Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
nain de jardin

PARADE MONDIALE DES NAINS DE JARDIN

59100 Roubaix

Tél. 06 07 63 22 38

http://www.promenonsnotrevieuxlibraire.org

Pour la date, se renseigner auprès de l'association Promenons notre vieux libraire

"Le Nain porte quoi"

"Pour tout le monde, le mois de mars comporte trente-et-un jours, pas un de plus. A Roubaix on fête pourtant depuis 2003 le 32 mars, une date improbable pour un événement encore plus improbable : les parades mondiales des nains de jardin."

"Tout a commencé à Noël 2003 par un petit personnage offert à Didier Lejeune, libraire roubaisien. Pour rire, le libraire décide avec quelques amis de promener ce nain à son effigie le 1er avril 2004 et invite les Roubaisiens à le suivre avec leurs nains de jardin."

"Le premier défilé rassembla une centaine de personnes et cinquante nains de jardin ou d'appartement. Le succès de cet événement décalé fut immédiat et l'association Promenons notre vieux libraire vit le jour. L'année suivante, un journal baptisé L'improbable fut créé. On y trouve des rubriques farfelues comme "Le Nain porte quoi" et des hymnes à la gloire des nains inventés pour chaque nouvelle parade."

"C'est ainsi que chaque 32 mars, Didier Lejeune porte son nain sur un plateau. Humour oblige, il est considéré comme le plus petit géant porté au monde, en référence aux géants du Nord [...] qui sont portés dans les rues les jours de carnaval." (1)

"Pendant vingt-quatre heures, les rues sont envahies par une foule de gens déguisés en nain. Râteau ou pelle en plastique à la main, à grand renfort de fanfares, géants et déguisements, chacun promène fièrement son nain de jardin. Dans une ferveur partagée, la foule entonne ensuite la chanson du décervelage des nains (2), ou encore la célèbre Internationale des Nains de Jardin dont les paroles s'éloignent quelque peu de l'hymne socialiste."

"Puis les nains sont bénis lors d'une pseudo-cérémonie religieuse dirigée par un faux prêtre en soutane qui murmure des formules latines incompréhensibles..."

"Si l'envie vous prend de rapporter un  souvenir de cet événement unique, ruez-vous sur le calendrier du 32 mars, "le seul qui fait oublier l'hiver" puisqu'il ne comporte que neuf mois et débute le 1er avril..."

Gwenaëlle Versmée : Lille méconnu, Editions Jonglez, col. "Les guides écrits par les habitants", avril 2009, p.191.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://dailynord.fr/2010/03/32-mars/

(2) Ceci renvoie, bien entendu, à La chanson du décervelage, d'Alfred Jarry.
Cf. not. : http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=jarry/la-chanson-du-decervelage  

naissance

"Héraclite semble en tout cas considérer l'existence comme un malheur, quand il dit :

Une fois nés

ils veulent vivre

Et toucher leurs lots

[...]

Et ils laissent derrière eux des enfants

pour connaître les mêmes lots."

Clément d'Alexandrie : Stromates, III, 14.

in Les Présocratiques, NRF Gallimard, col. La Pléiade, 1988, p. 151. Trad. Jean-Paul Dumont (pour ce texte). 

__________________________________________________

"L'unique bonheur consiste à ne pas naître."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 69).

__________________________________________________

"Aucune volupté ne surpasse celle qu'on éprouve à l'idée qu'on aurait pu se maintenir dans un état de pure possibilité. Liberté, bonheur, espace - ces termes définissent la condition antérieure à la malchance de naître. La mort est un fléau quelconque ; le vrai fléau n'est pas devant nous mais derrière. Nous avons tout perdu en naissant."

"Mieux encore que dans le malaise et l'accablement, c'est dans des instants d'une insoutenable plénitude que nous comprenons la catastrophe de la naissance. Nos pensées se reportent alors vers ce monde où rien ne daignait s'actualiser, affecter une forme, choir dans un nom, et où, toute détermination abolie, il était aisé d'accéder à une extase anonyme."

"Nous retrouvons cette expérience extatique lorsque, à la faveur de quelque état extrême, nous liquidons notre identité et brisons nos limites. Du coup, le temps qui nous précède, le temps d'avant le temps, nous appartient en propre, et nous rejoignons, non pas notre figure, qui n'est rien, mais cette virtualité bienheureuse où nous résistions à l'infâme tentation de nous incarner."

Emile Michel Cioran : De l'inconvénient d'être né, Ed. Gallimard, 1973. Rééd. Folio/essais n° 80, déc. 1991.

__________________________________________________

"Io son di Pratto, m'accontendo d'esser di Prato, e se non fossinato pratese,

 Vorrei non esser venuto al mondo."

"Je suis de Prato, je me contente d'être de Prato, et si je n'y étais pas né,

 Je voudrais n'être jamais venu au monde."

 Trad. de l'italien par Georges Piroué.

 Curzio Malaparte : Ces sacrés Toscans (Maledetti Toscani), Le Livre de Poche, 1970, p. 67.  

__________________________________________________

"Inter facces et urinam nascimur" (1) écrivait Saint Augustin (2) ("nous naissons dans la merde et l'urine") (3). Il aurait pu ajouter que nous y mourons aussi. Et tout était dit."

Frédéric Pagès : Au vrai chic anatomique, Points/seuil, col. "Inédit Virgule", 1983, p. 52.

NOTES JMS :

(1) Il s'agit ici non de "facces", ainsi qu'il est écrit dans ce livre, mais de "faeces".

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_d%27Hippone et http://peresdeleglise.free.fr/Augustin/augustin.htm

(3) La traduction n'est pas bonne. Il aurait fallu écrire : "Nous naissons entre (inter) la merde et l'urine". De plus, si l'on fait cette correction, les deux phrases suivantes ne sont plus possibles.

 

Namibie

"LA DERNIERE BLAGUE DE TOTO"

"Le promeneur du désert du Namib (1), 81 000 kilomètres carrés de dunes arides dans le sud-ouest de l'Afrique, sera surpris d'entendre le son d'une espèce nouvelle : le groupe américain Toto chantant Africa, son tube millésimé 1982, reboosté récemment par YouTube et Twitter. Deux des frères Corparo (Jeff et Mike), disparus depuis, ne sont plus là pour saluer l'initiative insolite de l'artiste germano-namibien Max Siedentopf : diffuser leur morceau fétiche sur des haut-parleurs alimentés par des capteurs solaires.  Africa en boucle. A l'infini. [...]."

