Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
machiavélisme

"Mot qu'on ne doit prononcer qu'en frémissant."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Nicollo Machiavelli

"Ne pas l'avoir lu, mais le regarder comme un scélérat."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

maçonnerie d'affaires

"La Grande Loge Nationale Française [...] devient la cible du procureur Eric de Montgolfier lorsqu'il dénonce en 2000 l'existence d'une maçonnerie d'affaires susceptible de nuire, par son influence, au bon fonctionnement de la justice sur la Côte d'Azur. Il pose alors [...] la question de la compatibilité entre le serment prononcé par un magistrat lors de sa nomination et le serment d'entraide de la franc-maçonnerie."

"[...] que ce soient Michel Mouillot à Cannes, André Guelfi ou Alfred Sirven dans l'affaire Elf, Jacques Crozemarie à l'ARC, Jean-Claude Mery ou René Trager dans les affaires de financement occulte des partis politiques, Michel Garetta dans celle du sang contaminé, GianCarlo Paretti au Crédit Lyonnais, Didier Schüller dans le détournement du conseil général des Hauts-de-Seine, Christian Nucci et Yves Challier dans l'affaire du Carrefour du développement, Max Theret dans le scandale Pechiney ou encore Olivier Spithakis dans celui de la MNEF, tous ont en commun leur appartenance à l'une ou l'autre des branches de la franc-maçonnerie française."

Gwenn Rigal : Les mystères de la franc-maçonnerie. L'histoire d'une société secrète, Editions ESI, sept. 2012, p. 56.

Emmanuel Macron

En pleine promotion de son livre : Les leçons du pouvoir (Stock, col. "Essais - Documents", avril 2018, 288 p.), François Hollande était l'invité, le 25 avril 2018 sur TMC, de l'émission de Yann Barthès : Quotidien.

Voici, entre autres choses, ce qu'il a dit à propos d'Emmanuel Macron, qui est qualifié de "président des riches"  :

"Non, ce n'est pas vrai [pause], il est le président des très riches."

SOURCE : Actualités Orange du 26 avril 2018.

__________________________________________________

"Les gens ont l'impression que c'est le patronat qui gouverne."

Didier Droart, maire LR de Tourcoing.

SOURCE :

"A Tourcoing, les désillusions de la droite pro-macron" : reportage de Sylvia Zappi pour le journal Le Monde du vendredi 28 septembre 2018, p. 12.

__________________________________________________

"Dans la Dépêche du Midi (1), [Emmanuel Macron] cite [...] Mao : "Peu importe que le chat soit noir ou blanc, tant qu'il attrape des souris" [...]. Mais la phrase a été prononcée par Deng Xioping (2) et non par le "Grand Timonier"."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 41.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dépêche_du_Midi

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Deng_Xiaoping

Macronie

Dans un article intitulé : "Macron et les campagnes, la défiance est dans le pré" et publié à la page 8 du journal Le Monde du vendredi 23 février 2018, Solenn de Royer écrit :

"[...]."

"Dans l'exercice du pouvoir, si le chef de l'Etat affiche une détermination à réformer et des sourires sur papier glacé, il ne laisse pas transparaître qui il est. "La Macronie c'est la Silicon Valley, c'est sec, c'est le travail, rien que le travail, raconte un familier du pouvoir. Macron n'offre aucun relief, pas de prise. Il y a une aridité, un manque de chair."

"[...]."

 

René Magritte

Lettre de René Magritte au critique d'art Richard Dupierreux, opposant radical au mouvement surréaliste :

Monsieur Richard Dupierreux

 critique d'art au Journal "Le Soir"

Bruxelles

________________________

     Cher Monsieur Dupierreux,

     La bêtise est un spectacle fort affligeant mais la colère d'un imbécile a quelque chose de réconfortant. Aussi je tiens à vous remercier pour les quelques lignes que vous avez consacrées à mon exposition (1).

     Tout le monde m'assure que vous n'êtes qu'une vieille pompe à merde et que vous ne méritez pas la moindre attention. Il va sans dire que je n'en crois rien et vous prie de croire, cher monsieur Dupierreux en mes sentiments les meilleurs.

                                                                          Magritte

                                                                          3 mai 1936

                                                                          135. rue Esseghem. Jette

                                                                                                      Bruxelles

Voici un extrait de cet article :

     "Au Palais des Beaux-Arts également, deux peintres, Paul Delvaux et René Magritte, exposent des oeuvres qui, si elles ne sont loin de manquer de talent, tiennent bien plus de la cérébralité que de la peinture. L'un et l'autre cherchent dans le surréalisme leurs thèmes familiers. Delvaux, avec ses nus et ses demi-nus, tend plutôt à exprimer des idées qu'à représenter des corps ; il essaye de nous imposer une atmosphère morale, dans un effort de suggestion qui tient du rêve. Y arrive-t-il toujours ? Je n'en suis pas certain. Et je regretterai, pour ma part, qu'au bénéfice d'une tentative littéraire il laisse au second plan les qualités dont ses aquarelles réalistes, éxécutées devant la nature, nous donnent tant d'émouvants exemples."

     "L'art de Magritte pousse à l'extrême cette tendance. Son métier, froid, impersonnel, académique, en font un des "pompiers" du surréalisme. Une figure d'homme, dont le nez se termine en pipe, est pour la Lampe philosophique ; une tranche de jambon au milieu de laquelle un oeil nous regarde, et c'est le Portrait ; un oeuf cuit dur, coupé en deux, sur une étagère bleue, devant un ciel noir, signifie le Feu souterrain. Ainsi, une série d'inventions laborieuses, prétentieuses, enfantines, font appel à une curiosité maladive."

     "[...]."

                                                                                                        

Mahgreb

"J'ai obtenu quelques succès. Comme Tahar Ben Jelloun (1), en 1987. On n'avait jamais couronné un écrivain maghrébin."

Edmonde Charles-Roux (2)

Cité dans l'entretien avec la romancière, de l'Académie Goncourt, paru dans le Télérama n° 2392 du 15 novembre 1995, p. 69. Propos recueillis par Jean-Luc Douin.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tahar_Ben_Jelloun, http://www.taharbenjelloun.org et http://evene.lefigaro.fr/citations/tahar-ben-jelloun

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Edmonde_Charles-Roux

mai 68

"J'étais étudiant en mai 68. On ne savait absolument rien des raisons pour lesquelles les jeunes Français se révoltaient, mais ils étaient très populaires au Japon. Alors, dans notre quartier de Tokyo, on s'est dit : on va recréer le Quartier latin, ici, chez nous ! On a commencé à lancer des pierres sans savoir pourquoi. Aucun de nous n'avait lu Marx ni Lénine, mais faire comme les étudiants français, on trouvait ça très très bien ! Mes copains et moi, nous n'avions pas de conscience politique : quand on entendait chanter L'Internationale (1), on embrayait en croyant que c'était un chant militaire."

Takeshi Kitano

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Internationale, http://drapeaurouge.free.fr/inter.html et http://classes.bnf.fr/pdf/Revol7_Internationale.pdf

SOURCE :

Philippe Piazzo : L'anar permanent in Télérama n° 2466 du 16 avril 1997, pp. 30-32.

mail

"1 email envoyé à une seule personne avec une pièce jointe de 1Mo émet 19 g de CO2 soit l'équivalent de la consommation d'une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes ! [...]."

Bref L'info pratique et nomade ! N° 27 - Janvier 2019, p. 2. Crédit Mutuel Nord Europe.

main

"L'homme pense parce qu'il a des mains."

Anaxagore de Clazomènes (1) : Sur la nature

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 16.

NOTE :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anaxagore

__________________________________________________

"Et la main semble bien être non pas un outil, mais plusieurs."

Aristote : Parties des animaux

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 27.

__________________________________________________

"Le conte des frères Grimm (1) est d'une cruauté inouïe. Avec de vendre sa fille au diable contre une rivière d'or, un meunier coupe les mains de la belle innocente... Et ce n'est que le début d'une litanie de malheurs. De cet implacable récit, métaphore de la noirceur de l'âme humaine, Sébastien Laudenbach (2) tire un film d'animation lumineux. [...]."

"Au-delà de sa beauté méditative, le film développe les thèmes les plus sombres - la toxicité des rapports parents-enfants, la vénalité, la lâcheté -, mais aussi les plus simples - l'amour, l'enfantement -, avec la même sincérité délicate. Pas de fausse pudeur à la Disney dans ces scènes où le lait jaillit joyeusement d'un sein, où le diable est nu. Ce film invite [...] à contempler sans ciller la danse de l'art et de la vie."

Cécile Mury : encadré Télérama consacré au film d'animation de Sébastien Laudenbach : La Jeune Fille sans mains (France, 2016, 1h 15mn) (3).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Frères_Grimm, http://clpav.fr/grimm.htm et http://feeclochette.chez.com/grimm.htm

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sébastien_Laudenbach et https://www.franceculture.fr/personne/sebastien-laudenbach

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Jeune_Fille_sans_mains et https://benshi.fr/films/la-jeune-fille-sans-mains/581

 

maire

"La question est maladroite. Un journaliste du Courrier picard (1) demande à Xavier Bertrand (2) s'il compte remplacer le maire de Saint-Quentin (3) qui vient d'annoncer son retrait pour raison de santé. Le député s'emporte et s'acharne pendant trois minutes assez violentes contre le rédacteur devant les caméras de Public Sénat (4), mettant le téléspectateur mal à l'aise. C'était en janvier 2010. En octobre, Bertrand s'installe dans le fauteuil de maire."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 107.

NOTES JMS :

(1) Journal régional de la presse écrite diffusé en Picardie, dans le Somme, dans l'Oise, ainsi que dans l'Aisne, dans l'arrondissement de Saint-Quentin.

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Bertrand

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Quentin

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Public_Sénat

 

 

maire de village

"Toujours ridicule. [...]."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

maître

"Notre ennemi, c'est notre maître :

 Je vous le dis en bon françois."

 Jean de La Fontaine : "Le Vieillard et l'Âne" (Fables, livre VI, fable VIII).

__________________________________________________

"L'esclave des colonies a un maître qu'il ne s'est pas donné ; le Pauvre, le Prolétaire, est obligé de se chercher un Maître. Il meurt de faim, lui et sa famille, ou il mendie, s'il ne trouve pas un Maître."

Victor Considerant (1)

NOTE JMS :

(1) Cité dans la préface de Maurice Demmanget au livre Ni Dieu, ni Maître, d'Auguste Blanqui, Ed. Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 9. Cet extrait de texte de Victor Considerant (1808-1893) date de 1835. Il avait donc 27 ans lorsqu'il l'écrivit.

__________________________________________________

"L'homme est un animal qui du moment où il vit parmi d'autres individus de son espèce a besoin d'un maître. Or ce maître, à son tour, est tout comme lui un animal qui a besoin d'un maître."

Emmanuel Kant

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/emmanuel-kant

maître à penser

"L'époque des majestueux maîtres à penser semble révolue. Bernard-Henri Lévy ne souffre pas la comparaison avec Malraux..."

Eric Dupin : Un siècle d'intellos in Télérama n° 2438 du 2 octobre 1996, pp. 54-56.

 

mal

« … fête à laquelle je m’invite seul, où je casse à n’en plus pouvoir le lien qui me lie aux autres. Je ne tolère aucune fidélité à ce lien. Personne n’aime qui ne soit tenu de rompre. (…). »
« Les hommes se méconnaissent dans le bien et s’aiment dans le mal. Le bien est l’hypocrisie. Le mal est l’amour. L’innocence est l’amour du péché. »
« Intéressé, le mal est un bien pour le malfaiteur. Le mal authentique est désintéressé. »
« En ce qu’elle a d’intime, de doux, de désintéressé, la société repose sur le mal : elle est comme la nuit, faite d’angoisse. »

Georges Bataille : Le petit, in Romans et récits, Bibliothèque de La Pléiade, NRF Gallimard, 2004, pp. 351-352.

__________________________________________________

"C'est dans le vide de la pensée que naît le mal."

Hannah Arendt (1) : Eichmann à Jérusalem (1963) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : http://sos.philosophie.free.fr/arendt.php et https://fr.wikipedia.org/wiki/Hannah_Arendt

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Eichmann et https://fr.wikipedia.org/wiki/Eichmann_à_Jérusalem

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 127.

___________________________________________________

"CHOIX DE SOPHIE (Le) [Sophie's choice] (1). Roman de l'écrivain américain William Styron (2) [...], publié en 1979. Stingo, le narrateur du récit, est un jeune écrivian sudiste qui "monte" à New York pour écrire son oeuvre. Il loge dans une petite pension à Brooklyn (3), et c'est là qu'il se lie d'amitié avec un couple aux étreintes tumultueuses, Nathan et Sophie. Nathan est juif, elle est polonaise et chrétienne, survivante d'un camp de concentration. Tous deux s'aiment d'un amour passionné, violent, exclusif. Nathan est d'une jalousie féroce. C'est un jeune homme brillant, plein d'enthousiasme, mais il se drogue et, à cause de sa schizophrénie, a dû souvent être interné. Fasciné par l'énergie vitale et le brio de Nathan et subjugué par le charme de Sophie, Stingo ne les quitte plus."

"Le roman apparaît d'abord comme une autobiographie et son initiation à la vie new-yorkaise. Styron raconte, avec l'humour d'un Philippe Roth (4), l'engouement de notre jeune Sudiste pour la jeune et superbe Leslie Lapidus et ses désillusions. Sa seconde aventure, avec une jeune baptiste qui entend garder sa virginité pour la nuit nuptiale, ne fera qu'exacerber ses frustrations. Mais l'essentiel du roman porte sur sa relation avec Sophie, dont il devient vite le confident. Progressivement, Sophie lui révélera des pans entiers de son passé polonais. Son père, un universitaire qui avait écrit un ouvrage antisémite, n'a pas été épargné pour autant par les nazis. Elle-même partageait les idées de son père mais, à la suite d'un malheureux concours de circonstances, elle fut envoyée à Auschwitz. Et c'est là qu'elle fut contrainte par un officier sadique à faire le choix tragique : désigner lequel de ses deux enfants, sa fille ou son fils, irait à la mort. Elle désigne sa fille. Son fils lui est enlevé pour faire partie des "enfants d'Hitler". Son sort, dans le camp, est relativement privilégié puisqu'elle travaille pour la famille du chef de camp, qu'elle essaie de séduire pour qu'il lui rende son enfant. En vain. Elle sera libérée par les Russes."

