Dictionnaire des citations


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
galanterie

Jacques Chancel :

- "Vous refusez la galanterie ?"

Gisèle Halimi (1) :

- Non, si "moi je peux être galante avec vous sans que cela pose un problème [...]. Soyons galants tous les deux ou ne le soyons pas."

France Inter : émission Radioscopie de décembre 1973.

SOURCE :

Article de Aude Dassonville intitulé "Egalement galant" in Télérama 3423 du 19 août 2015, p. 125.

NOTE JMS :

(1) Gisèle Halimi (Zeiza Gisèle Elise Taïeb en langue arabe) est née en Tunisie en 1927 dans une famille juive traditionnaliste. Avocate, militante féministe et militante politique.

gallophobe

"Se servir de cette expression en parlant des journalistes allemands."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Garamont

Dans un article intitulé "Pourquoi cet article est-il  écologique", Olivier Tesquet nous apprend ceci :

"A la fin des courriels, cette mention résonnait déjà comme un avertissement écologiste : "N'imprimez ce mail qu'en cas de nécessité." Pourtant, d'après une étude de l'université de Cleveland, un employé de bureau américain contrevient à cette mise en garde dix mille fois par an. Et l'encre coûte cher : près de 6 milliards de dollars si vous remplissez une piscine olympique avec les cartouches de votre toner. Face à ces chiffres ahurissants, Suvir Mirchandani, un collégien américain de 14 ans, a trouvé une parade. Armé de sa bonne volonté et d'un petit logiciel, il a découvert que la police Garamond [...] était la moins coûteuse à l'impression. Une découverte qui pourrait faire économiser 370 millions de dollars par an à l'administration américaine. [...]."

in Télérama n° 3352 du 9 avril 2014, p. 16.

garde-côte

"Ne jamais employer cette expression au pluriel en parlant des seins d'une femme."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

gardien de nuit

"Des gardiens de nuit ! Comme si on allait la leur voler..."

Jean-Marie Gourio : Brèves de comptoir, éd. Zéro, 1987.

Gaule

"Comme la Gaule était chaque jour de plus en plus peuplée et qu'elle ne pouvait nourrir ses nombreux enfants, on envoya 300 000 hommes chercher au loin de nouvelles terres."

Trogue Pompée (1) [d'après Théopompe (2)] : Histoires philippiques.

SOURCE :

En exergue du chap. 3 : Les invasions gauloises étaient-elles barbares ? du livre de Jean-Louis Brunaux (3) : Les Gaulois. Vérités et légendes, Ed. Perrin, 2018, p. 37.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trogue_Pompée et http://www.cosmovisions.com/TroguePompee.htm

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Théopompe

(3) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Brunaux

Gaulois

"[...]."

"L'image vous montre une maison gauloise."

"Vous voyez, à droite, un Gaulois. Il a les cheveux très longs. Sa moustache est très longue aussi. Il est habillé d'une blouse, d'un pantalon et d'un manteau agrafé sur l'épaule. Le manteau est fait d'une peau de bête."

"Si vous rencontriez un homme comme celui-ci dans la rue, vous seriez bien étonnés. Vous croiriez que c'est un sauvage."

"[...]."

Ernest Lavisse : Histoire de France de la Gaule à nos jours, édition augmentée Dimitri Casali, Armand Colin, 2014 ; livre premier, Les Gaulois, les Romains et les Francs, Chapitre premier, Les Gaulois et les Romains, p. 2. 

__________________________________________________

"Nos ancêtres les Gaulois étaient grands et robustes, avec une peau blanche comme le lait, des yeux bleus et de longs cheveux blonds ou roux qu'ils laissaient flotter sur leurs épaules."

G. Bruno (1) : Le Tour de la France par deux enfants (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/G._Bruno et https://data.bnf.fr/fr/11894376/g__bruno

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tour_de_la_France_par_deux_enfants, https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1999_num_46_2_1964  et https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2016-2-page-145.htm

SOURCE :

En exergue du chapitre 7 du  livre de Jean-Louis Brunaux : Les Gaulois. Vérités et légendes, Perrin, 2018, p. 79.

gaz

"On ne dit pas "Gaz à effet de cerf" mais "Bambi a pété"."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 24.

Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

gendarme

"Si Macron en pince pour les gendarmes plus que pour les flics, c'est à cause de leur côté militaire."

Les dossiers du Canard enchaîné n° 153 : Macron contre Macron, oct. 2019, p. 82.

__________________________________________________

"Chez les pandores (1), il n'y a pas de syndicats et on garde le doigt sur la couture du pantalon."

Idem ci-dessus, p. 83.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://lessor.org/societe/pandore-gendarmerie-veritable-histoire

gène

"Ce n'est pas forcément visible à l'oeil nu, mais l'être humain et l'otarie ont 90 % de gènes en commun. D'où des comportements comparables dans bien des domaines, notamment en ce qui concerne les techniques de séduction et la sexualité. [...]."

Vincent Arquillière, encadré Télérama à propos du documentaire de Guillermo Kloetzer (2013, Uruguay, 55 mn).

génération spontanée

"Idée de socialiste."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

le génie

"Inutile de l'admirer, "c'est une névrose" !"

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

__________________________________________________

"Le véritable savant, le benêt [...], regarde le génie comme nous regardons le lièvre, lequel n'est comestible qu'après sa mort, lorsqu'on peut l'accommoder ; sur lequel donc on doit se contenter de tirer tant qu'il est en vie."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 71).

__________________________________________________

"Je n'ai rien d'autre à déclarer que mon génie."

Oscar Wilde en arrivant à New-York (1)

NOTES JMS :

(1) Pour les références, voir le présent Dictionnaire des citations au mot "art".

SOURCE :

Jean-Pierre Naugrette : "Oscar Wilde et l'humour pince-sans-rire" in La Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 81.

__________________________________________________

"Combien j'aime les esprits de second ordre [Joubert entre tous] qui, par délicatesse, vécurent à l'ombre du génie des autres et, craignant d'en avoir, se refusèrent au leur !"

Emil Cioran (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Emil_Cioran et https://citations.ouest-france.fr/citations-emil-michel-cioran-187.html

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 168.

génocide

A propos du documentaire de Joshua Oppenheimer et Christine Cynn : The Act of killing : l'acte de tuer (Danemark/Norvège, 2012, 120 mn), Mathilde Blottière écrit, dans un encadré Télérama consacré à celui-ci :

"Avez-vous déjà passé deux heures en compagnie de tortionnaires ? L'expérience, descente sans filet dans les bas-fonds de l'âme humaine, est du genre extrême. Octobre 1965 : l'armée prend le pouvoir à Jakarta. Pendant plus d'un an, la junte tue les membres et les sympathisants du Parti communiste local. Entre cinq cent mille et un million de personnes, selon les estimations."

"Pour raconter ce génocide oublié, le documentariste américain Joshua Oppenheimer, jeune diplômé de Harvard, s'est d'abord tourné vers les rares survivants, qui refusent de parler. Trop dangereux. Il part alors à la rencontre des tueurs eux-mêmes : une poignée de mafieux toujours bien en cour dans l'Indonésie d'aujourd'hui. Il leur propose de rejouer leurs crimes dans ds mises en scène de leur choix."

"Au dépouillement des scènes de torture répondent d'extravagantes séquences musicales - sommet de bouffonnerie exotique - où des danseuses emplumées se dandinent sur fond de jungle luxuriante. Très dérangeante, cette collision entre le réel et la fiction ne stylise pas l'horreur. Elle en révèle au contraire la face la plus crue, en donnant accès au point de vue des assassins et à leur sentiment d'impunité. En les laissant recourir au sensationnalisme, Joshua Oppenheimer vise finalement le même but que Rithy Panh optant pour l'épure dans S21, la machine de mort khmère rouge : faire remonter le massacre des profondeurs de l'Histoire. Comme de la bile. Voir The Act of killing est une entreprise à risque. Celle de désespérer du genre humain. En septembre dernier est sorti le non moins perturbant The Look of silence. Joshua Oppenheimer y accompagne cette fois le frère d'une des victimes, qui décide, au péril de sa vie, de demander des comptes au bourreau..."

