieux."

Citation de Sénèque placée par Sade en épigraphe à son dernier ouvrage : Les journées de Florbell ou la Nature dévoilée, et dont les manuscrits furent brûlés à la préfecture de Police de Paris, quelques jours après sa mort.

sens commun

"[...] ce mot [...] chez nous [...] signifie [...] bon sens , raison grossière, raison commencée, première notion des choses ordinaires, état mitoyen entre la stupidité et l'esprit (1). Cet homme n'a pas le sens commun, est une injure. Cet homme a le sens commun, est une injure aussi : cela veut dire qu'il n'est pas tout à fait stupide, et qu'il manque de ce qu'on appelle esprit. [...]."

"On dit quelquefois : "Le sens commun est fort rare." Que signifie cette phrase ? que dans plusieurs hommes la raison commencée est arrêtée dans ses progrès par quelques préjugés ; que tel homme, qui juge très sainement dans une affaire, se trompera toujours grossièrement dans une autre. Cet Arabe, qui sera d'ailleurs un bon calculateur, un savant chimiste, un astronome exact, croira cependant que Mahomet a mis la moitié de la lune dans sa manche (2)."

"[...] Comment cet étrange renversement d'esprit peut-il s'opérer ? Comment les idées, qui marchent d'un pas si régulier et si ferme dans la cervelle sur un grand nombre d'objets, peuvent-elles clocher si misérablement sur un autre mille fois plus palpable et plus aisé à comprendre ? [...] il faut donc qu'il y ait un organe vicié [...]."

"Comment l'organe de cet Arabe qui voit la moitié de la lune dans la manche de Mahomet est-il vicié ? C'est par peur. On lui a dit que s'il ne croyait pas à cette manche, son âme, immédiatement après sa mort, en passant sur le pont aigu tomberait pour jamais dans l'abîme. On lui a dit bien pis : "Si jamais vous doutez de cette manche, un derviche vous traitera d'impie ; un autre vous prouvera que vous êtes un insensé qui [...] n'avez pas voulu soumettre votre raison à l'évidence ; un troisième vous déférera au petit Divan (3) d'une petite province, et vous serez légalement empalé.""

"Tout cela donne une terreur panique au bon Arabe, à sa femme, à sa soeur, à toute la petite famille. Ils ont du bon sens sur tout le reste, mais sur cet article leur imagination est blessée, comme celle de Pascal, qui voyait continuellement un précipice auprès de son fauteuil (4). Mais notre Arabe croit-il en effet à la manche de Mahomet ? Non. Il fait des efforts pour croire, il dit : "Cela est impossible, mais cela est vrai ; je crois ce que je ne crois pas." Il se forme dans sa tête, sur cette manche, un chaos d'idées qu'il craint de débrouiller ; et c'est véritablement n'avoir pas le sens commun."

Voltaire : Dictionnaire philosophique (GF Flammarion, 2010) au mot sens commun, pp. 490/491.

NOTE JMS :

(1) Dans une note relative à ce mot, Gerhardt Stenger écrit, dans l'édition précitée :

"Le mot sensus désigne, en latin, la sensibilité tant physique que morale et intellectuelle, sensus communis, le bon sens, le tact." (p. 589).

Le Dictionnaire latin-français, d'A. Gariel (Hatier, 1960), quant à lui, nous dit ceci :

"sensus, us, m.  1° Action ou faculté de sentir, sensibilité, de percevoir par les cinq sens, sensation ; les cinq sens, les organes des sens [...] // 2° Affection de l'âme, sentiment, passion, émotion ; manière de penser, de comprendre, de juger ; connaissance, jugement, opinion [...]. // 3° Faculté de penser, de raisonner, de comprendre ; raison, intelligence : Sensus communis, sens commun, bon sens. // 4° Sens, signification (mot) [...]. // 5° Pensée, phrase, période."

Ajoutons ici deux choses :

A. Dans le Vocabulaire technique et critique de la philosophie, d'André Lalande (P.UF., 1972), Léon Robin, dans une note sur ce mot (p. 970), fait remarquer que "pour Aristote, la koiné aisthésis, qu'il appelle encore proton aisthétikon, kurion aisthétérion [...], exerce plusieurs fonctions : ce "sens commun" se rapporte autant à l'unité du sujet sensitif qu'à celle de l'objet senti ; il perçoit en outre les "sensibles communs" et enfin il nous donne la conscience de la sensation, ce que les commentateurs grecs appellent la sunaisthésis. [...]." Toujours dans la même note, et à la suite, Jules Lachelier nous dit ceci : "Le sens commun, dans le sens ordinaire de cette expression (totalement étranger au sens technique qu'on est obligé de lui donner quand on traduit Aristote) n'est pas une faculté de l'esprit, un instrument judicatoire ; c'est, objectivement, un ensemble d'opinions reçues. Le latin sensus communis, d'où nous est venu sens commun, était la manière commune de sentir et d'agir, et n'impliquait aucune idée de jugement théorique. [...]." (p. 970). 

B. Dans le Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey (nouvelle édition, 2010, Dictionnaires LE ROBERT), on y apprend qu'"au XVIe s., reprise de la locution latine sensus communis, apparaît sens commun (1534) qui confère au bon sens une dimension collective, d'où n'avoir pas de (le) sens commun (1625) équivalent à ne pas être dans son bon sens. Sens commun s'emploie aussi (v. 1560) en philosophie néo-scolastique pour désigner la faculté de l'âme par laquelle elle juge de toutes les espèces des objets perçus par les sens extérieurs."

(2) Cette légende est fondée sur les Hadith, un recueil des actes et des propos attribués à Mahomet [cf. Gerhardt Stenger (idem note 1, p. 562)].

Les Hadith (mot arabe signifiant "propos", "récit") sont l'"ensemble des paroles du prophète Mahomet, recueillies par ses femmes et ses compagnons, à propos de la religion, mais aussi de tous les astects de la vie" (Petit Larousse illustré 2014).

(3) Le mot Divan provient du turc Dîwân. C'est un mot d'origine arabe qui désigne le conseil du sultan ottoman. Il sera aboli en 1922 par Mustafa Kemal (Atatürk, 1881-1938) qui présidera la République (1923-1938) et s'efforcera de créer un Etat laïc et occidentalisé.

Ce mot désigne également, et le gouvernement de la Sublime Porte (nom français de la porte monumentale du grand vizirat à Constantinople, siège du gouvernement du sultan de l'Empire ottoman), et, en littérature islamique, un recueil de poèmes de type variés, mais dus à un même auteur [cf. notamment à ce sujet le recueil de poèmes de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) : West-östlicher Diwan (Le Divan, Ed. Aubier Montaigne, col. bilingue des classiques étrangers, 1950, 492 p.), recueil écrit entre 1819 et 1827 et inspiré de Hafez (Khouajeh Chams ad-Din Mohamad Hafez-e Chirazi, XIVe s. de notre ère).

(4) Cette légende a été transmise par Jean-Jacques Boileau (1649-1735) dans ses Lettres de M. B*** sur différents sujets de morale et de piété (1737-1742) [cf. Gerhardt Stenger (idem note 1)].

 

sens de la vie

"[...]. Au fond, je suis arrivé à la conclusion que tout est incompréhensible, que la vie est triste, qu'il vaut mieux rire de tout et tourner ce qui nous choque en dérision. [...]."

Coluche

Cité dans Eric Bhat et Jean-Quentin Gérard : Le programme politique d'un mec nommé Coluche. Sa vie, son oeuvre, S.I.P.E. (Société internationale de presse et d'édition), Paris, 1981, p. 24.

Sépharade

" [...] pour les Sépharades, les meilleurs amis des juifs, ce sont les Askhénazes. [...]."

Philippe Trétiack (1) : "Histoire juive" in La Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 72.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Trétiack

serment

Dans un petit texte intitulé "Le serment d'oralité de l'Apprenti" (1), Gwenn Rigal écrit ceci :

"Je promets solennellement que je n'écrirai point ces secrets (2), je ne les burinerai, sculpterai, marquerai, graverai, ni ne les tracerai en aucune façon, sur quoi que ce soit de mobile ou d'immobile sous la voûte du ciel, que je n'engagerai personne à le faire, ni ne le permettrai s'il est en mon pouvoir de l'empêcher afin que nulle lettre, caractère ou dessin, ou la moindre trace d'une lettre, d'un caractère ou d'un dessin, ne puisse être lisible ou compréhensible par moi ou par n'importe qui au monde, de crainte que nos arts secrets et nos mystères puissent être révélés par mon imprudence."

in Les mystères de la franc-maçonnerie. L'histoire d'une société secrète, Ed. ESI, sept. 2012, p. 124.