"Les relations entre Sophie et Nathan, qui, sous l'effet d'amphétamines, devient fou furieux, se dégradent rapidement. Stingo, tombé amoureux de Sophie, lui propose de l'épouser et ils partent vers le Sud. Après une nuit passé avec Nathan, Sophie le quitte pour aller rejoindre Nathan. Telle l'héroïne de Roméo et Juliette (5), elle va mourir avec lui."

"Au-delà de cette belle et tragique histoire d'amour reste l'évocation de l'univers concentrationnaire. Styron avait effectué le voyage à Auschwitz ; "visite horrible au-delà de ce qu'on peut croire", devait-il déclarer plus tard. Styron dénonce la conception romantique du mal et reprend la thèse de Hannah Arendt (6) sur la banalité du mal (7). Ce qu'il découvre dans le système nazi, c'est la banalisation de la destruction de l'homme et le manque absolu de tout sentiment de culpabilité chez les bourreaux. C'est-à-dire le mal dans son opacité, dans son irréductibilité, le mal sans rédemption possible."

C. L.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Choix_de_Sophie et https://www.babelio.com/livres/Styron-Le-Choix-de-Sophie/9014

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/William_Styron, https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Styron, https://www.babelio.com/auteur/William-Styron/5930 et https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2006/11/02/william-styron-l-auteur-du-choix-de-sophie-est-mort_829941_3382.html

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Brooklyn

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philip_Rothhttps://www.babelio.com/auteur/Philip-Roth/3590, https://www.lemonde.fr/culture/article/2018/05/23/philip-roth-en-cinq-livres-incontournables_5303368_3246.htmlhttps://www.franceculture.fr/personne/philip-roth et https://www.franceculture.fr/litterature/philip-roth-en-trois-oeuvres-incontournables

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roméo_et_Juliette et https://www.histoire-amour.com/romeo-juliette.html

(6) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hannah_Arendt, https://www.babelio.com/auteur/Hannah-Arendt/2263 et https://www.franceculture.fr/personne/hannah-arendt

(7) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Banalité_du_mal et https://www.cairn.info/revue-cites-2008-4-page-17.htm et https://www.franceculture.fr/oeuvre/le-pervertissement-totalitaire-la-banalite-du-mal-selon-hannah-arendt

SOURCE :

Le Nouveau Dictionnaire des oeuvres de tous les temps et de tous les pays, V. Bompiani et Ed. Robert Laffont S.A., 1994, vol. I, pp. 1113-1114.

 

 

 

Kasimir Malevitch

"[...]. K. Malevitch, du chiqué. [...]."

Arthur Cravan : revue Maintenant n° 4, mars-avril 1914 (à propos du Salon des Indépendants).

Rééd. : Maintenant avril 1912 - mars-avril 1914, Seuil, col. "l'école des lettres", 1995, p. 90.

malheur

"Rien n'est plus grotesque que le malheur."

Samuel Beckett (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Beckett et http://www.leseditionsdeminuit.fr/auteur-Samuel_Beckett-1337-1-1-0-1.html  

SOURCE :

"Les mots de la fin" de Fabienne Pascaud (Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabienne_Pascaud) in Télérama n° 2087 du 10 janvier 1990, p. 45-46.

__________________________________________________

"Conversation entre Louis XVIII et Talleyrand :

- "J'admire votre influence sur tout ce qui s'est passé en France. Comment avez-vous fait pour abattre d'abord le Directoire (1) et, plus tard, la puissance colossale de Bonaparte ?"

- "Mon Dieu, Sire, je n'ai vraiment rien fait pour cela. C'est quelque chose d'inexplicable que j'ai en moi : je porte malheur aux gouvernements qui me négligent."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Directoire et http://revolution.1789.free.fr/page-11.htm

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 47.

Thomas Robert Malthus

"Ne pas l'avoir lu, mais le regarder comme un scélérat et l'"infâme Malthus (1)"."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

NOTE JMS :

(1) Pasteur anglican et économiste anglais (1766-1834). "Auteur d'un Essai sur le principe de population (1798), il y présente l'accroissement de la population comme un danger pour la subsistance du monde et recommande la restriction volontaire des naissances (malthusianisme)." (Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013).

Mais ce n'est pas aussi simple. Si l'on consulte, par exemple, le volume XV du dictionnaire encyclopédique alpha (éd. Grammont S.A., 1982), aux mots Malthus et malthusianisme, on peut y lire notamment : "[Dans son Essai sur le Principe de Population], il y défend la thèse selon laquelle la pauvreté de la population ne peut être combattue que par une limitation démographique des classes défavorisées et conclut à la nécessité de combattre la natalité dans ces milieux. [...]. [Sa] théorie fut vivement critiquée, notamment dans ses applications, allant de l'eugénisme au génocide."

Jean Mamy

Dans un petit texte intitulé "Jean Mamy, un Vénérable collabo", Gwenn Rigal écrit ceci :

"Jean Mamy était avant guerre le Vénérable de la Loge Renan du Grand Orient de France. Sous l'Occupation allemande [...], il deviendra l'un des plus fervents supporters nazis et réalisera sous le pseudonyme de Paul Riche un film de propagande, Forces occultes, projeté sur les Champs-Elysées en 1943. Il y est question d'un jeune député idéaliste rejoignant une loge et découvrant un complot ourdi par les francs-maçons et les Juifs afin de déclencher une guerre entre la France et l'Allemagne. En 1949, Jean Mamy sera le dernier fusillé de l'Epuration."

in Les mystères de la franc-maçonnerie. L'histoire d'une société secrète, Editions ESI, sept. 2012, p. 49.

management

"Performance, adaptabilité, "liberté" au travail... dans les usines du IIIe Reich ! Pour l'historien Johann Chapoutot (1), les nazis auraient inventé les fondements du management moderne."

"Spécialiste du nazisme, l'historien Johann Chapoutot poursuit son exploration du régime hitlérien. Dans son nouveau livre Libres d'obéir. Le management, du nazisme à aujourd'hui, il s'intéresse à la genèse et à la mise en place d'une version nazie du management. Et montre, de façon inattendue, que cette racine nationale-socialiste est devenue l'une des "matrices du management moderne"."

"[...]. J'ai trouvé plusieurs sources qui évoquaient le sujet et découvert des parcours de juristes, comme celui de Reinhard Höhn, qui fut l'un des grands artisans sur le management. Par ailleurs, en rencontrant des termes tels qu' "agilité", "initiative" ou "performance", omniprésents aujourd'hui, j'ai été frappé de voir à quel point nous partagions un univers mental avec les nazis, qui ne sont ni des fous, ni des extraterrestres, mais bel et bien de notre temps - le XXe siècle - et de notre lieu - l'Occident -."

"[...]."

Le travail rend libre, vraiment ? Entretien de Johann Chapoutot avec Youness Bousenna in Télérama 3654 du 22 janvier 2020, pp. 35-37.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Chapoutot

(2) Cf. not. : https://de.wikipedia.org/wiki/Reinhard_Höhnhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_Höhn et https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/080120/les-influences-nazies-du-management-moderne

manchot

Dans le Télérama du 20 juin 2012 (n° 3258, p. 14), Nicolas Delesalle a écrit un petit texte intitulé "Pourquoi les manchots sont-ils des lapins ?" et dont voici quelques extraits :

« Entre 1910 et 1913, George Murray Levick participe à l’expédition Scott en Antarctique. […] il se concentre sur sa mission : étudier le comportement sexuel des manchots. Débarqué d’une Angleterre très puritaine, le chercheur tombe des nues : les mâles copulent avec des femelles mortes, d’autres forniquent avec des poussins hauts comme trois boules de neige avant de les tuer. Horrifié, Levick décide de dissimuler le fruit de ses recherches. En rentrant, il publie un bref article, qu’il rédige en grec pour brouiller les pistes. […]. Plus tard, Levick rédige un nouvel article, plus dense et prolixe, dont personne n’entendra parler, jusqu’à ce que Douglass Russell, le conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Londres, mette la main dessus, cinquante ans plus tard. Selon le conservateur, interviewé par le Guardian, les mœurs des manchots observés par Levick sont liées à l’extrême brièveté de leur période de reproduction, laquelle les conduit à foncer dans le tas sans réfléchir. […]. »

manipulation

"Une société dont la plupart des membres passent une grande partie de leur temps non pas dans l'immédiat et l'avenir prévisible mais quelque part dans les autres mondes inconséquents du sport, des feuilletons, de la mythologie et de la fantaisie métaphysique aura bien du mal à résister aux empiétements de qui voudrait la manipuler et la dominer."

Aldous Huxley : Le meilleur des mondes, 1959.

Cité dans l'introduction par Françoise Morvan à La fausse parole, d'Armand Robin, Le temps qu'il fait, 1979, p. 17.

__________________________________________________

"[...]. La manipulation idéologique consiste à faire passer une liberté négative et individualiste pour la liberté sociale et de progrès collectivement partagé. Mais ce type d'escroquerie linguistique nécessite de l'entraînement. Le candidat Macron l'a appris à ses dépens lors de l'altercation en mai 2016 avec un ouvrier auquel il a dit de manière méprisante : "Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler !"

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : Les prédateurs au pouvoir. Main basse sur notre avenir, Ed. Textuel, 2017, p. 53.

manque

"Me pensant plus malin qu'un autre, j'ai cru pouvoir échapper à la douleur du manque en en faisant un objet de réflexion."

Tonino Benacquista (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tonino_Benacquista, https://www.babelio.com/auteur/Tonino-Benacquista/3627 et https://www.franceculture.fr/personne-tonino-benacquista.html

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 252.

manucure

"10 %

 sur

 L'ONGLE

 D'AMERIQUE

 &

 L'ONGLE HEDEBOEUF

 HONGROISE

 "les doigts"

 SALON DE MANUCURE POUR PERSONNES VERNIES

 A L'ONGLE DE LA RUE PANARIS

 [PARIS]"

 Auguste Derrière : Les girafes n'aiment pas les tunnels, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2015, p. 135.

Mao Zedong

A propos du documentaire de Philippe Grangereau et Patrick Cabouat : La Grande Famine de Mao (France, 2011, 55 mn), Marc Belpois écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Le Grand Bond en avant devait propulser la Chine de Mao vers le paradis socialiste... Entre 1958 et 1961, des dizaines de millions de personnes meurent de faim (trente-six millions, selon l'historien chinois Yang Jisheng ; quarante-cinq, d'après son confrère néerlandais Frank Dikötter). Jamais famine n'a été aussi meurtrière, et pourtant, le monde n'en a rien su pendant près d'un demi-siècle. Largement fondé sur les travaux de Yang Jisheng (1) [...]  ce doc remonte aux racines de la tragédie, lorsque Mao, dans les années 1950, lance son pays dans une marche forcée. Le Grand Timonier entend surpasser le Royaume-Uni dans la production d'acier et rembourser les dettes contractées envers l'URSS. Instaurant un climat, la Chine populaire s'engage dans une collectivisation brutale visant à produire beaucoup et plus vite. C'est un échec cuisant. "On mobilisait la population de façon absurde, tout le monde faisait n'importe quoi", commente Yang Jisheng. Les maigres récoltes sont saisies pour alimenter les villes, on meurt de faim dans les campagnes. Hommes, femmes, enfants en sont parfois réduits à manger l'écorce des arbres, la boue, les cadavres..."

NOTE JMS :

(1) Auteur de Stèles. La grande famine en Chine, 1958-1961, Ed. du Seuil, sept. 2012, 660 p. Il commence ainsi son ouvrage : "J'appelle ce livre Stèle. C'est une pierre tombale pour mon oncle qui est mort de faim en 1959, pour les 36 millions de Chinois qui sont aussi morts de faim, pour le système qui a causé leur mort, et peut-être pour moi-même pour avoir écrit ce livre."

 

Marco Polo

"MARCO POLO (1) : DE VENISE A LA COUR DE KOUBILAÏ KHAN (2)"

"[...]."

"[Le livre  de Marco Polo], Le devisement du monde, publié cinq ans après son retour, en 1300, raconte un grand nombre d'histoires fantastiques (dont certaines sont fausses). Ses traductions en plusieurs langues européennes permettent aux lecteurs de visiter des lieux exotiques situés à l'autrebout du monde sans quitter leur fauteuil.

"Marco Polo rapporte aussi des us et coutumes qui deviennent aussitôt à la mode, comme l'emploi du charbon pour alimenter le feu. Plus importante encore est l'introduction du papier-monnaie (3), inspirée de la monnaie du khan. Mais il faudra attendre plusieurs siècles avant qu'il ne devienne d'un usage courant en Europe."

National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde. Hors-série de septembre-octobre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 38.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marco_Polo

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kubilai_Khan

(3) Cf. not. : https://monnaiesdumonde.net/content/15-la-premiere-monnaie-de-papier 

marge

"Vivre en marge pour ne pas mourir au milieu."

Roland Topor (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Topor et https://www.babelio.com/auteur/Roland-Topor/3187

SOURCE :

In publicité pour Les Topor #3 Prix de l'inattendu (au théâtre du Rond Point, le lundi 30 mars 2020 à 20.30 et sur France 3 Paris Île-de-France le lundi 1er avril à 23.55) inTélérama n° 3661 du 11 mars 2020.

mariage

"Je considère le mariage comme une institution stupide et même immorale. Comment un être de 22 ans, ou 26 ans, peut-il savoir ce qu'il sera à 50 ou à 60, et comment sera la femme qu'il choisit ? Et comment peut-il s'engager par contrat, devant Monsieur le Maire, devant le curé, devant tout cela, d'être toujours amoureux de cette femme-là, d'être toujours le compagnon de cette femme-là ?"

Georges Simenon in Le Siècle de Simenon, documentaire de Pierre Assouline (France, 2013).

