Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
idéal

"Tout à fait inutile."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

idéalisme

"[...]. Quand j'étais enfant, j'étais excessivement idéaliste, je méprisais la réalité ordinaire en prétendant me situer "au-dessus", dans le monde des idées pures. Un réflexe de fuite que j'ai perdu. Non que je trouve la réalité sympathique ou attirante, loin de là ! Mais je l'accepte beaucoup plus comme un défi, comme un problème à affronter. C'est ça, l'héroïsme du quotidien, l' "héroïsme rationalisé", comme aurait dit Musil (1)."

Jacques Bouveresse

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Musil, https://www.babelio.com/auteur/Robert-Musil/3044, https://www.franceculture.fr/personne/robert-musil, https://www.erudit.org/fr/revues/tce/2004-n76-tce952/011215ar et https://www.cairn.info/revue-savoirs-et-cliniques-2007-1-page-73.htm

SOURCE :

Catherine Portevin : Jacques Bouveresse : le philosophe des petits pas in Télérama n° 2560 du 3 février 1999, p. 39.

idée

"[...] dans la guerre des idées il n'y a ni paix, ni conciliation possible, et [...] le combat doit toujours finir par la destruction de l'un des partis."

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 51.

__________________________________________________

"Une belle idée qui n'aboutit pas vaut mieux qu'une mauvaise qui voit le jour."

Pierre Dac, directeur en chef de : L'os à moelle, Le Livre de Poche n° 3937, 1974, p. 71.

__________________________________________________

"Une idée qui n'est pas dangereuse n'est pas digne de ce nom."

Oscar Wilde (1) : "Le critique en tant qu'artiste", in Aphorismes, traduit par Béatrice Vierne, Arléa, 2008, p. 218.

NOTE JMS :

(1) Pour les références, voir le présent Dictionnaire des citations au mot "art".

identité

"J'ai peu de choses en commun avec moi-même."

 Franz Kafka

Cité dans le Dictionnaire amoureux de l'Humour, de Jean-Loup Chiflet (Plon, 2012, p. 674).  

__________________________________________________

"L'identité que nous attribuons à l'esprit de l'homme n'est qu'une identité fictive."

David Hume (1) : Traité de la nature humaine (1739)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Hume

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 54.

__________________________________________________

"[...]."

"[...]. La société moderne est de plus en plus "froide". Elle provoque la destruction progressive de toutes les sources antérieures d'identité (1) : professionnelle, religieuse, géographique. L'entreprise elle-même ne propose plus de fonction fixe parce que ses besoins se modifient du jour au lendemain. Or, sans identité nous sommes voués à la détresse. Nous n'existons plus. Cela suscite par contrecoup le retour vers les anciens groupes."

"[...]."

Tzvetan Todorov : La lucidité de l'exilé in Télérama n° 2445 du 20 novembre 1996, pp. 108-111. Propos recueillis par Agnès Bozon-Verduraz.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://www.cnrtl.fr/definition/identite

__________________________________________________

"[...] nous sommes faits de nos rencontres avec les autres. Je crois très peu en une identité immuable et autonome qui se transporterait intacte en toute circonstance. [...]."

Tzvetan Todorov : idem ci-dessus.

 

idéologie

"Il n'est pas très utile de dire "idéologie dominante", car c'est un pléonasme : l'idéologie n'est rien d'autre que l'idée en tant qu'elle domine [...]."

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, p. 51.

__________________________________________________

"[...]. Disons que j'étais mort. Et les miens aussi, ou presque. Mort de l'idéologie qui affame, blesse, détruit, avec une telle vitesse et au nom d'une telle pureté qu'elle peut se trouver même en un paysage tranquille. [...]."

Rithy Panh en voix off dans : Les Tombeaux sans noms, de Rithy Panh (France, 2018, 2h00).

__________________________________________________

"La Chine n'exporte pas une idéologie d'Etat à la façon de l'Union soviétique. Mais elle entend rendre le monde plus docile à son idéologie, ce qui la conduit à revendiquer l'exterritorialité de sa pratique de la censure."

Peter Osnos (1), dernière livraison de l'hebdomadaire The New Yorker (2).

SOURCE :

Le Monde du vendredi 24 janvier 2020 : International / Chronique, par Alain Frachon (3) : La Chine défie les démocraties.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Osnos

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/The_New_Yorker et https://fr.wikipedia.org/wiki/The_New_Yorker

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Frachon

idiot

"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet."

Georges Courteline : La philosophie de Georges Courteline, éd. Mille et une nuits, mars 2009, p. 69.

idole

"Il ne faut pas toucher aux idoles : la dorure en reste aux mains."

Gustave Flaubert : Madame Bovary (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_Bovary

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 201.

ignorance

"La volonté de Dieu est l'asile de l'ignorance."

Baruch Spinoza (1) : appendice de la première partie de l'Ethique (1677)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Baruch_Spinoza , http://sos.philosophie.free.fr/spinoza.php et https://www.babelio.com/auteur/-Spinoza/5204/citations

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 114.

L'Iliade

"On n'écrira pas d'Iliade lorsqu'on a eu pour mère une gourde et pour père un gnangnan ; pas davantage si on fait ses études dans six universités."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 155).

illettrisme

"Il y a quinze ans, en parler était inacceptable. Et ceux qui le faisaient passaient aussitôt pour de dangereux provocateurs antirépublicains. Aujourd'hui, l'affirmer est presque une banalité : la France compte près de 20 % d'illettrés (1), et six millions de nos concitoyens ne savent ni lire, ni écrire, ni compter."

"Dans un pays où l'école est obligatoire jusqu'à 16 ans, c'est dire que le constat est violent. Ce ne sont pas aux causes et aux remèdes que s'intéresse Grand angle, mais à ces hommes et à ces femmes [...] qui connaissent ce handicap et le vivent comme une exclusion. Honte, rêves impossible, perte d'identité, mensonge, ou plutôt dissimulation permanente de cet état qu'aucun n'ose vraiment avouer."

"[...]. Des tranches de vie qui expriment l'essentiel : une certaine forme, trop ignorée, de véritable misère sociale."

Véronique Brocard : Sans chiffres ni lettres in Télérama n° 2446 du 16 avril 1997, p. 157. Texte écrit à propos de l'émission de France Culture Grand Angle, du samedi 19 avril 1997.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Illettrisme et http://www.anlci.gouv.fr/Illettrisme

image

"[...]."

"Pour moi, l'image, contrairement à un sentiment partagé en France, ne peut pas être manipulée. Elle représente une réalité. Quand vous voyez des soldats qui tirent et des gens qui tombent, il n'y a pas de doute. C'est un affrontement, point. Dans cet affrontement, on peut choisir des images plus ou moins horribles, mais c'est tout." 

Charles Enderlin (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Enderlin et https://www.franceculture.fr/personne-charles-enderlin.html

SOURCE :

Entre keffieh et kippa : entretien de Charles Enderlin avec Véronique Brocard paru dans le Télérama n° 2465 du 9 avril 1997, pp. 88-90. 

imbécile

"Les imbéciles ont toujours été exploités, et c'est justice. Le jour où ils cesseraient de l'être, ils triompheraient et le monde serait perdu."

Alfred Capus (1858-1922) (1)

SOURCE : Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 34.

NOTE JMS :

(1) Cf., entre autres choses : http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/alfred-capus

__________________________________________________

"Rien n'est si dangereux qu'un imbécile qui a les apparences d'un homme intelligent."

Edouard Herriot (1)

NOTE :

(1) Cf. not. : http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/edouard-herriot

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/edouard-herriot

__________________________________________________

"Tous ceux qui ne pensent pas comme vous."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

 

immigration

"Un charter, c'est trop, disent certains. Mais si je dois faire un train, je le ferai."

Charles Pasqua (1), mai 1987.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Pasqua

SOURCE :

"Comment Le Pen a réussi son oral de matraquage : article de Véronique Brocard in  Télérama n° 2439 du 9 octobre 1996, p. 10.

__________________________________________________

La "France n'est plus, ne peut plus être une terre d'immigration nouvelle. Le temps de l'accueil de main-d'oeuvre étrangère (...) est donc révolu. Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde."

Michel Rocard (1), fin janvier 1990.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Rocard

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

Les idées du FN sont "parallèles aux miennes en ce qui concerne l'immigration musulmane et africaine. Nous allons vers des Saint-Barthélémy (1) si l'immigration africaine n'est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments dangereux."

Michel Poniatowski (ancien ministre de l'Intérieur de Giscard d'Estaing et sénateur UDF du Val-d'Oise) (1) en janvier 1991.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_la_Saint-Barthélémy

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Poniatowski

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Jacques Chirac, président du RPR (1), en juin [1991], parle de ce "travailleur français qui habite à la Goutte d'Or (2) et qui voit sur le palier d'à côté de son HLM une famille avec un père, trois ou quatre épouses, une vingtaine de gosses, qui touche 50 000 francs de prestations sociales. Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, le travailleur français devient fou."

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rassemblement_pour_la_République

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Quartier_de_la_Goutte-d'Or

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Edith Cresson (1), alors chef du gouvernement, reprend à son compte, en juillet 1991, la nécessité d'affréter des charters - "des avions spéciaux" selon sa formule - pour lutter contre l'immigration clandestine. [...]."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://www.gouvernement.fr/edith-cresson  

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Le type de problème auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l'immigration vers celui de l'invasion."

Valéry Giscard d'Estaing : déclaration au Figaro Magazine, fin 1991.

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"[L'immigration (1) est] un phénomène angoissant qui nous impose ses coutumes, ses moeurs, sa religion et nous vole nos âmes."

Jean-Marie Le Pen : discours du 1er mai 1996, lors de l'hommage à Jeanne d'Arc.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l'immigration_en_France

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 9.

__________________________________________________

"La marée de l'immigration va nous submerger, nous coloniser, après nous avoir ruiné."

Jean-Marie Le Pen : idem ci-dessus.

SOURCE :

Idem  ci-dessus.

__________________________________________________

"Dans le programme de Macron, le chapitre sur l'immigration est presque anecdotique."

Les dossiers du Canard enchaîné n° 153 : Macron contre Macron, oct. 2019, p.97.

__________________________________________________

"Macron restera comme le président qui a autorisé des agents de l'Etat à visiter les foyers de migrants pour vérifier qui peut rester et qui doit en sortir."

Idem ci-dessus, p. 98.

immobilisme

"Il n'est pas de problème si difficile qu'une absence de solution ne finisse par résoudre."

Henri Queuille (1884-1970) (1)

SOURCE : Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 26.