NOTE JMS :

(1) [...]. Le mot est issu par voie orale du latin classique sacramentum, terme de droit signifiant "dépôt garantissant la bonne foi d'un plaideur et consacré au service des dieux en cas de perte du procès [...]. Dans la langue ecclésiastique, sacramentum s'est dit ensuite de tout objet ou acte ayant un caractère sacré, ce qui a donné lieu à l'emprunt sous la forme sacrement.

Serment s'est introduit avac le sens de "promesse ou affirmation en invoquant Dieu, un être ou un objet sacré" [...]. A partir du XIVe s., on relève le mot au sens laïque de "promesse" [...].

SOURCE : LE ROBERT. Dictionnaire historique le la langue française (sous la direction d'Alain Rey), Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1992.

(2) Le mot secret vient du latin secretum qui signifie : 1° Lieu retiré, retraite : In secretis, à l'écart. 2° Séjour dans le retraite, solitude. 3° Entretien secret, confidence. 4° Mystère religieux. 5° Papiers secrets.

SOURCE : Dictionnaire latin-français,  par A. Gariel, Ed. Hatier, 1960.

serment d'Hippocrate

"Secret médical (1). Un lecteur estimait dans Télérama n° 2404 que la "trahison du secret médical par le docteur Gubler (2) devait être l'occasion de définir dans quelle mesure un employeur peut avoir accès au secret médical", etc. Ce peut être l'occasion de définir les idées de chacun, mais la définition légale est déjà faite et claire : 1 - la vérité (et le secret qui l'entoure) sur la santé d'un patient appartient à celui-ci et à personne d'autre ; 2 - le secret médical est la discrétion du médecin sur tout ce qu'il sait de son patient, de ce qui a été dit, mais aussi de tout ce qui a pu être su ou déduit sans avoir été dit ; - 3 - cette discrétion est valable même si le patient autorise son médecin à ne pas s'y tenir. En clair, le patient a le droit de révéler ce qu'il veut de sa santé, mais pas son médecin ; - 4 - le secret médical est une obligation pendant la vie du patient et après sa mort. (Les arguments entendus ces jours-ci, "devoir de vérité historique", "liberté d'expression" ou autres ne sont que des artifices de langage à caractère fallacieux. [...].) Quelques dérogations : 1. La transmission de données dans une chaîne de soins (médecin traitant, hôpital, par exemple), dans le seul but d'apporter le meilleur soin au patient ; 2 - en juridiction criminelle, lorsque le témoignage du médecin permet d'éviter une erreur judiciaire, par exemple, ou en cas de sévices contre enfant ou mineur, le devoir pour le médecin d'en avertir les autorités judiciaires compétentes ; 3 - en matière d'accident du travail ou de maladie professionnelle, dont le cadre est défini par d'autres textes législatifs, aussi précis. On peut noter que les maladies infectieuses à déclaration obligatoire figurent sur une liste détaillée limitée et que leur déclaration est anonyme."

"Par conséquent, aucun employeur n'est autorisé à accéder au dossier médical d'un salarié pour quelque raison que ce soit."

Dr Louis Van Nguyen-Anh Massy

SOURCE :

Télérama n° 2408 du 6 mars 1996 : rubrique Ca va mieux en le disant, p. 6.

NOTES :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d%27Hippocrate et https://www.conseil-national.medecin.fr/medecin/devoirs-droits/serment-dhippocrate ; et aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippocrate et http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/hippocrate.html

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Gubler

serpent

"Inutile d'essayer de critiquer [Aristote], mais un Monsieur Bluff courageux peut s'aventurer à regretter les tendances excessivement téléologiques [et les] aspects les plus absurdes de [sa] biologie, comme cette affirmation concernant la structure des parties génitales du serpent : "Les serpents n'ont pas de pénis parce qu'ils n'ont pas de jambes ; et ils n'ont pas de testicules à cause de leur longueur" (De Generatione Animalium)." 

"Aristote ne propose aucun argument sérieux pour étayer la première affirmation, sinon que, d'après lui, si la chose en question traîne par terre, que cela doit faire mal ; quant à la seconde, elle dérive de sa théorie de la reproduction selon laquelle le sperme n'est pas produit dans les testicules, mais dans la colonne vertébrale (les premiers fonctionnant apparemment comme une aire de repos pour le sperme voyageur). Comme le sperme froid est réputé stérile, plus il doit voyager loin, plus il risque de se refroidir (d'où la théorie bien connue que les hommes dotés de longs pénis sont stériles !). Puisque les serpents sont très longs, si leur sperme s'arrêtait en chemin, ils seraient stériles ; or ils ne le sont pas, donc ils n'ont pas de testicules. Ce splendide argument est un exemple de téléologie excessive, qui consiste à expliquer un phénomène en fonction de sa finalité ulltime - en l'occurrence, l'art de tout mélanger."

in Monsieur BLUFF... et la philosophie, par Jim Hankinson, Oval Projects LTD, Londres, 1985 ; éditions Anne Carrière, Paris, 1997 dans une adaptation française de Michèle Garenne et Jean-Loup Chiflet ; rééd. Edition du Club France Loisirs, Paris, 1999, pp. 14-16 (chapitre sur "La vie des philosophes").

__________________________________________________

"[...] ce film nous entraîne dans un labyrinthe de religions et de mythes où le serpent incarne tantôt la perfidie, tantôt la fertilité et la longévité. Que de curieuses légendes racontées en chemin : au Cambodge, à chaque éclipse de Lune, on accuse le serpent géant mangeur d'oeuf de vouloir la gober et on tente de le dissuader par tous les moyens, y compris les rafales de mitraillettes ; en Australie, les Aborigènes vénèrent l'"Arc-en-ciel", en fait un python des roches crédité du pouvoir de faire tomber la pluie..."

"[...]."

Encadré Télérama relatif au documentaire animalier britannique de Nigel Marven (1) (55 mn. Première diffusion sur Canal + en novembre 1991).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nigel_Marven

servitude

"[...] je voudrais [...] comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer, et qui ne pourrait leur faire aucun mal s'ils n'aimaient mieux tout souffir de lui que de le contredire. Chose vraiment étonnante - et pourtant si commune qu'il faut plutôt en gémir que de s'en  ébahir -, de voir un million d'hommes misérablement asservis, la tête sous le joug, non qu'ils soient contraints par une force majeure, mais parce qu'ils sont fascinés et pour ainsi dire ensorcelés par le seul nom d'un, qu'ils ne devraient pas redouter - puisqu'il est seul - ni aimer - puisqu'il est envers eux tous inhumain et cruel."

Etienne de la Boétie : Discours de la servitude volontaire, Ed. Mille et une nuits, oct. 1995, p. 8. Traduction en français moderne de Séverine Auffret.

__________________________________________________

"Le peuple est le même partout. Quand on dore ses fers, il ne hait pas la servitude."

Napoléon Ier (1769-1821) (1)

SOURCE : Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 23.

NOTE :

(1) Ecrit en note du livre de son frère Louis Bonaparte : Histoire du parlement anglais (1820).

 

sexfie

"[...]. après les sextos (mélange de texto et sexo), voici les sexfie. Le but est simple : on se révèle dans notre tenue d'Eve à son Jules. [...]."

Cosmopolitan (1)

(1) https://www.cosmopolitan.fr/,comment-reussir-son-sexfie,1966682.asp

sexisme

"La culture britannique est la plus sexiste du monde"

Article de Juliana Bruno du 16 avril 2014 :

https://madame.lefigaro.fr/societe/culture-britannique-plus-sexiste-monde-160414-850094

sextoy

"Après l'artiste qui crée des bijoux à partir des cendres de vos proches, une étape vient d'être franchie avec le 21 Grams, un sextoy qui renferme les cendres de l'être aimé... [...]."

SOURCE DE LA CITATION :

https://legeekcestchic.eu/wtf-21-grams-le-sextoy-qui-renferme-les-cendres-dun-partenaire-decede

William Shakespeare

"La scène se passe dans une ville anglaise de province. Un acteur joue de façon calamiteuse une pièce de Shakespeare. Bientôt exaspéré par les sifflets et les mouvements de la foule, il interrompt brusquement son jeu et, se tournant vers le public, s'écrie : "Que je vous le dise une fois pour toutes : ce n'est pas moi qui ait écrit cette merde !""

François Xavier Testu : Le bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 1152.

__________________________________________________

"Shakespeare n'a jamais existé ! disait Alphonse Allais. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui d'ailleurs s'appelait Shakespeare..."

in Hervé Nègre : Dictionnaire des histoires drôles, vol. II, J à Z, Librairie Arthème Fayard, 1973 ; rééd. Le Livre de Poche, 1974, p. 396, histoire n° 2253.

