Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Louise Labé

"19 % des Français disent connaître le nom de Louise Labbé (1), mais la plupart (13 %) n'en savent pas plus. Sur les 6 % qui savent, 2 % n'ont pas d'avis sur son travail, 1 % n'aime pas et 3 % disent apprécier. NB : Louise Labbé est une poétesse du XVIe siècle, qui occupe cinq lignes au Petit Larousse (2)."

Encadré Télérama intitulé : "CENT BLAGUES !" (n° 2105 - 16 mai 1990, p. 27).

NOTES JMS :

(1) Son nom de famille ne prend qu'un b et non deux, comme il est orthographié dans ce numéro.

Cf. not. à son sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Labé

(2) "LABE (Louise), surnommée La Belle Cordière, Lyon 1524 - Parcieux-en-Dombes 1566, poétesse française. De ses sonnets ardents s'élève une des plus pures voix de la poésie féminine.", Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013.

 

laisser-faire

"Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

 Albert Einstein

SOURCE :

Cité dans la 1ère page du prospectus de présentation du site-mémorial Camp des Milles (1).

NOTE JMS :

(1) Camp français d'internement et de déportation.

lanceur d'alerte

"chercheur, professionnel ou simple citoyen qui découvre des faits pouvant constituer un danger pour l'homme ou son environnement et qui décide de les porter à la connaissance du public."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

langage

"Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. [...]."

Michel Leiris : "Glossaire : j'y serre mes gloses".

SOURCE : La Révolution surréaliste n° 3, 15 avril 1925. Repris sous le titre "Glossaire : j'y serre mes gloses, 1925" dans Brisées (Mercure de France, 1966), rééd. Gallimard, "Folio Essais", 1992, pp. 11-12.

__________________________________________________

"Dans le grand jeu des pouvoirs de parole [...] un langage n'a barre sur l'autre que temporairement ; il suffit qu'un troisième surgisse du rang, pour que l'assaillant soit contraint à la retraite : dans le conflit des rhétoriques, la victoire n'est jamais qu'au tiers langage. Ce langage-là a pour tâche de délivrer les prisonniers : d'éparpiller les signifiés, les catéchismes. [...] langage sur langage, à l'infini, telle est la loi qui meut la logosphère. [...]. Que la différence ne se paye d'aucune sujétion : pas de dernière réplique."

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, pp. 54/55.

__________________________________________________

Fabienne Pascaud, dans sa présentation pour Télérama (1) du "polar sémiologique" de Laurent Binet, La septième fonction du langage, paru chez Grasset (2015, 495 p.), écrit ceci :

"[...]. On savait Laurent Binet passionné par les assassinats historiques - HHhH (2010) contait l'exécution du nazi Reinhard Heydrich -, on ne se doutait pas que l'agrégé de lettres, ex-prof de ZEP, éclairait si lumineusement les grands débats passés [...]. Les utopies défuntes aussi."

"Faire du langage le fondement du pouvoir politique, par exemple. Telle serait la découverte du linguiste russo-américain Roman Jakobson, maître de Barthes, toujours vivant en 1980 (2) et génial décrypteur des six fonctions du langage (3). La présumée septième - accès à toutes les suprématies - aurait été en possession du malheureux auteur français des Mythologies (4). De quoi provoquer sa mort en attisant les appétits des services secrets et dictateurs de la planète. Jusqu'à la filière bulgare, coordonnée par l'indomptale Julia Kristeva... [...]."

NOTE JMS :

(1) n° 3424 du 29 août au 4 septembre 2015, p. 36.

(2) Roman Ossipovitch Jakobson : 1896-1982 ; Roland Barthes : 1915-1980.

(3) Les six fonctions du langage chez Jakobson sont :

- la fonction conative, qui est relative au récepteur (ex. : Mange !) ;

- la fonction expressive, qui renvoie au sentiment du locuteur (ex. : Youpi !) ;

- la fonction métalinguistique, pour laquelle le code devient l'objet du message (ex. : Qu'entendez-vous par là ?) ;

- la fonction phatique, qui renvoie à la mise en place et au maintien de la communication (ex. : Allô !). Phatique vient du grec phatis, ios, qui signifie : mot, parole, propos ; langage, discours ; réponse d'un oracle, présage, proposition ; affirmation, sentence ; message, nouvelle ; bruit, rumeur ; renommée (Nouveau dictionnaire grec-français par Alexis Chassang, Garnier Frères, libraires-éditeurs, 1902).

- la fonction poétique (ex. : La Terre est bleue comme une orange) ;

- la fonction référentielle, qui renvoie au monde extérieur (ex. : Les chiens aboient).

Remarque : à noter que, comme le dit Jakobson, ces fonctions "ne s'excluent pas les unes les autres" et que souvent même, "elles se superposent".

(4) Mythologies, de Roland Barthes, est un recueil de 53 textes rédigés entre 1954 et 1956 qui parut au Editions du Seuil en 1957.

Selon Eric Marty, éditeur des Oeuvres complètes de Roland Barthes, la date de 1954 serait une erreur de ce dernier (cf. France Culture : Les nouveaux chemins de la connaissance du lundi 18 janvier 2010).

__________________________________________________

"On peut en France ne jamais changer les choses, pourvu qu'on change les noms."