__________________________________________________

"Mariez-vous rarement sans dot ; mais craignez encore plus d'épouser toute une famille."

Honoré de Balzac : L'art de ne pas être dupe des fripons, Ed. de L'Herne, 2015, § 23, p. 68.

__________________________________________________

"Le mariage n'a pas pour but un tête-à-tête plein d'esprit, mais la procréation des enfants. C'est une union des coeurs, pas des têtes. C'est pure et ridicule prétention lorque des femmes affirment s'être éprise de l'esprit d'un homme, à moins qu'il ne s'agisse d'un esprit dénaturé qui a disjoncté."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C. H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 45).

__________________________________________________

"En Europe, les lois conjugales considèrent que la femme est l'équivalent de l'homme, elles se fondent donc sur une donnée inexacte."

Idem ci-dessus, p. 46.

__________________________________________________

"Les mariages d'amour sont conclus dans l'intérêt de l'espèce, pas dans l'intérêt des individus."

Idem ci-dessus, p. 46.

__________________________________________________

"Quien se casa por amores, ha de vivir con dolores (celui qui se marie par amour vivra dans la souffrance), dit un proverbe espagnol."

Idem ci-dessus, p. 46.

__________________________________________________

"La fidélité conjugale est artificielle chez l'homme, elle est naturelle chez la femme, et par conséquent l'adultère de la femme est - objectivement à cause des suites, subjectivement parce que contre nature - bien plus impardonnable que celui de l'homme."

idem ci-dessus, p. 47.

__________________________________________________

"Mon père disait que le mariage transforme les femmes en menteuses, plaintives et passives, agressives, alors que les hommes deviennent narcissiques. Tout ce qu'il peut y avoir de bien entre un homme et une femme est détruit par le mariage (1)."

Kathy Acker

SOURCE :

Qui a peur de Kathy Acker ? (Who's afraid of Kathy Acker ?), par Barbara Casper, Allemagne, Autriche, 2007, 79 mn. V.F. : Télé Europe.

NOTE JMS :

(1) Est signalé dans ce documentaire que Kathy Acker s'est mariée en 1967.

__________________________________________________

"Par le mariage la femme devient libre ; par lui, l'homme perd sa liberté."

Emmanuel Kant

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/emmanuel-kant

__________________________________________________

"Celui qui est passionnément amoureux devient inévitablement aveugle aux défauts de l'objet aimé, bien qu'en général il recouvre la vue huit jours après le mariage."

Emmanuel Kant

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Aeschlimann (1) avait [en tant que maire] permis un tournage [dans la salle des mariages], celui d'une pub pour une marque de viande dans lequel une femme épouse un steak. [...]."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 25.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_Aeschlimann

__________________________________________________

"Le faux-fils de famille qui a épousé une particule, passé tous les concours, gravi les marches du pouvoir une à une, le gendre idéal, c'est fini. Ca marchait sous Giscard, déjà moins sous Chirac. Aujourd'hui, terminé ; il faut une femme, une beurette qui ne demande rien, qui prend. Pas d'éducation, pas de scrupules, mais la faim, la rage."

Caroline Pascal (1)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://www.babelio.com/auteur/Caroline_Pascal/69303

Ne pas confondre cette auteure, universitaire hispaniste et haut fonctionnaire, avec l'actrice éponyme Caroline Pascal.

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 149.

__________________________________________________

"Triste à dire, mais en Afrique il n'y a pas que le sida et la malaria qui tuent, le mariage aussi."

Emmanuel Dongala (1) :

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Dongala, https://www.actes-sud.fr/contributeurs/dongala-emmanuel-0, https://www.babelio.com/auteur/Emmanuel-Dongala/21313, https://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?article890, http://www.lesfrancophonies.fr/DONGALA-Emmanuel-Boundzeki et https://www.franceculture.fr/personne-emmanuel-dongala.html

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 176.

__________________________________________________

"On n'épouse pas les hommes qu'on aime."

Claudie Gallay (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claudie_Gallay et https://www.babelio.com/auteur/Claudie-Gallay23100

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 203.

Je vous salue Marie

 Je vous salue Marie (1)

"Je vous salue Marie, pleine de grâce ;

 Le Seigneur est avec vous.
 
 Vous êtes bénie entre toutes les femmes

 Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

 Sainte Marie, Mère de Dieu,

 Priez pour nous, pauvres pêcheurs

 Maintenant et à l'heure de notre mort.

 Amen"

 NOTE JMS :

(1) Il s'agit ici de la version liturgique en version française.

__________________________________________________

"Je vous salis, ma rue"

"[...]"

Jacques Prévert : Fatras, Folio/Gallimard, 1977.

NOTE JMS :

Auguste Derrière, dans son livre : Les girafes n'aiment pas les tunnels (Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2015, p. 32), écrit :

"Ne dites plus :"

"JE VOUS SALIS MA RUE !"

"Apprenez plutôt à sortir la poubelle."

La Marseillaise de la paix

"Et pourquoi nous haïr et mettre entre les races

 Ces bornes ou ces eaux qu'abhorre l'oeil de Dieu ?

 Des frontières au ciel voyons-nous quelques traces ?

 Sa voûte a-t-elle un mur, une borne, un milieu ?

 Nations, mot pompeux pour dire barbarie,

 L'amour s'arrête-t-il où s'arrêtent vos pas ?

 Déchirez ces drapeaux ; une autre voix vous crie :

 "L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie ;

 La fraternité n'en a pas !""

 Alphonse de Lamartine : La Marseillaise de la paix, huitième strophe.

 Repris dans ses Oeuvres poétiques complètes, NFR Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade" n° 165, 1963, 2112 p. Ed. de Marius-François Guyard (1).

NOTE :

(1) Marius-François Guyard (1921-2011) était un humaniste et une grande figure du comparatisme français.

 

Martinique

""En août 2005, un avion de la West Carribean s'écrase avec de nombreux Martiniquais (1) à bord. Le ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy (2) annonce aussi sec qu'il se rend à Fort-de-France (3). On lui fait remarquer que l'île est un territoire de la République française et non un pays étranger. C'est finalement François Baroin (4), chargé de l'outre-mer (5), qui traversera l'Atlantique."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 37.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Martinique

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Douste-Blazy

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fort-de-France 

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Baroin

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/France_d%27outre-mer

marxisme

"Que pourrait-on sauver d'un siècle de marxisme de Moscou à La Havane via Pékin ? Rien. Des camps, de la police, de l'armée, des miradors, des prisons, des barbelés, des exécutions, des persécutions, des humiliations, de la terreur, de la suspicion généralisée, l'excitation des passions les plus ignobles - haine, jalousie, envie, ressentiment, méchanceté, rancune, hostilité, rancoeur, la guerre de tous contre tous."

Michel Onfray : Le Postanarchisme expliqué à ma grand-mère. Le principe de Gulliver, Galilée, col. Débats, 2012, pp. 96/97.

matérialisme

"Prononcer ce mot avec horreur, en appuyant sur chaque syllabe."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

mathématique

"La science mathématique repose sur un postulat ; c'est son droit ; mais on n'est pas obligé de la croire : ainsi 2 et 2 font 4 ; mais il n'y a pas qu'eux : 1 et 3 aussi font 4."

Pierre Dac, rédacteur en chef de L'os à moelle, Le Livre de Poche n° 3937, 1974, pp. 69/70. Textes réunis et présentés par Michel Laclos.

__________________________________________________

"Le grand livre de la nature est écrit en langage mathématique."

Galilée : L'Essayeur (1623)

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 44.

mathématiques

"Dessèchent le coeur."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

matière

"[...]. La matière n'est pas sortie du néant. Elle n'y rentrera point. Elle est éternelle, impérissable. Bien qu'en voie perpétuelle de transformation, elle ne peut diminuer, ni s'accroître d'un atome."

"[...]."

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Ed. Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 42.

Guy de Maupassant

"Maupassant (1) fait partie de ces gens qui, naturellement, écrivent d'une manière brillante alors que d'autres pissent toute leur vie une copie laborieuse et terne."

Henri Troyat (2) (3)

NOTE JMS :

 (1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_de_Maupassant

(2) Maupassant, par Henri Troyat, éditions Flammarion, col. "Grandes Biographies", 290 p.

On peut également consulter sur ce sujet cet ouvrage de référence d'Armand Lanoud (a) publié à l'origine aux éditions Fayard : Maupassant le bel-ami.

SOUS-NOTE JMS :

(a) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Lanoux

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Troyat

SOURCE :

"Régime bio", entretien avec Henri Troyat publié dans le Télérama n° 2087 du 10 janvier 1990, pp. 14-15.

méchanceté

"Rulhières (1) disait, étonné qu'on le jugeât méchant : "Sur mon honneur, j'ai beau fouiller dans ma conscience, je n'y trouve, pour toute ma vie, qu'une seule méchanceté.

- Quand finira-t-elle ?", demanda Chamfort."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 204.

NOTE JMS :

(1) Il est probable, malgré le doute généré ici par le "s" à la fin du nom (et qui est peut-être une coquille due à cet homonymie homophone et non homographe), qu'il s'agit de Claude Carloman de Rulhière (1735-1791), poète et historien français.

__________________________________________________

"La bêtise court le monde, mais la méchanceté plus encore, surtout le monde bondieusard."

Auguste Blanqui : Ni Dieu, ni Maître, Ed. Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 21.

__________________________________________________

"[...]. Il y a de méchants petits garçons et de méchantes petites filles. Hier, comme je marchais dans la rue sous un soleil délicieux, combien de lamentations de pères et de mères me sont venues aux oreilles. Un vilain garçon, sans s'arrêter aux règles de la décence et à la beauté de la contrainte, renversa une boîte avec son contenu, obligeant la personne qui était en train de se dire à part soi qu'elle était sa nourricière et qui lui vouait sa vie à se baisser pour ramasser ce qui était tombé. Il y a des fillettes dont l'impertinence se voit de loin déjà, à leurs petites jambes, etc. Et puis il faut signaler en plus les petits chiens hargneux et désobéissants. [...]."

Robert Walser : "Que le monde dans lequel nous vivons soit méchant", in Le Territoire du crayon. Proses des microgrammes, ZOE Poche n° 58, 2003, p. 37. Trad. Marion Graf.

__________________________________________________

"J'aime mieux les méchants que les imbéciles, parce qu'ils se reposent."

Alexandre Dumas (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Dumas, http://www.dumaspere.com et http://evene.lefigaro.fr/citations/alexandre-dumas

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 171. 

médecine

A propos de l'enquête de Sylvain Louvet (France, 2015, 125 mn) : Santé : la loi du marché, Hélène Marzoff écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Notre système de santé se porte mal, très mal. [...]. L'an dernier, le trou de la Sécurité sociale dépassait les 11 milliards d'euros et, en quinze ans, la dette des hôpitaux a triplé. Depuis qu'en 2007 la tarification à l'activité a remplacé la dotation globale accordée aux établissements de santé, le secteur est victime d'une véritable dérive marchande. [...]. Fruit d'un travail minutieux, le tour d'horizon est précis, sans appel : il révèle qu'aujourd'hui, pour rentrer dans leurs frais, de nombreux hôpitaux pratiques des actes inutiles sur les patients. Qu'ils font appel à des sociétés privées d'optimisation qui pratiquent le surcodage, c'est-à-dire inventent des actes médicaux pour gonfler artificiellement les factures."

"[...] parallèlement, les firmes pharmaceutiques [...] engrangent de coquets bénéfices, en inondant le marché mondial de médicaments dont l'efficacité reste à prouver. En témoigne l'exemple précis d'un traitement anti-cholestérol, dont la mise sur le marché révèle une nébuleuse de conflits d'intérêts et le manque d'indépendance du milieu médical. [...]." 

__________________________________________________

"LA NAISSANCE DE LA MEDECINE MODERNE"

"168 ap. J.-C. Le médecin grec Claude Galien (129 - v. 200 ou 216 ap. J.-C.)  [...] soignera, [au cours de sa carrière,] cinq empereurs romains, mais c'est avant tout à ses révolutions médicales qu'il doit sa renommée. [...] Galien démontre pour la première fois que les artères transportent du sang et non de l'air, et découvre la différence entre le sang veineux (foncé) et le sans artériel (clair). Il est aussi le premier à identifier 7 des 12 nerfs crâniens, et élabore des techniques de chirurgie du cerveau et de la cataracte."

"Galien développe la théorie des quatre humeurs qu'avait proposé le médecin grec Hippocrate au Ve siècle av. J.-C. : le sang, le phlegme, la bile jaune (tempérament colérique) et la bile noire (tempérament mélancolique) forment la constitution humaine, et la maladie se produit lorsque ces humeurs sont en déséquilibre. L'humorisme sera discrédité au XIXe siècle, mais les nombreux ouvrages de Galien en feront la théorie dominante pendant deux millénaires."

"A la suite d'Hippocrate, Galien soutient que le traitement des maladies doit reposer sur la raison et l'observation clinique, et non sur la superstition. Considéré comme le père de la médecine moderne, Hippocrate reste une figure majeure de la médecine et donne son nom au serment qui énonce le code de conduite éthique et humain que les médecins doivent respecter."

National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde. Hors-série de septembre-octobre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 27.

Médecins sans frontières

LE CANCRE DIT OUI AVEC LE COEUR

"Avant de devenir chirurgien et de créer Médecins sans frontières (1), Jacques Bérès (2) faisait l'idiot en classe... [...]."

"Vous n'avez aucune chance", le prévient la secrétaire de la faculté de médecine. Pourtant, Jacques Bérès, renvoyé du prestigieux établissement Louis-le-Grand (3) - où il était inscrit en khâgne (4) -, réussira le concours et deviendra chirurgien. Avant de cofonder Médecins sans frontières puis Médecins du monde (5). Né en 1941, ce juif baptisé (pour échapper aux exactions du nazisme) a pour marraine l'écrivaine Colette (6), proche de son père, éditeur (7). "Elle me considérait comme un petit singe à qui elle faisait guili-guili" [...]."