__________________________________________________

"En adaptant Macbeth (1) en noongar (2), je voulais rendre hommage à Shakespeare tout en respectant notre culture. C'est une façon d'affirmer que notre langue n'a pas disparu, malgré la période de la colonisation où nous n'étions pas autorisés à la parler. [...]."

Kylie Bracknell (3), metteuse en scène et actrice aborigène (4) in Télérama 3660 du 4 mars 2020, p. 16.

NOTES JMS :

(1) Première mondiale : Macbeth joué au festival de Perth* dans une langue aborigène du sud-ouest de l'Australie, le noongar.

     * Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Perth_Festival

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Noongar

(3) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Kylie_Farmer

(4) Cf. not. : https://www.voyage-australie.com/culture/aborigene.html et https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2012-3-page-70.htm

silence

"Les choses dont on ne peut parler, il faut les taire."

Ludwig Wittgenstein (1) : Tractacus logico-philosophicus (1921) (2)

NOTES JMS :

(1) C'est la dernière proposition du Tractacus que Pierre Klossowski (a), quant à lui, a traduit ainsi : "Ce dont on ne peut parler, il faut le taire." (N.R.F. Gallimard, 1961, p. 107).

(a) Cf. not. : http://www.pierre-klossowski.fr/pages/page.php et https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Klossowski

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tractacus_logico-philosophicus

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 71.

___________________________________________________

"Béni soit l'homme qui, n'ayant rien à dire, s'abstient d'en  administrer la preuve en paroles."

George Eliot

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/George_Eliot , https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Eliot , https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/11/20/autre-george-eliot-ozouf et https://www.babelio.com/auteur/George-Eliot/11503/citations

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 153.

silex

A propos du documentaire de Franck Guérin et Emmanuel Lecomte : Le Grand Roman de l'Homme (France, 2013, 90 mn), Alice Rosenthal écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Une tige pour le buste, une courbe pour les fesses, une autre pour les seins. Les Vénus de Gönnersdorf (1) confinent à l'abstraction des lignes de Brancusi. Impossible donc d'affirmer que toutes les formes d'art moderne ont éclos au siècle dernier lorsqu'on sait que ces Vénus ont été sculptées il y a 16 000 ans."

"Etayé par des paléontologues, Le Grand Roman de l'Homme ébranle nos certitudes. Non, Homo sapiens n'a pas inventé l'art. La musique, la peinture, la danse et même la parole existaient bien avant lui. En taillant des silex il y a 700 000 ans, Homo erectus fabriquait déjà des récits. "La manière de tailler un biface s'apparente à la manière de construire une phrase", révèle Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France. "Lorsque je taille un outil, je prévois à l'avance où je vais frapper. Lorsque je parle, je prévois à l'avance les mots que je vais prononcer. Ce sont les mêmes régions du cerveau qui sont sollicitées."

"[...]."

NOTE JMS :

(1) Gerhard Bosinski, docteur en préhistoire et professeur émérite de à l'université de Cologne (Allemagne) a fouillé durant plusieurs décennies le site de Gönnersdorf (Rhénanie centrale, Allemagne). Sur celui-ci, nous trouvons des cabanes de chasseurs qui nous ont laissé plusieurs milliers de plaquettes et d'objets gravés.

Voir notamment en français sur ce sujet :

G. Bosinski, P. Schiller : Représentations féminines dans la Grotte du Planchard (Vallon Pont d'Arc, Ardèche) et les figures féminines du type Gönnersdorf dans l'art pariétal. Bulletin de la Société Préhistorique Ariège 53, 1998, pp. 99-140.

Sinaï

Dans un encadré Télérama consacré au documentaire de Delphine Deloget et Cécile Allegra intitulé Voyage en barbarie. Chez les bourreaux du Sinaï (France, 2014, 65 mn), Yohav Oremiatski écrit :

"La péninsule égyptienne du Sinaï est devenue en cinq ans le théâtre d'un trafic d'êtres humains à l'ampleur insoupçonnée. Sur plus de trois cent mille Erythréens ayant fui la dictature militaire pour trouver refuge en Europe, en Lybie ou en Israël, cinquante mille auraient été enlevés, torturés et rançonnés par des Bédouins. Douze mille n'en seraient pas revenus."

"[...]."

sincérité

"Les hommes sont toujours sincères. Ils changent de sincérité, c'est tout."

Tristan Bernard 1866-1947 (1) : Ce que l'on dit aux femmes, 1922.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tristan_Bernard et http://citation-celebre.leparisien.fr/auteur/Tristan_Bernard

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 190.

__________________________________________________

"Il est parfaitement superflu de connaître les choses dont on parle. Je dirais même que la sincérité en général dénote un certain manque d'imagination."

Michel Audiard : Les Lions sont lâchés (Henri Verneuil, 1961) (1)

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 16.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_lions_sont_lâchés et https://fr.wikiquote.org/wiki/Les_lions_sont_lâchés

 

situation

"Proust a rapporté avec gourmandise les mots de son contemporain Aimery de La Rochefoucauld (1), et en particulier sur les Luynes, ce propos dédaigneux : "Ils n'avaient aucune situation en l'an mille"."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 548.

NOTE :

(1) A la même page, dans un encadré consacré par l'auteur à cet aristocrate, on y apprend qu'"Aimery (1843-1920), neveu du duc François XIV, était prince de La Rochefoucauld (titre bavarois, non reconnu en France)" et qu'"il est l'un de ceux qui a inspiré le baron de Charlus." 

slogan

"J'essaie de ne pas me laisser séduire par les slogans. Nous vivons à l'époque des slogans. Précisément, chacun nous promet un petit paradis. Le seul paradis que je préconise, moi, c'est le paradis de l'individu qui a sa liberté dans la société actuelle."

Georges Brassens

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 87.

SMIC

Dans un encadré Télérama consacré au film de Claude Lelouch Smic, Smac, Smoc (France, 1971, 95') (1), Gilbert Salachas écrit :

"[...]. Les personnages, trois bons copains plus une copine et un musicien de rencontre, s'en vont sur les routes. Leur naïveté et leur bonne humeur font plaisir à voir. Ils sont drôles, ils sont pauvres aussi. On leur a reproché de ne pas avoir de conscience de classe. C'est une fantaisie, une comédie, une balade, pas une oeuvre militante."

NOTE JMS :

(1) Le SMIC, acronyme de Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, a été instauré en 1970 pour remplacer le SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti), mis en place en 1950. Ici, dans le film de Lelouch, ce sont les trois bons copains qui sont surnommés Smic, Smac et Smoc par leurs camarades des chantiers navals, en souvenir du temps où ils étaient payés au minimum syndical.

société

"Un homme sans vie sociale est soit une bête soit un dieu."

Aristote : Politique, Ethique à Nicomaque

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 28.

__________________________________________________

"L'homme est un animal politique."

Aristote : Politique

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 134.

__________________________________________________

"Ce qui donne naissance à la société, c'est l'impuissance où chaque homme se trouve de se suffire à lui-même."

Platon : La République (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_République

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 134.

droit du sol

"La France est depuis longtemps un pays acquis au droit du sol, comme d'ailleurs la plupart de ses voisins européens. On ne rejette pas son histoire."

François Fillon, le dimanche 14 juin 2015 au journal Le Monde.

"Le droit du sol est profondément inscrit dans l'histoire de notre pays. La France a construit une nation civique, par opposition à une nation ethnique. C'est dans nos gènes républicains."

Claude Guéant, le mardi 16 juin 2015 sur Sud Radio.

"Le droit du sol, ça fait partie de la tradition française et je suis favorable à son maintien."

Valérie Pécresse, le mardi 16 juin 2015 sur France Inter.

Cités dans un article du journal Le Monde du vendredi 19 juin 2015 (p. 10) signé AL. LE. et intitulé : "La droite se divise sur une remise en cause du droit du sol".

L'article conclut ainsi :

"[...]. "Très opposé à toute remise en cause du principe républicain du droit du sol", [le député UDI Yves Jégo] accuse M. Sarkozy d'entretenir délibément "un faux débat" [journal Libération]. Référence au peu de personnes concernées : le nombre d'enfants en France nés de parents étrangers et devenant français grâce au "droit du sol" ne dépasse pas les 30 000 par an. Et sur ce total, seuls 3000 l'acquièrent de manière automatique. De quoi accréditer l'idée, partagée par plusieurs ténors de droite, d'une réforme avant tout symbolique."

Valérie Solanas

"En plein milieu des années soixante, au milieu d'un bordel idéologique sans précédent, et malgré quelques dérapages nazis, Valérie Solanas a [...] eu, pratiquement seule de sa génération, le courage de maintenir une attitude progressiste et raisonnée, conforme aux plus nobles aspirations du projet occidental : établir un contrôle technologique absolu de l'homme sur la nature, y compris sur sa nature biologique, et son évolution. Cela dans le but à long terme de reconstruire une nouvelle nature sur des bases conformes à la loi morale, c'est-à-dire d'établir le règne universel de l'amour, point final."