__________________________________________________

"SCHWARTZ-BART André (1). Ecrivain français d'origine polonaise. Né à Metz en 1928. Son père a fait des études rabbiniques en Pologne puis s'est installé à Metz. Une partie de sa famille périt dans les camps nazis. Dès 1943, il entre dans la Résistance. Il est arrêté mais parvient à s'évader. A la Libération, il exerce son métier d'ajusteur aux environs de Paris, puis passe son baccalauréat en 1948. Tout en étant manoeuvre à mi-temps, il décide d'écrire. Le Dernier des justes (2) paraît en 1959 et obtient le prix Goncourt. Inspiré par le génocide du peuple juif, ce roman retrace le martyre d'Ernie Lévy, "mort six millions de fois". En 1967, il écrit un roman en collaboration avec son épouse guadeloupéenne Simone Schwartz-Bart, Un plat de porc aux bananes vertes. La Mûlatresse solitude, parue en 1972, est un chant de révolte suscité par la condition antillaise."

Monographie de Christine de Clinchamps parue dans Le Nouveau Dictionnaire des Auteurs de tous les temps et de tous les pays, V. Bompiani et Editions Robert Laffont S.A., 1994.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Schwartz-Bart, http://judaisme.sdv.fr/perso/schwbart/schwbart.htm, https://www.babelio.com/auteur/Andre-Schwartz-Bart/13751/citations et https://dicocitations.lemonde.fr/auteur/7348/Andre_Schwartz_Bart/10.php

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_des_Justes

genre

Dans un article intitulé "Un canular met à mal un pan des sciences humaines américaines", publié dans le journal Le Monde et daté du 5 octobre 2018, page 7, Pierre Barthélémy écrit ceci :

"Peter Boghossian (1) et James Lindsay (2) [...] avaient piégés la revue Cogent Social Sciences en lui faisant publier une pseudo-étude tendant à montrer que le pénis ne devait pas être considéré comme l'organe masculin de la reproduction mais comme une construction sociale. Au fil de cet article, que ses auteurs décrivent ensuite comme "un papier de 3000 mots d'inepties totales se faisant passer pour de l'érudition universitaire", on caricaturait certaines études de genre en expliquant notamment que le pénis était la source d'une culture du viol, y compris du viol de la nature, et donc en partie responsable du réchauffement climatique..."

"Ce canular, assez facile car dirigé contre une revue de peu d'envergure, a donné des idées à Peter Boghossian et James Lindsay, qui ont décidé de pousser la farce un cran plus loin, avec l'aide d'Helen Plukrose, la rédactrice en chef d'Areo. Cette revue en ligne a publié, mardi 2 octobre, un long article signé des trois comparses expliquant comment, depuis un an, ils étaient passés, avec un certain succès, à la phase industrielle du canular en  sciences humaines et sociales, rédigeant vingt études bidon en l'espace de dix mois et les soumettant à des revues plus réputées que Cogent Social Sciences."

"Les journaux ciblés publient essentiellement des travaux sur la question du  genre, de la sexualité, de l'identité ou de l'origine ethnique, un champ d'études que Boghossian, Lindsay et Pluckrose estiment "corrompu", au sens où l'idéologie aurait pris le pas sur la recherche de la vérité. Selon ce trio, ces disciplines sont gangrénées par une culture du "grief", c'est-à-dire une obsession à attribuer les discriminations dont souffrent certaines personnes (en raison de leur sexe, de la couleur de leur peau ou de leur orientation sexuelle) aux machination d'un groupe dominant - les hommes blancs hétérosexuels, pour schématiser."

"Les trois auteurs se sont donc glissés dans le moule qu'ils critiquent, s'imprégnant des notions, du vocabulaire et des codes de ces "études de grief" et flattant "les préconceptions idéologiques des éditeurs", comme l'écrivait le physicien Alan Sokal (3) après son retentissant canular de 1996."

"[...]."

"Le bilan de l'expérience est à la fois édifiant et inquiétant. Sur les vingt études en question, seulement six ont été rejetées. Sept autres ont été acceptées pour publication [...] et les sept dernières étaient en cours de révision/correction."

"Les articles publiés flirtent souvent avec le grotesque. L'un d'eux met ainsi en scène une chercheuse inventée étudiant, dans les parcs canins, la culture du viol chez les chiens et se demandant s'il est possible de réduire les tendances aux agressions sexuelles des hommes en les dressant comme on dresse leur compagnon à quatre pattes. L'étude a été publié par Gender, Place & Culture et l'un de ses relecteurs a écrit à son sujet : "C'est un papier merveilleux, incroyablement novateur, riche en analyse et extrêmement bien écrit et organisé", etc."