"[...] Pudique, il préfère s'amuser à raconter son passé de cancre [que "de s'attarder sur les abandons successifs qu'il a vécus"]. Avant d'entrer en classe préparatoire - où il trouva enfin "des gens qui se servaient de leur cerveau" , il s'ennuyait au bout de quinze minutes de cours. "Il me restait le reste de l'heure pour faire l'idiot : je ne m'en suis pas privé", plaisante celui qui dormait pendant les cours du philosophe Merleau-Ponty (8). [...]."

Compte-rendu des 5 émissions d'A voix nue (France Culture) qui lui sont consacrées (du lundi 4 au vendredi 8 mai 2019) par Coralie Delmur. In Télérama 3616 du 01/05/19, p. 139.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Médecins_sans_frontières, https://www.msf.fr/decouvrir-msf/notre-histoire et https://www.msf.fr/decouvrir-msf/notre-organisation

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Bérès

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lycée_Louis-le-Grand

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Classes_préparatoires_littéraires

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Médecins_du_monde

(6) Cf. not. : http://www.amisdecolette.fr et https://fr.wikipedia.org/wiki/Colette

(7) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bérès

(8) Cf. not. : http://sos.philosophie.free.fr/merleau.php et https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Merleau-Ponty

médiatraining

"Apprentissage de la maîtrise de soi face aux médias."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

méfiance

« Souviens-toi de te méfier. »

Maxime gravée à l’intérieur de la bague de Prosper Mérimée.

in Dictionnaire des citations de langue française, de Pierre Ripert (« Maxi-poche », Bookking International, Paris, p. 259).

mélancolie

« La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. »

Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer.

in Dictionnaire des citations de langue française, de Pierre Ripert (« Maxi-Poche », Booking International, Paris, p. 259).

__________________________________________________

"Signes de distinction du coeur et d'élévation de l'esprit."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

mélodrame

Après les échecs de Les vécés étaient fermés de l'intérieur, de Patrice Leconte (France, 1976), dans lequel Coluche jouait le rôle de l'inspecteur Charbonnier, et de Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine, de Coluche et Marc Monnet (France/Belgique, 1977), Coluche continue de travailler sur un scénario déjà commencé et intitulé : L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres.

"L'action est située essentiellement dans les hôpitaux et les cimetières. L'histoire est celle d'un orphelin, atteint d'une maladie incurable, qui tombe amoureux d'une fille laide et miséreuse, dont les parents sont paralytiques. Elle meurt d'ailleurs le jour de son mariage... Ce qui la sauvera de la maladie, de la pauvreté et du chômage. [...]."

Eric Bhat et Jean-Quentin Gérard : Le programme politique d'un mec nommé Coluche. Sa vie, son oeuvre, S.I.P.E. (Société internationale de presse et d'édition), Paris, 1981, p. 33.

mémérisant

"Mémérisant. Terme apparu sur M6 dans Les reines du shopping, dans la bouche de Cristina "Magnifaïk" Cordula, il sanctionne le pire fashion faux pas que puisse commettre une femme. On se "mémérise" en enfilant négligemment une jupe en laine, des ballerines confortables ou une tunique informe."

Marie-Hélène Soenen : "Pour vivre heureux vivons clichés" in Télérama n° 3421-3422 du 5 août 2015, p. 71.

mendicité

"A Eskilstuna (1), pour demander une pièce, les plus déshérités devront désormais avoir acheté un permis en bon et due forme. [...]."

in : https://www.courrierinternational.com/article/societe-eskilstuna-la-ville-suedoise-ou-il-faut-payer-pour-mendier

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://www.expedia.fr/Eskilstuna.dx7075

mensonge

"Comme notre corps se cache dans nos vêtements, notre esprit se cache dans les mensonges. Nos discours, nos actes, tout notre être sont mensongers, et c'est seulement à travers cette enveloppe que l'on peut parfois deviner nos propres opinions, de même qu'à travers les vêtements se devine la forme du corps."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, pp. 110/111).

__________________________________________________

"Omnis homo mendax"

Tout homme est menteur.

Paroles tirées du psaume CXVI, 11.

Les pages roses du Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013, p. 1229.

__________________________________________________

"On ne ment jamais autant

qu'avant les élections,

pendant la guerre

et après une partie de chasse."

Georges Clémenceau 1841-1929

SOURCE : 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 8.

__________________________________________________

"Un mensonge d'épreuve est comme une première charge qu'on met dans une pièce d'artillerie pour l'essayer ; c'est un mensonge qu'on lâche à propos, pour sonder la crédulité de ceux à qui on le débite."

Jonathan Swift (1667-1745) : Art du mensonge politique (1733) (1)

NOTE :

(1) pamphlet publié sous pseudonyme.

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 31.

__________________________________________________

"Il n'y a point d'homme qui débite et répande un mensonge avec autant de grâce que celui qui le croit."

Jonathan Swift (1667-1745) : Art du mensonge politique (1733) (1)

NOTE :

(1) idem note 1 ci-dessus.

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

DORANTE : "Enfin, j'en suis sorti."

CLITON : "Il faut bonne mémoire après qu'on a menti."

Corneille (1606-1684) (1) : Le Menteur (1643) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Corneille et http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/pierre-corneille

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Menteur et http://www.cosmovisions.com/textMenteur.htm

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 178.

__________________________________________________

"Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge."

Abraham Lincoln 1809-1865 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Abraham_Lincolnhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Lincoln et https://dicocitations.lemonde.fr/auteur/2731/Abraham_Lincoln.php

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 179.

__________________________________________________

"L'homme est de glace aux vérités ; il est de feu pour les mensonges."

Jean de la Fontaine 1621-1695 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_La_Fontaine, http://www.musee-jean-de-la-fontaine.fr/jean-de-la-fontaine-page-fr-1-0-14.html, http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jean-de-la-fontaine et https://www.proverbes-francais.fr/citations-jean-de-la-fontaine

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 187.

__________________________________________________

"L'ignorance fait notre tranquillité ; le mensonge notre félicité."

Anatole France 1844-1924

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"[...]."

- "Voici ma proposition : si nos adversaires cessent de dire des mensonges sur nous, eh bien je m'abstiendrai de dire la vérité sur eux."

Adlaï Stevenson (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adlai_Stevenson

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 113.

__________________________________________________

"[...]. Sibeth Ndiaye (1) n'hésite pas à révéler [...], non sans cynisme : "J'assume parfaitement de mentir pour protéger [Emmanuel Macron]." Au moins, c'est clair. Trump n'a pas le monopole des fake news (2)."

Les dossiers du Canard enchaîné n° 153 : Macron contre Macron, oct. 2019, p. 67.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sibeth_Ndiaye et https://www.gouvernement.fr/ministre/sibeth-ndiaye

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fake_news

__________________________________________________

"Ma franchise, je me la garde. Si je dois être hypocrite, je préfère me taire. A force de combiner, d'inventer des mensonges, on a le visage qui se déforme. Ceux qui  combinent ont tôt ou tard la gueule de traviole."

Arletty

SOURCE :

"Arletty, Gauloise sans filtre", par Laurent Dandrieu* in Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 71.

* Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Dandrieu

__________________________________________________

"Les gens, même les jeunes générations qui ont grandi sous [le régime communiste], ont participé, plus ou moins, mais toujours beaucoup trop, du mensonge en général. Ils sont devenus incapables de croire en une forme démocratique de société."

"Pendant des décennies, le discours officiel a vanté la paix, la générosité, la construction de la société idéale. Dans la pratique quotidienne, c'était le cynisme le plus déchaîné. Pour la population, les grands mots ne visaient qu'à dissimuler des désirs inavouables. Tout le monde était convaincu, à tort, que l'idéal ne pouvait être que le camouflage de l'égoïsme. On est passé brusquement d'un Etat omnipotent, omniprésent, à l'absence totale d'Etat, où règne le combat des gangs.  Chacun ne s'occupe que de son propre intérêt."

Tzvetan Todorov : La Lucidité de l'exilé. Entretien Télérama n° 2445 du 20 novembre 1996, pp. 108-111. Propos recueillis par Agnès Bozon-Verduraz.

__________________________________________________

"Je mens tout le temps, c'est comme ça (...) ça me fait du bien, c'est peut-être quand je mens que je suis le plus sincère."

Justine Lévy (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not : https://fr.wikipedia.org/wiki/Justine_Lévy et https://www.babelio.com/auteur/Justine-Levy/7500

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 118.

__________________________________________________

"Tout le monde ment."

Bret Easton Ellis (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Bret_Easton_Ellis, https://fr.wikipedia.org//wiki/Bret_Easton_Ellis, https://www.babelio.com/auteur/Bret-Easton-Ellis/15542 et https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/bret-easton-ellis 

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 206.

 

 

 

menuisier

"J'ai vu le menuisier 

 Tirer parti du bois.

 J'ai vu le menuisier

 Comparer plusieurs planches.

 J'ai vu le menuisier

 Caresser la plus belle.

 J'ai vu le menuisier

 Approcher le rabot.

 J'ai vu le menuisier

 Donner la juste forme.

 Tu chantais, menuisier,

 En assemblant l'armoire.

 Je garde ton image

 Avec l'odeur du bois.

 Moi j'assemble des mots

 Et c'est un peu pareil."

 Guillevic : Terre à bonheur, éd. Seghers, col. "Poésie d'abord", 2004.
 

mépris

"Il y a des temps où l'on ne doit dépenser le mépris qu'avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux : je le leur plains pour cette heure, parce qu'ils en auront encore besoin pendant et après les Cent-Jours."

François-René, vicomte de Chateaubriand : Mémoires d'outre-tombe, IIe partie, livre XXII, chap. XVI.

mercaptan

  D'où vient l'odeur si particulière du gaz domestique ?

"Qu'il soit de ville ou en bouteille, le gaz que nous utilisons pour cuisiner est du gaz naturel (méthane, propane, butane). Or aucun de ces gaz n'a d'odeur. Comment se fait-il alors que nous nous mettions soudainement à penser - et le plus souvent avec raison - "Mais ça sent le gaz !" juste après avoir respiré une certaine odeur ? C'est parce que nous venons de détecter celle du mercaptan (1), un composé organique volontairement ajouté au gaz domestique pour alerter immédiatement en cas de fuite. En effet, contrairement au gaz naturel, le mercaptan a une odeur, et même une odeur forte : il contient du soufre, au parfum facilement détectable et reconnaissable. Le processus d'odorisation du gaz naturel permet non seulement d'éviter les gaspillages mais surtout de veiller à la sécurité des personnes : si nous ne sentions pas l'odeur du gaz, nous risquerions de provoquer une explosion ou de nous asphyxier sans nous en rendre compte !"

Questions clés sciences, hors série n° 1, ESI éditions, août 2018, p. 19. Auteurs : Hubert Kerjean, Eric Mathivet et agence éditoriale Mativox.

NOTE :

Cf. not. : https://fr.wiktionary.org/wiki/mercaptan

merci

"Un homme parti de rien pour ne pas arriver à grand chose n'a de merci à dire à personne."

Pierre Dac, directeur en chef de : L'os à moelle, Le Livre de Poche n° 3937, 1974, p. 71. Textes réunis et présentés par Michel Laclos.

mère

"Entre la justice et ma mère, je préfère ma mère."

Albert Camus : conférence à Uppsala (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Uppsala

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 131.

mérite

"Les gens les plus déçus dans l'existence sont ceux qui n'obtiennent que ce qu'ils méritent."

Sacha Guitry (1885-1957)

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 182.

merveilleux

« Il avait le don de rendre aux choses leur dose latente de merveilleux. »

Isabelle Rivière, sœur d’Alain-Fournier, à propos de son frère.

Entretien avec Isabelle Rivière, repris dans Alain-Fournier, dans la maison du Grand Meaulnes, documentaire de la série Une maison, un écrivain (Valérie Exposito, France, 2012).

messe

"[...]. Sans être, comme Louis de Funès (1), fidèle de l'église traditionaliste Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris (Ve) (2), [Michel Audiard] disait conserver la "nostalgie de l'ancienne liturgie" : "C'était beau une grand messe chantée en latin, les orgues, la musique sacrée, expliquait-il. Même un athée pouvait être fasciné. [...]."

Arnaud Folch : "C'est beau une messe en latin" in Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 23.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_de_Funès

(2) Cf. not. : https://www.saintnicolasduchardonnet.org

métaphysique

"En rire donne l'air d'esprit supérieur."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"Lorsque, en Angleterre, on veut désigner quelque chose de très obscur, voire de parfaitement incompréhensible, on dit : "It is like German metaphysics" (1)."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C. H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 42).

NOTE JMS :

(1) "C'est comme la métaphysique allemande."

__________________________________________________

"On ne peut se défaire de la métaphysique comme on se défait d'une opinion."

Martin Heidegger : Dépassement de la métaphysique (1936-1946)

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 73.

 

métavers

"Univers fictif créé par un logiciel reproduisant plus ou moins l'univers réel. Les avatars qui évoluent dans un métavers. ETY. De l'angl. meta-universe, "méta-univers"."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

méthode

"Ne sert à rien."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

métier

"Il n'y  a pas de sots métiers, c'est entendu ; mais il y a ceux qu'on laisse aux autres."

Miguel Zamacoïs 1866-1955 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Miguel_Zamacoïs  

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 129.

métissage

Dans l'encadré Télérama consacré au documentaire d'Isabelle Boni-Claverie (France, 2015, 55 mn) : Trop noire pour être Française ?, Hélène Marzolf écrit ceci :

"Isabelle Boni-Claverie est métisse. Elle est surtout française, ce qui, visiblement, ne suffit pas à la définir aux yeux des autres. Née dans un milieu privilégié, petite-fille d'Alphonse Boni, un ancien magistrat de la République française, la réalisatrice, formée à la Fémis, a vécu de l'intérieur cette discrimination sourde, ce racisme qui n'épargne pas les cercles dits "évolués"."