"L'Humanité, second stade", de Michel Houellebecq. Postface au SCUM manifesto association pour tailler les hommes en pièces, de Valérie Solanas, Editions Mille et une nuits, "Les Petits Libres" n° 21, mai 1998, p. 69.

solastalgie

"[...]."

"Ni poirier, ni troupeau, désormais le pré a été vendu à la découpe, et des maisons de lotissement sans étage, aux crépis rose champagne, y ont poussé. Un néologisme, proposé par le philosophe de l'environnement australien Glenn Albrecht (1) dans la revue Nature (2) en 2005, s'applique au genre d'émotion que j'éprouve devant ce paradis perdu : ce sont des accès de solastalgie (3). Comme la nostalgie, la solastalgie est une tristesse liée à la perte d'un lieu cher. [...]. Selon Albrecht, la stabilité des environnements terrestres est essentielle à notre santé psychique, et les catastrophes écologiques créent des dépressions, de l'anxiété. Chez les Aborigènes d'Australie, les Indiens d'Amazonie, la destruction du bush ou des forêts primaires de leurs ancêtres entraînerait même des épidémies de suicides."

"Le concept est frappant, et pourtant, on aurait envie de le retourner - comme pas mal de théories catastrophistes - pour découvrir son envers positif, son double lumineux. Je propose de former un nouveau mot : adamastophilie, en liant le grec adamastos, "intact", "indompté", "vierge", et philia, "amour". L'adamastophilie, c'est l'admiration et la gratitude que  nous ressentons devant les paysages qui n'ont pas encore été abîmés, qui sont intacts. [...]."

Le charme de l'intact : édito d'Alexandre Lacroix (4) au philosophie magazine n° 136, février 2020, p. 3.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Glenn_Albrecht

(2) Cf. not. : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-revue

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Solastalgie et http://www.solastalgie.fr/la-solastalgie-c-est-quoi

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Lacroix et http://alexandrelacroix.com

solitude

"Oh ! La solitude est un cercueil de verre." :

Un homme ivre dans un tramway dans le roman de Ray Bradbury (1) au titre éponyme : La solitude est un cercueil de verre, Ed. Gallimard, col. Folio, juin 1991, 371 p. Traduit de l'américain par Emmanuelle Jouanne.

NOTE :

(1) Cf. notamment : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ray_Bradbury

 

solution

"Un homme s'adresse à son rabbin :

"Rebe, je suis malheureux, je veux mourir !"

La réponse du rabbin :

"La mort n'est pas une solution.

- Parce que cette vie de misère qui est la mienne est une solution ?", réplique l'homme.

Et le rabbin : "Non, ce n'est pas non plus une solution.

- Alors qu'elle est la solution ?

- Quelqu'un t'a-t-il dit qu'il y avait une solution ?, demande le rabbin."

Cité dans l'article d'Adam Biro (1) : "Quelques aspects de l'humour juif" in Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 65.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adam_Biro

 

sommeil

"[...]. [Théodore Monod (1)] a la passion du désert. Mais aussi de l'homme, de tout ce qui unit et rassemble les hommes. Pacifiste, antinucléaire, défenseur des sans-papiers... Son rêve [...], c'est ce psaume d'Isaïe (2)  qui célèbre la réconciliation entre tous les hommes, mais aussi l'entente entre tous les animaux. Personnellement, j'aime assez la version qu'en donne Woody  Allen : "Le loup et l'agneau partageront la même couche. Mais l'agneau ne dormira pas beaucoup. [...]."

Alain Rémond : "Théodore, on t'adore !" in Télérama n° 2466 du 16 avril 1997, rubrique Mon oeil, p. 84.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Théodore_Monod et https://citations.ouest-france.fr/citations-theodore-monod-595.html

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaïe

 

sonotone

"SONOTONE n. m. (nom déposé). Audiophone de la marque de ce nom."

Définition du Petit Larousse illustré 2014.

___________________________________________________

SONOTONE, Mc Solaar (extrait)

"J'ai des rides et des poches sous les yeux

Les cheveux poivre et sel et l'arthrose m'en veut

A chaque check-up ça n'va pas mieux

J'ai la carte vermeil et la retraite, j'suis vieux

Les blouses blanches analysent ma pisse

Testent ma prostate, me parlent d'hospice

Les gosses dans le bus me cèdent leur place

Ah, ah, et quand j'me casse

Ils parlent en verlan style "tema l'ieuv"

Si les mots sont pioches c'est ma tombe qu'ils creusent

Mais je dois rester droit malgré mon dos

Ma scoliose et c'salaud de lumbago

J'étais une sommité, la qualité

J'ai bien travaillé, j'étais respecté""

[...]

"Maintenant quoi ? Tu veux que je fasse du jogging ?

Rattraper les années avec du bodybuilding ?

Mettre de l'anti-rides à la graisse porcine ?"

[...]

"Parce que rien n'se perd et tout se transforme

Vers le sonotone

J'perds le sonotone (x16)

(J'aurais voulu te dire...)

J'aurais voulu te dire que je m'en vais

(J'aurais voulu te dire que je m'en vais, que je m'en  vais...)

J'aurais voulu te dire que je m'en vais"

La Sorbonne

"Il faudrait raser la Sorbonne et mettre Chris Marker (1) à la place."

Henri Michaux (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Marker et https://www.franceculture.fr/personne-chris-marker.html

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Michaux et http://www.henrimichaux.org

4e de couverture du coffret : L'Héritage de la chouette*, de Chris Marker (chez Arte éditions) :

* https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Héritage_de_la_chouette

sorcellerie

"Au cours d'un procès en sorcellerie en 1593, le magistrat en charge de l'instruction (un homme marié) découvrit apparemment le clitoris pour la première fois ; [il] le définit comme un mamelon du diable, preuve certaine de la culpabilité de la sorcière. C'était "une petite excroissance de chair, pour ainsi dire dépassant comme si c'était un mamelon, sur une longueur d'un demi-pouce", que le geôlier, "apercevant celui-ci au premier coup d'oeil, avait l'intention de ne pas dévoiler, parce qu'il jouxtait un endroit très secret qu'il n'était pas décent d'exposer au regard. Cependant, en fin de compte, n'étant pas désireux de dissimuler une affaire si étrange", il le montra à diverses personnes présentes. Les personnes présentes n'avaient jamais rien vu de pareil. La sorcière fut condamnée."

EVE ENSLER : SOURCE :

Barbara G. Walker : cf. : https://jmsauvage.fr/dictionnaire-des-citations/clitoris  

 

souci

"Mon père m'a appris à ne pas trop se soucier de ce que disent les autres. Ce n'est pas une attitude de la classe ouvrière, c'est plutôt aristocratique."

Devise de David Hockney (1).

Cité dans David Hockney : le temps retrouvé, le documentaire de Michael Trabitzsch (David Hockney : der Meistermaler des pop, All., 2017, 55').

NOTE JMS :

(1) Cette devise sera celle de toute sa vie. Son père, comptable et de famille modeste, appartenait à la classe populaire.

souffrance

1er pingouin : "Il y a un moment où trop, c'est trop."

2ème pingouin : silencieux.

1er pingouin : Et ceux qui souffrent trop se soulèvent :

2ème pingouin : silencieux.

1er pingouin : Pilotes, pharmaciens, notaires, huissiers, rentiers, profs de prépa..."

2ème pingouin : silencieux.

Xavier Gorce : Les indégivrables. Paru dans Le Monde Eco et Entreprises du vendredi 19 septembre 2014, p. 8.

__________________________________________________

"Qui craint de souffrir souffre déjà de ce qu'il craint."

Michel de Montaigne : Essais III, chap. XIII : "De l'expérience".

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 104.

__________________________________________________

"Je pose la question du sens de la vie à travers l'expérience de la souffrance. C'est la base de notre existence, il vaut mieux le savoir pour pouvoir grandir."

Carolyn Carlson (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Carolyn_Carlson, https://fr.wikipedia.org/wiki/Carolyn_Carlson et http://carolyn-carlson.com

SOURCE :

La contemporeine : article de Rosita Boisseau sur Carolyn Carlson, in Télérama n° 2564 du 3 mars 1999, p. 58.

soulèvement

"Il ne peut pas y avoir de sociétés sans soulèvements."

Michel Foucault : entretien inédit avec Farès Sassine : Iran -1979, p. 34 (1).

in rodéo, revue n° 2 / février 2013 (2)

NOTE JMS :

(1) Cet entretien s'est déroulé à Paris en août 1979.