François Gorin (2)

NOTES JMS :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Désert_du_Namib

(2) Télérama n° 3602 du 23 janvier 2019, p. 15.

Napoléon

"Je rêve de jouer Napoléon (1). Ce n'est pas l'homme le plus moral ni le plus séduisant de l'Histoire, mais c'est le plus malin."

Jack Nicholson (2)

Cité dans l'article de Marie-Elisabeth Rouchy sur Jack Nicholson paru dans le Télérama n° 2392 du 15 novembre 1995, p. 46.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Napoléon_Ierhttp://www.histoire-france.net/epoque/napoleon-ier et https://www.napoleon.org

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Jack_Nicholson et https://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Nicholson

narcissisme

Margot Asquith (1), à propos de Winston Churchill :

"Il serait capable de prendre la peau de sa mère pour en faire une peau de tambour, si cela lui permettait de mieux proclamer l'admiration qu'il a pour lui-même (2)."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 61.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Margot_Asquith et https://fr.wikipedia.org/wiki/Margot_Asquith

(2) Note de bas de page de François Xavier Testu : "Parfois prêté à Lloyd George."

Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/David_Lloyd_George et https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Lloyd_George

natation

"Je sais nager juste assez pour me retenir de sauver les autres."

Jules Renard (1864-1910)

SOURCE : Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 37.

naturalisation

Roselyne Bachelot (1) était encore toute jeune, raconte-t-elle. La future ministre, avec son père Jean Narquin (2), donne un coup de main au candidat aux législatives Edgard Pisani (3). Le téléphone sonne. Elle décroche. Un homme veut parler à Pisani. Il se présente : "Jean-Pierre Elkabbach (4).". "C'est pour un dossier de naturalisation ?", demande la jeune standardiste. Le journaliste de l'ORTF laisse exploser sa fureur contre l'impertinente, qui s'empresse d'aller avouer sa faute à son père."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 106.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roselyne_Bachelot

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Narquin

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Edgard_Pisani

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Elkabbach

nature

"La nature est aristocratique, plus aristocratique que n'importe quel ordre féodal ou de castes. En conséquence, sa pyramide s'étend à partir d'une base très large vers un sommet très pointu. Et même si le bas peuple et la canaille, qui ne veulent rien tolérer au-dessus d'eux, réussissaient à renverser toutes les autres aristocraties, ils devraient quand même laisser exister celle-ci [...]."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 44).

__________________________________________________

"Natura (1) est une expression exacte, mais euphémique : elle pourrait au même titre s'appeler Mortura."

Arthur Schopenhauer : idem ci-dessus, p. 125.

NOTE JMS :

(1) En latin, natura signifie notamment naissance.

nazisme

"Ne vous réjouissez pas de la défaite du monstre car, à travers le monde qui l'installa puis le stoppa, la putain qui l'a engendré est de nouveau en chaleur."

Bertolt Brecht : La Résistible ascension d'Arturo Ui (1)

NOTE JMS :

(1) Cité par Guillemette Odicino dans un encadré Télérama consacré au film de Sam Peckinpah : Croix de fer (Cross of iron, Allemagne/Grande-Bretagne, 1977). Cette citation ouvre le film.

__________________________________________________

"Ils célèbrent le cycle des saisons et les plaisirs terrestres : les Carmina Burana (1), soit une vingtaine de poèmes médiévaux mêlant latin, vieux français et moyen haut allemand, ont été composés en 1935 par l'Allemand Carl Orff (2). Mondialement connue, l'oeuvre pose question. Dans Musicopolis, sur France Musique, Anne-Charlotte Rémond s'intéresse à la part sombre de son compositeur. "On ne sait pas clairement la position d'Orff sur le régime nazi, explique-t-elle. Il n'avait pas la carte du parti, mais a bénéficié d'avantages grâce à lui. Il a reçu des prix en 1942, et on disait que la radio ne pouvait se passer de son talent. Sa musique convenait bien à l'époque : simple, voire simpliste, avec beaucoup de strophes qui se répètent, une forme hypnotique, un caractère joyeux, primitif."

"Après la guerre, il affirme à celui qui l'interroge (un de ses anciens élèves !) avoir été un résistant. Et assurera que ses Carmina Burana furent interdits par les nazis. Bâtissant sans vergogne des légendes à son avantage..."

Laurence Le Saux : encadré Télérama (n° 3648 du 11 décembre 2019, p. 149) consacré sur France Musique à Carmina Burana (le mercredi 11 décembre 2019 de 13.00 à 13.24).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carmina_Burana

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Orff et https://www.francemusique.fr/personne/carl-orff

__________________________________________________

"Il trouvait Pétain "trop mou, trop tiède, trop timide" dans sa défense de l'Allemagne nazie. Jean Hérold-Paquis (1912-1945) (1) n'hésitait pas à haranguer les foules à travers le poste radio ou dans les tribunes, défendant les troupes de Hitler coûte que coûte. A ce journaliste français aux exécrables idées, Jean Lebrun consacre La marche de l'Histoire (2) vendredi. En compagnie d'Yves Pourcher (3), auteur d'un livre sur le sujet (4), l'animateur retrace l'itinéraire d'une voix qui défendit le massacre d'Oradour-sur-Glane (5) et les exactions de l'armée allemande jusque dans le box des accusés."

"[...]."

"[...]. Après un passage éclair (et zélé) au poste de "délégué à la propagande" de Vichy, ses relations à l'Action française (6) lui offrent d'officier sur Radio-Paris (7), devenue organe de propagande nazie. [...].

"Désormais membre du Parti populaire français (8) de Jacques Doriot (9), le speaker devient l'une des vedettes de la France allemande. [...] sa parole [...] entraînera sa perte : lors de son procès en 1945, les disques des enregistrements de ses chroniques sont les seuls témoins à charge. Ils le mènent jusqu'au peloton d'exécution. [...].'