"En mêlant son expérience personnelle à une démonstration historico-sociologique, elle explore, avec finesse, les blocages liés à la couleur de peau, montre à quel point l'histoire coloniale continue à modeler l'inconscient collectif. Ponctué par des analyses [Pap Ndiaye (1), Achille Mbembe...], des extraits de publicité, de JT, des images de la campagne de boycott de la société Guerlain (dont la réalisatrice a été l'un des leaders après le dérapage raciste de Jean-Paul Guerlain), des témoignages d'anonymes, son film [...] vaut par son incarnation, la manière dont il investit son propos en mettant en lumière l'histoire de toute une famille. Et notamment celle des grands-parents Boni-Claverie, couple mixte qui, dans les années 30, brava les préjugés, donnant à croire, avant l'heure, à l'"avénement d'une société post-raciale". Une société qui, plusieurs décennies après, n'arrive toujours pas à accepter sa diversité."

NOTE JMS :

(1) Cet historien dira notamment dans ce documentaire : "Si les stéréotypes perdurent, c'est parce que, d'une certaine manière, ils ont une utilité sociale. Ils servent à faire perdurer des formes d'inégalité qui conviennent à une partie de la population française."

Jean Metzinger

"[...]. Metzinger, un raté qui s'est raccorché au cubisme. Sa couleur a l'accent allemand. Il me dégoûte. [...]."

Arthur Cravan : revue Maintenant n° 4, mars-avril 1914 (à propos du Salon des Indépendants).

Rééd. : Maintenant avril 1912 - mars-avril 1915, Seuil, col. "l'école des lettres", 1995, p. 90.

Louise Michel

Dans un petit texte intitulé "L'initiation de Louise Michel", Gwenn Rigal écrit ceci :

"Louise Michel, la célèbre anarchiste, figure de la Commune de Paris, a été initiée à l'âge de 74 ans. Pour expliquer cette réception tardive, elle dira : "Je serais entrée avec plaisir dans la maçonnerie et depuis longtemps ; mais on m'a toujours dit que la femme n'y a pas une place égale à celle de l'homme." Louise Michel meurt un an plus tard, en 1905. Au cours de ses obsèques parisiennes, suivie par 100 000 personnes, les emblèmes de sa loge "La Philosophie Sociale" sont arrachés de son cercueil par des anarchistes au prétexte que "Louise Michel n'appartient à personne"."

in Les mystères de la franc-maçonnerie. Histoire d'une société secrète, Ed. ESI, sept. 2012, p. 137.

Jules Michelet

"Ce qui lui a plu dans Michelet, c'est la fondation d'une ethnologie de la France, la volonté et l'art d'interroger historiquement - c'est-à-dire relativement - les objets réputés les plus naturels : le visage, la nourriture, le vêtement, la complexion. [...]. Dans les Mythologies, c'est la France elle-même qui est ethnographiée. [...]."

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", p. 87. 

Microsoft

"[...]. Nous voici au coeur de l'empire [Microsoft (1)], sur le campus de Seattle (2), au nord-ouest des Etats-Unis, où la firme fondée et dirigée par Bill Gates (3) entretient quelques milliers de programmeurs (4). Si  cet endroit, parsemé de bâtiments discrets  et recouvert d'avenantes pelouses n'est pas le paradis du salarié, alors le paradis n'existe pas. Largement payé, nourri à l'oeil et désaltéré de même, son corps bichonné dans de sompteux clubs sportifs, l'employé de Microsoft peut se payer le luxe de travailler en maillot de bain et aux heures qu'il veut. A condition, cela va de soi, de travailler 70 heures par semaine et de chanter en permanence les louanges d'un si parfait patron. [...]."

"Du coup, toute l'excitation si sympathique, si moderne, si décontratée dont aime à s'entourer l'industrie informatique et autre Internet nous paraît couvrir des desseins beaucoup plus proches du portefeuille que du coeur."

François Granon : encadré Télérama (n° 2537 du 26 août 1998, p. 52) consacré au magazine Cyberculture de Canal + intitulé Le système Microsoft (présentation Chine Lanzman).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Microsoft, https://fr.wikipedia.org/wiki/Microsoft et https://www.microsoft.com/fr-fr

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Seattlehttps://fr.wikipedia.org/wiki/Seattlehttps://en.wikipedia.org/wiki/Microsoft_Redmond_campus et https://fr.wikipedia.org/wiki/Microsoft_Redmond_campus

(3) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Bill_Gates et https://fr.wikipedia.org/wiki/Bill_Gates

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Développeur

militaire

"Il est vrai que, parfois, les militaires, s'exagérant la puissance relative de l'intelligence, négligent de s'en servir."

Charles de Gaulle 1890-1970

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 196.

mille-feuille

"J'me retourne et je vois derrière la vitre, parmi toutes sortes de gâteaux, un mille-feuille épais comme ça, nappé de sucre glace blanc, avec de la crème qui débordait entre chaque feuille."

"Et aussitôt, j'entends une voix intérieure qui me dit : "Tu ne vas tout de même pas manger ce mille-feuille à toit tout seul ; et une autre voix intérieure, encore plus profond : "Chiche !". Oh ! J'en étais bien capable. Et une troisième voix intérieure que je ne connaissais pas : "Tu vas partager c'mille-feuille en trois. Tu en donneras 2/3 au Tiers-Monde. Tu garderas le troisième pour toi."

"Alors j'ai dit : "J'veux pas marchander, mais 2/3 pour le Tiers-Monde, est-ce que ce n'est pas un tiers de trop ?"

Extrait du passage de Raymond Devos à l'Olympia en 1994.

SOURCE :

Une maison, un artiste. Raymond Devos, l'amuseur de Saint-Rémy (9/10) (France, 2017).

milliardaire

"Les milliardaires (1), en proportion de leurs revenus, payent moins d'impôts que leur secrétaire !"

Gabriel Zucman (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Milliardaire et https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_milliardaires_du_monde

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Zucman, http://gabriel-zucman.eu et https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/doit-reinventer-limpot-pour-sauver-la-democratie

SOURCE :

Entretien de Gabriel Zucman avec Olivier Pascal-Moussellard in Télérama n° 3656 du 5février 2020, pp. 4-8.

mineur

"Comme [Nancy Astor (1)] entendait parler des grèves de mineurs des années 1930 : "Qu'est-ce que ces vers de terre veulent encore ?"."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 62.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Nancy_Astor,_Viscountess_Astor, https://fr.wikipedia.org/wiki/Nancy_Astor et https://data.bnf.fr/fr/13602311/nancy_astor

ministre

"Un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne."

Jean-Pierre Chevènement (1)

SOURCE :

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 31.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Chevènement

__________________________________________________

"Etre ancien ministre, c'est s'asseoir à l'arrière d'une voiture et s'apercevoir qu'elle ne démarre pas."

François Goulard (1)

SOURCE :

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 58.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Goulard

 

miroir

"[...] Dans son magnifique livre intitulé L'Espèce humaine (1), Robert Antelme décrit avec sobriété et une immense émotion comment, dans les camps allemands, les prisonniers faisaient la queue le dimanche après-midi pour se voir quelques instants dans un éclat de miroir, pour entrapercevoir avec étonnement une figure qu'ils ne connaissaient, qu'ils ne reconnaissaient plus ! Ecoutons :

"René possède un morceau de miroir qu'il a trouvé à Buchenwald après le bombardement d'août. Il hésite à le sortir parce que, aussitôt, on se précipite et on le lui réclame. On veut se regarder. C'était un dimanche ; j'étais assis sur la paillasse, j'ai pris mon temps. Je n'ai pas examiné tout de suite si j'avais le teint jaune ou grisâtre, ni comment étaient mes dents ou mon nez. D'abord, j'ai vu apparaître une figure. J'avais oublié. [...] Ce dimanche-là, je tenais ma figure dans la glace. Sans beauté, sans laideur, elle était éblouissante. Elle m'avait suivi et se promenait ici. Elle était sans emploi maintenant, mais c'était bien elle, la machine à exprimer. La gueule du SS apparaissait nulle à côté. Et la figure des copains, qui à leur tour allaient se regarder, restait réduite, elle, à l'état fixé par le SS. Celle du miroir était seule distincte. Seule, elle voulait dire quelque chose que l'on ne pouvait pas recevoir ici. C'était sur un mirage que s'ouvrait ce morceau de verre. On n'était pas comme ça ici. On était comme ça que dans la glace, tout seul, et ce que les copains attendaient avec envie, c'était ce morceau de solitude éclatant où devaient venir se noyer les SS et tous les autres."

"Mais il fallait lâcher le miroir, le passer à un autre qui attendait, avide. On faisait la queue pour le morceau de solitude. Et pendant qu'on l'avait en main, sa solitude, les autres vous harcelaient..."

Cité dans La bible de l'humour juif, tome 2, de Marc-Alain Ouaknin et Dory Rotnemer, Ed. Ramsay, 1997 ; repris aux Ed. J'ai lu, 1998, chap. 10 : Le miroir, pp. 154/55. 

__________________________________________________

"Les Hommes au miroir"

"Souvent le miroir les emprisonne et les retient fermement. Ils se tiennent devant lui, fascinés. Ils sont absorbés, séparés de la réalité, et seuls avec leur vice le plus cher, la vanité. Ils peuvent bien faire connaître à tous leurs autres vices ; mais ce secret-là, ils le gardent bien et le renient même devant leurs amis les plus intimes."

"Les voici en contemplation devant ce paysage qui est eux-mêmes, les montagnes de leur nez, les défilés et replis de leurs épaules, de leurs mains et de leur peau, auxquels les années les ont si bien accoutumés qu'ils ne savent plus comment ils ont évolués ; et les multiples forêts vierges de leur chevelure. Ils méditent, ils sont satisfaits, ils tentent de s'appréhender dans leur ensemble. [...]."

"Le miroir les regarde. Ils se recueillent. Soigneusement, comme s'ils nouaient leur cravate, ils composent leurs traits. Insolents, sérieux et conscient de leur apparence, ils se retournent pour affronter le monde."

                             Rrose Sélavy (1)

NOTE :

(1) Cf. notamment : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rrose_Sélavy

et https://deuxieme-temps.com/2018/03/20/analyse-marcel-duchamp-rrose-selavy-man-ray/

SOURCE :

Marcel Duchamp : Duchamp du signe, Flammarion, col. "Champs art", 2013 ; chap. IV. Texticules, pp. 301-302.

misère

"[...]. Je crois que le pouvoir de la misère est aussi insane que celui de l'argent, que celui de la foi. [...]. Je crois que la misère qui revendique le droit de juger, de punir, de tuer, que ce soit au nom de la justice, de la foi ou de la force devient rigoureusement de même nature que le pouvoir d'argent qu'elle vient de renverser. Qu'elle se réajuste à lui, le remplace. Que l'exécution des voleurs afghans à Téhéran en décembre 79 continuent celles ordonnées par le Chah [...]. Qu'en chacun de nous, qu'en chaque peuple, à tout moment, il y a de quoi faire Hitler, Staline, le Chah, Pinochet."

Marguerite Duras in Marguerite Duras et le cinéma. Les Yeux verts, rééd. oct. 2014 par les Cahiers du cinéma du n° 312-313 des Cahiers du cinéma de juin 1980, p. 132.

François Mitterand

Interviewer : "Mitterand, vous y avez cru ?"

Anémone : "Ah, non, je n'ai jamais fait partie des déçus de ce camembert pourri ! Mitterand, de gauche, et puis quoi encore ? [...]."

Interview accordée au journal Le Parisien le 22 décembre 2017.

François Mitterrand

"Chaque fois que je le vois, j'ai envie de lui mettre ma main sur la gueule !"

Georges Marchais (1920-1997), secrétaire du Parti communiste français (PCF) de 1972 à 1994 et député de 1973 à 1997, à propos de François Mitterrand.

SOURCE : cité dans : François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, chez Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 675.

__________________________________________________

"Mitterrand était un homme avec qui on ne serait pas parti seul à la chasse au tigre."

René Pleven (1901-1993), personnalité importante de la France libre pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis ensuite président du conseil, ministre et garde des sceaux.

SOURCE : idem ci-dessus, p. 681.

__________________________________________________

"Mitterrand a géré la France comme on gère un bar : à son profit."

Jean-François Revel (1924-2006), philosophe, écrivain, journaliste et membre de l'Académie Française.

SOURCE : idem ci-dessus, p. 681.

__________________________________________________

"On a beau s'en foutre, ça fait un choc."

Propos de bar relevé par Jean-Marie Gourio (1)

SOURCE : idem ci-dessus, p. 681.

NOTE JMS :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Gourio

__________________________________________________

"[....]. Au crépuscule de sa vie, François Mitterrand n'a pu empêcher les révélations sur sa jeunesse. Sur la couverture du livre de Pierre Péan (1), deux photos. L'une montre le résistant connu sous le nom de Morland (2). Sur l'autre, la même personne, futur président de la République, rencontre Pétain. Voilà une tache immense sur la figure du chef de l'Etat."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 21.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Péan

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Mitterrand_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

__________________________________________________

"Les dirigeants politiques n'aimaient pas Georges Frêche (1), et Frêche le leur rendait bien. L'inénarable maître de Montpellier, socialiste au verbe haut, aux idées iconoclastes et aux envolées polémiques n'a jamais été ministre, mais il a construit une puissante baronie dans le Languedoc-Roussillon. Signe de la considération dans laquelle il tenait le président de la République François Mitterrand, il a donné son nom à une salle de son conseil régional. Il s'agissait... d'un placard à balais."

Idem ci-dessus, p. 30.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Frêche

MLF

"[...]. Le MLF, c'est le meilleur agent de publicité du machisme à poil dur. Il est au machisme ce que Séguéla est à la lessive et aux hommes providentiels."

Les Nouvelles liitéraires du 31 mars 1983.

SOURCE :

"Shocking ! Ces plaisanteries qu'on n'ose plus faire" in Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 37.

mode d'emploi

Dans son livre Dictionnaire amoureux de l'Humour, Jean-Loup Chiflet (Plon, 2012, p. 344) cite quelques exemples d'humour involontaire que l'on peut trouver dans certains modes d'emploi. Voici :

 Savon Dove :

"Mode d'emploi : utiliser comme un savon normal."

  Cacahuètes Sainsbury :

"Avertissement : contient des cacahuètes."

 Biscuits apéritifs sur les vols American Airlines :

"Instructions : 1 - ouvrir paquet. 2 - manger biscuits."

 Guirlandes lumineuses pour Noël :

"Pour usage intérieur ou extérieur uniquement."