(2) Cette revue est éditée par l'association rodéo, 12, rue des Fantasques - 60001 Lyon.

souliier

"Bien que la version du Soulier de satin (1) joué à la Comédie-Française en 1943 par Jean-Louis Barrault (2) fût diminuée de moitié par rapport à la version intégrale, elle sembla encore interminable à certains. Dont Jean Cocteau (3)."

- "Qu'en avez-vous pensé, Maître ? lui demanda son voisin de fauteuil."

- "Qu'il est bien heureux que nous n'ayons pas eu la paire !"

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Soulier_de_satin, https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Claudel, http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/paul-claudel, http://paul-claudel.net et http://evene.lefigaro.fr/citations/paul-claudel

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Barrault

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cocteau, https://www.jeancocteau.net, http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jean-cocteau et http://evene.lefigaro.fr/citations/jean-cocteau   

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 185.

soupe

"Je crois qu'il y a eu plus de ménages qui ont raté pour une question de soupe que pour des raisons de psychologie."

"Quelle est l'observation que vous entendrez le plus lorsque vous entendez parler un couple, un couple qui se dispute : "Eh oui, je sais que tu me reprocheras toujours de ne pas savoir faire la soupe comme ta mère.""

"Et, en effet, cette soupe est la chose qui tient un individu dès son enfance. Il est habitué à tel genre de cuisine, à telle odeur de maison. C'est le cordon ombilical qui se prolonge et bien des séparations dans les ménages se font pour une raison de soupe."

Georges Simenon in Le Siècle de Simenon, documentaire de Pierre Assouline (France, 2013).

sourire

"Ce n'est pas que ton sourire

Ait plus qu'un autre à nous dire,

Mais c'est que tous les sourires

Ont toujours beaucoup à dire."

Eugène Guillevic : babiolettes, éditions saint-germain-des-prés, col. "l'Enfant la Poésie", 1980, p. 30 (1).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugène_Guillevic

soutien-gorge

"Pas de câlins

 entre

 mes deux seins

 sans

 FRONT YEAR"

 LE

 SOUTIEN-GORGE

 DES CAUSES

HUMANITAIRES

Les dessous

 FRONT YEAR

 habillent

 les femmes

 à poil."

 Auguste Derrière : Les girafes n'aiment pas les tunnels, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2015, p. 136.

 

 

spectacle

"On n'a pas tous les jours la chance de rentrer d'un spectacle vivant."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 12. Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

Baruch Spinoza

"Les cruautés que, d'après Colerus (1), Spinoza avait pour habitude de faire subir à des araignées et des mouches pour s'en amuser et rire aux éclats ne correspondent que trop bien à ses propos que nous blâmons ici, tout comme aux chapitres [...] de la Genèse. A cause de tout cela, l'Ethique de Spinoza est un mélange de faux et de vrai, de choses admirables et mauvaises."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 150).

NOTE JMS :

(1) Il s'agit de Jean Colerus (1647-1707), ministre de l'Eglise luthérienne de La Haye. Son livre parut en français dans la même ville en 1706*, peu après son édition hollandaise. Rééd. récente chez Allia, 1999, 136 p.

* Donc trente ans après la disparition du philosophe hollandais.

spiritualisme

"Le meilleur système de philosophie."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Cator Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Staline

1933 : 

Ossip Mandelstam : Epigramme à Staline

"Nous vivons sans sentir sous nos pieds de pays

Et l'on ne parle plus que dans un chuchotis."

"Si jamais l'on rencontre l'ombre d'un bavard

On parle du Kremlin et du fier montagnard."

"Il a les doigts épais et gras comme des vers

Et des mots d'un quintal précis comme des fers."

"Quand sa moustache rit, on dirait des cafards,

Ses grosses bottes sont pareilles à des phares."

"Les chefs grouillent autour de lui - la nuque frêle.

Lui, parmi ces nabots, se joue de tant de zèle."

"L'un siffle, un autre miaule, un autre geint -

Lui seul pointe l'index, lui seul tape du poing."

"Il forge des chaînes, décret par décret...

Dans les yeux, dans le front, le ventre et le portrait."

"De tout supplice, sa lippe se régale.

Le Géorgien a le torse martial."

Automne 1933

__________________________________________________

1937 :

André Gide : Retouches à mon "Retour de l'URSS"

"Du haut en bas de l'échelle sociale reformée, les mieux notés sont les plus serviles, les plus lâches, les plus inclinés, les plus vils. Tous ceux dont le front se redresse sont fauchés ou déportés l'un après l'autre. Peut-être l'armée rouge reste-t-elle un peu à l'abris. Espérons-le ; car bientôt de cet héroïque et admirable peuple qui méritait si bien notre amour, il ne restera plus que des bourreaux, des profiteurs et des victimes."

Retour de l'U.R.S.S., suivi de Retouches à mon retour de l'U.R.S.S., Folio/Gallimard n° 4984, 2009, p. 132.

__________________________________________________

1948 :

Paul Eluard : Ode à Staline

"Staline dans le coeur des hommes

Sous sa forme mortelle avec des cheveux gris

Brûlant d'un feu sanguin dans la vigne des hommes

Staline récompense les meilleurs des hommes

Et rend à leurs travaux la vertu du plaisir

Car travailler pour vivre est agir pour la vie

Car la vie et les hommes ont élu Staline

Pour figurer sur terre leur espoir sans borne."

"Et Staline pour nous est présent pour demain

Et Staline dissipe aujourd'hui le malheur

La confiance est le fruit de son cerveau d'amour

La grappe raisonnable tant elle est parfaite."

Publié dans L'Humanité du 8 décembre 1948

__________________________________________________

1953 :

mars : mort de Staline et sortie du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne (le même jour, le 5), arrivée au pouvoir de Nikita Sergueïevitch Khrouchtchov et début non officiel du processus de déstalinisation.

__________________________________________________

1956 :

24 février : Nikita Sergueïevitch Krouchtchov communique aux seuls 1436 délégués du XXe Congrès du Parti communiste d'Union soviétique réunis en huis clos son Rapport sur le culte de la personnalité, dit "Rapport Krouchtchov", à la fin du XXe Congrès du Parti.

stalinien

Anémone : entretien accordé au journal Le Parisien le 22 décembre 2017 :

Sylvain Merle : "Vous aviez soutenu Mélanchon en 2012 ?"

Anémone : "Brièvement. Je me demande si c'est pas un vieux stalinien pour finir. C'est un vieux politicard en tout cas. La politique, c'est un concours de crétins et de menteurs."

startup

"[...]. La sociabilité mondaine, qui a pu également se nourrir de l'argent public avec dîners et déjeuners à Bercy pour lancer la campagne de celui qui était alors ministre de l'Economie (estimation à 120 000 euros), liée à une élection de cette importance pour l'oligarchie est une excellente technique sociale de réactivation des relations et d'entretien de ce maillage infini du pouvoir. Mais la vigilance des citoyens, des journalistes et des magistrats doit faire vivre les oligarques sur le pied de guerre. Ainsi, alors qu'il était encore ministre à Bercy, Emmanuel Macron s'est fait ovationner à Las Vegas en janvier 2016 par 500 dirigeants de startups françaises. Cette soirée, montée dans l'urgence, sans appel d'offres, et dont le coût avoisine les 400 000 euros, fait l'objet d'une enquête préliminaire ouverte le 13 mars 2017 par le Parquet de Paris pour "favoritisme, complicité et recel de favoritisme (1)."

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : Les prédateurs au pouvoir. Main basse sur notre avenir, Ed. Textuel, 2017, p. 54.

NOTE JMS :

(1) Les pouvoirs publics ont créé, par la loi par la loi du 3 janvier 1993, le délit de favoritisme visant à réprimer les atteintes à la liberté d'accès des candidats dans les marchés publics en permettant de sanctionner les entorses aux règles de publicité et de mise en concurrence.

statistique

"Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d'être torturés, finissent par avouer tout ce qu'on veut leur faire dire."

Alfred Sauvy (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Sauvy , http://www.bibliomonde.com/auteur/alfred-sauvy-2251.html et http://evene.lefigaro.fr/citations/alfred-sauvy

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 180.

__________________________________________________

"Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les pieux mensonges et les statistiques."

Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain 1835-1910 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Mark_Twain , https://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Twain et https://citations.ouest-france.fr/citations-mark-twain-865.html

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 180.

Gertrude Stein

"En 1906, il fut convenu que Picasso ferait le portrait de Gertrude Stein (1). Celle-ci dut subir quatre-vingts séances de pose, et puis le peintre effaça la toile, déclarant qu'il ne pouvait plus la voir, et partit en Espagne. Plus tard, brusquement inspiré par une exposition d'antiques, au Louvre, il exécuta promptement le portrait sans demander à Gertrude Stein de poser. Quand il lui présenta le résultat, un peu déformé, elle se plaignit qu'elle ne retrouvait rien de ses traits dans le tableau."