Matilde Meslin : Nazi dans le micro  in Télérama 3660 du 4 mars 2020, p. 141.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Hérold-Paquis, https://www.babelio.com/auteur/Jean-Herold-Paquis/235298 et https://data.bnf.fr/fr/13011307/jean_herold-paquis

(2) Sur France Inter à 14.30.

(3) Cf. not. : https://www.babelio.com/auteur/Yves-Pourcher/106450 et https://data.bnf.fr/fr/12097944/yves_pourcher

(4) Le Radio-Traître. Jean Hérold-Paquis, la voix de la collaboration, Alma éd., 2019, 459 p.

(5) Cf. not. : https://www.oradour.org et https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_d'Oradour-sur-Glane

(6) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Action_française

(7) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Radio-Paris

(8) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_populaire_français

(9) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Doriot et https://data.bnf.fr/fr/12172128/jacques_doriot

néant

"En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui."

Georges Clémenceau, alors directeur du journal L'Aurore, au sujet de la mort de Félix Faure.

Cité dans Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, de François Xavier Testu (Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 261).

__________________________________________________

"Rivarol disait de l'abbé de Vauxcelles, auteur de plusieurs oraisons funèbres :"On ne sent jamais mieux le néant de l'homme que dans la prose de cet orateur"."

Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 815.

négationnisme

"L'écrivain, qui a reconnu être l'auteur de dessins négationnistes (1) publiés lorsqu'il avait 21 ans, aurait fréquenté un proche de Faurisson (2) jusqu'en 2013."

Laurent Télo : Antisémitisme : le passé pas si lointain de Yann Moix (3) in journal Le Monde du vendredi 30 août 2019, p. 10. 

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Négationnisme, https://fr.wikipedia.org/wiki/Négation_de_la_Shoah et https://www.franceculture.fr/histoire/le-negationnisme-premiere-theorie-du-complot

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Faurisson et https://www.franceculture.fr/histoire/mort-de-robert-faurisson-negationniste-et-faussaire-de-lhistoire

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Yann_Moix

Nègre

"S'étonner que leur salive soit blanche - et de ce qu'ils parlent français."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"[...]. [Empreint] de colère mais aussi nimbé de sagesse, à la croisée de l'intime et de l'universel, [la] méditation d'un homme noir sur sa condition, qui, à force de lucidité, rejoint la cause de tous les opprimés. A partir [du] socle traumatique tissé autour de trois leaders de la lutte pour les droits civiques, Martin Luther King (1), Malcolm X (2) [et] Medgar Evers (3), tous assassinés avant 40 ans, [James Baldwin (4)] remonte aux sources de l'exclusion et de la violence, indissociables de l'identité américaine 5)."

"Parce que "les Blancs doivent chercher à comprendre pourquoi la figure du nègre leur était nécessaire", Baldwin déconstruit l'image du Noir dans une brillante analyse de films hollywoodiens, qui nous renvoie, a posteriori, à notre rang de spectateur complice. Percutantes, ses interventions à la télévision exhortent - hier comme aujourd'hui - l'Amérique blanche à un douloureux examen de conscience. Votre rêve est un leurre ; votre histoire, une fiction ; votre mode de vie, le témoignage d'une "pauvreté émotionnelle abyssale", assène l'écrivain au fil d'un vertigineux entrelacement d'archives où dialoguent les luttes du passé contre la ségrégation et les flambées actuelles de violences raciales."

"Lumière crue jetée sur la nation américaine, jusque dans ses structures politiques et mentales les plus profondes, ce vibrant film hommage dénonce, secoue, autant qu'il montre la voie d'une possible fraternité."

Isabelle Poitte : encadré Télérama consacré au documentaire de Raoul Peck (6) (USA/France, 2016, 1h25mn) : Je ne suis pas votre nègre.

NOTES JMS:

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Martin_Luther_King_Jrhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Luther_King_Jr et https://www.franceculture.fr/personne-martin-luther-king.html

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Malcolm_X et https://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_X

(3) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Medgar_Evers et https://fr.wikipedia.org/wiki/Medgar_Evers  

(4) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/James_Baldwin et https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Baldwin

(5) Voir à ce sujet le manuscrit de James Baldwin de 1979 : Remember This House, projet de livre qui ne verra jamais le jour.

(6) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Raoul_Peckhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Raoul_Peck et https://www.franceculture.fr/personne-raoul-peck.html

__________________________________________________

"On ne trouve plus de nègres. Ils font tous la révolution ou leur licence de lettres."

Michel Audiard : Archimède le clochard (Gilles Grangier, 1959) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Archimède_le_clochard et https://fr.wikiquote.org/wiki/Archimède_le_clochard

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 15.

 

négritude

"NEGRITUDE n. f. (v. 1933) a été répandu par L.-S. Senghor pour désigner la spécificité noire, surtout psychologique et culturelle."

"Témoin des classifications raciales européennes datant de l'expansion coloniale de l'Europe, à partir du XVIe s., puis de l'exploitation de la main-d'oeuvre africaine, surtout au XVIIIe s., [la] série de mots [déclinée à partir du mot nègre], à l'exception de négritude, est fortement connotée. Déjà au XVIIIe s., l'emploi de nègre chez les philosophes, qui étaient anti-esclavagistes, est marqué par une gêne sensible ; au XIXe s., nègre et ses dérivés sont de plus en plus ressentis comme racistes. Il faut attendre l'emploi du mot par les Noirs eux-mêmes, surtout à partir de 1930, pour assister à une valorisation marquée, qui n'exclut pas les connotations racistes dans le discours des Blancs. Cette situation rend l'emploi du mot, par rapport à noir, très délicate en français contemporain. Les emplois figurés et les dérivés eux-mêmes sont parfois évités."

LE ROBERT. Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d'Alain Rey), Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1992.