 Pudding Marks & Spencer :

"Le produit sera chaud après avoir été réchauffé."

 Tronçonneuse suédoise :

"Ne doit pas être utilisée pour un autre usage."

 Sèche-cheveux Sears :

"Ne pas utiliser en dormant."

moi

"Pour moi, il n'y a rien au-dessus de Moi."

Max Stirner (1) : Der Einzige und sein Eigentum (L'unique et sa propriété) (1844) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Stirner

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Unique_et_sa_propriété

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 152.

__________________________________________________

"Le moi est haïssable : vous, Mitton (1), le couvrez, vous ne l'ôtez pas pour cela ; vous êtes donc toujours haïssable - Point, car en agissant, comme nous faisons, obligemment pour tout le monde, on n'a plus sujet de nous haïr. - Cela est vrai, si on ne haïssait dans le moi que le déplaisir qui nous en revient. Mais si je le hais parce qu'il est injuste qu'il se fasse centre du tout, je le haïrai toujours."

"En en mot, le moi a deux qualités : il est injuste en soi, en ce qu'il se fait centre du tout ; il est incommode aux autres, en ce qu'il les veut asservir : car chaque moi est l'ennemi et voudrait être le tyran de tous les autres. Vous en notez l'incommodité, mais non pas l'injustice ; et ainsi vous ne le rendez aimable qu'aux injustes, qui n'y trouvent plus leur ennemi, et ainsi vous demeurez injuste et ne pouvez plaire qu'aux injustes."

Pascal : Pensées. Texte de la dernière édition de cet ouvrage établie par Léon Brunschvicg pour la collection des "Classiques Hachette" (fragment n° 455) ; repris dans Le Livre de Poche n° 823, août 1972, p. 209.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Damien_Mitton et http://expositions.bnf.fr/pascal/grand/bla_030.htm

__________________________________________________

"Parlez-moi de moi, il n'y a que cela qui m'intéresse."

C'est, selon Jean Chalon (1), ce que déclarait en riant à ses interlocuteurs Louise de Vilmorin (1902-1969) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://www.fayard.fr/auteurs/jean-chalon

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_de_Vilmorin et http://www.unjourunpoeme.fr/auteurs/vilmorin-louise-de

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 156.

monastère

"Un monastère est une communauté d'hommes qui ont fait voeux de pauvreté, de chasteté, d'obéissance (c'est-à-dire renoncement à la volonté personnelle), et qui, en vivant ensemble, essaient d'alléger soit l'existence elle-même, mais encore davantage cet état de lourd renoncement, car la compagnie de personnes vivant dans le même esprit et renonçant de la même manière conforte leur décision et les console [...]. C'est la conception que l'on a normalement des monastères. Et qui pourra qualifier une telle compagnie d'association de fous et de sots, comme chaque philosophie, sauf la mienne, oblige à le faire ?"

Arthur Schopenhhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 102).

fin du monde

"Déjà la Seine charrie des poissons morts. Il n'y a plus qu'à s'asseoir sur un  banc et attendre. La fin du monde est pour dimanche. Le plus tôt sera le mieux."

Michel Audiard : La nuit, le jour et toutes les autres nuits, Denoël, 1978, 240 p.

SOURCE :

Cité dans l'article de Nicolas Gauthier : "Noir, c'est noir", paru dans Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 102.

monde

"[...], il apparaît que le bon Dieu aurait créé le monde afin que le diable aille le chercher ; il aurait donc bien mieux fait de laisser tomber."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 86).

__________________________________________________

"Croyez-vous vraiment comme Leibniz que le monde réel est le meilleur des mondes possibles ? Je connais à peine le monde réel, et je n'ai pas l'honneur de connaître les mondes possibles."

Arthur Schopenhauer : idem ci-dessus, p. 106.

__________________________________________________

"Aux preuves évidentes et sophistiques de Leibniz selon lesquelles ce monde est le meilleur des mondes possibles, ont peut opposer premièrement et honnêtement la preuve qu'il est le plus mauvais des mondes possibles."

Arthur Schopenhauer : idem ci-dessus, pp. 106/107.

__________________________________________________

"On donnera raison à Aristote quand il dit : he physis demonia, all'u theia esti (natura daemonia est, non divina) "La nature est démoniaque, elle n'est pas divine", cf. De divinatione per somnum, 2, 463a 14-15). Nous pourrions traduire : "Le monde est l'enfer.""

Arthur Schopenhauer : idem ci-dessus, p. 162.

__________________________________________________

"Si on voulait conduire l'optimiste le plus entêté à travers les hôpitaux, les infirmeries et les salles de supplice chirurgicales, à travers les prisons, les salles de torture et les galetas (1) pour esclaves, à travers les champs de bataille et les tribunaux, si on lui ouvrait ensuite tous les sombres logis de la misère, où elle se cache au regard de la froide curiosité, et si on le laissait finalement regarder dans le cachot d'Ugolin (2), il finirait sûrement par reconnaître de quelle nature est ce meilleur des mondes possibles (3)."

Arthur Schopenhauer : ibid.

NOTE JMS :

(1) Un galetas est un logement misérable, un taudis. Ce mot provient de la tour Galata, à Constantinople.

(2) Ugolino della Gherardesca (mort en 1288 ou 1289) est un "podestat pisan. S'étant allié aux guelfes pour s'emparer du gouvernement de Pise, il fut accusé de trahison par les gibelins, qui l'enfermèrent dans une tour avec ses enfants, pour les y laisser mourir de faim. - Son supplice a inspiré à Dante un des épisodes de sa Divine Comédie." (Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013).

(3) La traductrice signale que cette "formule" de Leibniz est en français dans le texte.

__________________________________________________

"Il n'y a vraiment pas grand chose à tirer du monde : la détresse et la souffrance le remplissent, et ceux qui y ont échappé sont guettés de partout par l'ennui. Et, de plus, la méchanceté y a généralement le pouvoir, et la folie, la parole."

Arthur Schopenhauer : ibid.

__________________________________________________

"Au quotidien, nous sommes en représentation de nous-mêmes. Nous jouons des rôles. "Le monde entier est une scène où tous, hommes et femmes, sont de simples acteurs", écrivait Shakespeare dans sa pièce Comme il vous plaira (1). En écho au dramaturge du XVIIe siècle, le sociologue américain Erving Goffman évoquait "la mise en scène de la vie quotidienne" (2)."

Christophe Médici : Savoir gérer les personnes toxiques, Ed. Dangles, 2015, p. 21.

NOTE JMS :

(1) As You Like it est une petite comédie écrite en 1599, peu avant Hamlet (1600-1601). Christophe Médici nous renvoie ici aux deux premiers vers de la célèbre tirade de Jacques (Acte II, scène VII) : "All the world a stage, and all the men and women merely players." On retrouve d'ailleurs cette citation en latin ("Totus mundus agit histrionem") sur le frontispice du Théâtre du Globe, théâtre célèbre pour ses nombreuses représentations de pièces de William Shakespeare.

(2) Erving Gofmann (1922-1982). Est fait ici allusion à : La Mise en scène de la vie quotidienne, t. I, La présentation de soi, t. II, Les relations en public, Ed. de Minuit, col. "Le sens commun", 1973, 256 p. et 368 p. Trad. d'Alain Accardo (t. I) et d'Alain Kihm (t. II).

__________________________________________________

"Vous savez ce que je veux. Je vais vous le dire : je veux tout. Que ce monde pourri s'écroule et se désintégre ! Laissez-moi écarter les jambes."

Kathy Acker

Extrait de The Blue Tape, de Kathy Acker & Alan Sondheim, New York, 1974, in : Qui a peur de Kathy Acker ? (Who's afraid of Kathy Acker ?), de Barbara Casper (Allemagne, Autriche, 2007, 79 mn). V.F. : Télé Europe

__________________________________________________

"Quand le monde sera insupportable à voir, Dieu le détruira. Et on le regrettera, malgré sa laideur."

Krzysztof Kieslowski (1)

NOTE :

(1) Cf; Not. : https://www.cineclubdecaen.com/realisat/kieslowski/kieslowshi.htm

SOURCE :

"Le hasard tu rencontreras" : article de Pierre Murat paru dans le Télérama n° 2410 du 20 mars 1996, pp. 44-47.

 

mondialisation

"[...] ; dans un mouvement de globalisation (1), les populations modifient leur consommation et deviennent extrêmement dépendantes de l'importation... Le tout multiplie de façon considérable la demande en eau. Les impacts des nouvelles pratiques humaines sont localement très forts : "Une brasserie ou une usine de soda [telle Coca-Cola (2)] puisent massivement dans l'eau en Inde avec autorisation de l'Etat contre subsides, tandis que, alentours, les puits des paysans s'assèchent. En Turquie, la rivière est pompée pour le tourisme. En Chine, le fleuve Jaune a été vidé un temps pour l'irrigation. [...]", énumère Pascal Maugis. [...]."

Valeurs Mutualistes. Le magazine des adhérents du groupe MGEN n° 316, 2e trimestre 2019, dossier : "Notre planète a soif", p. 8. 

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mondialisation

(2) Ndlr. de Valeurs Mutualistes.

monnaie

"LA PREMIERE UTILISATION DES PIECES DE MONNAIE"

"VERS 650 AV. J.-C. La première monnaie (1) est frappée par le royaume de Lydie, situé dans l'ouest de l'Anatolie, le long du Pactole (2), une rivière où l'or abonde, vers 650 av. J.-C. Des monnaies de métal existent déjà depuis des millénaires dans certaines parties du globe, sous la forme de lingots d'or ou de cuivre, de morceaux de bronze ou de petits outils agricoles. Mais les Lydiens sont les premiers à marquer leurs petites pièces en forme de haricots fabriqués dans un alliage d'or et d'argent - l'électrum (3) - de l'emblème de l'autorité émettrice. Ce poinçon, qui leur garantit une valeur établie, font d'elles les premières véritables pièces de monnaie du monde."

"Les Grecs, partenaires commerciaux des Lydiens, reconnaissent vite les avantages de cette pratique. Dès la fin du VIe siècle av. J.-C., ils frappent des pièces en argent dans leur colonies méditerranéennes, sauf à Sparte, où posséder de l'or ou de l'argent est illégal."

"La Perse, l'Inde et la Chine imitent bientôt leur exemple, et font des métaux précieux la nouvelle mesure de la valeur des choses, acceptée dans toute l'Eurasie. Après l'introduction des pièces de monnaie à Rome, vers 347 av. J.-C., les banques prennent peu à peu la place des magasins du forum, la grande place publique."

"Les premières pièces de monnaie en métaux précieux ont une valeur réelle et sont souvent rééditées à l'effigie du nouveau souverain. Les pièces actuelles ne sont plus en or ou en argent, et comme pour le penny américain (4), leur coût de fabrication est parfois supérieur à leur valeur."

National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde, hors-série de septembre-octobre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 18.

NOTES JMS :

(1)  de Juno Moneta (a), Junon la Conseillère, dans le temple de laquelle les Romains frappaient la monnaie.

(a) Cf. à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Temple_de_Junon_Moneta

(2) "Pactole", Pactolos en grec, est une rivière qui se trouvait dans le royaume de Lydie et qui charrait, selon les sources de l'époque, charriait des paillettes d'or.

Voir notamment : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pactole

(3) L'électrum est un alliage composé d'or et d'argent.

(4) Aux Etats-Unis, le cent, couramment appelé penny, a une valeur de 1/100e de dollar.

__________________________________________________

"AVERTISSEMENT !"

"BITCOIN : ATTENTION DANGER !"

"N'ayant pas le statut de monnaie, le Bitcoin ne bénéficie d'aucun cadre réglementaire. Autrement dit, les capitaux investis ne profitent d'aucune sécurité et peuvent s'effondrer comme s'envoler à tout moment."

"L'Autorité des Marchés Financiers et l'Autorité de Contrôle Prudentiel mettent en garde les épargnants !"

"En savoir plus sur : cmne.info/avertissement-bitcoin"

in Bref. L'info pratique et nomade ! n° 23 - Février 2018 du Crédit Mutuel Nord Europe.

__________________________________________________

"Les monnaies gauloises sont d'un si mauvvais goût que la plupart les rejettent et ne veulent pas leur donner place dans leur cabinet."

Bernard de Montfaucon (1) : L'Antiquité expliquée et représentée en figures

NOTES JMS :

(1) Cf; not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_de_Montfaucon, https://data.bnf.fr/fr/12071684/bernard_de_montfaucon et https://www.universalis.fr/encyclopedie/montfaucon-dom-bernard-de

(2) Cf. not. : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114615m/f375.image  

SOURCE :

Cité en exergue du chapitre 29 livre de Jean-Louis Brunaux : Les Gaulois. Vérités et légendes, Ed. Perrin, 2018, p. 287.

 

 

monochrome

"[...] en prenant finalement conscience qu'il n'y pouvait rien, du moins qu'il n'était pas coupable de sa propre inexistence, [le Grülp] se ressaisit et décida d'orienter sa vie autrement [...] et chercha s'il ne pouvait pas se rendre utile à autrui.  Ainsi se rendit-il à Paris, dans l'atelier du peintre Clixorin. Aussitôt que celui-ci l'aperçut dans l'embrasure de la porte, il s'écria : "Tu arrives à point nommé ! C'est bien toi la couleur que j'ai toujours cherchée. Il lui aménagea un petit lit douillet sur la palette et peignit toutes ses toiles avec le seul Grülp. Comme ce dernier absorbait beaucoup d'huile et qu'il demanda un jour à Clixorin s'il pouvait égalemment lui donner du vinaigre, le peintre lui répondit : "Non, non, tu es une couleur, pas une laitue." Sur quoi le Grülp se contenta d'être bien heureux d'avoir été tout de même reconnu en tant que couleur. Nul en revanche ne voulut acheter les toiles, car, enfin, aucun être humain ne voudrait posséder une oeuvre peinte d'une seule couleur. Du  reste, Clixorin, qui ne voulait pas se séparer d'elle, devenait toujours plus maigre et finit par en mourir. [...]."