"Autre exemple, une étude publiée dans Sexuality & Culture, qui encourage les hommes hétérosexuels à s'introduire des godemichets dans l'anus pour faire baisser leur homophobie... Un  des reviewers s'est enthousiasmé pour ce "travail", assurant qu'il s'agissait d'"une contribution incroyablement riche et passionnante à l'étude de la sexualité et de la culture, et en particulier l'intersection entre masculinité et analité". Sic."

" " Nous n'aurions pas dû pouvoir publier l'un de ces si mauvais articles dans un journal, encore moins sept", écrivent Boghossian, Lindsay et Pluckrose, qui soulignent à quel point le sacro-saint système de relecture par les pairs est inopérant dans ce domaine. [...]."  

NOTES :

(1) Peter Boghossian enseigne la philosophie à l'université d'Etat de Portland (Oregon).

(2) James Lindsay, titulaire d'un doctorat en mathématiques, est essayiste.

(3) Cf. notamment à son sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Sokal et https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sokal

__________________________________________________

"Il y a si peu de différence entre un homme et une femme."

Samuel Beckett (1) : Malone meurt (2)

SOURCE :

Cité en exergue du livre de Serge Hefez (3) : Le Nouvel Ordre sexuel. Pourquoi devient-on fille ou garçon ?, éd. Kero, 2012 ; repris dans Le Livre de Poche n° 33107 en septembre 2013.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : http://www.leseditionsdeminuit.fr/auteur-Samuel-Beckett-1377-1-1-0-1.html, https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Beckett et https://citations.ouest-france.fr/citations-samuel-beckett-68.html

(2) Cf. not. : http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Malone_meurt-1500-1-1-0-1.html et https://fr.wikipedia.org/wiki/Malone_meurt

(3) Cf. not : https://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Hefez et https://www.franceculture.fr/personne/serge-hefez

__________________________________________________

"[...]. En matière de genre, toute notre structure de pensée repose sur la différence entre les femmes et les hommes, et sur la hiérarchisation de cette différence en faveur des hommes. Depuis des millénaires, les corps et les esprits sont façonnés, formatés, programmés autour de cette vérité : l'homme est puissant, la femme est faible. L'homme pénètre, la femme est pénétrée, donc l'homme est actif, la femme passive. L'homme agit, la femme subit. L'homme contrôle, la femme défaille. L'homme réfléchit, la femme pressent. L'homme cherche l'autonomie, la femme entre en relation. L'homme prend, la femme (se) donne. L'homme a besoin d'être utile, et la femme d'être aimée. [...]."

Idem ci-dessus, p. 75.

gestionnaire d'actifs

Dans un encadré du journal Le Monde Eco & Entreprise (Pertes & Profits)  sur Amundi intitulé "Dompter les baleines", Jean-Baptiste Jacquin écrit :

"[...]."

"Les gestionnaires d'actifs sont ces monstres de puissance que le grand public ne voit pas, ne connaît pas. Ils s'appellent BlackRock (1), Vanguard (2) ou Fidelity (3). Leur métier est de placer l'argent que leur confie des particuliers, mais surtout de grands institutionnels comme les assureurs, les banques ou les entreprises. Ils investissent dans les obligations et les actions sur les marchés du monde entier, et sur toutes sortes de produits financiers structurés."

"[...]."

"[...] il va falloir, dans les années à venir, dompter ces animaux-là. Mieux vaut donc bien les connaître pour ne pas se faire mordre les doigts ni se faire avaler tout cru."

"Ce secteur gère plus de 75 000 milliards de dollards dans le monde, estime le fonds monétaire international (FMI), soit plus de 100 % du PIB mondial. Dans son "Rapport sur la stabilité financière dans le monde" publié en avril, le FMI s'inquiétait des risques que représentent ces mastodontes pour la stabilité de la planète et appelait de ses voeux un "contrôle plus direct" et une "surveillance de meilleure qualité"."

"De fait, un coup de queue intempestif de ces géants, en déplaçant des milliers de milliards de dollards d'un marché à un autre, aurait de quoi déstabiliser une entreprise, un pays ou le monde."