__________________________________________________

"Imaginez Victor Hugo refusant de remettre les pieds en France après la chute de Napoléon III ! C'est ce jeu-là qu'inflige l'écrivain René Depestre (1) à l'île qui lui donna le jour en 1926 : Haïti (2). Depestre épousa la négritude en se frottant à Césaire, le surréalisme en rencontrant Breton, la révolution en emboîtant le pas à tout ce que la planète comptait de théoriciens et de guérilleros. De 1959 à 1978, il échoue à Cuba, le temps de constater que non seulement la négritude a été pervertie en Haïti par les dictateurs Duvalier (3) mais que la révolution a subi le même sort, de Moscou à La Havane, entre les mains de tyrans rougeâtres."

"Alors Depestre se fixe en France, dans sa thébaïde (4) de Lézignan-Corbières (5), entre Narbonne et Carcassonne, pour enfin être lui-même et tout recoudre grâce à l'écriture. Sa révolution et sa patrie seront désormais la seule proie de sa flamme intérieure, comme en témoigne Hadriana dans tous mes rêves (prix Renaudot 1988) (6)."

"Or Haïti ne l'a pas oublié. Là-bas, on le considère comme une sorte de "Che Rimbaud", prêt à rugir à nouveau sa "colère en crue". Tout le documentaire repose sur ce malentendu : une envoyée de l'île réclame à l'écrivain de revenir. Depestre pouffe ses "non possumus" (7) face aux plus aimables et altissimes sollicitations : le président Aristide (8) lui-même entreprend de le harceler au téléphone, sous l'objectif de Jean-Daniel Lafond (9). Car le réalisateur est aussi allé filmer le "natif natal" de l'écrivain, sa petite ville de Jacmel (10) et bien d'autres correspondances à propos d'un exilé qui se proclame "nomade enraciné". [...]."

Antoine Perraud : encadré Télérama (n° 2482 du mercredi 6 août 1997, p. 81) relatif au documentaire de Jean-Daniel Lafond : Haïti dans tous nos rêves (Canada, 1995, 54 mn).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/René_Depestre, https://www.bib.ens.fr/Rene-depestre.490.0.htmlhttps://journals.openedition.org/conflits/18265, https://journals.openedition.org/gradhiva/261https://www.franceculture.fr/personne-rene-depestre.html et  https://www.poemes.co/rene-depestre.html

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Haïti

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Duvalier

(4) Cf. not. : https://fr.wiktionary.org/wiki/thébaïde

(5) Cf. not : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lézignan-Corbières et https://www.lezignan-corbieres.fr

(6) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hadriana_dans_tous_mes_rêves

(7) "Nous ne pouvons pas" : "Réponse de saint Pierre et de saint Jean aux grands prêtres, qui voulaient leur interdire de prêcher l'Evangile (Actes des Apôtres, IV, 19-20). Ces mots s'utilisent pour exprimer un refus sur lequel on ne peut revenir. S'emploie aussi substantivement : Opposer un non possumus." (pages roses du Petit Larousse illustré, Larousse, 2013).

(8) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Bertrand_Aristide

(9) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Daniel_Lafond, https://www.gg.ca/fr/la-biographie-de-jean-daniel-lafond et https://data.bnf.fr/fr/12617593/jean_daniel_lafond

(10) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacmel et https://journals.openedition.org/insitu/13721

néo-libéralisme

"Le discours néo-libéral avance masqué dans la langue venimeuse des prédateurs qui prétendent se battre contre "le système" et "l'entre soi" pour mieux servir les plus riches dans une régression sociale sans tabou pour les plus démunis. [...)."

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : Les prédateurs au pouvoir. Main basse sur notre avenir, Ed. Textuel, 2017, p. 52.

néologisme

"La perte de la langue française."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

New York

"Les quartiers pauvres de New York. Des rues de camés, de macs et de putes forment la frontière nord. La frontière sud se perd dans des quartiers aussi dévastés que des zones de guerre. Et la frontière ouest est la rue des clochards."

Extrait de Kathy Acker va à New York (1973) diffusé dans le documentaire de Barbara Casper : Qui a peur de Kathy Acker ? (Who's afraid of Kathy Acker ?), Allemagne, Autriche, 2007, 79 mn.

nez

"[...]. Signe de vitalité et de joie de vivre, emblème des bons vivants, le nez est forcément proche parent du sexe. C'est connu : "Qui a bon nez a bon membre" ; "Qui a bon nez a bon bas."

          Belles jamais ne prenez

          Qui n'ont pas un grand nez (Collet).

"C'est pourquoi célébrer les grands nez est une façon de célébrer l'amour, sans platonisme aucun. Certains y sont même allés de leur science pour entrer dans les détails. "Si les narines sont grandes et larges, c'est signe que les testicules sont gros... Le pied du nez, long et maigre rend témoignage de la matrice de la femme. Ses lèvres grosses démontrent celles d'en bas semblables" (Nicolas Legras, Le Palais des curieux (1).

Frédéric Pagès : Au vrai chic anatomique, Points/Seuil, col. "Inédit Virgule, 1983, p. 146.

NOTE JMS :

(1) Frédéric Pagès donne Nicolas Legras comme auteur du Palais des curieux, mais les moteurs de recherches donnent François Béroalde de Verville. Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Béroalde_de_Verville  et https://data.bnf.fr/fr/12014822/francois_beroalde_de_verville

__________________________________________________

"[...]. La disgrâce du nez a commencé quand Buffon (1) s'est aperçu, au XVIIIe siècle, que cet organe est peu agile. "Le nez", constate le célèbre naturaliste, "fait plus à la beauté qu'à la physionomie." [...]. Si les médiocres performances du nez en matière de gesticulation - au demeurant indéniables - lui permettent de participer à la beauté seulement et non à la physionomie, c'est grave. Aussi grave que de dire, sur le ton du compliment : "Le pénis est un organe très décoratif." Il y a là une perte de prérogatives caractérisée."

Idem ci-dessus, p. 147.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges-Louis_Leclerc_de_Buffon, http://academie-francaise.fr/les-immortels/georges-louis-leclerc-comte-de-buffon et https://citations.ouest-france.fr/citations-georges-louis-leclerc-de-buffon-133.html

__________________________________________________

"La vie privée est à mettre au-dessus de tout... S'asseoir simplement à la maison, se mettre les doigts dans le nez en regardant le soleil couchant."