NOTE JMS :

(1) Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Queuille

 

immoralité

"Ce mot, bien prononcé, rehausse celui qui l'emploie."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

immortalité

"Qu'ont-ils de commun avec la matière, les immortalistes ?  Des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, des mains pour toucher ? Fi donc ! Les sens, quelle honte ! L'enfant du spiritualiste n'est point arraché des entrailles pantelantes de sa mère, sanglant et livide, au milieu de la douleur et des cris. Non ! Il se dégage sans effort, âme pure et radieuse, de l'âme immortelle. Par quelle méprise ces êtres séraphiques se trouvent-ils prisonniers d'un misérable corps ? Un hôte divin dans une si sale auberge ! Qui la délivrera de cet odieux séjour, pour lui ouvrir la porte des béatitudes éternelles ?"

Auguste Blanqui : Ni Dieu, ni Maître, Ed. Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 21.

impératif catégorique

IMPERATIF HYPOTHETIQUE ET IMPERATIF CATEGORIQUE :

"[...] tous les impératifs commandent ou hypothétiquement ou catégoriquement. Les impératifs hypothétiques représentent la nécessité pratique d'une action possible, considérée comme moyen d'arriver à quelque autre chose que l'on  veut (ou du moins qu'il est possible qu'on veuille). L'impératif catégorique serait celui qui représenterait une action comme nécessaire pour elle-même, et sans rapport à un autre but, comme nécessaire objectivement."

FORMULE-MERE DE L'IMPERATIF CATEGORIQUE :

"Il n'y a [...] qu'un impératif catégorique, et c'est celui-ci : Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle."

FORMULES DERIVEES :

"[...] l'impératif universel du devoir pourrait encore être énoncé en ces termes : Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en LOI UNIVERSELLE DE LA NATURE."

"L'impératif pratique sera [...] celui-ci : Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen." 

"Une chose [...] n'en pouvait pas moins se faire : c'était que le détachement de tout intérêt dans l'acte de vouloir par devoir, considéré comme le caractère spécifique qui distingue l'impératif catégorique de l'impératif hypothétique, fût indiqué en même temps dans l'impératif même, au moyen de quelque détermination qui lui serait inhérente, et c'est ce qui arrive maintenant dans cette troisième formule du principe, à savoir dans l'idée de la volonté de tout être raisonnable conçue comme volonté qui institue une législation universelle."

Emmanuel Kant : Fondements de la métaphysique des moeurs, Librairie Delagrave, 1974, pp. 124-25, pp. 136-37, p. 150, p. 155. Trad. Victor Delbos.

__________________________________________________

"Dans le Système de l'éthique [de Fichte], nous trouvons l'impératif catégorique développé en impératif despotique : le tu dois absolu, la raison législatrice et le commandement du devoir se sont développés en un fatum moral, en une nécessité insondable selon laquelle le genre humain doit agir avec rigueur conformément à certaines maximes, et comme quoi il faut attacher le plus grand prix à juger d'après les instances morales, bien que l'on n'apprenne nulle part en quoi elles consistent."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, éd. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, pp. 52/53).

__________________________________________________

"[...] Kant [...] nous présente au fond de notre âme un tribunal au grand complet, avec procès, juges, plaignants, défenseurs, verdicts. Si ce qui se passe en notre fond intérieur se déroulait vraiment comme le représente Kant, il faudrait s'étonner de ce qu'un homme soit capable, je ne veux pas dire d'être aussi mauvais, mais aussi bête pour agir contre sa conscience. Car cette sorte d'institution surnaturelle ancrée dans la conscience que nous avons de nous, d'une espèce toute particulière, cette mascarade de tribunal vhémique (1) dans l'obscurité mystérieuse de notre for intime, devrait inspirer à chacun une horreur et une disdémonie [crainte des démons] qui le dissuaderaient en vérité de saisir de brefs et fugaces avantages, en bravant l'interdit et sous les menaces de puissances surnaturelles effrayantes qui s'annoncent si évidentes et si proches. Dans la réalité, par contre, nous voyons à l'inverse combien l'efficacité de la conscience est en général si faible que tous les peuples ont eu le souci de venir à son secours à l'aide d'une religion positive, voire de la remplacer complètement par une telle religion."

Idem ci-dessus, pp. 74-75.

NOTE DU TRADUCTEUR :

(1) Tribunal de justiciers qui, au Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècle), en Allemagne, exécutait en secret les criminels.

NOTE JMS :

(1) Si l'on suit ce qui est dit dans la préface de Le Tribunal secret, tragédie en cinq actes par M. Léon Thiessé* (publié en 1823 chez J.-N. Barba, libraire à Paris), le tribunal vhémique a été établi en 803 par Charlemagne et s'est perpétué pendant sept siècles en Westphalie, donc du IXe au XVIe siècle.

* Journaliste, historien et écrivain français (1793-1854).

_________________________________________________

"[...] je déclare ouvertement que j'ai l'intention de prouver que la raison pratique et l'impératif catégorique de Kant sont des hypothèses totalement injustifiées, dénuées de fondement et fabriquées de toutes pièces."

Idem ci-dessus, p. 88.

impérialisme

"Tous gens honnêtes, paisibles, polis, distingués."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, au mot impérialistes (Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015).

impôts

"Le Syndicat national unifié des impôts évalue à 230 milliards de francs, soit près du montant du déficit budgétaire, la fraude imputable aux milieux d'affaires, comme le fait apparaître le coin du voile levé sur les pratiques de corruption des grands groupes industriels et financiers."

Christian de Brie : "La politique pervertie par les milieux d'affaires" in Le Monde diplomatique, oct. 1994.

__________________________________________________

"Ne voyons-nous pas, à la faveur d'une réaction éthique, quelques magistrats courageux briser l'impunité que garantissait l'arrogance financière ? Imposer les grosses fortunes (1 % des Français possèdent 25 % de la fortune nationale et 10 % en détiennent 55 %), taxer les émoluments perçus par les hommes d'affaires, dénoncer le scandale des frais de représentation, frapper de lourdes amendes les gestionnaires de la corruption, bloquer les avoirs de la fraude internationale indiquent assez, sur une carte lisible par tous, les accès au trésor que les citoyens alimentent et dont ils sont systématiquement spoliés."

Raoul Vaneighem : Avertissement aux écoliers et lycéens, Ed. Mille et une nuits, août 1995, p. 72.

__________________________________________________

"L'excuse a fait rire. A peine nommé secrétaire d'Etat au commerce extérieur en 2014, les services de Matignon découvrent que Thomas Thévenoud (1) accuse un retard de paiement de ses impôts. Dû à une "phobie administrative", plaide le jeune ambitieux. Mouais. L'argument ne convaincra personne. L'ex-ministre redevient député et est exclu du groupe socialiste."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 79.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Thévenoud

__________________________________________________

"Les impôts indirects sont des impôts hypocrites."

Alphonse Karr (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_Karr et http://citation-celebres.leparisien.fr/auteur/alphonse-karr

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 118.

__________________________________________________

"C'était sûr comme les impôts - et ça, il n'y a rien  de plus sûr."

Charles Dickens (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Charles_Dickens et https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Dickens

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Il faut demander plus à l'impôt et moins au contribuable."

Alphonse Allais

SOURCE :

Idem ci-dessus.

impressionnistes

"[...]. Surtout, je crois que ce qui les blessait le plus, c'était l'hilarité. Le public venait visiter des expositions impressionnistes pour rire, pour se plier en deux devant des oeuvres qui aujourd'hui nous émeuvent énormément."

Florence Gentner (1), intervention dans le documentaire de Laurence Lowenthal : Auguste Renoir, de l'ombre à la lumière [série Une Maison, un artiste, saison 3, 6/10, France, 2015, 25 mn].

NOTE JMS :

(1) Les Ed. du Chêne*, qui publient cette auteure, la présente ainsi sur leur site : "Titulaire d'un D.E.A. de lettres classiques, ancienne chargée de mission au Musée Carnavalet et à la Maison de Victor Hugo, Florence Gartner a organisé des expositions d'art et d'histoire. Elle écrit régulièrement des articles consacrés aux maisons d'écrivains et donne des conférences d'histoire de l'art. [...]."

* Les Ed. du Chêne sont des éditions grand public, avec des publications au très grand tirage et généralement orientées vers le livre illustré.

imprimerie

"Quand apparut l'imprimerie, Montaigne préféra [...] une tête bien faite à un savoir accumulé, puisque ce cumul, déjà objectivé, gisait dans le livre, sur les étagères de sa librairie [...]."

Michel Serres : petite poucette, Ed. Le Pommier, col. "Manifestes", 2012, p. 29.

imprudence

"[...]."

"Jojo"

"Nous parlons en silence d'une jeunesse vieille"

"Nous savons tous les deux que le monde sommeille"

"Par manque d'imprudence"

"[...]."

Jacques Brel (1) : Jojo (1977) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel, http://www.jacquesbrel.be et https://www.francemusique.fr/chanson/10-chansons-pour-raconter-jacques-brel-66008

(2) Cf. not. : https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-cast-se-souvient-du-jojo-de-jacques-brel-2800568

incendie

A propos du documentaire de Jamilat Wignot (USA, 2010, 55 mn), Vincent Arquillière, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci, écrit ceci :

"[...] le 25 mars 1911, New York connaissait l'un des pires accidents industriels de sa jeune histoire : l'incendie de l'usine textile Triangle Shirtwaist Factory, à Manhattan, qui fit 146 morts. La plupart des victimes étaient de jeunes ouvrières [...] qui avaient fui l'Italie, la Pologne ou la Russie dans l'espoir d'une vie meilleure."

"[...]. A l'époque, plus de cent mille travailleurs quittaient chaque matin - sauf le dimanche - leurs taudis du Lower East Side pour se rendre dans les ateliers et les usines de confection de la ville. [...] la Triangle était loin d'être la pire, mais les conditions de sécurité laissaient sérieusement à désirer. D'autant que les patrons, innquiets de la montée en puissance des syndicats, avaient fermé certaines issues à clé pour mieux contrôler les déplacement du personnel. La tragédie provoqua une vive émotion parmi les New-Yorkais de toutes les classes sociales et contribua à une réforme en profondeur des lois sur le travail. Ce qui n'empêcha pas la machine capitaliste de tourner à plein régime..."

inceste

"Jeany parle avec son amoureux, son père. Le père : "Approche, Jeany !" Il veut faire l'amour avec elle. Jeany le sait. Jeany, en le fuyant : "Rendors-toi, Johnny ! J'te verrai demain matin". Jeany, une demi-heure plus tard : "J'arrive pas à dormir toute seule, Johnny. J'peux m'glisser dans ton lit ?". Le père, ronchonnant : "J'arriverai pas à dormir. Amène-toi !" Jeany lui taille une pipe. Jeany n'a pas vraiment envie de baiser avec Johnny, mais il prend son pied."