"Non, dit Picasso, mais ça viendra."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Gertrude_Stein, https://fr.wikipedia.org/wiki/Gertrude_Stein, https://fr.wikipedia.org/wiki/Portrait_de_Gertrude_Stein et https://www.babelio.com/auteur/Gertrude-Stein/28154/citations

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 764.

___________________________________________________

"[...]."

"Je viens de quitter Gertrude Stein, lui dis-je. Nous avons eu une dispute. Je voulais t'en parler."

"Immédiatement, il ouvrit la porte toute grande et il dit :

- Entre alors."

"Nous longeâmes l'étroit couloir et nous prîmes à gauche pour déboucher dans la haute salle rectangulaire où ses visiteurs attendaient toujours, le matin, pour le voir. Il s'assit au bout d'une table et dit avidement :

- Raconte."

"Tandis que j'expliquais en détails ce qui s'était passé, Picasso s'irritait et s'excitait, marmonnant à plusieurs reprises : "La salope !", "La cochonne !"."

"Finalement, quand j'eus terminé, il sauta de la table et dit :

- Ainsi donc, tu as vu son vrai visage. Eh bien, je dois dire que tu as mis le temps pour comprendre. Ce premier jour où je t'ai envoyé la voir, je m'attendais à ce que tu reviennes me dire une demi-heure après quelle salope c'était. Cette cochonne. Une vraie fasciste, qui plus est. Elle a toujours eu un faible pour Franco. Imagine ! Pour Pétain aussi. Tu sais, elle a écrit des discours pour Pétain (1). Peux-tu imaginer ça ? Une Américaine. Une juive, qui plus est. Et elle est grasse comme une cochonne. Tu sais, elle m'a envoyé une fois une photo d'elle debout devant une auto et on ne pouvait même pas voir l'auto. Gertrude prenait toute la photo, cette cochonne."

"[...]."

"Quant à la Toklas (2), cette petite sorcière, sais-tu pourquoi elle porte une frange ? Elle avait une corne, dit-il en riant très fort. Au milieu du front. Une excroissance. Comme un rhinocéros. Elles formaient un couple parfait, Gertrude et Alice : l'hippopotame et le rhinocéros. Mais Alice a fait couper la corne et la frange est censée cacher le trou."

James Lord (3) : "un portrait de GERTRUDE STEIN par PICASSO" in Art Press n° 64, nov. 1982, p. 36.

NOTES JMS :

(1) "Gertrude Stein avait en fait traduit en anglais des discours de Pétain." (Note de la rédaction d'Art Press).

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Alice_B._Toklas et https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_B._Toklas

(3) Cf. not. : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-lord

Max Stirner

"Pour voir un anarchiste en Stirner, et le dédouaner de tout égoïsme, il faur négliger la lecture de L'Unique et sa propriété, car, dans ce volume de cinq cents pages, il triomphe en solipsiste fustigeant tout ce qui entrave son "Moi" : l'Etat, la loi, le droit, la famille, la patrie, les philosophes, l'Ecole, la caserne, la police, l'Université, la nation, la morale, le libéralisme, le bourgeois, la société, le bien, le mal, la raison, la vérité, les impôts, le système, la hiérarchie, la monogamie, l'amitié, le mariage, la propriété, l'argent, l'autorité, le travail, l'héritage, le roi, l'empereur, la légalité, les constitutions, le religion, Dieu, etc., ce qui, évidemment, flatte la fibre de l'anarchiste de ressentiment."

"Toutefois, que les anarchistes le sachent aussi !, Stirner vomit également : la justice, la liberté, l'égalité, l'équité, le partage, la solidarité, la fraternité, le peuple, le prolétariat, Proudhon. Il justifie l'inceste, le mensonge, le parjure, le non-respect de la parole donnée, le crime. Si d'aventure il célèbre l'"association d'égoïstes", ça n'est pas par souci de la micro-communauté, mais parce que celle-ci constitue ponctuellement la formule la plus utile au triomphe de son ego. [...]."

"On entend dans L'Unique et sa propriété un grand cri primal lancé par un enfant exigeant tous les bonbons du magasin qui se fâche contre la marchande qui dit non. Cette plainte infantile est malheureusement le cri régressif de nombre d'anarchistes institutionnels dont on voit bien à quoi ils s'opposent (souvent tout, ou presque...) sans qu'on puisse savoir ce qu'ils proposent de viable, de concret, de positif." 

Michel Onfray : Le Postanarchisme expliqué à ma grand-mère. Le principe de Gulliver, Galilée, col. "débats", 2012, pp. 40/41 et pp. 46/47.

stoïcisme

"Est impossible."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"Du corps, tout est fleuve qui coule ; de l'âme, tout est songe et fumée ; la vie est une guerre, un séjour sur une terre étrangère ; la renommée posthume, c'est l'oubli."

Marc Aurèle : Pensées (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Aurèle

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 34.

Dominique Strauss-Kahn

"Un jouisseur sans destin."

François Mitterrand

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, chez Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 680.

Igor Stravinsky

"Il faut dire : "

"La crasse du tympan, et non Le Sacre du Printemps."

Marcel Duchamp : Duchamp du Signe, Flammarion, 1975.

SOURCE :

Roger Dadoun : Duchamp Ce Mécano qui Met à Nu, Hachette, 1996, p. 117.

style

"Au fond, j'ai essayé d'imiter le style de Bach, c'est-à-dire d'avoir ces superpositions de voix, ces voix entremêlées. C'est tout un travail, ce travail de fugue. J'essaye de faire ça avec le style, j'essaye de faire ça avec le roman. En y parvenant pas, bien entendu."

Georges Simenon in Le Siècle de Simenon, de Pierre Assouline (France, 2013).

__________________________________________________

"Ce que j'ai essayé, c'est d'avoir un style qui donne le mouvement. Bien souvent, je commettrais une incorrection grammaticale pour ne pas perdre le mouvement. A mon avis, c'est toujours le mouvement qui compte le plus."

Idem ci-dessus.

subversion

"Max Loreau oppose avec une grande pertinence subversion et révolution. Révolution, c'est retourner le sablier. Subversion est tout autre chose : c'est le briser, l'éliminer."

Jean Dubuffet : Asphyxiante culture, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1968 ; Les Editions de Minuit, 1986.

succession

"Alors qu'il était Premier ministre au début du XXe siècle, lord Asquith (1) reçut la visite d'un solliciteur, qui lui demanda : "Mon ami Untel ne pourrait-il pas obtenir la place de Mr Smith, qui vient de mourir ?

- C'est son affaire : il n'a qu'à s'informer si le cercueil est à sa mesure."."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed; Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 59. 

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/H._H._Asquith et https://fr.wikipedia.org/wiki/Herbert_Henry_Asquith

sueur

"[...]. Le dopage, ça date pas d'hier."

"Il y a fort longtemps, sur l'île du Détroit  de Torrès (1), vers l'Australie, on avait une technique pour avoir plus de force. Il suffisait pour ça de boire la sueur d'un athlète. [...]. Bon, vous vous en doutez, ça ne marche pas, et puis c'est pas très hygiénique. [...]."

in Tu mourras moins bête. Tous dopés, Folimage - Ex Nihilo - ARTE France, 2017.

NOTE JMS :

(1) Mais dans le Détroit de Torrès, il n'y a pas une île, mais des îles, au moins 274 !

suffrage universel

"Le suffrage universel, c'est la loi du plus grand nombre. C'est la loi de la Masse. Et vous avez déjà vu sa gueule, à la Masse ? Vous avez déjà discerné la moindre lueur de vivacité intellectuelle dans l'oeil de la Masse rentrant de l'usine. Vous l'avez déjà vue briller au golf, la Masse ? Non.  Et vous n'êtes pas près de la voir briller. Car enfin, nom de Dieu, qu'est-ce que la Masse sinon une fourmilière de bipèdes sans ambition, juste bons à rester dans le Peuple qui, il faut bien le dire, a toujours constitué la frange la plus minable d'une société, quel que soit le régime en place. [...]."

Pierre Desproges : "Réquisitoire contre Moustache (1)", 19 novembre 1982, Le Tribunal des Flagrants délires, France Inter.

NOTE JMS :

(1) Acteur et batteur français d'origine grecque (1929-1987)

SOURCE :

"Shocking ! Ces plaisanteries qu'on n'ose plus faire" in Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 39.