V. V. Rozanov (1)

SOURCE : Idem ci-dessus, p. 150.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vassili_Rozanov

 

nichons

"Je me suis peut-être égaré dans ma quête de l'intériorité. Mais, au fond, je suis un sensuel. Mettre la main dans les nichons de la peinture."

Eugène Leroy

Olivier Cena et Laurent Boudier : "Eugène Leroy dans la lumière du Nord" in Télérama n° 2404 du 7 février 1996, p. 14.

nid

Les couples d'aigles à tête blanche (1) passent leur vie à s'occuper de leur nid ; l'hiver, ils le consolident, l'été ils le surveillent. Leurs nids s'agrandissent sans cesse ; le plus grand nid connu à ce jour fait 2,7 m de diamètre pour 9 m de hauteur, et pèse presque 2 tonnes."

Brooke Barker : La tortue qui respirait par les fesses (Sad animal facts), Flammarion, 2017. Index alphabétique, p. 180. Trad. de l'anglais par Fleur d'Harcourt.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pygargue_à_tête_blanche, https://www.bestioles.ca/oiseaux/pygargue-tete-blanche.html et http://www.oiseaux-birds.com/fiche-pygargue-tete-blanche.html

 

Friedrich Nietzsche

"NIETZSCHE Friedrich (1844-1900). Philosophe idéaliste allemand, ultra-réactionnaire, apologiste déclaré de l'exploitation bourgeoise et de l'agression, prédécesseur des "idéologues" fascistes. La philosophie de Nietzsche a surgi à l'époque de l'entrée du capitalisme dans la phase impérialiste ; c'est une réaction de l'idéologie bourgeoise devant l'aggravation des contradictions de classe, l'activité politique accrue de la classe ouvrière et la diffusion des idées sociales. Toute l'idéologie de Nietzsche est imprégnée de haine envers l'"esprit de la révolution", envers les masses populaires. D'après lui, le travail est une honte ; selon sa terminologie, l'esclavage serait "l'essence de la culture" et l'exploitation serait liée à "l'essence de tout ce qui est vivant". Les masses populaires ne sont que des "esclaves", des "troupeaux". L'idée même du socialisme a le don de le mettre en fureur. L'existence des syndicats, les droits électoraux accordés aux ouvriers provoquent son indignation. Toutes ses pensées visent à arrêter, coûte que coûte, la "révolution apparemment inévitable". C'est de ce point de vue qu'il entreprend la "révision de toutes les valeurs, celle des normes de l'idéologie bourgeoise libérale, de la philosophie rationnaliste, de l'éthique traditionnelle, des dogmes de la religion chrétienne. Nietzsche estime que ces normes affaiblissent la volonté de lutte, sont incapables d'écraser le mouvement révolutionnaire grandissant. Il oppose à l'hypocrisie traditionnelle de l'idéologie bourgeoise une idéologie ouvertement barbare : antihumanisme, antidémocratisme, immoralisme cynique. Il distingue nettement l'idéologie destinée à former des travailleurs dociles ("morale des esclaves") et l'idéologie destinée à éduquer la "caste des maîtres" ("morale des maîtres")."

"Adepte du volontarisme, Nietzsche nie les lois objectives, attribue à la volonté un rôle décisif. Il déclare que "l'aspiration au pouvoir" est le moteur de tous les processus de la nature et de la société. Il falsifie la loi de la "lutte pour la vie" de Darwin, l'érige en principe universel, substitue à la "lutte pour la vie" la "lutte pour le pouvoir". A la "caste des maîtres", il prêche un individualisme sans frein (culte du "surhomme"), l'esprit d'agression qui ne recule devant rien, qui méprise toute norme de droit et de moralité. Niant le progrès dans la nature et la société, Nietzsche oppose à la théorie scientifique du développement le mythe du "retour éternel de toutes choses" d'après lequel l'histoire, loin de suivre une ligne ascendante, reviendrait sans cesse en arrière, aux étapes déjà révolues."

"La philosophie réactionnaire, inhumaine de Nietzsche, pénétrée de haine pour les travailleurs, prône le culte de la force et du "fauve blond" et correspond on ne saurait mieux à l'idéologie des fascistes. Sa philosophie a été largement mise à contribution par les hitlériens et elle est toujours au service des idéologues profascistes de l'impérialisme."

Petit Dictionnaire philosophique sous la direction de M. Rosenthal et P. Ioudine, Editions en langues étrangères, Moscou, 1955. 

__________________________________________________

"En sortant des 3000 pages du "Friedrich Nietzsche" en deux volumes de "Bouquins" (1), je me demandai si le philosophe n'est pas connu davantage pour ce qui est le moins intéressant dans son oeuvre, le "nietzschéisme", plutôt que pour la prodigieuse intelligence de ses grands livres. Le "nietzschéisme", c'est la fameuse et fumeuse utopie d'évolution-fiction de l'"Ubermensch", le Surhomme, c'est le mythe-rêverie" de "l'éternel retour", résurrection vague des vieilles cosmogonies d'un temps cyclique."

"C'est aussi un défi élitiste et antidémocratique, la pratique angoissée de ce que Baudelaire appelait "le plaisir aristocratique de déplaire", la conjugaison appliquée des verbes soyons-cruels-et-méprisants-pour-la-masse-des-médiocres, et les provocations un peu enfantines du genre : "Nous ne trouvons pas désirable que le règne de la justice et de la concorde soit fondé sur la Terre" (Le Gai savoir, V, 377) (2). Il y a chez Nietzsche la fanfaronnade de cruauté affichée par l'enfant qui a peur dans le noir, peur de ce qui le menace. Il déclame qu'il est très féroce afin de se rassurer."

"Si par-dessus le marché se greffent sur ces proclamations des tripatouillages d'Elisabeth, la soeur qu'il appelait "cette oie antisémite" (3), et la publication, après la mort du philosophe, d'une impudente "Volonté de puissance" annexée par les nazis, le nietzschéisme n'apparaît pas comme un mixture très séduisante. Il fallait l'audace sinistre de la vieille dame pour organiser à sept reprises l'hommage solennel de Hitler et de ses affidés à ce frère qui haïssait l'antisémitisme [...]."