Kathy Acker

SOURCE :

Qui a peur de Kathy Acker ? (Who's afraid of Kathy Acker ?), par Barbara Casper, Allemagne, Autriche, 2007, 79 mn.

__________________________________________________

"On parlait de la prochaine pièce d'Henry Bataille (1), spécialiste du morbide, et les initiés du monde des lettres l'annonçaient déjà, à tout hasard, comme un chef d'oeuvre. "C'en est un ! assura Tristan Bernard qui se trouvait là.

- Vous la connaissez ? Dites ! de quoi s'agit-il ?

- Voilà, c'est un fils incestueux avec sa mère pendant une dizaine d'années. Au bout de dix ans, il s'aperçoit qu'elle n'est pas sa mère. Alors, horrifiée, il se tue."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 109.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Bataille et https://www.mon-poeme.fr/citations-henry-bataille

__________________________________________________

"Ils devaient s'épouser. Elle Antigone, fille d'Oedipe - un roi maudit pour avoir couché avec sa mère, Jocaste ; Lui, Hémon, fils de Créon - l'actuel roi de Thèbes et frère de Jocaste. Ils devaient s'épouser, elle Antigone, lui Hémon. Et voilà qu'à la fin de la tragédie de Sophocle on les découvre morts, dans un sinistre tombeau. Antigone s'y est pendue avec sa ceinture ; découvrant son cadavre, Hémon s'y est percé le coeur de son glaive. Les futures épousailles sont devenues sinistres funérailles. Le royaume des morts grignote lentement celui des vivants."

Fabienne Pascaud : Celle qui a dit non [à propos de l'Antigone, de Sophocle (1)] : chronique Télérama (n° 2561 du 10 février 1999, p. 43).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophocle, https://www.babelio.com/auteur/-Sophocle/2277 et http://www.cosmovisions.com/Sophocle.htm

incesticide

"Rrose Sélavy trouve qu'un incesticide doit coucher avec sa mère avant de la tuer ; les punaises sont de rigueur."

Marcel Duchamp : Duchamp du Signe, Flammarion, 1975.

SOURCE :

Roger Dadoun : Duchamp Ce Mécano qui Met à Nu, Hachette, 1996, p. 116.

incinération

"L'incinération, c'est la fin des asticots."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 116.

Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

inculte

"Je suis inculte parce que je n'en pratique aucun."

 Raymond Queneau

 Cité dans le Dictionnaire amoureux de l'Humour, de Jean-Loup Chiflet (Plon, 2012, p. 659). 

indifférence

"L'indifférence donne un faux air de supériorité."

Joseph Joubert 1754-1824 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://dicocitations.lemonde.fr/auteur/2339/Joseph_Joubert.php

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 168.

 

indigné

"Personne participant à un mouvement pacifique mondial de protestation en vue d'obtenir une société plus démocratique et équitable."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

indulgence

"Tout comprendre rend très indulgent (1)."

Madame de Staël (1766-1817) (2) : Corinne ou l'Italie (1807) (3)

NOTES JMS :

(1) Commentaires du journal Le Monde : "[...]. Mais l'indulgence n'est pas toujours une vertu." (voir ci-dessous à SOURCE)

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_de_Staël , http://www.stael.org et https://www.mon-poeme.fr/citations-madame-de-stael

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 169.

_________________________________________________

"Il ne faut croire l'indulgence des gens que lorsqu'elle s'exerce dans les choses qui leur sont personnelles. Tel homme se prend de pitié pour un empoisonneur, pour un assassin, vous le croyez indulgent ; attendez pour le juger qu'on lui marche sur le pied dans une foule, ou qu'on casse par maladresse une de ses tasses du Japon."

Alphonse Karr

SOURCE :

Idem ci-dessus.

inégalité

Dans le dossier Télérama réalisé par Michel Abescat (n° 3430, 7 octobre 2015, pp. 25/39) : "Inégalité. Pourquoi nous sommes tous responsables", sont portées à la connaissance du lecteur les statistiques suivantes :

- En 2012, 10 % des Français les plus riches ont un niveau de vie 7,2 fois supérieur aux 10 % les plus pauvres.

- Dans l'OCDE (1), en 2013, les 10 % les plus riches ont un revenu 10 fois plus élevé que les 10 % les plus pauvres.

- La pauvreté (2) en France, en 2013, touche 13,7 % de la population, soit 8,5 millions de personnes.

- En 2016, 1 % de la population mondiale possédera autant que les 99 % restants.

- La moitié des richesses mondiales sont détenues par 1 % de la population.

- Les 85 personnes les plus riches du monde possèdent la même richesse que 3 milliards de personnes, soit la moitié la moins riche de la population mondiale.

NOTES :

(1) OCDE : Organisation de coopération et de développement culturel (date de la création : 30 septembre 1961 ; siège : château de la Muette (Paris) ; langues : français et anglais ; pays membres : 34 ; secrétaire général : José Angel Gurria ; devise : "Des politiques meilleures pour une vie meilleure") (note JMS).

(2) Sont considérées comme pauvres les personnes dont les revenus sont en dessous de 60 % de niveau de vie médian (note Télérama).

__________________________________________________

"Un [...] jour, [Nicolas Sarkozy] reprend le reproche souvent formulé à son encontre de mener "une politique pour quelques-uns et pas pour tous". Et le valide : "Si les Français croient ça, et ils ont raison de le croire, je dois en tirer les conséquences", [lâche-t-il]. Confortés dans leur opinion, les électeurs ne lui renouvelleront pas leur confiance. [...]."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 9.

 

infidélité

"Eric Besson est au gouvernement quand, en 2009, Sylvie Brunel (1) publie Manuel de guérilla à l'usage des femmes. La sociologue y raconte sa vie commune avec le socialiste devenu ministre d'ouverture de Nicolas Sarkozy. Le portrait est cruel. Le jour de son mariage, en 1983, l'homme interrompt le maire au moment de tout promettre. "Secours, assistance, oui. Fidélité, non", lâche-t-il. Le mari volage poursuivra la noce devant la télévision à regarder un Grand Prix de Formule 1. Après cette publication, le ministre tire un rideau sur sa vie privée et poursuit tout journal dévoilant des photos de sa nouvelle compagne."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 114.

NOTE JMS :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvie_Brunel

infini

"Fini, infini... Logomachie, mots vagues et drôles pour exprimer des choses incompréhensibles. Absurdité, ténèbres, outrecuidance, seule définition de tout ce qu'on débite sur ces questions."

(Bibl. Nat. Mss français, N.A., 9581, 2e cahier.)

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Ed. Aden, col. "opium du peuple", 2009, Bruxelles, p. 43.

__________________________________________________

"Le concept d'être à la fois le plus parfait et le plus simple est le concept d'être infini"

Jean Duns Scot (1) : Sur la connaissance de Dieu et l'univocité de l'étant (130à61304)

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Duns_Scot

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 40.

 

infobésité

"plais, fam. Surabondance d'information jugée excessive par rapport aux besoins réels. SYN. surinformation. ETY. Mot valise formé à partir de "information" et "obésité"."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

informe

"Informe n'est pas seulement un adjectif ayant tel sens, mais un terme servant à déclasser, exigeant généralement que chaque chose ait sa forme. Ce qu'il désigne n'a ses droits dans aucun sens et se fait écraser partout comme une araignée ou un ver de terre. Il faudrait en effet, pour que les hommes académiques soient contents, que l'univers prenne forme. La philosophie entière n'a pas d'autre but : il s'agit de redonner une redingote à ce qui est, une redingote mathématique. Par contre affirmer que l'univers ne ressemble à rien et n'est qu'informe revient à dire que l'univers est quelque chose comme une araignée ou un crachat."

Georges Bataille : Oeuvres complètes, t. I, Paris, 1970, p. 217.

SOURCE : "informel (art)", article de Hubert Damisch publié dans : Encyclopaedia Universalis, éd. fr., 1980, vol. VIII, p. 1024. 

__________________________________________________

"INFORME adj. est emprunté (déb. XVIe s.) au latin informis "non façonné, brut", "mal formé, difforme, hideux", composé de in- et de forma "forme"."

"¤ l'adjectif s'applique d'abord à ce qui n'a pas de forme déterminée, spécialement au figuré (1580, Montaigne, conceptions informes). Il  se dit aussi [1591, Desportes (1)] de ce dont on ne peut définir la forme, qui ne peut être reconnu par sa forme. ¤ Informe s'emploie à partir du XVIIe s. en parlant d'une chose dont la forme n'est pas achevée (1668, La Fontaine) ou dont les formes sont disgracieuses (1668). Par analogie, l'adjectif s'applique en droit (1690) à ce qui n'est pas dans les formes prescrites. Au figuré, il signifie "flou, incertain"."

Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey (nouvelle édition, 2010, Dictionnaires LE ROBERT).

NOTE JMS :

(1) Philippe Desportes (1546-1606) est un poète baroque français.

infra-mince

          "QUAND

LA FUMEE DE TABAC

     SENT AUSSI

   DE LA BOUCHE

    QUI L'EXHALE,

LES DEUX ODEURS

 S'EPOUSENT PAR

    INFRA-MINCE"

                               Marcel Duchamp

SOURCE :

Marcel Duchamp : Duchamp du signe, Flammarion, col. "Champs arts", 2013 ; chap. IV. Texticules, p. 305.

ingénieur

"Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre et ça finit par la bombe atomique."

 Marcel Pagnol

Cité dans le Dictionnaire amoureux de l'Humour, de Jean-Loup Chiflet, Ed. Plon, 2012, p. 669.

__________________________________________________

"Visitant la Sicile, Marcel Achard interrogea le maire d'un petit village perché au haut d'un contrefort escarpé : "Comment faites-vous pour construire une route dans votre pays ?

- Nous lâchons un âne et il n'y a plus, ensuite, qu'à élargir le chemin qu'il a tracé.

- Et si vous n'avez pas d'âne sous la main ?

- Alors là, nous faisons venir de la ville un ingénieur des Ponts et Chaussées..."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 27.

ingratitude

"Prévoir l'ingratitude. Celui qui donne quelque chose de grand ne trouve pas de reconnaissance ; car le donataire, rien qu'en le recevant, a déjà trop lourd à porter."

Friedrich Nietzsche

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 144.

__________________________________________________

"Il y a trois sortes d'ingrats : ceux qui oublient le bienfait, ceux qui le font payer, et ceux qui s'en vengent."