 

suicide

Le 10 Janvier 1934, Le Canard enchaîné (19e Année - n° 91) titrait ainsi sa une :

"Stavisky se suicide d'un coup de revolver qui lui a été tiré à bout portant"

NOTE JMS :

Serge Alexandre Stavinsky (1886-1934) : "Célèbre escroc. Israélite d'origine russe, il s'établit en France avec son père en 1898 et fut naturalisé français en 1910. Maintes fois suivi par la justice pour abus de confiance, détournements, chèques sans provision, etc., il réussit cependant, grâce à des appuis parlementaires, à fonder le Crédit municipal de Bayonne (1931) et à émettre un montant élevé de bons à intérêt gagés sur des bijoux volés ou faux. A la suite d'un contrôle du ministère des Finances, le scandale éclata le 3 janvier 1934. Exploité par la presse de droite contre le régime parlementaire, il troubla l'opinion, qui ressentait les effets de la crise économique depuis 1932. Le 9 janv., on apprit que Stavinsky s'était donné la mort dans un chalet de Chamonix au moment d'être arrêté, mais la rumeur courut qu'on l'avait tué pour l'empêcher de parler et de compromettre ses complices. A partir du 10 janv., sur le thème : "A bas les voleurs !", L'Action française et les autres ligues d'extrême droite, ainsi que les anciens combattants, organisèrent de violentes manifestations à Paris. [...]. Après la constitution d'une commission d'enquête parlementaire, vingt complices de Stavinsky furent traduits en justice ; neuf d'entre eux furent condamnés, dont deux parlementaires, Garat et Bonnaure (17 janv. 1936). Scandale financier assez médiocre, l'affaire Stavinsky avait ébranlé le régime politique et ne cessa plus d'être exploitée contre la IIIe République."

Michel Mourre : Dictionnaire encyclopédique d'histoire, Bordas, 1978, vol. VII, p. 4276.

__________________________________________________

"Il n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux, c'est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue, c'est répondre à la question fondamentale de la philosophie."

Albert Camus (1) : Le Mythe de Sisyphe (1942) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Camus

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sisyphe et https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mythe_de_Sisyphe

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 130.

__________________________________________________

"Si un jour, je me suicide, ce qui est loin d'être exclus, je ne me raterai pas."

Patrick Poivre d'Arvor (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Poivre_d'Arvor et https://www.babelio.com/auteur/Patrick-Poivre-dArvor/9732

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 120.

 

Suisse

"En trente ans de Borgia, de meurtres, de sang et de terreur, l'Italie vit fleurir la Renaissance, Michel-Ange et Léonard de Vinci. En cinq cents ans de paix et de démocratie, que nous a apporté la Suisse ? Le coucou."

Orson Welles

Cité dans le Dictionnaire amoureux de l'Humour, de Jean-Loup Chiflet (Plon, 2012, p. 686). 

__________________________________________________

"Le bourgmestre de Bruxelles avait été très déçu du comportement de quelques délégués suisses, à l'occasion d'une réception officielle. Il dit : "Un Suisse, c'est un Belge qui n'a pas souffert.""

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 1153.

suppositoire

"SUPPOSITOIRE EN POUDRE

 VAOLI

 LE PUISSANT SOMNIFERE

 AUX CONIFERES"

"INSOMNIAQUES,

 Résultat de plusieurs années de

 recherches expérimentales,

 le suppositoire en poudre VAOLI va enfin

 vous permettre de passer des nuits sereines,

 avec une douce fraîcheur au derrière."

"CHEZ VOTRE PHARMACIEN. EXISTE AUSSI EN LAVEMENT"

Auguste Derrière : Les girafes n'aiment pas les tunnels, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2015, p. 16.

__________________________________________________

Dans quel sens faut-il introduire un suppositoire (1) ?

"La question peut sembler triviale, voire superflue, mais il s'agit d'une vraie question, dont la réponse n'est pas évidente. Il y a même des polémiques rageuses quant au meilleur sens d'untroduction d'un suppositoire. Par la partie pointue ou par le bout aplati ? Le bon sens dicterait de l'introduire par la partie en ogive, parce que cela rentre mieux. Mais, détail irréfutable, l'anus est clos par un ensemble musculaire de forme circulaire, un sphincter, qui se contracte à la moindre contrariété. Or, l'introduction d'un suppositoire en est une, car on constate bien souvent qu'il est expulsé quelques secondes après avoir été introduit, sous l'effet d'une contraction du sphincter anal. Si, en revanche, on essaye de le faire entrer par la partie plate, moins évidente, les contractions du sphincter joueront en votre faveur et pousseront vers l'intérieur cette petite capsule qui hante les souvenirs de nombreux enfants devenus grands."

Questions clés sciences, hors série n° 1, ESI éditions, 2018, p. 69. Auteurs : Hubert Kerjean, Eric Mathivet et agence éditoriale Mativox.

NOTE :

Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Suppositoire

  
 

suprématisme

"POLIT Aux Etats-Unis, se dit de groupes convaincus de la suprématie de la race blanche."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 17.

surdité

Charles Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) à propos de François-René de Chateaubriand (1768-1848) (1) :

"Il croit qu'il est sourd depuis qu'il n'entend plus parler de lui."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François-René_de_Chateaubriand et http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/francois-rene-de-chateaubriand et http://romantis.free.fr/chateaubriand/html/chaindex.html et https://gallica.bnf.fr/essentiels/chateaubriand

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 155 (1).

NOTE JMS :

(1) Cette citation se trouve également dans : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties , de Jean Piat et Patrick Wajsman (Albin Michel, 2006, p. 84), mais sous une forme légérement différente : "Il croit qu'il devient sourd parce qu'il n'entend plus parler de lui !"

surdoué

"On croise, hélas, beaucoup de "surdoués" devenus toxiques à force de trop savoir qu'ils excellent."

Christophe Médici : Savoir gérer les personnes toxiques, Ed. Dangles, 2015, p.19.

surface

"Si vous voulez tout savoir sur moi, regardez simplement à la surface de mes peintures, de mes films et de moi-même. Je suis là. Il n'y a rien derrière."

Andy Warhol

SOURCE :

Cité dans l'encadré Télérama d'Emilie Gavoille consacré au documentaire de Tania Goldenberg sur Andy Warhol (France, 2015, 60 mn) 

surhomme

"Un individu ne peut devenir un  dieu et encore moins se mettre à la place de Dieu lui-même. Qu'un surhomme domine le monde ne peut créer que plus de désordres pour celui-ci, le rendre plus chaotique. Au cours de ce siècle post-nietzschéen, les catastrophes que l'homme a provoquées ont laissé dans l'histoire de l'humanité les pages les plus noires. Les paroles folles d'un philosophe narcissique à l'extrême ne sont cependant rien en comparaison des crimes engendrés par le perpétuel recours à la violence de tous ces surhommes que l'on appelle dirigeants du peuple, chefs d'Etat, commandants suprêmes des nations. [...]."

Gao Xingjian (1) : La raison d'être de la littérature. Discours prononcé devant l'Académie suédoise le 7 décembre 2000. Traduit du chinois par Noël et Liliane Dutrait in Gao Xingjian : La raison d'être de la littérature suivi de Au plus près du réel. Dialogues avec Denis Bourgeois, éditions de l'Aube, 1997 et 2001, p. 7.

NOTE :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gao_Xingjian

surmenage

"SURMENAGE. Trouble qui affecte de hauts fonctionnaires publics quand ils veulent partir à la pêche."

Ambrose Bierce (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ambrose_Bierce , https://www.mon-poeme.fr/citations-ambrose-bierce et https://www.babelio.com/auteur/Ambrose-Bierce/2700/citations

swag

"Comportement, façon d'être dénotant une certaine autorité naturelle." (1).

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 17.

NOTE JMS :

(1) Swagger, comme nom commun, signifie en anglais "air important ; rodomontades, crâneries, fanfaronnades" et, comme verbe, "crâner, se pavaner".

SOURCE :

D'après le Harrap's new shorter Dictionnaire Anglais/Français Français/Anglais, janv. 1986.

syndicalisme

"Quand la crise économique sévit, que des milliers d'emplois sont détruits, quel est le réel pouvoir d'un syndicat ? Quels sont ses moyens d'action ? A partir de janvier 2009 et pendant plus d'un an, Eric Guéret et Hugues Nancy ont suivi le quotidien de la CGT (1), depuis ses plus hautes sphères jusqu'au combat des ouvriers de Goodyear, Molex ou de la raffinerie Total de Dunkerque. Leur film prend la forme d'un journal de bord. Cette construction chronologique ainsi que des discours parfois réduits aux bonnes intentions font apparaître un grand décalage entre la base et la direction parisienne - ou, pour le dire positivement, une grande autonomie des militants locaux."