Edition du vendredi 19 juin 2015.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/BlackRock et https://fr.wikipedia.org/wiki/BlackRock

(2) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Vanguard_Group et https://fr.wikipedia.org/wiki/Vanguard_Group

(3) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Fidelity_Investments et https://fr.wikipedia.org/wiki/Fidelity_Investments

André Gide

"Un jour Gaston Gallimard m'a dit : "Gide (1) voudrait vous connaître. J'ai organisé un cocktail pour tel jour, et comme ça, il pourra vous rencontrer."

"Et la première question qui me pose, c'est : "Dites-moi, Simenon, quand avez-vous imaginé votre personnage ?". Je le regarde. Je dis : "Vous voulez dire Maigret ?". "Mais non", dit-il, "pas du tout. Vous. De votre personnage." [rires de Simenon].

"Je n'ai jamais créé mon personnage. Et j'ai compris plus tard quand j'ai regardé toute une série de photos d'André Gide depuis ses 17 ans jusqu'à sa mort, qu'on trouve partout une volonté d'être d'une certaine façon."

Georges Simenon in Le Siècle de Simenon, documentaire de Pierre Assouline (France, 2013).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Simenon

__________________________________________________

"Si vous lisez tout haut André Gide pendant dix minutes, vous sentirez mauvais de la bouche."

Francis Picabia (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Picabia et https://www.picabia.com

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 762.

__________________________________________________

"La nature a horreur du Gide."

Henri Béraud (1), commentant les moeurs d'André Gide.

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 104.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Béraudhttps://data.bnf.fr/fr/11891330/henri_beraud, https://www.cairn.info/revue-archives-juives1-2010-1-page-39.htm et https://www.babelio.com/auteur/Henri-Beraud/14338/citations

Gilets jaunes

"[...]. Y'a pas de raison qu'il y ait ce fossé entre Macron et les Gilets jaunes, juge Franz-Olivier Giesbert (1). C'est un problème de perception." "Il y a une focalisation autour de sa personnalité, regrette Ruth Elkrief (2), autour du langage qu'il a adopté et qui n'était pas accessible à tous." A tous ces incultes de Gilets jaunes irrationnels. "Il faut faire de la pédagogie, réexpliquer." Avertir que nous sommes à la merci des anarcho-syndicalistes constitués en soviets par les Frères musulmans."

En léger différé, de Samuel Gontier : "Un peu étroits, ces Gilets", in Télérama 3596 du 12 décembre 2018, p. 99.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franz-Olivier_Giesbert

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ruth_Elkrief 

girafe

"De 2006 à 2015, 40 000 articles à base de girafe ont été importés aux Etats-Unis : manche de couteau, crosse d'arme ou tapis."

Girafes et raies-guitares, désormais protégées : article de Pierre Le Hir in journal Le Monde du vendredi 30 août 2019, p. 7. 

Valéry Giscard d'Estaing

"Il nous a présenté sa candidature ? Il aurait pu nous présenter ses excuses..."

François Mitterrand, en 1981, à propos de Valéry Giscard d'Estaing.

__________________________________________________

"Je me demande si l'on en a pas trop fait pour les obsèques de François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard."

André Santini (en 1996, année du décès de François Mitterrand) (1)

SOURCE :

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 59.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Santini

__________________________________________________

"Jacques Chirac reçoit Michel Denisot à l'Hôtel de Ville en 1992. Le maire de Paris hêle son chien : "Ducon ! Ducon !". Puis explique à l'animateur télé que ce nom est une référence à Valéry Giscard d'Estaing (1)."

Matthieu Verrier : Le contre-manuel de la politique, Tana éditions, avril 2016, p. 101.

NOTE JMS :

(1) C'est en effet ce dernier qui lui avait offert.

gloire

"N'est qu'un peu de fumée."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

Glop - glop ! Pas glop - pas glop !

"Glop - glop !"

et

"Pas glop - pas glop !"

Pifou (1)

NOTE JMS :

(1) Pifou est un "personnage" de bande dessinée créé en 1958 par Roger Mas (1924-2010), ce dessinateur qui a succédé à José Cabrero Arnal (1909-1982), le créateur de Pif le chien (1948), lorsque celui-ci tomba malade. Pifou est le fils de Pif, mais né de "mère inconnue". Il a la particularité de manifester systématiquement sa joie ou son approbation par l'expression "Glop - glop !" et sa tristesse ou sa désapprobation par "Pas glop - pas glop !".