Santiago Ramon y Cajal 1852-1934 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://data.bnf.fr/fr/12275492/santiago_ramon_y_cajal

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 145.

innocence

"Si l'on excepte quelques sourds, quelques aveugles et une catégorie limitée de génies, l'innocence n'est plus possible aujourd'hui. Le mythe du livre et de ses fonctions humanistes s'est défait, n'en reste plus que le rituel et le lancinent appel de ce rituel. [...]."

Paul Otchakovsky-Laurens : "Rudolf Hess héros de roman" (à propos du livre de Per Olov Enquist : Hess) in La Quinzaine littéraire n° 130 du 1er décembre 1971, p. 15.

Repris dans La Nouvelle Quinzaine littéraire n° 1187 du 1er février 2018, p. 24 (en hommage à sa disparition dans un accident de voiture survenue en Guadeloupe le mardi 2 janvier 2018).

inquiétude

"[...]."

"[Nathalie Sarraute (1)] parlait de tout avec grâce et humour : de ses souvenirs d'enfance, de ses rencontres d'écrivain, des très nombreux étudiants croisés dans les universités du monde, de ses voyages en Russie... ; de cette peur qu'elle éprouvait toujours à l'heure de l'écriture, de la publication. "On ne guérit jamais de son inquiétude, le doute ne s'estompe jamais", disait-elle, évoquant avec une envie non dénuée d'espièglerie et de tendresse, la sérénité d'une Marguerite Duras (2), si sûre de son art, ou l'éternelle coquetterie de son presque jumeau Julien Green (3) que l'âge, jusqu'à sa mort, n'avait pas tatoué de rides, peut-être parce qu'il avait moins aimé rire qu'elle."

"[...]."

Michèle Gazier : L'aventurière intérieure in Télérama n° 2598 du 27 octobre 1999, p. 66.

NOTES JMS :

(1) Cf.not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Sarrautehttps://www.babelio.com/auteur/Nathalie-Sarraute/2619, https://auteurs.contemporain.info/doku.php/auteurs/nathalie_sarraute, http://leseditionsdeminuit.fr/auteur-Nathalie_Sarraute-1449-1-1-0-1.html, https://blogs.mediapart.fr/denys-laboutiere/blog/071019/lamericaine-nathalie-sarrautehttps://www.franceculture.fr/personne-nathalie-sarraute.html et https://franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/nathalie-sarraute-1900-1999

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_Duras, https://www.babelio.com/auteur/Marguerite-Duras/3741, https://www.marguerite-duras.com, https://www.margueriteduras.org et https://www.franceculture.fr/personne/marguerite-duras

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Green, https://www.babelio.com/auteur/Julien-Green/3791, http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/julien-green et https://www.franceculture.fr/litterature/le-siecle-denfer-de-lecrivain-catholique-et-homosexuel-julien-green

inquisiteur

"[...]. Quand la race des inquisiteurs aura disparu, l'esprit humain, là où il cesse de comprendre, ne dira plus "Dieu", il dira "Cherchons", et si les marchands de galimatias viennent conter que "l'inexplicable" explique l'univers, on leur offrira une place à Charenton (1). [...]."

(Bibl. Nat. Mss fr., NA 9587,f 133-134.)

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Ed. Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, p. 44.

NOTE JMS :

(1) Ancien asile d'aliénés célèbre. Y ont notamment séjourné le Marquis de Sade (deux fois : une fois en 1789 ; une autre fois, de 1803 à 1814, année de sa mort à l'âge de 74 ans) et Paul Verlaine (plusieurs séjours entre 1897 et 1890). 

insolence

"C'est le mot dont on qualifie l'esprit des inférieurs quand on reste à court de réponse."

Gilbert Cesbron (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Cesbron et http://evene.lefigaro.fr/citations/gilbert-cesbron

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 29.

insoumission

"[...]. Ah ! Insoumission, que tu es répandue. Incroyable la délectation qu'il doit y avoir à mal se conduire. [...]."

Robert Walser : "Que le monde dans lequel nous vivons soit méchant" in Le Territoire du crayon. Proses des microgrammes, ZOE Poche n° 58, 2003, p. 38. Trad. Marion Graf.

instruction

"Laisser croire qu'on en a reçu beaucoup. Le peuple n'en a pas besoin pour gagner sa vie."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

instrument de musique

"2 % des Français possèdent un accordéon, et 17 % une flûte. Le piano ? Entre les deux : 7 %."

Encadré Télérama intitulé "CENT BLAGUES !" (n° 2105 - 16 mai 1990, p. 27).

insulte

"Madame"

"Combien de fois avez-vous été humiliée en public sans trouver la bonne formule pour clouer le bec aux grincheux qui vous énervent ?"

"C'est aujourd'hui le moment de ne plus vous laisser piétiner en adoptant dès aujourd'hui LA METHODE FAKIO pour savoir insulter les fâcheux avec classe"

"Après des années de recherche, le professeur FAKIO de l'Université du Minnesota a réuni tout son savoir sur les relations humaines, dans un livre que nous vous proposons d'acquérir à un prix dérisoire. Grâce à lui, vous saurez en une semaine quoi répondre pour éloigner définitivement les imbéciles qui vous importunent."

"Ecrivez à : Prof. Fakio, 12 bis rue Sarah Clurde-Bidait, Paris 16e"

Auguste Derrière : Les girafes n'aiment pas les tunnels, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2015, p. 11.

__________________________________________________

 Dans son compte-rendu critique, pour le journal Télérama, du documentaire de Pierre-François Gaudry : Espèce de... L'insulte n'est pas inculte (France, 2012), Marie-Hélène Soenen écrit ceci :

"Attention, déluges d'insultes [...]. Constat paradoxal : loin d'être une pulsion bestiale, l'insulte, qui substitue les mots aux coups, est un marqueur de civilisation [selon] Freud. Partant de là, le réalisateur décortique ses raisons d'être, ses impacts ou encore sa grande richesse sémantique [...] (insultes à chaud, à froid, animalière, végétale, sexuelle, scatologique, libératrice...). Mais aussi [rappelle] que l'insulte reflète la vivacité d'une langue ou l'évolution d'une société : perçu comme xénophobe, le "fatma de Prisunic" (1) du capitaine Haddock, dans l'album Coke en stock en 1958, fut ainsi transformé en plus neutre "bayadère de carnaval" dans les éditions suivantes."

NOTE JMS :

(1) Si l'on consulte LE ROBERT Dictionnaire historique de la langue française [(sous la direction d'Alain Rey), Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1992] au mot fatma, on y apprend ceci :

"n. f. inv. reprend (1900) l'arabe Fâtima, nom de la fille de Mahomet et prénom très répandu parmi les musulmanes."

"Dans le contexte colonial algérien, il désignait une femme du Maghreb et spécialement, dans le français d'Afrique du Nord colonisée, une employée de maison arabe (en français d'Algérie, on disait surtout mauresque (dans ce sens). Ces valeurs ont disparues, mais l'argot français de France avait repris le mot, avec le même contenu xénophobe que mousmé* ou niakoué**, au sens général de "femme", qui a vieilli."

      SOUS-NOTES JMS :

   * Mousmé est une retranscription du japonais musume signifiant "fille" (à prendre ici dans son sens de filiation). En français du début du XXe s., ce nom désigne une fille facile.

     C'est Pierre Loti qui introduisit ce terme en France avec son roman paru en 1888 : Madame Chrysanthème. Cf. aussi la reprise de ce mot dans l'oeuvre de Marcel Proust : Du côté des Guermantes.

** Niakoué : ce mot a déjà un sens péjoratif en vietnamien ; nhà quê signifie en effet "paysan", "villageois", "péquenaud" (voir ci-dessous).

__________________________________________________

ETYMOLOGIES DES INSULTES ET DES INJURES A CARACTERE ANTISEMITE, RACISTE ET/OU XENOPHOBE PRESENTES DANS LE DICTIONNAIRE HISTORIQUE DE LA LANGUE FRANCAISE, SOUS LA DIRECTION D'ALAIN REY, DICTIONNAIRES LE ROBERT, 2010.

______________________________

"AMERLO (1934) ou AMERLOQUE (1945) et, par aphérèse, RICAIN, AINE (1948), [...] sont devenus familiers et ne sont pas péjoratifs."

__________

"BICOT n. m., terme raciste, est l'aphérèse (1) d'arbicot, dérivé de arbi, arabe.

¤ Terme injurieux (1892), adressé aux Maghrébins. Il a vieilli, mais l'abréviation bic s'est employé plus longtemps."

NOTE :

(1) APHERESE (n. f.) : en grammaire et en rhétorique, ce mot désigne le retranchement du début d'un mot. Il s'oppose au mot apocope qui signifie, quant à lui, le retranchement de la fin d'un mot.

Ces deux mots ont été employés en chirurgie pour désigner une fracture avec perte osseuse (v. 1740).

__________

"BOCHE n. et adj. d'abord attesté dans l'expression populaire têtes de boches au pluriel (1862, à Metz, puis les boches 1879) est soit une spécialisation de sens de la même expression signifiant "tête dure", où boche serait issu, par aphérèse, soit de caboche "tête", soit de alboche, "allemand" (av. 1870). Ce dernier représente lui-même une altération de allemand, d'après tête de boche ou d'après -boche devenu une espèce de suffixe argotique, en raison de son emploi dans des mots comme comme rigolboche (1860)."

"¤ A la veille de la Première Guerre mondiale, boche avait concurremment les deux significations "Allemand" et, en locution, "tête dure". La réputation de lourdauds, de brutes, attribuée aux Allemands par la propagande française des années 1910 et plus encore des années de guerre, a provoqué la fusion des deux sens. Ainsi s'explique le succès du mot (attesté en emploi indépendant depuis 1886 dans l'argot militaire) de 1914 à 1950. Puis boche est tombé en désuétude après la réconciliation des années 1950 entre l'Allemagne et la France. Il était déjà concurrencé par des termes, moins péjoratifs, appliqués aux occupants allemands en 1941 - 1945 (fritz, fridolin, schleu...)."

"¤ BOCHERIE n. f. "caractère du boche", "ensemble des boches" (1914), est sorti d'usage avant la Seconde Guerre mondiale."

__________

"BOUGNOUL n. m. est emprunté (1890) à un mot de la langue ouolof (1) (Sénégal), bou-gnoul "noir" employé comme terme péjoratif à l'égard des Africains européanisés." 