Alphonse Karr 1808-1890 (1)

NOTE JMS :

(1) Commentaires du journal Le Monde :

"Dans Les Guêpes (1839-1849), Karr énumère les changements en question : "L'odieuse conscription ne fait plus murmurer personne depuis qu'elle s'appelle recrutement. - La gendarmerie, si détestée, a le plus grand succès sous le nom de garde municipale. - Les forts détachés ont fait pousser à la France un cri d'indignation ; l'enceinte continue est fort approuvée. Si ce synonyme-là n'avait pas réussi, le roi en avait encore vingt en portefeuille, qu'il aurait essayés successivement ; on peut gouverner la France avec des synonymes. Nul doute que la liste pourrait être enrichie au XXIe siècle. Platon, dans La République, écrivait quatre siècle avant notre ère : "La perversion de la cité commence avec la fraude des mots."

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omniibus/Le Monde, mars 2017, p. 204.

 

langue

"Dans la rue des Ecouffes (1), il y a longtemps, un restaurateur affichait dans sa vitrine : "Ici, on parle toutes les langues." Mes parents y sont entrés un jour, par curiosité, et ont demandé :

- Où est le prodige ?

- Quel prodige ?

- Celui qui parle toutes les langues !

- Il n'y a pas de prodige, ici.

- Mais alors, qui parle toutes les langues ?

- Les clients, monsieur !"

Cité dans La bible de l'humour juif, tome 2, de Marc-Alain Ouaknin et Dory Rotnemer, Ed. Ramsay, 1997 ; repris aux Ed. J'ai lu, 1998, chap. 13 : La nourriture, le restaurant et sa faune, p. 198.

NOTE JMS :

(1) La rue des Ecouffes est une rue de Paris située dans le 4ème arrondissement. Elle se trouve en angle avec la rue des Rosiers.

__________________________________________________

"Les philosophes touchent autant à la langue qu'à la vérité."

SOURCE :

Entretien de Victoria Gairin avec Barbara Cassin (1) in Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, pp. 8-9.

NOTE :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Barbara_Cassin

__________________________________________________

"Il paraît que tous les quinze jours une langue disparaît de la surface de la planète."

Frédéric Werst (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://www.babelio.com/auteur/Frederic-Werst/119557

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 246.

langue de bois

"[...]."

"On a maintenant l'impression que les membres de la classe politique, à force d'être élevés dans un sérail, de rester à l'intérieur des mêmes cercles et des mêmes écoles, s'entendent très bien entre eux quelque soit le parti, mais sont incapables de parler au pays. Ils tiennent un discours incompréhensible au reste de la population, qui le rejette en bloc. Non pas à cause du contenu de ses propositions, mais à cause de sa forme. Si ce système de reproduction par endogamie (1), cette langue de bois incroyable, qui vaut - enfin presque - celle des pays de l'Est, se perpétue, la dérive populiste à laquelle nous assistons va s'aggraver."

Tzvetan Todorov : La lucidité de l'exilé in Télérama n° 2445 du 20 novembre 1996, pp. 108-111. Propos recueillis par Agnès Bozon-Verduraz.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Endogamie et https://www.cnrtl.fr/definition/endogamie

lapin

"A la fin de sa vie, Raymond me dit : "Tu sais, j'ai un lapin [...]. Il vient tous les matins. Maintenant, je le nourris [...] mais, tu comprends, y'a un problème quand même, [...] le lapin, il a un bec de lièvre."

Micheline Pelletier, photographe et amie de Raymond Devos. Intervention dans le documentaire de la série : Une maison, un artiste intitulé : Raymond Devos, l'amuseur de Saint-Rémy (9/10) (France, 2017).  

larmes

Dans un texte intitulé "Larmes automatiques ?" (Télérama n° 3444 du 13/01/19, p. 11), Nicolas Delesalle écrit :

"Sur Fox News (1), une analyste a misé sur des oignons. Oui, des oignons cachés sous le pupitre de Barack Obama pour expliquer les larmes du président des Etats-Unis quand celui-ci a présenté son programme pour réglementer les ventes d'armes dans son pays. Des larmes qui, à peine coulées, étaient déjà mises en tube et livrées à ll'analyse clinique des spécialistes de la communication. Un politique ne pleure pas sans plan, il ne s'épanche pas sans prévoir son coup. Pour dire vrai, la chorégraphie d'Obama, sa gestuelle contrôlée, ce silence hollywoodien avant l'écoulement, tout paraissait si précis, mesuré, qu'on ne peut guère moquer les sceptiques sans passer soi-même pour un benêt tombé de la dernière pluie. Bien souvent, ce n'est pas la carapace qui se fend et les larmes qui coulent, mais bien les larmes qui coulent pour ébrécher la carapace, l'image froide du robot politique. Vladimir Poutine a versé ces larmes-là, en 2012, lors de sa rélection et puis en 2014, en Mongolie. [...]."

NOTE JMS :

(1) Selon Le Figaro Fox News,  chaîne créée en octobre 1996, est le "porte-voix de la droite conservatrice engagée" ("Fox News, la chaîne qui mène la charge contre Obama" sur lefigaro.fr du 10 novembre 2009) et selon le journal Le Monde, une chaîne "ultra-conservatrice" (Rick Santorum*, "Nouvelle surprise des primaires américaines" sur lemonde.fr du 2 janvier 2012)

* Rick Santorum fut notamment sénateur républicain de Pennsylvanie de 1995 à 2007 et chroniqueur politique régulier sur Fox News.

latin

"Langue naturelle de l'homme. [...]."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"[Le latin (1) est] une langue à la fois "flexionnelle et indécente". Autrement dit efficace, précise, très adaptée au système qu'elle préfigure et engendre, mais aussi langue de la crudité érotique, du corps, de la violence. Pourtant, malgré la puissance de l'Empire romain, le latin cohabite longtemps avec le grec (2), langue du savoir et de l'émotion."