"Nietzsche était beaucoup moins "nietzschéen" que la légende voudrait le faire croire et que les nazis et Elisabeth le prétendaient. En janvier 1889, quand la démence a définitivement gagné la partie, Nietzsche persiste et signe. Il écrit à son ami Overbeck : "Je viens de faire fusiller tous les antisémites." (4). Vaincu par la folie, il garde pourtant dans son délire cette raison fondamentale, la détestation de ces antisémites qui cherchent à soulever tout l'élément "bête à cornes" de leur peuple." (La Généalogie de la morale, III, 26)."

"[...]."

Claude Roy in Le Nouvel Observateur du 13 janvier 1994.

NOTES JMS :

(1) Oeuvres, de Friedrich Nietzsche, Robert Laffont, col. "Bouquins", 2 vol., nov. 1993, 1552 et 1792 p.

(2) "Nous ne "conservons" rien, nous ne voulons pas non plus revenir à aucune sorte de passé, nous ne sommes absolument pas "libéraux", nous ne travaillons pas au "progrès", nous n'avons pas besoin de nous boucher les oreilles au chant d'avenir des sirènes du marché - ce qu'elles chantent : "égalité des droits", "société libre", "ni maître ni esclaves", - voilà qui ne nous séduit guère ! - nous ne tenons simplement pas pour souhaitable que le royaume de la justice et de la concorde soit fondé ici-bas (parce que ce serait sous tous les rapports le royaume de la médiocrisation et de la chinoiserie), nous nous réjouissons de tous ceux qui, pareils à nous, aiment le danger, la guerre, l'aventure, qui ne se laissent pas accommoder, prendre, réconcilier, ni laminer. Nous nous comptons nous-mêmes parmi les conquérants, nous réfléchissons à la nécessité d'une nouvelle hiérarchie et aussi d'un nouvel esclavage - car tout renforcement, toute élévation du type "homme" supposent aussi une nouvelle sorte d'esclavage, n'est-il pas vrai ? [...]." (10/18, 1973, p. 402. Trad. de Pierre Klossowski).

(3) Elisabeth Nietzsche (1846-1935) épousera en 1885 Bernhard Förster, ancien professeur extrême-droitiste et antisémite. Le couple fonde au Paraguay une colonie de "pure race aryenne" du nom de Nueva Germania. Suite à l'échec de son implantation, Bernhard Förster se suicide en 1889 et Elisabeth Förster-Nietzsche décide alors de rentrer en Allemagne de manière définitive. Elle s'occupera alors de son frère, qui tombe malade la même année, jusqu'au décès de ce dernier en 1900.

(4) Contenu d'un feuillet cité par Erich Friedrich Podach (in L'Effondrement de Nietzsche, Paris, Gallimard, 1978, p. 97) : "A l'ami Overbeck et à sa femme. Bien que vous n'ayez montré jusqu'alors qu'une foi minime en ma solvabilité, j'espère cependant prouver encore que je suis quelqu'un qui paie ses dettes, - à vous, par exemple... A l'instant je fais fusiller tous les antisémites... Dionysos."

nique ta mère

"Une ministre connaît bien les insultes : Christine Taubira (1)., qui pourrait en dresser un recueil. Dès 1996, la députée guyanaise est une cible de choix. Alors qu'elle intervient  dans l'hémicycle, un "nique ta mère" fuse des bancs de la droite. [...]."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 32.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christiane_Taubira

 

théâtre nô

"Le Château de l'araignée (1)"

Après Rashômon, Vivre et Les Sept Samouraïs, Kurosawa (2) est l'un des cinéaste japonais les plus admirés au monde. En 1957, il  tourne sa version de la tragédie de Shakespeare, Macbeth (3). Et c'est un nouveau chef-d'oeuvre. Les landes d'Ecosse cèdent la place aux sous-bois nippons. Le bois de Birnam devient la forêt de l'Araignée. Les trois sorcières des légendes anglo-saxonnes se transforment en fantômes de contes japonais. Kurosawa a "oublié" Shakespeare et a tourné son film "comme s'il s'agissait d'une histoire de son pays".

"Le masque blanc et impassible de lady Macbeth évoque le théâtre nô. Le jeu des comédiens est intériorisé. Dans le nô, explique Kurosawa, "il y a un certain hiératisme : on bouge le moins possible. Aussi, le moindre déplacement produit un effet vraiment intense et violent. Les acteurs de nô sont tous de véritables acrobates. Ilx exercent constamment leur corps comme des sportifs pour conserver leur souplesse. Ils savent comprimer leur énergie et évitent tout geste inutile."

"Le résultat est fascinant. La lady Macbeth de Kurosawa n'est plus une reine de chair et de sang mais une figure allégorique de la mort. Et l'on se perd dans les brumes de ce film beau et terrifiant comme un cauchemar. On s'y perd comme ses personnages, égarés dans une forêt dont les branches semblent tisser autour d'eux une gigantesque et fatale toile d'araignée."

Philippe Piazzo : encadré paru dans le supplément du Télérama 2382 (6 septembre 1995), p. XXVI.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://www.cineclubdecaen.com/realisat/kurosawa/chateaudelaraignee.htm

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akira_Kurosawa et https://www.cineclubdecaen.com/realisat/kurosawa/kurosawa.htm

(3) Cf. not. : https://www.etudes-litteraires.com/macbeth.php 

 

Anna de Noailles

"La poétesse Anna de Noailles (1) fut la première femme à recevoir la cravate de commandeur de la Légion d'honneur (2). Une distinction qu'elle accueillit avec fierté mais sans étonnement excessif, tant elle était persuadée de son génie."

"Un de ses admirateurs croit avoir mis la barre assez haut en la félicitant :

- "Au XIXe siècle, vous auriez eu votre place entre Victor Hugo (3) et Michelet (4)."

- "Merci, cher ami, merci d'avoir songé à Michelet, que l'on oublie trop souvent."

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_de_Noailles et https://www.poesie-francaise.fr/poemes-anna-de-noailles

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_national_de_la_Légion_d%27honneur et https://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Commandeur_de_la_Légion_d%27honneur

(3) Cf. not. : http://www.victor-hugo.info et https://www.proverbes-francais.fr/citations-victor-hugo et https://www.mon-poeme.fr/citations-victor-hugo

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Michelet et https://www.mon-poeme.fr/citations-jules-michelet

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 221.