"¤ Le mot, introduit par l'argot de la marine et de l'infanterie coloniale, a d'abord désigné péjorativement un individu corvéable. L'expression train bougnoul, relevé à Brest (1911), désignait un train servant surtout aux paysans. Le mot s'est répandu comme un terme raciste injurieux : d'abord à l'égard des Africains, des Noirs et des métis en général (1932) et, par extension, dans le langage raciste, à l'égard des Maghrébins, sens devenu dominant. Il est parfois écrit bounioul."

"¤ BOUGNOULISER v. (1935), employé surtout au passif et à la forme pronominale, a signifié "faire souche avec une Noire", manifestant l'importance des questions sexuelles dans l'attitude raciste, puis "rendre bougnoul", c'est-à-dire africain ou maghrébin."

"¤ BOUGNOULISATION n. f. (v. 1970) se réfère particulièrement à l'installation de nombreux travailleurs immigrés (maghrébins) dans un lieu ; par extension, il s'applique à l'assimilation de travailleurs immigrés (1972). Tous les mots de la série sont xénophobes et racistes."

NOTE JMS :

(1) Le ouolof ou wolof est une langue de la famille nigéro-congolaise (branche nord). Elle est la principale langue du Sénégal, est également utilisée en Gambie, et fait l'objet d'un enseignement dans tout le Sénégal en tant que langue véhiculaire (SOURCE : Dictionnaire historique de la langue française).

__________

"CHINETOQUE n. et adj. (1918) est une déformation xénophobe, voire raciste, de chinois apparue dans l'argot des marins, avec un  élément -toque évoquant la bizarrerie ([cf.] toqué]."

"CHINOIS [...]."

"¤ Adjectif et substantif ethnique, nom de la langue parlée en Chine, chinois a développé (surtout au XIXe s.) quelques sens figurés liés à la place de ce pays dans l'imaginaire français, notamment avec des connotations de raffinement cruel [supplice chinois (1)], de subtilité intellectuelle ou de bizarrerie. Du chinois désigne au figuré une langage incompréhensible (1790), référence à l'écriture [Cf. c'est de l'hébreu (2)]. Un chinois s'applique à un homme bizarre ou qui subtilise à l'excès (1820). [...]."

Chinois a produit CHINOISERIE n.f. (1836, Balzac), "objet dans le goût chinois", contemporain de la vogue décorative des motifs chinois en Europe, et, au figuré, "bizarrerie" (1845), et CHINOISER v (1841, Balzac) "rendre chinois" et, familièrement, "être pointilleux". [...]."

NOTE JMS :

(1) Voici ce qu'en dit le Dictionnaire historique de la langue française au mot SUPPLICE :

"[...]. Supplice chinois "supplice très raffiné" (déb. XXe s.) fait référence aux tortures pratiquées dans l'ancienne Chine et s'emploie au figuré à propos de tourments cruels. [...]."

(2) Voici ce qu'en  dit le Dictionnaire historique de la langue française au mot HEBREU :

"[...]. ¤ Sans doute par référence aux caractères de l'écriture, le mot est utilisé dans la locution figurée c'est de l'hébreu "c'est inintelligible" (1530, parler en hebrieu). [...]"

__________

"CHLEU ou CHLEUH adj. et n., d'abord Chellouh (1866) puis chleuh (1891), est emprunté à l'arabe du Maroc selh, dans sa forme du pluriel slöh, nom d'une tribu du Maroc, sölha étant le nom de sa langue."

"¤ Le mot a été introduit une première fois didactiquement pour ce qui se rapporte aux populations berbères du Maroc occidental, à leur langue. En français du Maghreb, le mot peut étendre son sens et correspondre à "berbère". Au cours de la Première Guerre mondiale, il a été repris par des soldats combattant au Maroc, comme désignation d'un soldat des troupes territoriales, et introduit en  France vers 1933. ¤ D'abord appliqué dans l'est de la France à un frontalier parlant une autre langue que le français - comtois ou alsacien - (1936), il s'est spécialisé au sens de "personne allemande ou de langue allemande" (1939) et spécialement, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, "soldat allemand" (1940)."

__________

"FRANKAOUI ou FRANCAOUI n. (déb. XXe, de français, avec un élément final arabe), utilisé péjorativement en Afrique du Nord avant l'indépendance par les autochtones d'origine européenne (ou pieds-noirs), désignait les Français de Métropole."

__________

"FRANSQUILLON n. m., emprunt (1836 dans Th. Gautier) au wallon franskilion (1739), de français avec un suffixe péjoratif, désigne parfois en Belgique francophone une personne qui parle avec des tournures et l'accent du français parisien et, en Belgique néerlandophone, un francophone. Par extension, il s'emploie péjorativement pour "français" (1910). On relève en argot francillon dès le XVIIe s. (1628 ; 1594 à Anvers)."

"FRANSQUILLONER v. tr. correspond en Belgique à "s'exprimer comme les Français."

__________

"FRANCHOUILLARD, ARDE adj. (1967) "français de manière chauvine ou mesquine""

__________

METEQUE n. m., d'abord écrit mestèque (1743) puis métèque (1840), est un emprunt des historiens de l'Antiquité au grec metoikos. Le mot était employé à Athènes à l'époque classique pour désigner une catégorie d'étrangers qui, moyennant certaines obligations, avaient le droit de résider sur le territoire de la cité et de s'y livrer à leurs activités professionnelles sans être toutefois citoyens. Le mot est formé de meta (cf. méta-) et de oikos "maison, lieu ou l'on habite, patrie" (cf. économie, oecuménique). Le mot signifie donc proprement "qui change de résidence".

¤ En français, métèque, introduit par les historiens de la Grèce antique, a pris par extension un sens péjoratif : "étranger dont l'allure, le comportement n'inspirent pas confiance" [1894, Maurras (1)] avec un valeur nettement xénophobe. Cet usage extensif correspond à la réaction de défense nationaliste (et souvent raciste) contre le cosmopolitisme, vers la fin du XIXe s. (Cf. aussi rastaquouère, le vocabulaire antisémite, etc.).

NOTE JMS :

(1) Charles Maurras (1868-1952) est un "théoricien et homme politique français. Il fit de l'Action française l'instrument de son combat contre le régime politique républicain, jugé mortellement dangereux pour la France. Prompt à pourfendre les fauteurs supposés de la désagrégation nationale (protestants, franc-maçons, Juifs, etc.), il s'efforça de démontrer la nécessité de la restauration monarchique, croisant les thèmes de l'empirisme organisateur" et du "nationalisme intégral" (Enquête sur la monarchie, 1900-1909 ; L'Avenir de l'intelligence, 1905). Sa valorisation froidement politique du rôle de l'Eglise mena à la condamnation de l'Action française par Rome (1926). Il soutint le maréchal Pétain, et fut condamné, en 1945, à la détention perpétuelle. Il fut aussi un écrivain à l'esthétique néoclassique (Les Amants de Venise, 1902). [Académie française, radié en 1945]." (Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013).

__________

"NEGRE n. et adj. est emprunté (1529) à l'espagnol negro "personne de race noire" (XVe s.), sens spécialisé de l'adjectif signifiant en général "noir" (1140), lequel est dérivé du latin de même sens niger [...]."

"[...] Adjectivé au sens de "qui appartient à la race noire" (1759), il entre dans les expressions race nègre (1814), aujourd'hui remplacé par race noire, et, au XXe s., art nègre (1922, chez Proust mais antérieur). ¤ Le mot est souvent évité pour sa valeur péjorative et raciste, sauf quand il est employé par les Noirs eux-mêmes, ceci surtout depuis la prise de conscience d'une spécificité culturelle, liée aux mouvements de décolonisation du milieu du XXe s. (1). [...]. Dès le XIXe s., le nom entre dans le composé tête de nègre adj. et n. m. invariable (1822) "de couleur brun foncé" puis désignant spécialement un bolet à chapeau brun et une patisserie consistant en une bouchée de chocolat fourrée de blanc d'oeuf. C'est au XVIIIe s. (attesté en 1757) qu'apparaît un sens figuré faisant allusion à l'esclavage, pour "personne qui écrit anonymement un texte signé par une autre personne". Cette emploi est aujourd'hui, malgré la démotivation, marqué comme raciste et l'on donne en exemple la métaphore de l'anglais sur "fantôme" (ghostwriter). ¤ Au XIXe s., par allusion à la langue de communication élémentaire utilisée dans l'armée et l'administration coloniales françaises et appelée en Afrique petit français, et par pur racisme, puisque l'expression s'applique aussi aux troupes du Maghreb, l'expression petit nègre prend le sens de "mauvais français" (1877 ; dès 1857, parler nègre). Cette expression ne s'emploie plus, mais on y fait encore allusion. D'autres emplois populaires témoignent du racisme colonialiste, depuis le nègre "ballot enveloppé de toile cirée noire" (dans Vidocq, 1836, aussi négresse, dans Eugène Sue) jusqu'au sens de "petit aide à tout faire" (1878) dont le sémantisme est celui des expressions du XVIIIe s. [...], et au XXe s., l'expression un combat de nègres dans un tunnel, probablement née dans les ateliers de peinture à propos d'une image trop sombre (2). [...]."

"[...]. Le terme populaire NEGRO n. m. est un réemprunt à l'espagnol negro "noir" quand il est employé par Mérimée (1845), mais pouvait être perçu comme suffixé populaire en -o de nègre quand il se diffuse (années 1880). Le mot est d'abord familier, mais, depuis que nègre est senti lui-même comme péjoratif, nettement insultant et raciste (comme nigger en anglais). Proust atteste l'emploi du mot au début du XXe s. dans le vocabulaire "innocemment" raciste des gens chic ("moi, nègre, mais toi, chameau !"). ¤ NEGROIDE adj. (1870) est un terme d'anthropologie physique qui fut exploité par le racisme. [...]. NEGRIFIER v tr. [1939, Vermeil, Le Racisme allemand (3)] est sorti d'usage."

NOTE JMS :

(1) Cf. notre Dictionnaire des citations au mot négritude.

(2) En réaction à certaines oeuvres impressionnistes (Whistler, Monet), Paul Bilhaud signe, en 1882, son Combat de nègres dans un tunnel et en 1887, son ami Alphonse Allais : Combat de nègres dans une cave, la nuit, l'un de sa série de sept monochromes.

(3) Edmond Vermeil (a) : Le Racisme allemand. Essai de mise au point, Races et racisme Groupement d'études et d'information, 47, rue de Miromesnil, Paris, 1938, 61 p. ; repris aux Carnets de l'actualité en 1939.

SOUS-NOTE JMS :

(a) Edmond-Joachim Vermeil (1878-1964) est un universitaire allemand (professeur à la Sorbonne) spécialisé dans l'histoire et la civilisation allemande. Calviniste libéral, il fut Résistant durant la Seconde Guerre mondiale et rejoignit le Général de Gaulle à Londres.