Georg Simmel (1) : L'Histoire de la couleur (Das Märchen von der Farbe) in Niele Torini : L'Histoire de Lapin Tur, suivi de L'Histoire de la couleur, de Georg Simmel, Ed. Allia, 2010, 2017, pp. 20-21. Traduit de l'allemand par Lionel Duvoy.

NOTE :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Georg_Simmel

monogamie

"La raison pour laquelle les mormons ont gagné tant de convertis, c'est, semble-t-il, la suppression de la monogamie contre nature."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 124).

monothéisme

"La religion juive, mère du christianisme, grand-mère du mahométisme, battue par son fils et son petit-fils."

Voltaire : Le Sottisier (paru post-mortem en 1883).

SOURCE : 50 phrases cultes... et drôles de L'HISTOIRE sur la guerre et l'argent, Le Point hors-série, février-mars-avril 2015, p. 3. 

__________________________________________________

"L'intolérance n'est constitutive que du monothéisme : un Dieu unique, un Dieu jaloux de par nature, qui ne souhaite la vie à aucun autre."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 123).

__________________________________________________

""Chien d'infidèle !", aboie le musulman. "Chien d'infidèle !", hurle le chrétien. Chiens tous deux, c'est bien dit, chiens de basse-cour rôdant pour apporter à leur dieu un lambeau de chair humaine."

"Il n'en faut plus de dogue de basse-cour... Que le propriétaire se garde lui-même, s'il y a un propriétaire. Cette maison-là, personne ne l'a bâtie."

"Les juifs, les premiers, ont commencé cette vie de haine universelle. Elle est l'essence même du monothéisme."

"Les trois monothéismes s'entre-dévorent. Les juifs, les premiers et les pires, assommés par les deux enfants qui se font la main et les dents sur leur père, dans les entractes de bataille. Qui est le plus féroce, du père ou des deux fils ? Le père a saigné, à son grand désespoir. Ce n'est pas sa faute. C'est la force qui lui a manqué."

(Avril-Mai 1865.)

(Bibl. Nat., Mss.fr., NA 95912, f° 15.)

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, pp. 62/63.

__________________________________________________

"[...] le monothéisme en soi pose problème. A partir du moment où il n'y a qu'un Dieu, il ne peut accepter l'hospitalité des autres dieux. Or la loi de l'hospitalité est sans doute la loi la plus ancienne de l'humanité. S'il n'y a qu'un Dieu, il ne peut accepter de manger avec les autres dieux ni leur offrir à manger. Donc la loi de la commensalité, qui est la deuxième loi la plus ancienne de l'humanité, ne peut s'appliquer. Les intégristes musulmans pensent comme ça, comme les intégristes cathos ou juifs. Là, ils sont tous d'accord ! C'est l'idée monothéiste qui est mortifère, qu'elle soit portée par telle ou telle religion. Les Grecs, puis les Romains, l'avaient parfaitement compris."

Gérard Mordillat dans l'interview qu'il a accordé à Siné Mensuel (n° 61, février 2017, pp. 12-13).

Marilyn Monroe

"Maintenant que Marilyn (1) est casher, Arthur Miller (2) peut la mordre."

Oscar Levant (3), après la conversion de celle-ci au judaïsme.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marilyn_Monroe et https://en.wikipedia.org/wiki/Marilyn_Monroe

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Miller et https://en.wikipedia.org/wiki/Arthur_Miller

(3° Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Levant et https://en.wikipedia.org/wiki/Oscar_Levant

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Robert Laffont, col. "Bouquins", nov; 2014, P. 1026.

__________________________________________________

"Je ne comprenais pas grand chose aux films, mais ça n'avait pas d'importance, la seule chose qui m'intéressait, c'était de regarder son cul et ses seins !"

Coluche, à propos de Marilyn Monroe

Cité dans Eric Bhat et Jean-Quentin Gérard : Le programme politique d'un mec nommé Coluche. Sa vie, son oeuvre, S.I.P.E. (Société internationale de presse et d'édition), Paris, 1981, p. 7.

monsieur

"[...]. Dans les meetings du Front national, il suffit de dire "monsieur Mohammed" - en insistant légèrement sur le "monsieur" - pour provoquer les rires haineux d'un public qui, interrogé, protestera de sa bonne foi : "Que se passe-t-il ? C'est raciste de dire monsieur, d'un Arabe ?". Voilà, c'est ça, l'abjecte jouissance du racisme implicite."

Gérard Miller (1) : "L'art subtil du sous-entendu" in Télérama n° 2439 du 9 octobre 1996, p. 11.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gérard_Miller et https://www.gerardmiller.fr

moquerie

"Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher."

Blaise Pascal : Pensées (1670)

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 112.

morale

"Peut-être un aperçu rétrospectif sur les tentatives entreprises depuis plus de deux mille ans pour trouver un solide fondement à la morale montrerait-il qu'il n'existe pas de morale naturelle, indépendante d'un réglement humain, mais que celle-ci est de bout en bout un artefact, un moyen inventé pour mieux mater le genre humain égoïste et malveillant."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 123).

__________________________________________________

"D'abord la bouffe, ensuite la morale."

Bertolt Brecht : L'Opéra de quat'sous (Die Dreigroschenoper), comédie allemande créée le 31 août 1928 au Theater am Schiffbauerdamm de Berlin (version française le 15 octobre 1939 au théâtre Montparnasse).

__________________________________________________

"Quand on a faim, on n'a pas le temps de s'inquiéter de la morale."

Mick Jagger

Dans un extrait d'entretien diffusé dans le documentaire de Michael Trabitzsch : David Hockney : der Meistermaler des Pop [version française : David Hockney : le temps retrouvé (All., 2017, 55')].

__________________________________________________

"Voici la morale parfaite : vivre chaque jour comme si c'était le dernier ; ne pas s'agiter, ne pas sommeiller, ne pas faire semblant."

Marc-Aurèle (1) : Pensées

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Aurèle , http://www.histophilo.com/marc_aurele.php , http://www.empereurs-romains.net/emp18.htm et http://citation-celebre.leparisien.fr/auteur/marc-aurele

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 100.

__________________________________________________

Fabienne Pascaud : "Vous prônez une morale de la délicatesse..."

Macha Makeieff : "Ne pas faire offense aux êtres, ne pas donner d'injonction, ne pas faire de bruit, s'asseoir à côté de quelqu'un sans le bousculer ou ouvrir une porte sans fracas. Sans cette écoute profonde de l'autre, cette juste distance, on ne le laisse pas s'exprimer, et on sombre dans le conformisme des relations adultes ordinaires. [...]."

Fabienne Pascaud : entretien avec Macha Makeieff in Télérama n° 3625 du 3 juillet 2019, p. 8.

 

moraline

"L'athéisme n'est pas chez moi le résultat de quelque chose et encore moins un événement de ma vie : chez moi il va de soi, il est une chose instinctive. Je suis trop curieux, trop incrédule,  trop pétulant pour permettre que l'on me pose une question grosse comme le poing. Dieu est une question grosse comme le poing, un manque de délicatesse à l'égard de nous autres penseurs."

"Une autre question m'intéresse bien davantage et le salut de l'humanité en dépend bien plus que d'une quelconque curiosité pour théologiens, c'est la question de la nutrition. On peut la formuler ainsi pour l'usage ordinaire : "Comment faut-il que tu te nourrisses, toi, pour atteindre ton maximum de force, de virtu, dans le sens que la Renaissance donne à ce mot, de vertu, libre de moraline ?"

Friedrich Nietzsche : Ecce Homo. Comment on devient ce qu'on est, "Pourquoi je suis si malin" [1888, publié en avril 1908], Mercure de France, nov. 1908 - janv. 1909, n° 275, p. 398. Trad. Henri Albert.

mort

 Vivons heureux en attendant la mort

 Pierre Desproges

NOTE JMS :

Titre d'un livre de Pierre Desproges paru chez Points/Seuil, col. "Points virgule", janv. 1998.

__________________________________________________

"[...]."

"On est mort, il est temps qu'on rigole"

"[...]."

 Boris Vian, chanson : On n'est pas là pour se faire engueuler (1954).

__________________________________________________

"Ce n'est pas vrai qu'un mort

 Soit comme un vague empire

 Plein d'ordres et de bruit,

 Qu'il  nous envie quand nous mangeons.

 Ce n'est pas vrai qu'un mort

 Soit du sang ou du lait la nuit plus haut que nous.

 Ce n'est pas lui qui rit dans l'arbre et dans le vent

 Si l'on pleure au village.

 Ce n'est pas lui non plus

 Qui fait tomber les bols quand on tourne le dos

 Ou la suie du feu.

 Ce n'est jamais un mort

 Qui nous prend à parti dans les yeux des chevreaux.

 Il ne faut pas mentir,

 Rien n'est si mort qu'un mort.

 - Mais c'est vrai que des morts

 Font sur terre un silence

 Plus fort que le sommeil."

 Guillevic : "Souvenir" in Exécutoire, éd. Gallimard, 1947.

__________________________________________________

"Je n'ai pas peur de mourir, j'ai très peur de vivre."

Caterina Profili, parlant d'elle-même dans  Etoile bipolaire (France, 2014, 65 mn).

SOURCE : encadré Télérama de Marie Campistron sur ce documentaire.

__________________________________________________

"Mors ultima ratio"

La mort est la raison de tout.

Cité dans les pages roses du Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013, p. 1228.

__________________________________________________

"A part la certitude de crever, dit Maurice, est-ce que tu as une seule idée de la vie à peu près stable ?"

"[...]."

"Oui, dis-je. Celle qui faut bouffer. [...]."

"[...]."

- Qu'est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?"

- Mourir d'amour, dis-je."

- [...]."

Claude Simon : Le cheval, les éditions du Chemin de fer, 2015, pp. 36/37.

__________________________________________________

Tout en bas de la Trinité de Masaccio (1), fresque qui se trouve à l'église Santa Maria Novella à Florence, on peut lire, au-dessus du squelette qui figure Adam allongé sur un sarcophage (2), ce memento mori écrit en italien : "IO. FV. GIATT. QUEL. CHE.VOI SETE : E QUEL CHI SON. VOI. ANCOR. SARETE", memento mori que l'on traduit généralement en français par : "J'ETAIS CE QUE VOUS ÊTES ; VOUS SEREZ CE QUE JE SUIS." (3).

NOTES JMS :

(1) Il s'agit de la première vanité connue à ce jour. Elle a été peinte, selon les sources, au début du Quattrocento (première Renaissance italienne) entre 1425 et 1428, à la fin de la très courte vie de Masaccio (1401 - v. 1428). Ses dimensions sont de 667 x 317 cm.

(2) Le mot sarcophage, attesté en 1496, est tiré du grec  ancien sarkophagos (carnivore, puis tombeau, sarcophage ; de sarx, sarkos, "chair" et  de phagein, "qui mange", "qui consume les chairs"). Le mot cercueil (1547) dérive d'ailleurs de ce mot grec.

(3) cf. aussi :

https://jmsauvage.fr/arts/amour-gloire-et-beaute-6 

__________________________________________________

"Les rues deviennent hyperpavées, larges, illuminées et truffées de McDo et de motels, à tel point que le seul moment où on est confronté au danger ou à la réalité, c'est quand on meurt. La mort est la seule réalité dans notre société sympa-sympa-crème-glacée-télé. Mieux vaut donc la vénérer."

Kathy Acker

SOURCE :

Qui a peur de Kathy Acker ? (Who's afraid of Kathy Acker ?), par Barbara Casper, Allemagne, Autriche, 2007, 79 mn. V.F. : Télé Europe.

__________________________________________________

"J'avais un frère merveilleux, très en  avance pour son âge puisqu'il était mort-né."

Pierre Doris (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Doris et https://citations.ouest-france.fr/citations-pierre-doris-266.html

SOURCE :

Cité in  Florence Leca Mercier et Anne-Marie Paillet : "L'ADN desprogien. Filiations littéraires et panthéon personnel" in Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 32.

__________________________________________________

"Tiens le chat n'est plus sur mémé, sans doute qu'elle est froide."

Pierre Desproges

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Philosopher, c'est apprendre à mourir." (1)

Platon (2) : Phédon

NOTE JMS :

(1) Reprise notamment par Aristote, Cicéron  et Montaigne.

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Platon , https://la-philosophie.com/philosophie-platon , http://sos.philosophie.free.fr/platon.php , http://www.philonet.fr/auteurs/Platon.html et http://agora.qc.ca/Dossiers/platon  

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 89.

__________________________________________________

"La mort n'est rien pour nous."

Epicure (1) : Lettre à Ménécée

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : http://sos.philosophie.free.fr/epicure.php et https://citations.ouest-france.fr/citations-epicure-294.html

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 93.

__________________________________________________

"L'idée de la mort ne m'effraie plus, j'en conçois pourtant de l'amertume : à quoi tout cela sert-il ?"

Guillaume de Fonclare (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_de_Fonclare, https://www.babelio.com/auteur/Guillaume-de-Fonclare/118845, , https://www.faire-face.fr/2017/03/29/guillaume-de-fonclare-handicap-grande-librairie, https://www.ecrituresetspiritualites.fr/2019/01/09/guillaume-de-fonclare-ce-nom-qua-dieu-ils-donnent et https://www.franceculture.fr/personne-guillaume-de-fonclare

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3. Préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 179.

__________________________________________________

"Le nécrophone ou appareil nécrophonique [...] est un projet d'invention du scientifique et industriel américain Thomas Edison."

"Cet appareil était censé permettre de communiquer avec les morts, en enregistrant leur voix et leurs sons. [...]."

Wikipedia du 1er novembre* 2019 à 17.05 : https://fr.wikipedia.org/wiki/nécrophone

* Donc jour de la Toussaint (JMS).

__________________________________________________

"La mort se débite dans le monde à la machine. On fabrique des cadavres comme on fabrique des boulons."

Louis Guilloux (1) : Carnets (1937)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Guilloux, http://www.louisguilloux.com et https://www.babelio.com/auteur/Louis-Guilloux/11317

SOURCE :

Jean-Claude Izzo : Le murmure des humbles in Télérama n° 2561 du 10 février 1999, p. 39.

__________________________________________________

"La vérité de cette vie, ce n'est pas qu'on meurt, c'est qu'on meurt volé."