 

noblesse

"La mépriser - et l'envier."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Noir

"Ce sont les interdits qui font que l'on chante de la soul. Un homme noir a une plus grande sensibilité parce qu'il a encaissé tellement de coups durs. Quand il a la possibilité de chanter ce sentiment, ça sort avec puissance."

James Brown (1)

NOTE JMS :

(1) Cité par Eléonore Colin dans l'encadré Télérama consacré au documentaire d'Alex Gibney inntitulé Mr. Dynamite. The Rise of James Brown (USA, 2014, 115 mn).

__________________________________________________

"A Paris, je suis écrivain - Noir mais écrivain.

Aux Etats-Unis, je reste avant tout et pour toujours un Noir."

Eddy L. Harris (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Eddy_L._Harris, https://www.babelio.com/auteur/Eddy-L-Harris/169084 et https://www.franceculture.fr/personne-eddy-l-harris.html  

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 14.

nomade

"La vie de nomades, comme on désigne l'échelon inférieur de la civilisation, se retrouve à l'échelon supérieur de la vie de touriste, devenue courante. La première naquit de la détresse, la seconde de l'ennui."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 154).

nombre

"Les nombres gouvernent le monde"

Pythagore (1)

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 12.

NOTE :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pythagore

nombril

"Quand le foetus a décidé de sortir, [...] la sage-femme court avec une paire de ciseaux. Alors, commencent les problèmes. Quelle coupe lui faire ? Bien dégagé sur la védille (1) ou ras la bouteillère (2). Trop long, le nombril (3) est disgracieux, le nouveau-né paraît bâclé et mal boudiné (4). Trop court, c'est dangereux, surtout pour les garçons, car la longueur du nombril détermine, tout le monde le sait, la longueur du pénis."

"[...]."

Frédéric Pagès : Au vrai chic anatomique, Points/Seuil, col. "Inédit Virgule", 1983, p. 68.

NOTES JMS :

(1) Note en bas de page de Frédéric Pagès : "Védille : ancien nom du nombril. Il était conseillé de "ne pas faire trop bonne mesure à la védille."."

(2) Note en bas de page de Frédéric Pagès : "Bouteillère : anciennement "pourtour du nombril". A cause du clapotis gastrique ?"

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombril

(4) Note en bas de page de Frédéric Pagès : "Boudine : nom dialectal du nombril." 

__________________________________________________

"[...]. Le nombril est issu des stocks de l'armée romaine. Il garnissait le centre des boucliers, sous la forme d'une bosse nommée umbo (1)."

"Les pater familias et les matrones ont vu, tout naturellement, sur le ventre de leur progéniture un umbo. Ou plus exactement un petit umbo, un umbilicus, et même [...] un umbiliculus. [...]. Umbo désignait aussi le nombril des roues, cette bosse qui s'appelle le moyeu. Il suffit de placer un homme sur une  roue pour constater que, en effet, nombril et moyeu se superposent (2).

Frédéric Pagès : idem ci-dessus, p. 69.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/umbo/80506 et https://fr.wiktionary.org/wiki/umbo

(2) Cela me fait penser, bien sûr, au célèbre dessin de Léonard de Vinci : L'Homme de Vitruve. Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Homme_de_Vitruve, https://enseignement-latin.hypotheses.org/6488 et http://villemin.gerard.free.fr/Biologie/Vitruve.htm

Dans une note en bas de page, Frédéric Pagès fait remarquer qu'en anglais, nave signifie nombril et navel moyeu. J'ajouterai ici qu'au figuré, c'est le milieu, le centre (d'un pays, etc.). Et la boucle est bouclée !

__________________________________________________

"[...]. Quand la Terre était plate, elle ressemblait non à un disque, comme on l'entend souvent répéter, mais à un bouclier (1). Elle avait donc un umbo. Ce nombril se dressait à Delphes dans le temple d'Apollon (2), sous la forme d'une pierre arrondie. Que le centre du monde fût en Grèce ne choquait pas les Grecs. Or, depuis, la Terre est devenue ronde. Ca n'empêche pas chaque peuple de continuer à se prendre pour le nombril du monde."

Frédéric Pagès : idem ci-dessus, p. 70.

NOTES JMS :

(1) Ce n'est pas toujours le cas. Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Figure_de_la_Terre_dans_l%27Antiquité

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Apollon, http://www.cosmovisions.com/$Apollon.htm et https://mythologica.fr/grec/apollon.htm

nomophobie

"Angoisse ressentie lorsque l'on se trouve sans téléphone portable. ETY. Abrév. de l'anglais no mobile phone phobia,  "phobie de l'absence de portable"."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

nostalgie

"Le mot qui exprime l'un des désirs humains les plus poignants, la nostalgie, semble d'origine grecque, mais il n'en est rien. La nostalgie est certes composée des mots grecs nostos (1), "le retour", et algos (2), "la douleur", "la tristesse", et exprime le désir mélancolique de retourner chez soi, dans les lieux où l'on a passé son enfance et où se trouvent les personnes et les objets les plus chers, mais elle est surtout tout à fait étrangère au monde grec. Le mot ne fut forgé qu'en 1688 par un étudiant en médecine alsacien, Johannes Hofer (3), qui soutint à l'Université de Bâle une thèse intitulée Dissertation médicale sur la nostalgie (4). Le jeune homme s'était consacré pendant des années à l'étude médicale du désarroi émotionnel éprouvé par les mercenaires suisses du roi de France Louis XIV, contraints à rester loin des vallées et des montagnes de leur patrie, et souvent affectés d'un mal indéfini qui les poussait à la mort s'ils n'étaient pas reconduits chez eux."

"Depuis lors, le néologisme issu du grec, nostalgie, se diffusa dans les autres langues européennes pour exprimer le sentiment de tristesse et d'éloignement de la terre aimée, une mélancolie qui se dit "mal du pays" en français et Heimweh en allemand. Pour finir, l'allemand possède un mot magnifique que n'ont ni l'italien ni le français ; magnifique pour qui sait comprendre cette étrange souffrance. C'est Fernweh, composé de "douleur" et de "loin", qui désigne la nostalgie des lieux que l'on n'a jamais visité, mais où l'on aimerait tant aller."