__________

"NIAQOUE,EE ou NIAKOUE, EE adj. et n. désignation raciste et colonialiste de l'Indochinois et, par extension, de l'Asiatique, est un emprunt au vietnamien nha-koué "paysan". Le mot est dans Mac Orlan en 1918, écrit niacoué (1937) et abrégé en NIAC adj. et n."

__________

"PARIGOT, OT(T)E adj. et n. (1886) constitue le synonyme familier de parisien, formé par substitution du suffixe argotique -got à -ien. Le mot a des connotations toutes différentes de celles de parisien ; il correspond à "faubourien" (accent parigot), avec une idée de gaieté populaire. Une formule de dérision, qui fut célèbre parmi les ruraux et les provinciaux, est parigot, tête de veau (complétée par parisien, tête de chien !)."

__________

"POLAQUE ou POLAK n. est emprunté (1512) à polak, forme abrégée de polanin [...]. Le mot, aussi adjectif aus XIXe s. (1540), est alors neutre. ¤ Sa reprise au XXe s. avec une valeur péjorative et xénophobe est un réemprunt ou une suffixation populaire d'après les noms en -ak d'immigrants polonais."

__________

RASTAQUOUERE n. m. et adj. est l'emprunt déformé (1880) d'un mot espagnol d'Amérique (notamment argentin), arrastacuero ou rastracuero "personne méprisable", proprement "traîne-cuir" ou "ratisse-cuir", du verbe arrastrar "ratisser" (et "traîner" en espagnol de la Péninsule, de rastro "râteau", lui-même du latin raster de même sens (cf. rateau) et de cuero "cuir" du latin corium qui a donné cuir. Le mot, employé pour désigner un parvenu, se comprend peut-être par allusion aux culottes ou jambières de cuir signalant en Argentine l'ancien gaucho ou l'ancien vacher enrichi ; en outre, beaucoup devaient leur enrichissement spectaculaire au commerce des cuirs et des peaux ("ratisse-cuir" pouvant équivaloir à "tanneur") ; on peut aussi partir de "ratisser les porte-feuilles", cuero "cuir" pris par métonymie pour "portefeuilles", impliquant l'étalage de sa richesse.

¤ Le mot, quelquefois écrit rastacouère (1880) et abrégé familièrement en RASTA (1) (1886), désigne péjorativement un étranger ayant gardé qqchose d'exotique et étalant un luxe suspect et de mauvais goût. Par extension, il se dit d'un aventurier de bas étage. Il est également employé comme adjectif. Les deux emplois, qui traduisent la xénophobie de l'époque (Cf. métèque), ont vieilli.

¤ On en a dérivé RASTAQUOUERISME n. m. (1882), péjorative pour l'attitude faite de fatuité et d'arrogance du rastaquouère.

NOTE JMS :

(1) Qu'il ne faut pas confondre avec son homonyme homographe et homophone RASTA, n. et adj. abrègement (1979) de RASTAFARI n. et adj. (1976), du nom du ras Tafari Makkonen, couronné empereur d'Ethiopie sous le nom d'Haïlé Sélassié et considéré comme le messie noir. Ras, emprunt à l'arabe rass, "chef, tête" est le titre le plus élevé en Ethiopie, après celui de négus ; il a été emprunté en ce sens sous les formes arraze (1556), eras (1614) qui ont disparu, puis ras (1683).

¤ Le mot, qui désigne un adepte du retour culturel à l'Afrique et de la musique raggae, vient de la Jamaïque, où il désigne d'abord le membre d'une secte messianique. Les traits retenus en Europe sont essentiellement la musique et la coiffure en nombreuses petites nattes.

__________

RITAL (1890) adj. et nom, mot [argotique] parfois péjoratif mais non insultant, qui a éliminé les dérivés populaires italboche (1889, formé comme alboche [cf.] boche), italo (1894) et italgo (1899, avec influence formelle très probable de hidalgo), malgré la référence nationale différente."

__________

"RUSSKOF (1) L'argot, avec un suffixe pseudo-russe, a créé [ce mot] adj. et nom pour russe, familier, mais non péjoratif." 

NOTE JMS :

(1) Les Russkoffs est un roman de François Cavanna paru en 1979 aux éd. Belfond et ayant reçu le prix Interallié la même année. C'est le deuxième volume de son autobiographie (vol. I : Les Ritals, Belfond, 1978).

__________

"YOUDE n. et adj. xénophobe,  raciste, relevé vers 1940, vient de l'allemand Jude "juif" [...]."

"¤ Le mot est employé comme insulte raciste à l'égard des juifs et, péjorativement, pour "avare". Il a vieilli."

"¤ D'autres mots apparentés sont ou furent utilisés dans le vocabulaire raciste. YOUTRE n. et adj. reprend (1828) l'allemand dialectal Juder et a aussi été écrit (fin XIXe s.) ioutre, ïoutre. Rendu encore plus violent par la paronymie de la finale avec foutre, il est devenu rare. ¤ La forme ioudi (1853), devenu youdi (1858), vient, comme le plus ancien yaoudi (1847), de l'arabe d'Afrique du Nord yhûdi, en arbe classique yahûdi. ¤ YOUPIN, INE n. représente (1878) une déformation argotique de youdi ; il est familier et un peu moins agressif mais injurieux et raciste. Ces mots ont été surtout en usage dans les périodes de fort antisémitisme, de 1880 à 1900 [affaire Dreyfus (1)] et de 1930 à 1949-1944, alors liés à la propagande nazie."

NOTE JMS :

(1) Condamnation, fin 1894, du capitaine de l'armée française Alfred Dreyfus (juif alsacien), accusé faussement de trahison, puis innocenté. Ce procès divisera la France entre dreyfusards (convaincus de son innocence) et antidreyfusards (convaincus, quant à eux, de sa culpabilité) de 1894 à 1906. Emile Zola (1840-1902) a pris sa défense dans sa célèbre Lettre au Président de la République (Félix Faure, à l'époque) qui fit la une du journal L'Aurore du 13 janvier 1898 (dont les vente passèrent, ce jour-là, de 30 000 à 300 000).

______________________________

ETYMOLOGIE DES INSULTES ET DES INJURES A CARACTERE SEXUEL ET/OU SEXISTE PRESENTES DANS LE DICTIONNAIRE HISTORIQUE DE LA LANGUE FRANCAISE, SOUS LA DIRECTION D'ALAIN REY, EDITIONS LE ROBERT, 2010.

______________________________

1. CONCERNANT LES FEMMES :

PUTAIN : n. f. est l'ancien cas régime en -ain (v. 1121) [...], de l'ancien français put, pute, adjectif courant jusqu'au XVe s. au sens de "puant, sale" [...]. Le mot est issu (1080) du latin putidus "pourri, gâté, puant, fétide" et, moralement, "qui sent l'affectation", dérivé de putere "pourrir, se corrompre" (cf. puer). Put, pute, proprement "puant", a pris dès les premiers textes le sens figuré de "sale, mauvais, vil, odieux, s'appliquant particulièrement à une femme lascive, débauchée. L'ancien provençal a également put "mauvais" et "débauché" et, au féminin, puta, et putana (doù l'italien putana, l'espagnol puta). De nos jours, put vit encore dans les dialectes de l'Est au sens de "laid"."

2. CONCERNANT LES HOMMES :

 

intégrité

Au sujet des propos de Wolfgang Heise (1) concernant la RDA, l'écrivaine Christa Wolf rappelle en 2000, dans Ici même, autre part, que celui-ci disait :

"[La RDA] était comme chaque Etat : un instrument de domination. [...]. Son idéologie était comme toute idéologie : une conscience fausse [...]. Je sais que j'ai demandé : que devons-nous faire ? Et que nous sommes restés longtemps silencieux jusqu'à ce qu'il dise : rester intègres."

NOTE JMS :

(1) Philosophe allemand (Berlin, 1925 - id. 1987) qui enseignait la question de l'utopie à l'université de Humboldt de Berlin. Il décéda 3 ans avant la chute du mur de Berlin.

intellectuel

Ce "mot, employé comme nom (mil. XIXe s.), fait fortune à la fin du XIXe s., utilisé avec une valeur péjorative par les adversaires du capitaine Dreyfus en faveur duquel beaucoup d'écrivains s'étaient engagés ; le substantif s'emploie parfois encore péjorativement, l'intellectuel étant considéré comme coupé de la réalité. Mais il peut aussi être neutre ou mélioratif. Au pluriel, le nom (1913, Péguy) est opposé à d'autres catégories sociales."

in LE ROBERT. Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d'Alain Rey), Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1992 (1).

NOTE JMS :

(1) qui nous signale également l'apparition du mot "intello" en 1977.

__________________________________________________

"Il y a 50 ans que le peuple et les intellectuels sont séparés. Il faut qu'ils ne fassent plus qu'un."

Jean-Paul Sartre en mai 68

Cité dans Beaux-Arts Hors-Série n° 45 : MAI 68 LA REVOLUTION DES IMAGES de A à Z, avril 2018, p. 190.

__________________________________________________

"Les savants voient les politiques comme peu fiables. Ces derniers jugent les intellectuels rasoirs et inutiles."

Christophe Prochasson (1) : "Rallumez les Lumières" in Télérama n° 3633 du 28 août 2019, rubrique Penser autrement, p. 38. Propos recueillis par Juliette Bénabent.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Prochasson, http://cespra.ehess.fr/index.php?1592, https://www.franceculture.fr/personne-christophe-prochasson.html et https://diacritik.com/2019/O1/14/lettre-ouverte-a-christophe-prochasson-qui-denonce-orban-et-en-meme-temps-se-commet-avec-blanquer

__________________________________________________

"Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche."

Michel Audiard : Un taxi pour Tobrouk (1) (Denys de la Patellière, 1961) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tobrouk et https://fr.wikipedia.org/wiki/Siège_de_Tobrouk

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_taxi_pour_Tobrouk et https://fr.wikiquote.org/wiki/Un_taxi_pour_Tobrouk

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 10.

__________________________________________________

"[...]. L'intellectuel est entretenu par le prince ou la société, il ne vit donc pas en prise directe avec les conditions sociales ; ensuite, il est particulièrement sensible à la beauté des idées ; enfin, il s'identifie passionnément à la fonction critique que lui reconnaît la démocratie. Il se dit donc : "Puisque je suis en démocratie, je dois la critiquer." C'est devenu rare en France, mais cette tendance reste majoritaire dans les universités américaines. Elle nous renvoie, comme un univers déformant, à ce qu'était l'intelligentsia française jusqu'à il y a une vingtaine d'années."