"A l'heure de sa mort sanglante, et sous le poignard de Brutus (3), César (4), dont les écrits latins sont en tout point remarquables, ne s'est pas écrié : "Toi aussi, mon fils", comme le veut la légende. C'est en grec qu'il a dit : "Même toi, mon petit", avant de se voiler la face..."

"La chance du latin, c'est son adoption par le christianisme, qui, sans qu'on puisse expliquer ce mystère, s'est emparé du langage des Romains oppresseurs. C'est en latin qu'est imprimé le premier livre, la Bible de Gutenberg (5). Et c'est la grande tradition romaine de l'empire qu'imitent, depuis Charlemagne, tous les Napoléon, Guillaume Ier, Mussolini ou Hitler. Au-delà du goût de l'antique, cette fascination romaine est, nous dit Pascal Quignard (6), celle qu'exerce sur nous le monde caché et latent des revenants."

Michèle Gazier : encadré Télérama (n° 2537 du 26 août 1998, p. 51) consacré au documentaire de Pascal Quignard consacré au latin [réalisation : Paule Zajdermann (7) et Eric Vernier].

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Latin

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grec_ancien

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcus_Junius_Brutus et https://www.lesbelleslettres.com/livre/2763-la-veritable-histoire-de-brutus

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_César

(5) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bible_de_Gutenberg et https://gallica.bnf.fr/conseils/content/la-bible-de-gutenberg

(6) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Quignard, http://pascal-quignard.fr et https://www.babelio.com/auteur/Pascal-Quignard/3114

(7) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paule_Zajdermann et https://data.bnf.fr/fr/14021312/paule_zajdermann

Marie Laurencin

"Marie Laurencin [...]. En voilà une qui aurait besoin qu'on lui relève les jupes et qu'on lui mette une grosse... quelque part pour lui apprendre que l'art n'est pas une petite pose devant le miroir. Oh ! Chochote (ta gueule !) La peinture, c'est marcher, courir, boire, manger, dormir et faire ses besoins. Vous aurez beau dire que je suis un déguelasse, c'est tout ça."

"C'est outrager l'Art que de dire que pour être un artiste il faut commencer par boire et manger. Je ne suis pas un réaliste et l'art est heureusement en dehors de toutes ces contingences (et ta soeur ?)."

"L'Art, avec un grand A, est au contraire, chère mademoiselle, littérairement parlant, une fleur (ô ma gosse !) qui ne s'épanouit qu'au milieu des contingences, et il n'est point douteux qu'un étron soit aussi nécessaire à la formation d'un chef-d'oeuvre que le loquet de votre porte, ou, pour frapper votre imagination d'une manière saisissante, ne soit pas aussi nécessaire, dis-je, que la rose délicieusement alangourée qui expire adorablement en parfum ses pétales languissamment rosés sur le paros virginalement apâli de votre délicatement tendre et artiste cheminée (poil aux nénés !)." 

Arthur Caravan : revue Maintenant n° 4, mars-avril 1914 (à propos du Salon des Indépendants).

Rééd. : Maintenant avril 1912 - mars-avril 1915, Seuil, col. "l'école des lettres", 1995, p. 97/98.

lavement

"Ne se dit qu'en parlant de la cérémonie du lavement des pieds."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

laxatif

"Qui boit un laxatif cul sec ne le restera pas longtemps."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 132.

Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

leader

Etude américaine menée à l'université de Pennsylvanie par l'équipe du professeur Martin Seligman (1) citée dans Savoir gérer les personnes toxiques, de Christophe Médici (Ed. Dangles, 2015, pp. 10/11) :

"Les scientifiques répartirent trente-six volontaires en six groupes de six personnes. On leur donna des problèmes à résoudre dans le cadre, soi-disant, d'une recherche sur le management de projet. Au bout d'un certain temps, les chercheurs octroyèrent à l'un d'eux le rôle de leader. Il devenait leur "chef", en quelque sorte. Quasi instantanément, le comportement de 60 % de ces nouveaux dirigeants changea : ils monopolisèrent la parole, critiquèrent négativement les propositions d'autres membres du groupe, leur coupèrent souvent la parole. Quand on apporta à manger, ils se servirent en premier. Bref, ils devinrent toxiques pour les autres. Les chercheurs en tirèrent la conclusion suivante : donnez un rôle de pouvoir à des individus, et six sur dix seront enclin à en abuser." 

NOTE JMS :

(1) En 2014, James Risen, journaliste américain travaillant pour le compte du  New York Times et spécialisé dans les activités du gouvernement des Etats-Unis, et plus particulièrement dans le domaine de la sécurité nationale et du renseignement, a écrit dans Pay Any Price. Greed, Power, and Endless War (Houghton Mifflin Harcourt, oct. 2014, 285 p.) que l'Association des psychologues des Etats-Unis, présidée par Martin Seligman, travaillait avec la CIA sur des programmes de torture. 

lecture

"Lire, c'est penser avec une tête étrangère à la sienne."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C. H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 107).