Gloria Mundi

"La magnifique Villa (2017) baignait dans une lumière crépusculaire. Gloria Mundi (1) est, semble-t-il, plus pessimiste. [...]. Au coeur du film : l'abandon du partage, l'obsession de l'argent comptant, les pauvres qui s'entre-détruisent. En exergue, cette phrase : "La domination est à son apogée quand le discours des maîtres est tenu et soutenu par les esclaves."

Gloria Mundi, de Robert Guédiguian (2). Sortie en salle le 27 novembre 2019.

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sic_transit_gloria_mundi

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Guédiguian et http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-1008/biographie

SOURCE :

Télérama n° 3634 du 4 septembre 2019, rubrique On n'y coupera pas, p. 28.

godemichet

"Le plaisir vous est permis, avec le GODE de la ROUTE."

"Idéal pour les voyages en solitaire."

"Se glisse aisément dans la boîte à gants."

"Se recharge sur l'allume-cigare."

"SOYEZ VIGILANT. NE PAS UTILISER EN CONDUISANT. ATTENTION AUX DOS D'ANES."

Auguste Derrière : Les mites n'aiment pas les légendes, Le Castor Astral / Maison PoaPlume, 2013, p. 123.

Préface de Albert Muddah. Avec la participation exceptionnelle de Plonk et Replonk.

gorille

"Les gorilles (1) et les humains ont 98 % de gènes en commun, et donc pas mal de microbes. Les gorilles malades présentent les mêmes symptômes que les humains : nez qui coule, toux, éternuements et une grande fatigue. Les gorilles en liberté peuvent attraper les virus des touristes, qui sont plus susceptibles de se répandre et plus dangereux pour eux. Les gorilles en captivité sont souvent vaccinés."

Brooke Barker : La tortue qui respirait par les fesses (Sad animal facts), Flammarion, 2017. Index alphabétique, p. 194. Trad. de l'anglais par Fleur d'Harcourt.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gorille, https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/zoologie-gorille-10337 et https://www.wwf.fr/especes-prioritaires/gorilles

gothique

"Style d'architecture portant plus à la religion que les autres."

Gustave Flaubert : Le Dictionnaire des idées reçues, Le Castor Astral, col. "Les Inattendus", 2015.

mauvais goût

"Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est le plaisir aristocratique de déplaire."

Charles Baudelaire : Fusées

SOURCE :

Oeuvres complètes, Robert Laffont, col. "Bouquins", 2004, p. 396.

gouvernance

"Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estampillé... par des êtres qui n'ont ni la science ni la vertu."

Pierre Joseph Proudhon

Cité dans l'ouvrage La philosophie, publié sous la direction d'André Akoun, Ed. Retz, C.E.P.L., col. "Les encyclopédies du savoir moderne", 1977, art. "anarchisme".

Grande-Bretagne

"Ne faites pas venir vos esclaves de Bretagne. Ils sont d'une si grande stupidité, et si incapable de s'instruire, qu'ils ne peuvent pas appartenir à une maison civilisée."

Cicéron (106-43 av. J.-C.) : Lettres à Atticus.

SOURCE : Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière : Dictionnaire de la bêtise, suivi du Livre des bizarres, nouvelle éd., Robert Laffont, col. Bouquins, 2014, p. 37.

___________________________________________________

"[...]. En quoi Histoire parallèle se distingue-t-elle des autres émissions historiques ? Elle n'empêche pas l'émotion de nous submerger à la réécoute du verbe churchillien galvanisant l'héroïque ténacité britannique durant la Seconde Guerre mondiale, tout en décapant sir Winston (1874-1965) (1). Son opposition à l'hitlérisme n'était guère dictée par l'idéologie, mais par l'inquiétude que suscite, à Londres, toute puissance hégémonique sur le continent européen. Churchill s'inscrivait donc, rappelle James Steel, dans cette logique britannique résumée par Palmerston (1774-1865) au XIXe siècle : "La Grande-Bretagne n'a ni amis ni ennemis éternels, elle n'a que des intérêts éternels." [...]."