Tzvetan Todorov : "La lucidité de l'exilé" in Télérama n° 2446 du 20 novembre 1996, pp. 108-111. Propos recueillis par Agnès Bozon-Verduraz.

__________________________________________________

"[...]. [...] certains [...] intellectuels, [...] toujours parmi nous, [...] continuent à nous donner des leçons sur ceci ou cela. Or ces gens qui ont nié l'évidence, ou qui ont considéré qu'"il valait mieux ne pas dire la vérité à cette époque", ont aidé à garder à l'intérieur du goulag (1), dans des conditions atroces, des millions de prisonniers. Ils en portent donc une part de responsabilité. Car le seul moyen de combattre les camps, c'était d'en parler. Nous l'avons constaté dans les années 70, lorsque le retournement de l'opinion publique en Occident et son soutien aux dissidents ont favorisé leur fermeture."

"J'ai consacré un chapitre, au début de mon livre (2), sur les camps de Bulgarie, afin que le lecteur se souvienne de l'extrême violence de ce régime. Des millions de gens sont morts dans les colonies pénitentiaires de l'Europe communiste. Les chiffres sont comparables, et parfois supérieurs, à ceux de l'Allemagne nazie."

Tzvetan Todorov : idem ci-dessus.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Goulag

(2) L'Homme dépaysé, Ed. du Seuil, col. "L'Histoire immédiate", 1996, 241 p. Cf. not. : http://www.seuil.com/ouvrage/l-homme-depayse-tzvetan-todorov/9782020300384

__________________________________________________

"[David Rousset (1), c'est] un peu un de mes héros, l'incarnation de l'intellectuel dans sa fonction la plus noble. Il revenait de Buchenwald (2), comme bien d'autres, mais il fut le premier et malheureusement un des rares à ne pas se contenter de lécher ses blessures, mais à se tourner vers ceux qui souffraient à ce moment-là, en 48-49-50, c'est-à-dire aux millions d'hommes enfermés dans le goulag. Et sa voix a été pratiquement étouffée, non pas par la totalité de l'intelligentsia française, mais par une grande part, celle qui tenait le haut du pavé et contrôlait l'opinion publique : tous les gens liés à la presse communiste, et aussi Merleau-Ponty, Sartre, Beauvoir."

Tzvetan Todorov : idem ci-dessus.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Rousset

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Buchenwald

 

intelligence

"Qu'est-ce que j'alllais foutre de ma vie ? A Montrouge, c'était pas gai, gai. [...]. Alors, j'ai dit aux copains qu'on était des cons, qu'il fallait faire comme les gens intelligents, c'est-à-dire aller au cinéma, jouer aux échecs et parler "art"."

Coluche.

Cité dans Eric Bhat et Jean-Quentin Gérard : Le programme politique d'un mec nommé Coluche. Sa vie, son oeuvre, S.I.P.E. (Société internationale de presse et d'édition), Paris, 1981, p. 7. 

__________________________________________________

"Monsieur, pour paraître intelligent, portez des vêtements réfléchissant."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 126.

Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

__________________________________________________

"On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter."

Emmanuel Kant

SOURCE :

http://evene.lefigaro.fr/citations/emmanuel-kant 

__________________________________________________

"Un terrible accident de voiture [...]... [Julio] a 19 ans. [...] une méchante virée en Dauphine (1) [...] le conduit droit au lit pour trois années et amoche son dos, ses jambes pour la vie... "Ca a été une chance, finalement, cet accident. Je ne me servais que de mon corps : paralysé, j'ai été contraint d'utiliser ma tête. J'étais idiot, je suis devenu plus intelligent."." 

"Julio, tu nous fends le corazon (2)" : entretien Télérama (n° 2396 du 13 décembre 1995, pp. 83-84) avec Julio Iglesias. Propos recueillis par Fabienne Pascaud.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renault_Dauphine  

(2) Le coeur, en langue espagnole.

__________________________________________________

"A l'heure où l'apparence est reine, les sapiosexuels détonnent... Davantage séduit par une joute verbale que par une plastique parfaite, ils prônent une sexualité où l'esprit stimule le désir et démultiplie le plaisir."

"[...]."

Dr Charlotte Tourmente (1) : Sapiosexualité : quand l'intelligence est une attraction fatale. Article rédigé le 18 janvier 2019 pour allodocteurs.fr (2).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://www.babelio.com/auteur/Charlotte-Tourmente/129815

(2) https://www.allodocteurs.fr/sexo/sapiosexualite-quand-lintelligence-est-une-attraction-fatale_26289.html. Cf. également (et entre autres) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sapiosexualité et https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/etes-vous-sapiosexuel-ou-comment-linformatique-nous-incite-tout-nommer

 

intellitgensia

"[L'intelligentsia (1) française] a abandonné [aujourd'hui] ses rêveries utopistes. Elle ne croit plus qu'il suffit d'accomplir une révolution d'une espèce ou d'une autre pour qu'on accède au paradis sur terre et qu'on soit tous heureux."

"Elle s'est libérée aussi des maîtres penseurs. Je ne remets pas en question les qualités individuelles de ces personnes. J'étais moi-même très lié à Roland Barthes. Mais ce climat d'adulation qui les entourait était malsain. Aujourd'hui, rien n'est parfait, bien entendu, mais il règne une plus grande ouverture. Il y a des opinions contradictoires, un débat, un "polycentrisme" - si je puis employer ce mot -, une sorte de dispersion qui me paraît salutaire." 

Tzvetan Todorov : La lucidité de l'exilé. Entretien Télérama n° 2445 du 20 novembre 1996, p. 110. Propos recueillis par Agnès Bozon-Verduraz.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligentsia

Internet

A propos du documentaire de Coline Tison et Laurent Lichtenstein : Internet, la pollution cachée (France, 2012, 55 mn), Yohav Oriematzki écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"[...] Derrière des noms poétiques comme le cloud ("nuage"), la gratuité des échanges de courriels et l'illusion de leur dématérialisation, se dissimulent les coûts électriques exhorbitants de nos activités numériques. L'information voyage sur des routes hyper polluantes qui vont de notre ordinateur aux data centers, immenses hangars de stockage de données principalement implantés aux Etats-Unis. Et, à l'ère du big data, le charbon est toujours leur carburant. Moment fort du documentaire, le survol d'une zone des Appalaches dont les sommets ont été décapités pour exploiter leurs ressources naturelles."

"Internet, la pollution cachée [...] part du local pour mieux élargir au plan planétaire. Le film s'ouvre sur le "poids numérique" d'un nouveau-né (1 Go) et remonte ainsi aux très gros pollueurs : Google, Facebook, Amazon ou Apple. Saviez-vous, [par exemple], que les dix milliards de courriels envoyés chaque heure demandent autant d'énergie que quatre mille allers-retours Paris - New York en avion (1) ? Derrière la démonstration implacable, on aurait aimé que l'enquête accorde plus de place à la théorie, à peine esquissée, du pape de la prospective Jeremy Rifkin : le partage de l'énergie sur Internet doit permettre l'émergence d'une société nouvelle."

NOTE JMS :

(1) Soit 96 000 A-R par jour, et donc 672 000 par semaine, 2 880 000 par mois et 35 040 000 par an.

interprète

"Il y a des interprètes partout. Chacun parle sa langue même s'il connaît un peu la langue de l'autre. Les ruses de l'interprète ont été un champ très ouvert et il n'oublie pas ses intérêts."

Jacques Derrida cité en exergue du roman de Laurent Binet : La septième fonction du langage (Ed. Grasset & Fasquelle, 2015).

intertexte

"Il regrettait parfois de s'être laissé intimidé par des langages. Quelqu'un alors lui disait : mais, sans cela, vous n'auriez pas pu écrire ! L'arrogance circule, comme un vin fort parmi les convives du texte. L'intertexte ne comprend pas seulement des textes soigneusement choisis, secrètement aimés, libres, discrets, généreux, mais aussi des textes communs, triomphants. Vous pouvez être vous-même le texte arrogant d'un autre texte."

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, p. 51.

Intifada

"[...]. En décembre 1987, au début de la première Intifada (1), un bus transportant une dizaine d'élèves de seconde du lycée français de Jérusalem est attaqué, à coups de pierres, par de jeunes Palestiniens. Le conducteur est grièvement blessé, le bus immobilisé. [...] ensuite, l'arrivée de Tsahal (2), l'obligation aux jeunes du bus de désigner, parmi les suspects arrêtés, ceux qu'ils reconnaissent. [...]. La forme [du roman] épouse le fond : vitres du bus éclatées, rêve de paix éclaté, vies de ces jeunes, déchirés par ce qu'ils ont vécu et ce qu'on leur impose, éclatées elles aussi. [Rachel Corenblit] réussit un roman incarné, tout sauf manichéen, qui soulève avec subtilité de nombreux questionnements. Sur la terre d'Israël et l'identité juive, sur la guerre, sur le conflit israélo-palestinien, aussi bien que sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte. [...]."

Michel Abescat : compte-rendu de lecture du livre de Rachel Corenblit (3) : L'année des pierres (éd. Casterman, 2019, 432 p.) in Télérama n° 3648 du 11 décembre 2019, p. 77.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Intifada et https://fr.wikipedia.org/wiki/Première_intifada

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_de_défense_d'Israël

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Corenblit

intolérance

"A mes yeux d'anthropologue, les religions révélées, celles du Livre, sont le berceau de l'intolérance."

Françoise Héritier : entretien, Le Monde des religions n° 57 bis, janvier-février 2013, p. 14.

invasion

"Si j'avais le choix, j'aimerais mieux être envahi par les Allemands que par les Arabes. Au moins, ils avaient Goethe, Schiller. Les Arabes n'ont jamais rien fait de mémorable."

Jean-Marie Le Pen

SOURCE :

Pierre Jouve et Ali Magoudi : Les Dits et les non-dits de Jean-Marie Le Pen. Enquête et psychanalyse, éd. de La Découverte, fév. 1988, 178 p. Cité dans : "Comment Le Pen a réussi son oral de matraquage" : article de Véronique Brocard in Télérama n° 2439 du 9 ooctobre 1996, p. 9.

 

 

invention

"[....]. Un petit livre recense cent un chindogu (1), ces gadgets japonais complètement futiles mais parfaitement nécessaires qui brillent par leur inventivité et leur drôlerie : chaussures-escabeaux pour atteindre les étagères les plus hautes de la bibliothèque, miniventilateur à fixer sur sa fourchette pour refroidir sa nourriture, double brosse à dents qui augmente la vitesse du brossage ! [...]."