__________________________________________________

"La rage de lire de la plupart des savants est une sorte de fuga vacui (1) de leur cerveau vide de toute pensée, qui s'approprie de force ce qui est étranger. Pour avoir des idées, ils sont obligés d'en lire, tout comme les corps sans vie ne sont mis en mouvement que de l'extérieur ; alors que ceux qui pensent par eux-mêmes ressemblent aux corps vivants, témoins d'eux-mêmes."

Arthur Schopenhauer : ibidem ci-dessus.

NOTE JMS :

(1) Une manière de fuir le vide.

_________________________________________________

"Attendre de quelqu'un qu'il retienne tout ce qu'il a jamais lu, c'est comme attendre que tout ce qu'il a jamais mangé, il le porte encore en lui."

Arthur Schopenhauer : ibidem ci-dessus.

légalité

"Mon père est à Vichy. C'est un homme qui a la légalité dans le sang. Si les Chinois débarquaient, il se ferait mandarin... Si les nègres prenaient le pouvoir, il se mettrait un os dans le nez. Si les Grecs..."

Michel Audiard : Un taxi pour Tobrouk (1) (Denys de la Patellière, 1961) (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_taxi_pour_Tobrouk, https://fr.wikiquote.org/wiki/un_taxi_pour_Tobrouk et http://cinelog.fr/repliques_un_taxi_pour_tobrouk

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tobrouk et https://fr.wikipedia.org/wiki/Siège_de_Tobrouk

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 12.

Légion d'honneur

"La blaguer, mais la convoiter. Quand on l'obtient, toujours dire qu'on ne l'a pas demandé."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor astral, col. "Les Inattendus", 2015.

légitime défense

"La provocation est ma forme de légitime défense préférée."

Romain Gary : Chien blanc

SOURCE :

Encadré Télérama de Guillemette Odicino consacré au film de Samuel Fuller : White Dog (USA, 1982, 90 mn; d'après le livre de Romain Gary).

__________________________________________________

"Grévistes, jeunes révoltés, Gilets jaunes... Selon cette historienne spécialiste de Mai 68, l'actuelle explosion de colères tient de la légitime défense face à la violence politique et économique."

Entretien de Ludivine Bantigny (1) avec Juliette Bénabent et Gilles Heuré in Télérama n° 3647 du 4 décembre 2019, pp. 4-8.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ludivine_Bantigny et https://www.franceculture.fr/personne-ludivine-bantigny.html

homme de lettres

"[...]. L'homme de lettres est sans secours. Il ressemble aux poissons volants : s'il s'élève un peu, les oiseaux le dévorent ; s'il plonge, les poissons le mangent."

"Tout homme public paie tribut à la malignité, mais il est payé en deniers et en honneurs. L'homme de lettres paie le même tribut sans rien recevoir, il est descendu pour son plaisir dans l'arène, il s'est lui-même condamné aux bêtes."

Voltaire : Dictionnaire philosophique (GF Flammarion, 2010) au mot Lettres, gens de lettres, ou lettrés, pp. 369/70.

lexie

"Dans S/Z (1), la lexie (le fragment de lecture) est comparée à ce morceau de ciel découpé par le bâton de l'aruspice. Cette image lui a plu : ce devait être beau, autrefois, ce bâton pointé vers le ciel, c'est-à-dire vers l'impointable ; et puis ce geste est fou : tracer solennellement une limite dont il ne reste immédiatement rien, sinon la rémanence intellectuelle d'un découpage, s'adonner à la préparation totalement rituelle et totalement arbitraire d'un sens."

Roland Barthes : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, p. 52.

NOTE JMS :

(1) "[...]. Le texte, dans sa masse, est comparable à un ciel, plat et profond à la fois, lisse, sans bords et sans repères ; tel l'augure y découpant du bout de son bâton un rectangle fictif pour y interroger selon certains principe le vol des oiseaux, le commentateur trace le long du texte des zones de lecture, afin d'y observer la migration des sens, l'affleurement des codes, le passage des citations. [...]."

Roland Barthes : S/Z, Points/Seuil Essais n° 70, 1970 ; VII (Le ciel étoilé), pp. 20/21.

libéralisme économique

"LAISSEZ FAIRE, LAISSEZ PASSER. Expression généralement attribuée à Gournay (1), intendant du commerce sous Louis XV (2), qui exerça une grande influence sur les physiocrates (3). Elle devint la maxime du libéralisme économique (4), fondé sur l'idée que toutes choses suivant un ordre naturel voulu par Dieu, nulle entrave ne doit être mise par l'Etat à la liberté de l'industrie et du commerce."

Michel Mourre : dictionnaire encyclopédique d'histoire, tome V, Bordas, 1978, p. 2568.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_de_Gournay et https://data.bnf.fr/fr/11887838/vincent_de_gournay

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XV et http://cosmovisions.com/LouisXV.htm

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Physiocratie, https://www.economie.gouv.fr/facileco/physiocrates, http://www.cosmovisions.com/EcolePhysiocratique.htm et https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/leconomie-des-champs-14-aux-origines-les-physiocrates

(4) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Libéralisme_économique et https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_libéralisme_économique_classique

Libération

Michel Audiard, à propos des femmes tondues à la Libération :

A la vue de telles scènes, "j'ai découvert que les gens ne valaient rien".