Antoine Perraud : encadré Télérama (n° 2604 du 8 décembre 1999) consacré à : Histoire parallèle. Churchill, cet Anglais qui a dit non ! (magazine de Louisette Neill. Présentation : Marc Ferro (2). Réalisation : Didier Deleskiewicz. Invité : James Steel, historien anglais).

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://en.wikipedia.org/wiki/Winston_Churchill et https://fr.wikipedia.org/wiki/Winston_Churchill

(2) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Ferro, https://www.babelio.com/auteur/Marc-Ferro/8007 et https://www.franceculture.fr/personne-marc-ferro.html

gravité

"La gravité est le seul refuge des gens sans profondeur."

Oscar Wilde (1) : "Dans la conversation", in Aphorismes, traduit par Béatrice Vierne, Arléa, 2008, p. 220.

NOTE JMS :

(1) Pour les références, voir le présent Dictionnaire des citations au mot "art".

SOURCE :

Jean-Pierre Naugrette (1) : "Oscar Wilde et la pensée pince-sans-rire" in La Revue Des Deux Mondes : Le rire est-il mort ?, juillet-août 2018, p. 80.

grec

"[...] comme ces messieurs de l'Académie se qualifient réciproquement de "mon illustre confrère" [...], je prie les illustres confrères de se mettre à réfléchir à ce sujet : soit laisser la langue grecque en paix et se débrouiller avec leur propre jargon, soit utiliser les mots grecs sans les massacrer."

Arthur Schopenhauer : Die Kunst zu beleidigen, Verlag C.H. Beck, oHG, München, 2002 (L'art de l'insulte, Ed. du Seuil, 2004, pour la trad. française par Eliane Kaufholz-Messmer, p. 55).

__________________________________________________

"Je pense que l'apprentissage de la grammaire grecque et latine, de l'âge de six à douze ans, pose les bases de l'abrutissement futur de la plupart des savants."

Idem ci-dessus, p. 77.

grossièreté

"Une danseuse se plaignait devant [Sophie Arnould (1)] d'avoir été traitée de "catin". Elle la consola ainsi : "Les gens sont aujourd'hui si grossiers qu'ils appellent les choses par leur nom."."

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 53.

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Arnould, http://www.sophie-arnould.fr/la-compagnie/qui-est-sophie-arnould et https://www.mon-poeme.fr/citations-sophie-arnould

grossophobie

"La société actuelle génère l'obésité, tout en la stigmatisant (1)."

Marielle Toulze (2)

NOTES JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grossophobie

(2) Cf. not. : https://www.cairn.info/publications-de-Marielle-Toulze--675140.htm  

SOURCE :

Cité dans le dossier Télérama sur la grossophobie : Je suis grosse et alors ? (n° 3656 du 5 février 2020, pp. 22-27).

guerre

"Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais je sais qu'il n'y aura plus beaucoup de monde pour voir la quatrième."

Albert Einstein cité dans : 50 phrases cultes... et drôles de L'HISTOIRE sur la guerre et l'argent, Le Point hors-série, février-mars-avril 2015, p. 6.

__________________________________________________

"[Georges Clémenceau] vécut aussi la guerre, qui lui valut le surnom de "Père la Victoire". Ce n'est pourtant pas elle qui lui inspira son mot fameux - "La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires" - mais l'affaire Boulanger, trente ans plus tôt."

200 pensées à méditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, 2017, p. 8.

__________________________________________________

"SAINT AUGUSTIN FORMULE LA THEORIE DE LA "GUERRE JUSTE"

"[...]. Dès le Ier siècle av. J.-C. à Rome, Cicéron (1) élabore une théorie sur l'usage justifié des armes, un concept qui fait encore débat actuellement parmi les universitaires et les dirigeants politiques."

"La théorie moderne de la "guerre juste" fait écho aux enseignements de [...] saint Augustin (2) [...] qui remontent au Ve siècle. Dans La Cité de Dieu, que le fondateur de la théologie occidentale publie en 426 ap. J.-C., il étudie le conflit inhérent entre christianisme et violence. Saint Augustin conclut que si les guerres d'agression ne sont jamais acceptables, la lutte armée est parfois nécessaire pour se défendre ou pour protégéer les innocents. Il postule que, pour qu'une guerre soit considérée juste, les belligérants ne doivent pas s'attaquer à des parties neutres - c'est "l'immunité des non-combattants", qui sera évoquée par la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale."