"Tous ensemble se révèle riche d'informations, et surtout de séquences saisissantes. En filmant de l'intérieur les luttes de terrain, il dévoile la tension de salariés exaspérés ou désespérés, les différentes stratégies mises en oeuvre, les manières d'établir un rapport de force dans un combat forcément inégal contre des multinationales. Le film est cruel pour Nicolas Sarkozy et son ministre chargé de l'industrie Christian Estrosi (2), surpris en flagrant délit de promesses non tenues. Il n'est pas tendre non plus pour la CGT, dont les représentants apparaissent démunis face au refus de négocier, voire à la duplicité des entreprises ou des pouvoirs publics. Pour se faire entendre, il est préférable de travailler chez Total et de posséder la mainmise sur un bien précieux, l'essence. Dans tous les conflits, en revanche, l'action juridique est payante (en termes d'indemnités, mais pas toujours de maintien des emplois). Un aspect qui aurait pu être plus développé."

Encadré Télérama de Samuel Gontier à propos du documentaire d'Eric Guéret et Hugues Nancy (France, 2010, 72 mn) : Tous ensemble.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Confédération_générale_du_travail et https://www.cgt.fr

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Estrosi

__________________________________________________

" "Râleurs, agressifs, rétrogrades", les syndicalistes ? La caricature a la peau dure et exaspère le réalisateur Daniel Bouy, lui-même syndiqué. Son film vient désamorcer les clichés en donnant la parole à cinq délégués syndicaux d'horizons différents. Tous racontent leur engagement, convictions et valeurs chevillées au corps. Nathalie, syndiquée CFTC (1) depuis plus de trente ans, explique avoir été discriminée par son employeur, mais ne rien regretter. La caméra capte tout l'amour qu'elle porte à son mandat de déléguée : "On le fait parce que ça nous pousse, c'est en nous." Enfant, Marie-Christine aurait voulu devenir "bonne soeur". Son mandat à la CGT vient combler un besoin viscéral d'aider les autres : "Ce n'est pas tout à fait ça, mais ça remplace une partie de mes rêves." Sud-PTT (2), Sébastien se réfère aux grandes luttes historiques et croit dur comme fer dans le pouvoir de l'engagement. De mises à pied en blâmes, rien ne semble pouvoir le décourager de défendre les valeurs du service public. Quant à Victorien, 26 ans, il s'est engagé à la CFDT (3) en signant son CDI à l'âge de 18 ans, et réfléchit désormais avec son union régionale à la meilleure façon d'attirer les jeunes."

"Agrémentés d'illustrations espiègles, ces petits portraits pleins de bonne humeur laissent entrevoir certaines évolutions du combat syndical, mais mettent surtout une bonne dose de baume au coeur, rappelant le pouvoir de la solidarité et du collectif quand l'entreprise ne cesse de nous individualiser. "Les salariés n'ont pas conscience de la force qu'ils représentent, résume Olivier, délégué FO. Au CHU d'Amiens, on est plus de cinq mille agents : avec ce rapport de force, si on voulait, on gagnerait toujours."

Encadré Télérama de Marie-Hélène Soenen à propos du documentaire de Daniel Bouy (France, 2018, 60 mn) : Va voir le délégué.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Confédération_française_des_travailleurs_chrétiens et https://www.cftc.fr

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sud-PTThttp://www.sudptt.org et https://solidaires.org/SUD-PTT

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Confédération_française_démocratique_du_travail et https://www.cfdt.fr/portail/confederation-j_5

__________________________________________________

"Serge Moati (1) interroge la crise du capitalisme à travers celle, violente, que traverse Force ouvrière (2) depuis plus de deux ans. Après un rappel historique tout en archives, la chronique de la débâcle démarre réellement en 2017, quand Emmanuel Macron, tout juste élu, se lance dans la réforme du code du travail par ordonnances. Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly (3), renonce alors aux manifs et accepte la "concertation" proposée par le gouvernement : une trahison, pour une large partie des militants. Serge Moati a glissé sa caméra au coeur du congrès de Lille en avril 2018, qui tourna au bilan cinglant pour le leader en fin de mandat."

"Conteur de talent, Moati égrène les rebondissements désastreux survenus depuis (les scandales du fichage des cadres de FO et de ses finances), qui explique en partie la défiance grandissante et le "dégagisme" qui frappent le syndicalisme. Nourri d'interviews, dont celles de Mailly, qui défend son bilan, ou de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud (4), qui commente tout sourire les négociations menées avec lui, ce récit prenant est à la fois un portrait vivant de FO et un questionnement solide de l'avenir du syndicalisme, sapé par Emmanuel Macron, tenu à l'écart des mouvements de contestations récents. Mais pourquoi laisser le dernier mot à Jean-Claude Mailly dans une conclusion si partiale ? "Quand le pouvoir considère que l'ancien monde est terminé, et qu'il va parler directement avec le peuple, voilà ce que ça donne", dit l'ancien leader, dont le propos est bordé d'images violentes de manifestations de Gilets jaunes (5). Comme si la crise syndicale ne jouait aucun rôle dans la colère actuelle..."

Encadré Télérama de Marie-Hélène Soenen à propos du documentaire de Serge Moati (France, 2019, 55 mn) : FO, un syndicat par temps de crise.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Moati

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Force_ouvrière et https://www.force-ouvriere.fr

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Mailly et https://www.force-ouvriere.fr/jean-claude-mailly

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Muriel_Pénicaud, https://www.gouvernement.fr/ministre/muriel-penicaud et https://www.challenges.fr/tag_personnalite/muriel-penicaud_32887

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_Gilets_jaunes

Syrie

"Bientôt cinquante ans que la dynastie El-Assad (1) règne sur la Syrie. Le 13 novembre 1970, Hafez El-Assad prenait le pouvoir par un coup d'Etat qu'il avait lui-même orchestré. Le 17 juillet 2010, son fils Bachar lui succède. Bachar le cadet, devenu président par défaut à cause du décès accidentel de son aîné, Bassel, programmé pour gouverner, en 1994. L'actuel dictateur, qui avait dû cette année-là revenir au pays alors qu'il commençait à Londres une carrière de médecin ophtalmologue, a été rattrapé par l'esprit tyrannique de la famille. Anissa, la matriarche ultra autoritaire ; Bouchra, chouchou du père, mais femme ; Maher, le benjamin, favori de la mère, promu bras armé du pouvoir (ce frère maléfique, complément de Bachar, adepte de la terreur, peut s'amuser à tirer au fusil sur la foule lors d'une manifestation). Enfin, Asma, l'épouse modèle, rencontrée dans la capitale britannique quand ils étaient étudiants, dont l'influence et l'ambition semblent sans limite."

"Un portrait familial sans concession qui souligne et dénonce les pratiques et les dérives d'un clan, d'un régime toujours plus féroce, devenu moins fréquentable à partir du 11 septembre 2001. Un documentaire copieux, riche en images (parfois difficiles) et en témoignages. Dont cet aveu de Bachar El-Assad lui-même, qui regrette de ne pas avoir poursuivi sa carrière médicale et confesse avoir "caressé le rêve de travailler dans l'humanitaire" !"

Etienne Labrunie à propos du documentaire de Nick Green (USA, 2018, 1h40) : Inside Syrie. La dynastie El-Assad, in Télérama 3617 du 8 mai 2019, p. 76.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/El-Assad

système

"Il est vrai qu'en fait de systèmes, il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille."

Voltaire : L'A.B.C. : Dix-sept dialogues politiques (1).

NOTE :

(1) Cet ouvrage de Voltaire a été réédité en 1985 aux Presses Universitaires de Caen (120 p.). Il est épuisé au jour d'aujourd'hui.

SOURCE :

Virginie Rodde : Voltaire en un clin d'oeil !, First éditions, 2018, p. 100.

__________________________________________________

"Démolir une usine, se révolter contre un gouvernement, refuser de réparer une moto, c'est s'attaquer aux effets et non aux causes. Et tant qu'on ne s'attaquera qu'aux effets, rien ne changera vraiment. Le vrai système, c'est notre système de pensée, c'est la rationalité elle-même. Qu'on détruise une usine en laissant debout le système de pensée qui l'a produite, celui-ci reconstruira une nouvelle usine. Qu'une révolution détruise un gouvernement en laissant intacts les modes de pensée qui lui ont donné naissance, on les retrouvera dans le gouvernement suivant. On parle beaucoup de système, mais on ne sait pas de quoi on parle."

Robert M.Pirsig (1) : Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes (paru en 1974 aux Etats-Unis sous le titre : Zen and the Art of Motorcycle Maintenance : an Inquiry into Values). Traduit en français par Maurice Pons, Andrée et Sophie Mayoux, Points/Seuil, 2008, 448 p. (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_M._Pirsig et https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_M._Pirsig et https://www.babelio.com/auteur/Robert-M-Pirsig/118601/citations

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_du_zen_et_de_l%27entretien_des_motocyclettes et https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20081223.BIB2703/comment-j-039-ai-traduit-le-livre-le-plus-fou.html