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p.30.

 

libéraux de gauche

"Les libéraux de gauche s'activent en complice des libéraux de droite avec lesquels d'ailleurs ils gouvernent en alternance selon une logique de partage du territoire. Pour assurer leur domination, ils se choisissent un ennemi à gauche et mettent en avant un certain nombre de vieilles pensées habillées de couleurs neuves qui remettent en selle Lénine, Marx, Mao, voire Staline. D'où le succès d'anciens althussériens, la remise en selle stratégique de lacaniens structuralistes, la réhabilitation intéressée de vieux gauchistes sur le retour d'âge et de leurs recettes éculées. L'Hypothèse communiste d'Alain Badiou faisant symptôme de cette pathologie."

Michel Onfray : Le Postanarchisme expliqué à ma grand-mère. Le principe de Gulliver, Galilée, col. Débats, 2012, p. 84.

liberté

"Plus mes compatriotes chercheront la vérité, plus ils aimeront leur liberté."

Voltaire : Questions sur les miracles.

SOURCE : 50 phrases cultes... et drôles de L'HISTOIRE sur la guerre et l'argent, Le Point hors-série, février-mars-avril 2015, p. 3.

__________________________________________________

"Les Français ne sont pas faits pour la liberté : ils en abuseraient."

François-Marie Arouet, dit Voltaire 1694-1778

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 202.

__________________________________________________

"Je suis libre quand je suis auprès de moi-même."

Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1) : Leçons sur la philosophie de l'histoire mondiale (1822-1831)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georg_Wilhelm_Friedrich_Hegel

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 58.

__________________________________________________

"Là où il n'y a pas de lois, il n'y a pas non plus de liberté."

John Locke (1) : Second Traité du gouvernement civil (1689)

NOTE JMS :

(1) Cf not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Locke , http://www.cosmovisions.com/Locke.htm et http://agora.qc.ca/dossiers/John_Locke

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 139.

__________________________________________________

"La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent."

Montesquieu (1) : De l'esprit des lois (1748)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Montesquieu

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/De_l%27esprit_des_lois

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 141.

__________________________________________________

"L'homme est né libre et partout il est dans les fers."

Jean-Jacques Rousseau (1) : Du Contrat social (1762) (2)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Rousseau et http://www.anarchisme.wikibis.com/jean-jacques_rousseau.php

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_contrat_social

SOURCE :

Idem ci-dessus, p. 142.

liberté, égalité, fraternité

"Une heure d'ascension dans les montagnes fait d'un gredin et d'un saint deux créatures à peu près semblables. La fatigue est le chemin le plus court vers l'égalité et la fraternité et, durant le sommeil, la liberté finit par s'y ajouter."

Friedrich Nietzsche (1844-1900)

SOURCE : Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 38.

libertinage

"Trop de libertinage dans la jeunesse dessèche le coeur, et trop de continence engorge l'esprit."

Charles-Augustin Sainte-Beuve (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Augustin_Sainte-Beuve, http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/charles-augustin-sainte-beuve et http://evene.lefigaro.fr/citations/charles-augustin-sainte-beuve ; voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Contre_Sainte-Beuve

SOURCE :

Jean Piat et Patick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 213.

Georg Christoph Lichtenberg

"Ignoré de nombre de ses contemporains, il a pourtant été encensé par les plus grands, comme Goethe qui recommande de "se servir des écrits de Lichtenberg comme de la plus merveilleuse des baguettes magiques. Lorsqu'il fait une plaisanterie, c'est qu'il y a là un problème caché". Kant, qui adorait ses aphorismes, écrivait : "Je ne comprends pas que les Allemands d'aujourd'hui négligent autant cet écrivain, tandis qu'ils raffolent d'un coquet feuilletoniste tel que Nietzsche." (1) Schopenhauer voyait en lui le "penseur par excellence", et Freud trouva dans ses écrits certaines idées fondatrices de la psychanalyse."  

Jean-Loup Chiflet : Dictionnaire amoureux de l'Humour (Plon, 2012, p. 400).

NOTE JMS :

(1) Au vu du manque total de sérieux de ces lignes, on ne peut évidemment douter combien le livre de Jean-Loup Chiflet est un livre d'Humour, avec un grand H. Sachant, en effet, qu'Imanuel Kant quitta notre joyeux monde en 1804 et que Friedrich Nietzsche n'y vit le jour qu'en 1844, soit quarante ans plus tard, on peut se demander, sans éclater de rire, comment le célèbre philosophe de Koenigsberg a bien pu proférer une telle affirmation !

lieue

"On fait plus vite une lieue (1) que quatre kilomètres."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

NOTE JMS :

(1) La lieue était une mesure linéaire de valeur variable, mais celle dite marine ou géographique était la vingtième partie de degré de méridien terrestre, soit 3 milles* (5,556 km).

* Le milles vaut, par convention, 1852 m, sauf dans les pays du Commonwealth, où il vaut 1853,8 m.

ligne

"Nulla dies sine linea"

Pas un jour sans une ligne.

Mot prêté par Pline (Histoire naturelle, 35-36) à Apelle, qui ne passait pas un jour sans tracer une ligne, c'est-à-dire sans peindre. Cette expression s'applique surtout aux écrivains.