Louis Guilloux (vers 1930) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. note ci-dessus.

SOURCE :

Idem ci-dessus.

mot

"Le choix des mots et leur utilisation sont, pour les dirigeants du Front national, une mécanique de précision. Il ne s'agit ni de  lapsus ni de dérapages, mais de provocations calculées et maîtrisées. Bruno Mégret (1) ne s'en cache pas qui, [au milieu des années 90], avouait : "Notre stratégie sera de contraindre, par la force des mots, nos adversaires à rentrer dans notre logique" (2). Et lorsque aux dernières élections municipales le Front national a remporté trois mairies du sud de la France, il a lancé ce slogan symbolique et révélateur : c'est la victoire du MOT. MOT comme Marignane, Orange, Toulon..."

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Mégret et https://bruno-megret.com

(2) Propos recueillis par Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez in Plumes de l'ombre. Les nègres des hommes politiques, Ramsay, déc. 1990, 266 p.

SOURCE :

Véronique Brocard : "Comment Le Pen a réussi son oral de matraquage" in Télérama n° 2439 du 9 octobre 1996, p. 12.

__________________________________________________

"C'est des armes, les mots."

Jean  Teulé (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Teulé, https://www.babelio.com/auteur/Jean-Teule/5494, https://www.lisez.com/auteur/jean-teule/59477 et https://www.franceculture.fr/emissions/le-reveil-culturel/jean-teule

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 108.

__________________________________________________

"Je suis un frotteur, quelqu'un qui aime polir les mots dans sa main, les retourner et les sentir, se demander si c'est réellement le meilleur mot possible."

James Salter (1)

(1) NOTE JMS : :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/James_Salter, https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Salter, https://www.babelio.com/auteur/James-Salter/9013 et https://www.franceculture.fr/personne-james-salter

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 161.

__________________________________________________

"[...]."

Polonius :

"[...]. What do you read, my lord ?"

Hamlet :

"Words, words, words." (1)

"[...]."

Shakespeare (2) : Hamlet (3), acte II, scène 2.

NOTES JMS :

(1) Voici, par exemple, la traduction qu'en donne Yves Bonnefoy (a) :

"[...]."

Polonius :

"[...]. Que lisez-vous, monseigneur ?"

Hamlet :

"Des mots, des mots, des mots."

"[...]."

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/William_Shakespeare, https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Shakespeare et https://www.babelio.com/auteur/William-Shakespeare/3174

(3) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Hamlet, https://fr.wikipedia.org/wiki/Hamlet et https://www.babelio.com/livres/Shakespeare-Hamlet/6501

SOUS-NOTE DE LA NOTE 1 :

(a) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Bonnefoy, https://www.babelio.com/auteur/Yves-Bonnefoy/2681, https://www.maulpoix.net/Oeuvre%20de%20Bonnefoy.htm, https://www.college-de-france.fr/site/yves-bonnefoy/index.htm et https://www.franceculture.fr/personne-yves-bonnefoy.html

mouche

"Pour symboliser l'insolence et la sottise, on devrait prendre la mouche. En effet, pendant que tous les animaux craignent l'homme avant tout et le fuient de loin déjà, elle se pose sur son nez."

Arthur  Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 53).

Aguigui Mouna

"Mouna (1), c'est une manif à lui tout seul. C'est l'indignation. Sa philosophie ? Un amour universel, boulimique."

Cavanna (2) : préface à Aguigui Mouna, gueule ou crève, d'Anne Gallois [avec des dessins de Cabu (3) (Les Dossiers d'Aquitaine, 1997)] (4)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aguigui_Mouna

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Cavanna

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cabu

(4) Cf. not. : https://babelio.com/auteur/Anne-Gallois/98907

moustache

"La moustache (1). Très distinguée chez les femmes quand ce mot désignait encore une natte qui pendait le long de la joue, la moustache est longtemps restée un privilège des nobles. Les bourgeois étaient priés de s'en passer. [...]."

"[...]."

"Au XIXe siècle, moustache et barbe étaient des emblèmes politiques. Les premières passaient pour afficher des opinions anarchistes, les secondes des opinions républicaines. [...]."

Frédéric Pagès : Au vrai chic anatomique, Points/Seuil, col. "Inédit Virgule", 1983, p. 136-137.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moustache, https://en.wikipedia.org/wiki/Moustache et https://de.wikipedia.org/wiki/Schnurrbart

Moyen Âge

"[...] au Moyen Âge, la couleur des blasons, des étendards ou des vêtements servait à hiérarchiser, à opposer, à rapprocher. A cette époque, ne comptent que le noir, le rouge et le blanc, figurant le peuple, les guerriers et les sphères sacrées, c'est-à-dire les rois et l'Eglise. Trois teintes dominantes pour une société simple. A la fin du XIIe siècle, la démographie explose, les populations circulent de plus en plus, la société se complique et n'est plus répartie entre ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent : le peuple comprend artisans, paysans, laboureurs, bourgeois... le schéma à trois pôles - blanc, rouge, noir - ne suffit plus à exprimer les différences. Apparaissent alors les noms de famille. Et trois couleurs supplémentaires : le bleu, le vert et le jaune. Elles existaient déjà, bien sûr, mais étaient considérées comme des demi-couleurs, sans rôle dans la symbolique."

Catherine Firmin-Didot (1) : Michel Pastoureau. La couleur lui va si bien in Télérama n° 2584 du 21 juillet 1999, p. 22.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Firmin-Didot, https://www.babelio.com/auteur/Catherine-Firmin-Didot/92149 et https://data.bnf.fr/15111457/catherine_firmin-didot

Amadeus Mozart

Dans un petit texte intitulé "La Flûte enchantée", Gwenn Rigal écrit ceci :

"Mozart, maçon de la Stricte Observance Templière, écri La Flûte enchantée en 1771. Cet opéra traite de l'initiation d'un couple aux mystères d'Isis et Osiris. Il doit servir de clé de voûte à "La Grotte", rite égyptien que Mozart veut fonder. Selon certains, Les Noces de Figaro renfermeraient un enseignement caché aux Apprentis, Don Juan aux Compagnons, Cosi fan tutte aux Maîtres et La Flûte enchantée aux Maîtres Parfaits. Pour l'anecdote, les premiers accords répétés de l'ouverture évoqueraient le tambourinement du futur initié à la porte d'un loge maçonnique."

in Les Mystères de la franc-maçonnerie. Histoire d'une société secrète, Ed. ESI, sept. 2012, p. 127. 

multitude

"La démocratie est en train de devenir, pour la première fois, une possibilité réelle à l'échelle globale. Le sujet de ce livre est cette possibilité, que nous appelons le projet de la multitude. Le projet de la multitude n'exprime pas seulement le désir d'un monde d'égalité et de liberté, il ne revendique pas seulement une société démocratique globale, ouverte : il se donne les moyens de réaliser ce désir."

Michael Hardt, Antonio Negri : Multitude. Guerre et démocratie à l'âge de l'empire, éd. La Découverte, Paris, 2004, p. 5. 

__________________________________________________

"[...] la glorification de l'hétérogénéité qu'implique le terme [de multitude] empêche de voir ce qu'il est nécessaire maintenant de faire pour construire le mouvement. [...]."

"L'erreur est de considérer des mouvements composés de groupes sociaux disparates comme des sujets "sociaux" capables d'apporter une transformation de la société. Ils ne le sont pas. Parce que leur base n'est pas centrée sur une organisation collective enracinée dans la production, ils ne peuvent pas mettre en échec le contrôle de cette production qui est central dans le pouvoir de la classe dirigeante. Ils peuvent créer des problèmes à des gouvernements particuliers. Mais ils ne peuvent pas amorcer le processus de reconstruction de la société de bas en haut."

Chris Harman : "Les travailleurs du monde" in International Socialism Journal, n° 96, automne 2002. Trad. de l'anglais par J.-M. Guerlin.

mur

Dans le courrier des lecteurs de Télérama (n° 3507 du 29 mars 2017, p. 20), Jacques Ballé, de Gradignan, écrit ceci :

"Frontières, contrôles, murs... Voilà le leitmotiv du XXIe siècle. Nous voilà rassurés, les barbares sont prévenus ! Rappelons quand même que les Chinois ont construit la Grande Muraille, les Romains, les limes (1), sans succès définitifs. Et la France, pas en reste, a construit dans les années 1930, à grands frais, la ligne Maginot (2) pour tenir le nazisme à distance avec pour résultat, en 1940, la plus grande défaite de son histoire ! Puis les Allemands ont construits, toujours à grand-peine, le mur de l'Atlantique pour que les Alliés ne mettent pas les pieds sur le continent. Vous connaissez la suite."

NOTE JMS :

(1) Du latin limes. HIST. Sous l'empire romain, ligne de fortifications plus ou moins continue bordant certaines frontières dépourvues de défenses naturelles (Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013)

(2) Système fortifié construit de 1927 à 1936 sur la frontière française du Nord-Est, édifié à l'initiative d'André Maginot (Paris 1877 - id. 1932), ministre de la Guerre de 1922 à 1924 et de 1929 à 1932. Laissant la frontière belge sans protection, la ligne Maginot ne put jouer en 1940 le rôle escompté (Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013).

__________________________________________________

"MUR BLANC = PEUPLE MUET"

Slogan de l'époque de mai 68

Cité dans Beaux-Arts Hors-Série n° 45 : MAI 68 LA REVOLUTION DES IMAGES de A à Z, avril 2018, p. 182.

musée

"11 % des Français ont visité récemment un écomusée ou musée d'art populaire."

"1 Français sur 4 n'a jamais mis les pieds dans un musée de sa vie [...]."

Encadré Télérama intitulé "CENT BLAGUES !" (n° 2105 - 16 mai 1990, p. 27).

__________________________________________________

"Pour beaucoup de personnes, le musée n'est pas un bien absolu. Il entre en concurrence avec toutes les autres formes de loisirs ou  de culture. Face à ce public, nous devons nous montrer actifs. Investir en études, comme n'importe quelle entreprise. Créer l'événement, puisque c'est l'exceptionnel qui crée le désir. Et transformer le musée en un lieu de vie, ouvert sur la ville, où l'on vienne prendre un pot avec des amis, et pourquoi pas s'acheter un tee-shirt. La fréquentation des oeuvres viendra par surcroît."

Christian Gouyon, architecte devenu responsable des "publics" à la direction des musées de France

SOURCE :

Cité à la p. 60 de l'article de François Ganon paru dans le Télérama n° 2440 du 16 octobre 1996.

musique

"[...]. Adoucit les moeurs. Exemple : La Marseillaise."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"BOECE INVENTE LES GAMMES MUSICALES"

"521 ap. J.-C. Ecrit au VIe siècle, le traité De Institutione Musicale (L'Institution musicale), du philosophe et érudit romain Boèce (480-525 ap. J.-C.), explique la musique de la Grèce antique, qui reposait essentiellement sur de simples mélodies. Dans son traité, il attribue des lettres aux différents tons - la notation de A à G est encore utilisée de nos jours, notamment dans les pays anglo-saxons -, et traite des accords, des gammes et des intervalles entre les notes..."

"Son travail aura une influence déterminante sur les érudits de la période médiévale (500-1500), pour qui Boèce fait autorité en matière de théorie musicale. Son traité ouvre la voie aux partitions, qui apparaissent en Europe en 1465. Un siècle plus tard, en 1558, pendant la Renaissance italienne, le compositeur et théoricien de la musique Gioseffo Zarlino (1517-1590) définira la gamme majeure et la gamme mineure, que l'on emploie toujours. Ses écrits se répandent en Europe à la fin du XVIe siècle, et influencent la génération suivante de musiciens, qui commencent à composer dans le style baroque."

National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde. Hors-série de octobre-novembre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 29.

__________________________________________________

"La musique est une mathématique sonore, la mathématique une musique silencieuse."

Edouard Herriot (1)

NOTE :

(1) http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/edouard-herriot

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/edouard-herriot

 

 

musulman

"[...] le principal gesticule et parle au loin, tourné de côté ; on ne dirait pas qu'il s'adresse à Mustapha."

"...Ecoutez bien ce que je vais vous lire. Je cite au hasard" :

"Sur les milliers d'enfants qui croupissent dans les rues, nous sommes quelques collégiens, entourés de méfiance. Allons-nous servir de larbins, ou nous contenter de "professions libérales" pour devenir à notre tour des privilégiés ? Pouvons-nous avoir une autre ambition ? On sait bien qu'un Musulman incorporé dans l'aviation balaie les mégots des pilotes, et s'il est officier, même sorti de Polytechnique, il n'atteint au grade de colonel que pour ficher ses compatriotes au bureau de recrutement..."

"Reconnaissez-vous cet écrit ?"

"Mustapha n'a pas le temps de répondre" :

"Je continue : "Sais-tu ce que j'ai lu dans Tacite ? On trouve ces lignes dans la traduction toute faite d'Agricola : Les Bretons vivaient en sauvages, toujours prêts à la guerre ; pour les accoutumer, par les plaisirs, au repos et à la tranquillité, [Agricola] les exhorta en particulier ; il fit instruire les enfants des chefs et leur insinua qu'il préférait aux talents acquis des Gaulois l'esprit naturel des Bretons, de sorte que ces peuples, dédaignant naguère la langue des Romains, se piquèrent de la parler avec grâce ; notre costume fut même mis à l'honneur, et la toge devint à la mode ; insensiblement, on se laissa aller aux séductions de nos vices ; on  rechercha nos portiques, nos bains, nos festins élégants ; et ces hommes sans expérience appelaient civilisation ce qui faisait partie de leur servitude... Voilà ce qu'on lit dans Tacite. Voilà comment nous, descendants des Numides, subissons à présent la colonisation des Gaulois !""

"Mustapha n'écoute plus. Exclu pour huit jours."

Kateb Yacine : Nedjma, Ed. du Seuil, 1956.

__________________________________________________

"Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman."

Pierre Desproges : Chroniques de la haine ordinaire, Editions du Seuil, 1997.

SOURCE :

"Shocking ! Ces plaisanteries qu'on n'ose plus faire" in Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 41.