"[...]."

Andrea Marcolongo (5) : La langue géniale. 9 bonnes raisons d'aimer le grec, Les Belles Lettres, 2018, encadré consacré à Nostos, pp. 116-117. Trad. française de Béatrice Robert-Boissier (6).

NOTES JMS :

(1) Retour ; trajet, voyage ; action d'arriver dans un pays ; chemin, sortie (pour aller chercher sa nourriture). Au pluriel Nostoi, on : les Retours, poème sur le retour des héros grecs après la prise de Troie (SOURCES : Alexis Chassang: Nouveau dictionnaire grec-français, Garnier-Frères, libraires-éditeurs, 1902, et Anatole Bailly : Abrégé du dictionnaire grec-français, Hachette, 1901).

(2) Douleur physique ; souffrance ; peine, affliction (SOURCES : idem note ci-dessus).

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Johannes_Hofer

(4) Cf. not. : https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2018/02/04/la-nostalgie-une-idee-mulhousienne

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andrea_Marcolongo, https://babelio.com/auteur/Andrea-Marcolongo/460281, https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture/andrea-marcolongo et https://www.laviedesclassiques.fr/article/entretien-avec-andrea-marcolongo-la-langue-g%C3%A9niale

(6) Cf. not. : https://data.bnf.fr/fr/16599586/beatrice_robert-boissier

 

 

notoriété

"La notoriété, c'est lorsqu'on remarque votre présence. La célébrité, c'est lorsqu'on note votre absence."

 Wolinski

Cité dans le Dictionnaire amoureux de l'Humour, de Jean-Loup Chiflet (Plon, 2012, p. 654).

Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes est une commune de Loire-Atlantique. Ella a été créée au milieu du XIXe siècle et a conservé depuis son caractère rural et une économie dominée par l'agriculture et l'élevage.

Au début des années 1970, un projet d'aéroport du Grand Ouest sur les terres de la commune est lancé. Après une mise en veille de ce dernier, il est relancé au début des années 2000, amplifiant la contestation qui lui est liée.

ll est définitivement abandonné, sous le gouvernement Macron, le 17 janvier 2018.

Voici ce qu'en dit la rubrique Désintox du 28 minutes du lundi 16 avril 2018 (en col. avec Libération et Arte France) :

"Qui a vraiment le droit d'occuper les terrains de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, c'est une question plus compliquée qu'il n'y paraît. Pourtant, en pleine évacuation du site par les forces de l'ordre, ils sont plusieurs, du côté de la majorité, à avoir un avis tranché sur le sujet."

"Le compte Twitter militant répond : "Les gendarmes évacuent les lieux que vous squattez illégalement, notammant des agriculteurs, que vous volez depuis des années.""

"En réalité, plus de la moitié des 1650 hectares de la ZAD a été acheté par le Conseil départemental de Loire-Atlantique depuis que le projet a été lancé dans les années 1970. Sur les 780 hectares encore privés au début des années 2000, 142 hectares ont été achetés à l'amiable par Aéroport Grand Ouest, filiale de Vinci, disposant de la concession. Les terrains restants ont fait l'objet d'une procédure d'expropriation par l'Etat en 2012, même si certains agriculteurs ont refusé de quitter leurs terres."

"Difficile donc de dire que les zadistes  volent les terres aux agriculteurs qui ne sont, de toute façon, officiellement plus propriétaires. D'autant que, dans la lutte contre les expulsions, agriculteurs et zadistes se trouvent souvent du même côté."

"D'ailleurs, quand la député de la majorité Aurore Bergé (1) dit à son tour que "ceux qui occupent illégalement doivent être expulsés", il faudrait lui rappeler que certains agriculteurs - les historiques, ceux qui ont refusé l'expropriation - sont, sur le papier, eux aussi dans l'illégalité."

"Maix ceux-là ne sont pas visés par les opérations de gendarmerie ; celles-ci se concentrent sur les derniers arrivés, communément appelés zadistes."

NOTE JMS :

(1) Aurore Bergé, née en 1986, est députée des Yvelynes depuis 2017. Elle fait partie du mouvement, fondé par Emmanuel Macron : La République En Marche (LREM). Elle a notamment soutenu Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2012.

nudité

"La véritable nudité de l'homme à sa naissance est celle de ses gencives. Incapable d'attaquer, de mettre en pièces, de se défendre mordicus, de faire preuve de mordant, il doit attendre ses premières dents pour faire ses premières armes. [...].

Frédéric Pagès : Au vrai chic anatomique, Points/Seuil, col. "Inédit Virgule", 1983, p. 137.

__________________________________________________

"Cachez ces nus. En 1996, les organisateurs des JO d'Atlanta (1) demandent aux artistes de couvrir les nudités de deux statues situées près du Colisée de Los Angeles. Selon eux, c'est "une façon indécente d'entamer le parcours de la flamme". Parce que les Grecs couraient en vestons-cravates, peut-être. Inutile de rappeler que, huilés, ils filaient nus dans l'air."

Olivier Estiez, Cinqueux

in Télérama n° 2420 du 29 mai 1996, rubrique Ca va mieux en le disant, p. 5.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeux_olympiques et https://www.olympic.org/fr/jeux-olympiques

__________________________________________________

"[...]. Je suis comme tout le monde, si je vois un nu du Titien (1), je me dis en premier : elle est bien roulée, dis donc ! Après, je remarque la peinture. Mais la peinture, pour un peintre, ça se voit aussi bien dans un mauvais tableau, dans le ratage."

Jean-Pierre Pincemin

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://it.wikipedia.org/wiki/Tiziano_Vecelliohttps://fr.wikipedia.org/wiki/Titien, http://www.artliste.com/titien/, https://www.geo.fr/voyage/dix-choses-que-vous-ne-saviez-pas-sur-titien-183097 et http://www.cosmovisions.com/Titien.htm

SOURCE :

Entretien d'Olivier Cena avec Jean-Pierre Pincemin in Télérama n° 2607 du 29 décembre 1999, p. 38.