Les pages roses du Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013, p. 1228.

lion

"Tant que les lions n'auront pas leur propre historien, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur."

Proverbe africain (1)

NOTE JMS :

(1) Cité en ouverture de la série documentaire Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle, d'Alain Ferrari et Jean-Baptiste Péretié [1/4, France, 2010 (Acte 1 : 1885-1944, le crépuscule de l'homme blanc, 90 mn)].

litanie

"Litanie des saints (1) :"

"Je crois qu'elle sent du bout des seins."

"Tais-toi, tu sens du bout des seins."

"Pourquoi sens-tu du bout des seins ?"

"Je veux sentir du bout des seins."

Marcel Duchamp : Duchamp du signe, Flammarion, 1975.

NOTE JMS :

(1) A propos des Litanies des saints, cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Litanies_des_saints et https://mariereine.com/litanie-des-saints/  

littérature

"Occupation des oisifs."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

L'histoire littéraire est, pour sa plus grande part, le catalogue d'un cabinet d'avortons. Le formol dans lequel ils se conservent le plus longtemps, c'est la peau de porc."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 110).

__________________________________________________

"Lits et ratures."

Marcel Duchamp : Duchamp du Signe, Flammarion, 1975.

SOURCE :

Roger Dadoun : Duchamp Ce Mécano qui Met à Nu, Hachette, 1996, p. 119.

__________________________________________________

"La littérature, c'est une affaire entendue, c'est du chagrin dominé par la grammaire."

Jean d'Ormesson (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_d'Ormesson, https://www.babelio.com/auteur/JeandOrmesson/464985, http://academie-francaise.fr/les-immortels/jean-dormesson et https://www.franceculture.fr/personne/jean-d-ormesson

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 18.

Emile Littré

"Ricaner quand on entend son nom. "Ce Monsieur qui dit que nous descendons des singes !""

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

livre

"Quel qu'il soit, toujours trop long."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Innattendus", 2015. 

__________________________________________________

"Ce serait bien d'acheter des livres si l'on pouvait aussi acheter le temps de les lire, mais on confond le plus souvent l'achat des livres avec l'appropriation de leur contenu."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C. H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 34).

__________________________________________________

"Les livres comptent peu auprès des femmes, et on n'écrit jamais qu'à défaut d'aimer."

Philippe Forest (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Forest, https://www.babelio.com/auteur/Philippe-Forest/2790, https://www.cairn.info/revue-l-en-je-lacanien-2008-2-page-181.htm et https://www.franceculture.fr/personne-philippe-forest.html

SOURCE :

La Grande Librairie. Portraits d'écrivains, saisons 1, 2 et 3 : préface de François Busnel et photographies de Franck Courtès, Ed. Place des Victoires, 2012, p. 215.

Loge P2

Dans un petit texte intitulé "La sulfureuse Loge P2", Gwenn Rigal écrit ceci :

"La Loge P2 est une loge maçonnique dépendant du Grand Orient d'Italie qui a fonctionné de 1945 à 1981. Son Grand Maître, Licio Gelli, avait mis en place un vaste plan de corruption destiné à faire triompher la droite italienne. La Loge a aussi été impliquée dans des affaires d'assassinats et de faillites bancaires. Le scandale fut énorme en Italie lorsque l'enquête révéla l'identité de ses membres : des journalistes influents, des élus parlementaires, des industriels et des officiers militaires de haut rang. Silvio Berlusconi et l'héritier du trône d'Italie en faisaient notamment partie."

in Les mystères de la franc-maçonnerie. L'histoire d'une société secrète, Editions ESI, sept. 2012, p. 57. 

loges Prince Hall

Dans la présentation de son chapitre sur "Les Loges "Prince Hall" de la franc-maçonnerie afro-américaine", Gwenn Rigal écrit :

"Les Loges Prince Hall, qui initient essentiellement des Frères afro-américains, sont une incongruité dans le paysage maçonnique des Etats-Unis ; en effet, elles constituent la seule exception autorisée à la règle traditionnelle selon laquelle une seule Grande Loge administre un territoire donné. Aujourd'hui, la majeure partie des Etats américains possèdent leur Grande Loge Prince Hall, qui font donc doublon avec celles du courant mainstream. Cette situation est le vestige de la politique de ségrégation qui a longtemps sévi outre-Atlantique, y compris dans les loges maçonniques. Aujourd'hui, la régularité des Loges Prince Hall continue à faire débat dans certains Etats du sud."

Ce à quoi il ajoute, dans un petit texte intitulé "Les Confédérés résistent" :

"Aujourd'hui, neuf Grandes Loges américaines s'obstinent toujours à ne pas reconnaître la Grande Loge Prince Hall de leur Etat. Il s'agit d'un bloc compact formant le quart sud-est des Etats-Unis et où les tensions raciales ne sont toujours pas apaisées. Ces neuf Etats, qui concentrent 50 % de tous les francs-maçons affiliés à Prince Hall, sont : la Caroline du Sud, la Géorgie, l'Alabama, l'Arkansas, la Floride, la Louisiane, le Mississipi, le Tennessee et la Virginie occidentale. Le Kentucky est le dernier Etat en date à avoir reconnu la franc-maçonnerie Prince Hall en octobre 2011." (1)

in Les mystères de la franc-maçonnerie. Histoire d'une société secrète, Ed. ESI, sept. 2012, pp. 140 et 142. 