Rosita Boisseau : "Un catalogue d'inventions inutiles et farfelues. T'as vu mon chindogu" in Télérama n° 2587 du 11 août 1999, p. 20 (2).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikionary.org/wiki/chindogu

(2) A propos du livre : Cent une inventions japonaises inutiles et farfelues, de Kenji Kawakami, éd. Vents d'ouest, oct. 1998, 96 p.

Iran

Histoire secrète d'Action directe

Documentaire de Romain Icard (1), France, 2008, 60 mn.

"La France n'a pas toujours été hostile à la politique nucléaire de l'Iran (2). Dans les années 1970, elle établit avec le chah (3) une coopération allant jusqu'à la fourniture d'uranium enrichi (4). Quel lien avec les histoires secrètes d'Action directe (5) ? Un lien... direct, justement. Cette enquête creuse une piste peu  connue qui amène à revisiter l'historiographie officielle des assassinats commis par le groupuscule gauchiste contre le général Audran (6) et le patron de Renault, Georges Besse (7). La justice et les médias de l'époque estimaient qu'ils symbolisaient tout ce que vomissait Action directe : l'affairisme militaire et le capitalisme triomphant. Or ces assassinats auraient été téléguidés par les services secrets iraniens et commis par les membres d'Action directe, victimes d'une manipulation ou en service commandé."

"Le doc crédibilise cette hypothèse en recensant de nombreux témoignages justifiant l'intérêt que l'Iran aurait eu à commanditer ces meurtres. Mais il est moins convaincant sur les liens supposés d'Action directe avec les services secrets iraniens et sur le modus operandi de ces assassinats. "Plus de vingt ans après les faits, un pan entier d'Action directe reste à écrire", conclut-il, reconnaissant ainsi que son enquête soulève des questions auxquelles elle n'apporte pas de réponses définitives."

Encadré Télérama d'Olivier Milot

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Romain_Icard

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Iran

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammad_Reza_Pahlavi et https://fr.wikipedia.org/wiki/Révolution_iranienne

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium et https://fr.wikipedia.org/wiki/Enrichissement_de_l%27uranium

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Action_directe et https://www.franceculture.fr/histoire/action-directe-la-politique-et-le-terrorisme-islamique-par-jean-marc-rouillan-libre

(6) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/René_Audran

(7) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Besse

Israël

Dans l'encadré Télérama consacré au documentaire Vendeurs de guerre, de Yotam Feldman (France/Belgique, 2013, 50 mn), Emmanuelle Skyvington écrit ceci :

"Quatrième exportateur d'armes de guerre (1), Israël développe dans le monde entier ce marché extrêmement porteur (avec un chiffre d'affaires de 7 milliards de dollars en 2013). Ses techniques ont séduit, par exemple, les forces de l'ordre brésiliennes qui ont ainsi "nettoyé" les favelas de Rio des trafiquants de drogue. [...] cette réussite économique repose sur un argument choc des Israéliens : "Les armes que nous vendons ont été testées. Elles ont toutes fait la preuve de leur efficacité sur le terrain", faisant chuter la courbe de leurs propres morts. En 2008, lors de l'opération "Plomb durci", la plus importante jamais menée à Gaza, mille deux cents Palestiniens ont été tués, contre douze soldats israéliens."

"Caméra à la main, [...] le réalisateur Yotam Feldman a rencontré les principaux protagonistes de l'industrie militaire israélienne, tous acteurs (décomplexés) de premier plan dans la lutte contre Gaza et la Cisjordanie -  d'Amos Golan, inventeur du Corner Shot, fusil d'assaut permettant de tirer à angle droit (2), au consultant Leo Gleser, fondateur de la société de sécurité ISDS (3). [...]."

NOTE JMS :

(1) Mais selon le classement des plus grands exportateurs d'armes au monde (2013) du Stockholm international Peace Research Institute (Institut international de Recherche sur la Paix de Stockholm), Israël arrive en huitième position.

(2) Le Corner Shot a été précédé :

A. par le fusil périscope, adapté du fusil Lebel, et distribué aux soldats français à partir de 1915 (Libé du 18 oct. 2014, article de Marc Quattrociocchi).

B. par le système appliqué au Stg 44 [Sturmgewehr 44 (fusil d'assaut)]*, accessoire expérimental qui devait théoriquement permettre de "tirer dans les coins" en déviant la balle de 30 degrés" (mais les balles sortaient déformées, déchirées, voire cassées). Seuls 500 exemplaires furent livrés.

* Ce fusil d'assaut fut développé en 1942 par le IIIe Reich pour la Seconde Guerre mondiale. Il servit de modèle pour la Kalachnikov (produit à partir de 1947).

(3) International Security & Defence Systems. 

__________________________________________________

Dans l'encadré Télérama consacré au documentaire Au nom du Temple, de Charles Enderlin et Dan Setton (France, 2015, 65 mn), Vincent Remy écrit ceci :

"[...]. En 1967, le général Moshe Dayan, héros de la guerre des Six-Jours, a senti le danger : pas question de s'installer sur l'esplanade des Mosquées, où les musulmans prient depuis mille trois cent ans, les juifs se contenteront du mur des Lamentations. Mais une vision messianique du sionisme a déjà pris corps à Jérusalem, propagée par le grand rabbin HaCohen Kook et son fils Yéhuda, dont les élèves vont créer  le Gush Emunim (Le Bloc de la foi), fer de lance de la colonisation en Cisjordanie (Judée-Samarie de la Bible)."

"Le succès des colons religieux n'aurait pas été possible, montre Enderlin, sans le soutien des leaders de la droite nationaliste, Begin, Sharon et Netanyahou. Aux crimes des premiers (massacre à Hébron, meurtre de Rabin...) répondent les provocations des seconds (Sharon sur l'esplanade des Mosquées, Netanyahou et l'affaire du tunnel), le tout favorisant la montée du Hamas et du terrorisme palestinien. L'historien Zeev Sternhell parle d'un "cancer que nous avons refusé de voir". Aujourd'hui, comme le dit un responsable triomphant des "implantations", "la solution à deux Etats n'existe plus". Des illuminés ont déjà les plans, ainsi qu'un musée des ustensiles du Temple, et ils cherchent une vache rousse dont les cendres purifieront les prêtres. Ils sont certes minoritaires. Mais un sondage révèle que 51 % de la population israélienne croit que le Messie viendra. La politique parviendra-t-elle à prendre le pas sur le religieux ?"

IVG

"[Christiane Taubira] pourrait échanger son expérience avec Simone Veil (1), autre femme ayant essuyé des averses de grossièretés. Lors du débat sur l'IVG en 1974, Jacques Médecin (2) compare sa loi au nazisme. Jean-Marie Daillet (3) parle de "four crématoire" pour les embryons."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 32.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Veil

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Médecin

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Daillet

__________________________________________________

"[...]."

"Depuis sa légalisation, il y a plus de quarante ans, l'accès à l'avortement (1) s'est détérioré pour les Italiennes. Entre 1997 et 2017, le ministère de la Santé rapporte une augmentation de 13 % du nombre de médecins objecteurs de conscience (2). 70 % des gynécologues refusent de pratiquer l'IVG, un chiffre qui atteint 84 % dans le sud du pays. Même à Rome, c'est un chemin de croix : seuls sept gynécologues l'exercent dans la capitale... Il y a deux ans, une femme dans le nord-est du pays a dû passer par vingt-trois hôpitaux différents, manquant de peu de dépasser le délai légal de quatre-vingt-dix jours."

"[...]. Ce recul mène à des tragédies comme celle de Valentina Milluzzo, morte à l'âge de 32 ans à l'hôpital de Catane, en Sicile (3). Alors qu'enceinte de jumeaux elle est hospitalisée pour une complication de grossesse, les médecins refusent de l'avorter pour lui sauver la vie. "Tant qu'il y a un battement de coeur, je ne peux pas intervenir car je suis objecteur de conscience. Nous sommes entre les mains du Seigneur", déclare l'un d'entre eux à la mère de la jeune femme. Les jumeaux sont mort-nés quelques heures avant le décès de leur mère."

"Dès le vote de la loi, en 1978, l'Eglise catholique, le parti Démocratie chrétienne et les néo-fascistes ont tenté de la faire abroger, rappelle Michele Mariano (4). Mais en 1981, lors d'un référendum, le texte a été conforté : 70 % des gens ont voté pour que l'avortement reste légal."  D'où vient alors la menace ? "Le problème est culturel, répond le gynécologue. L'Eglise catholique a une influence immense en Italie sur la population, les politiques mais aussi le corps médical." Michele Mariano a encore en tête la formule prononcée par le pape François, en octobre 2018, lors d'une homélie (5) place Saint-Pierre à propos de l'avortement : "C'est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème." Il lève les mains au ciel. "Rendez-vous compte des conséquences que peuvent avoir ces paroles dans un pays chrétien à 80 % !"

"Pour autant, l'objection de conscience ne serait, selon lui, qu'un paravent. "La plupart des mes collègues n'ont pas de problèmes avec l'avortement, mais ils protègent leur réputation. Refuser de pratiquer des IVG ne fait pas baisser votre salaire et vous donne plus de chances de faire une belle carrière, alors pourquoi se créer des difficultés ? Personne ne fait avorter des filles de 13 ans pour le plaisir, mais être médecin, ce n'est pas à la carte !" Michele Mariano raconte encore que plusieurs gynécologues de l'hôpital, objecteurs de conscience, lui ont par le passé demandé d'interrompre la grossesse de leur fille. "C'est d'une hypocrisie totale !, s'exclame-t-il. Des hommes politiques qui se positionnent publiquement contre l'IVG m'ont déjà appelé pour faire discrètement avorter leur maîtresse ! Chaque famille utilise cette loi, y compris les catholiques. Mes patientes font le signe de croix avant leur avortement."

"[...]."

Romain Jeanticou : Les médecins s'en lavent les mains in Télérama 3660 du 4 mars 2020, pp. 31-33.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Interruption_volontaire_de_grossessehttps://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27avortementhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_l%27avortementhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_droits_reliés_à_la_reproduction et https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_pro-vie

(2) Cf. not. : https://www.liberation.fr/france/2018/09/27/medecins-anti-ivg-liberte-sacree-ou-abus-de-conscience_1681707

(3) Cf. not. : https://www.liberation.fr/planete/2018/03/04/en-italie-valentina-meurt-sacrifiee-a-la-divine-providence_1633787

(4) gynécologue à l'hôpital de Campobasso. Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Campobasso et http://www.italia.it/fr/decouvrez-litalie/molise/campobasso.html

(5) Cf. not. : https://www.cnrtl.fr/definition/homélie