NOTE JMS :

(1) Parmi les francs-maçons Prince Hall célèbres, on trouve notamment les musiciens de jazz Count Basie, Duke Ellington et Nat King Cole, l'inventeur du masque à gaz Garrett Morgan et le cardiologue Daniel Hale Williams, qui fut le premier, non seulement à conduire avec succès une opération à coeur ouvert, mais aussi à ouvrir le premier établissement hospitalier américain à ne pas pratiquer la ségrégation raciale (hôpital Provident de Chicago).

logique

"Toutes les propositions de logique disent la même chose, à savoir rien." (1)

Ludwig Wittgenstein : Tractacus logico-philosophicus (1921)

NOTE JMS :

Il s'agit ici d'un extrait de la proposition 5.43 que Pierre Klossowski (N.R.F. Gallimard, 1961, p. 73) traduit ainsi :

"Que d'un fait p il résulterait un nombre infini d'autres [...] est d'avance à peine croyable. Et il n'est pas moins singulier que le nombre infini des propositions de logique (des mathématiques) résultent d'une demi-douzaine de "principes fondamentaux" (Grundgesetze)."

"Toutes les propositions de logique disent cependant la même chose. A savoir, rien."

SOURCE :

Les grandes expressions philosophiques, Hors-série Le Point, nov.-déc. 2017, p. 72.

loi

"Toute loi qui opprime un discours est insuffisamment fondée."

Roland Barthes (1) : Roland Barthes par Roland Barthes, Ed. du Seuil, col. "écrivains de toujours", 1975, p. 36.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Barthes

(2) Cf. not. : https://journals.openedition.org/recherchestravaux/372#tocto1n2

__________________________________________________

"Quand on ne voyage qu'en passant, on prend les abus pour les lois des pays."

Voltaire 1694-1778 : Le Sottisier, 1880 (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sottisier

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 203.

Ferdinand Lop

"Ferdinand Lop (1) représente l'humour juif au quartier latin."

Roger Peyrefitte (2) : les juifs, flammarion, 1965, p. 210.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Lop

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Peyrefitte

Louis XVI

"Toujours dire : "Cet infortuné monarque...""

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

loup

"[...]."

"Sois comme un loup blessé qui se tait pour mourir,

 Et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne."

"[...]."

 Leconte de Lisle : poème "Le Vent froid de la nuit" in les Poèmes barbares, col. Poésie/Gallimard n° 202, déc. 1985, 372 p.

loutre

"Sert à faire des casquettes et des gilets."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

loyauté

"Dans la vie il y a deux expédients à n'utiliiser qu'en dernière instance : le cyanure et la loyauté."

Michel Audiard : Le Pacha (Georges Lautner, 1968) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikiquote.org/wiki/Le_Pacha

SOURCE :

Valeurs actuelles, hors-série n° 19 : La France d'Audiard, juin 2019, p. 12.

 

lucidité

"Les gens de lettres qui ont rendu le plus de service au petit nombre d'êtres pensants répandus dans le monde [...] ont presque tous été persécutés. Notre misérable espèce est tellement faite que ceux qui marchent dans le chemin battu jettent toujours des pierres à ceux qui enseignent un chemin nouveau."

"Montesquieu dit que les Scythes crevaient les yeux à leurs esclaves, afin qu'ils fussent moins distraits en battant leur beurre ; c'est ainsi que l'Inquisition en use, et presque tout le monde est aveugle dans les pays où ce monstre règne. On a deux yeux depuis plus de cent ans en Angleterre ; les Français commencent à ouvrir un oeil, mais quelquefois il se trouve des hommes en place qui ne veulent même pas permettre qu'on soit borgne."

"Ces pauvres gens en place sont comme le docteur Balouard de la comédie italienne, qui ne veut être servi que par le balourd Arlequin, et qui craint d'avoir un valet trop pénétrant."

"Faites des odes à la louange de Monseigneur Superbus Fadus, des madrigaux pour sa maîtresse ; dédiez à son portier un livre de géographie, vous serez bien reçu ; éclairez les hommes, vous serez écrasé."

"Descartes est obligé de quitter sa patrie, Gassendi est calomnié, Arnault traîne ses jours dans l'exil ; tout philosophe est traité comme les prophètes chez les Juifs."

"[...]. Je ne désespère pas qu'on ne condamne bientôt aux galères le premier qui aura l'insolence de dire qu'un homme ne penserait pas s'il était sans tête : car, lui dira un bachelier, l'âme est un esprit pur, la tête n'est que de la matière ; Dieu peut placer l'âme dans le talon aussi bien que dans le cerveau ; partant je vous dénonce comme un impie."

"Le plus grand malheur [...] c'est d'être jugé par des sots. Les sots vont loin quelquefois, surtout quand le fanatisme se joint à l'ineptie, et à l'ineptie l'esprit de vengeance."

"[...]."

Voltaire : Dictionnaire philosophique (GF Flammarion, 2010) au mot Lettres, gens de lettres, ou lettrés, pp. 368/69. 

lumière

"Mehr Licht !"

Expression allemande. Dernière paroles de Goethe demandant qu'on ouvre une fenêtre pour donner plus de lumière, et qu'on cite dans un sens tout différent pour dire : "Plus de clarté intellectuelle, plus de savoir, de vérité !"

Pages roses du Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013, p. 1228.

__________________________________________________

Où va la lumière lorsqu'on éteint l'interrupteur dans une pièce fermée ?

"Dès que la source de lumière cesse de fonctionner, c'est évident, la lumière disparaît, instantanément. Pourquoi n'est-elle pas réfléchie pendant un certain temps par les murs de la pièce, puisqu'ils font cela si bien ? Il faut avoir deux choses en tête : la capacité qu'ont les particules de lumière, les photons (1), à se faufiler partout, et la vitesse incroyable avec laquelle ils se déplacent. Pour avoir une idée de celle-ci, il suffit de se rappeler qu'ils mettent moins de 2 secondes pour faire le trajet de la Terre à la Lune. Alors, dès qu'on éteint, les derniers photons produits par l'ampoule se dispersent dans la pièce, sont réfléchis par certains objets, en  traversent d'autres et sont absorbés. La lumière s'en va en moins de temps qu'il n'en faut pour commencer à penser à cligner de l'oeil. L'énergie des photos absorbés par les murs est transformée en énergie thermique, dans le domaine de l'infrarouge (2), invisible."

Questions clés sciences, ESI éditions, 2018, p. 79. Auteurs : Hubert Kerjean, Eric Mathivet et agence éditoriale Mativox.

NOTES :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Photon

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Infrarouge

les Lumières

"LUMIERES (Philosophie des). On appelle "philosophie des Lumières" (1) les idées qui ont animées la vie intellectuelle en Europe, au XVIIIe siècle (l'expression elle-même date de cette époque, appelée "siècle des Lumières"). Il ne s'agit pas, au sens propre, d'une philosophie, mais d'un mouvement d'idées qui réunit plusieurs penseurs, chacun avec ses conceptions propres."

"Ce mouvement d'idées présente comme caractères communs :

- le principe de l'autonomie de la raison : "Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières" (Kant, Réponse à la question : "Qu'est-ce que les Lumières" ?)" ;

- la méfiance envers l'usage de l'argument d'autorité, et notamment envers les dogmes religieux (d'où l'idée, chez Kant, d'une religion "naturelle" ou "dans les limites de la simple raison") ;

- la critique du politique, articulée autour des idées de tolérance (Locke, Voltaire), de liberté et d'égalité (Rousseau, Kant) ;

- l'idée de progrès : non seulement progrès du savoir (voir l'Encyclopédie, de Diderot et d'Alembert), mais aussi progrès de la civilisation et progrès moral, lequel suppose la perfectibilité de l'homme."

Pratique de la philosophie de a à z, d'Elisabeth Clément, Chantal Demonque, Laurence Hansen-Love et Pierre Kahn, Hatier, oct. 1994, pp. 210/211.

NOTE JMS :

(1) qui se dit en anglais Enlightenment et Aufklärung en allemand.

__________________________________________________

"Le peuple ressemble à des boeufs, à qui il faut il faut un aiguillon, un joug et du foin."

Voltaire : Correspondance, 17 avril 1765.

SOURCE : Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière : Dictionnaire de la bêtise, suivi du Livre des bizarres, nouvelle éd., Robert Laffont, col. Bouquins, 2014, p. 347.

__________________________________________________

"Il est à propos que le peuple soit guidé et non pas instruit ; il n'est pas digne de l'être."

Voltaire : Correspondance, 19 mars 1766.

SOURCE : idem ci-dessus.

lunettes roses

"fait de voir tout avec optimisme en occultant les difficultés."

Dictionnaire Hachette Edition 2014, "Les mots nouveaux du français vivant", p. 16.

Martin Luther

"Luther, personnification de la liberté ? Un pourceau d'Epicure, un grossier Sylène, un satyre immonde ; flagorneur rampant de tous les princes, ennemi acharné des franches conséquences de ses propres principes ; thaumaturge absurde croyant au sortilège, à la magie, à toutes les farces diaboliques ; l'antipode de toutes nos doctrines métaphysiques, politiques et sociales..." "Pourquoi Luther plutôt que Jean Huss (1), figure bien autrement imposante que celle du moine augustin. Jean Huss, caractère grandiose, existence ascétique, martyr sublime !" "Est-ce donc le succès que nous chanterons dans Luther ?" "Devons-nous régler nos vénérations sur la victoire, et nos oublis sur la défaite ? La différence entre ces deux hommes n'est que celle du triomphe à la chute, car l'impulsion réformatrice vient de Jean Huss plutôt que de Luther. Il a la gloire d'avoir précédé l'imprimerie, qui est pour beaucoup plus que Luther dans le grand mouvement du XVIe siècle." "Si vous voulez un nom commémoratif du progrès, prenez celui de Gutenberg. Il a plus fait dans l'Histoire de l'humanité que tous les Luther du monde."

(Les Veillées du Peuple, 1849, n° I, p. 62.)

Auguste Blanqui : Ni Dieu ni Maître, Aden, col. "opium du peuple", Bruxelles, 2009, pp. 77/78.

NOTE JMS :

(1) Ce théologien, universitaire et réformateur religieux thèque naquit entre 1369 et 1373. Il fut excommunié en 1411. Condamné pour hérésie, il périt sur le bûcher en 1415. Contrairement à ce que fait Blanqui, il est recommandé d'écrire son nom avec un seul "s".

lynx

"Animal célèbre par son oeil."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.