"Neuf cents ans plus tard, le philosophe italien Thomas d'Aquin (3) s'appuiera sur cette théorie pour décrire des critères encore utilisés de nos jours pour définir une "guerre juste" : le conflit doit être ouvertement déclaré par une autorité compétente, par exemple un Etat reconnu, doit avoir une cause juste, et son but ultime doit être d'établir une paix juste. Malgré l'intention d'éviter toute violence inutile, la "guerre juste" a été évoquée dans certains conflits, allant des croisades à l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis en 2003 (4)."

National Geographic : 100 événements qui ont changé le monde. Hors-série d'octobre 2017, Ed. NG France, septembre 2017, p. 28.

NOTES JMS :

(1) Cicéron, en lat. Marcus Tullius Cicero, 106 - 43 av. J.-C.est un homme politique et orateur romain. En tant que politique, il fut médiocre mais, en tant qu'orateur, il porta l'éloquence latine à son apogée et ses discours et plaidoyers (il était avocat) ont servi de modèles à toute la rhétorique latine. Il est également l'auteur de traités qui ont intégré la philosophie grecque à la littérature latine. Proscrit vers la fin de sa vie, il fut assassiné. SOURCE CONSULTEE : Petit Larousse illustré 2014.  

(2) Saint Augustin (354 - 430), né d'un père païen et d'une mère chrétienne (sainte Monique, v. 331 - 387) est resté longtemps étranger à l'Eglise. C'est en 387 qu'il se convertit, sous l'influence de saint Ambroise (v. 340 - 397), et devint évêque d'Hippone en 396. Théologien, philosophe, moraliste, celui qui est appelé le Docteur de la grâce, a exercé une influence capitale sur la théologie occidentale. En tant qu'écrivain, il a aussi donné au latin chrétien ses lettres de noblesse. SOURCE CONSULTEE : idem note 1.

(3) Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), est un théologien italien. Dominicain et maître en théologie (1256), il enseigna surtout à Paris, où il avait été l'élève d'Albert le Grand et avait découvert l'oeuvre d'Aristote. L'essentiel de son enseignement, que l'on appelle le thomisme se trouve dans sa Somme théologique. Appelé le Docteur angélique. SOURCE CONSULTEE : idem note 1.

(4) Donc sous la présidence de George W. Bush, né en 1946 et président des Etats-Unis de 2001 à 2009.

__________________________________________________

"La guerre est l'art de tuer en grand et de faire avec gloire ce qui, fait en petit, conduit à la potence."

Jean-Henri  Fabre (1823-1915) (1)

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://www.e-fabre.com

SOURCE :

Le Monde. 200 pensées à mméditer avant d'aller voter, Omnibus/Le Monde, mars 2017, p. 103.

__________________________________________________

"La guerre, c'est comme la chasse, mais à la guerre, le lapin tire."

Charles de Gaulle

SOURCE :

Idem ci-dessus.

__________________________________________________

"Le seul, pratiquement, à être revenu enthousiaste de la guerre, malgré sa blessure à la tête, frappée par un éclat d'obus, [Guillaume Apollinaire (1)] avait écrit à Picasso :

                                           "Mon cher Pablo la guerre dure

                                            Guerre bénie et non pas dure

                                            Guerre tendre de la douceur

                                             Où chaque obus est une fleur."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Apollinairehttps://guillaume-apollinaire.fr et http://www.unjourunpoeme.fr/auteurs/apollinaire-guillaume

SOURCE :

François Xavier Testu : Le Bouquin des méchancetés et autres traits d'esprit, Ed. Robert Laffont, col. "Bouquins", 2014, p. 41.

__________________________________________________

"C'est Goebbels (1) qui voulait la guerre "totale", une guerre où seraient impliqués les populations civiles comme les soldats ; où s'engageraient toutes les grandes puissances ; où la haine se donnerait libre cours. Effectivement, il n'y aurait plus de front, comme en 1914, mais des théâtres d'opérations sur divers continents. Il n'y aurait plus de limites à la barbarie, elle se répandrait dans les camps de la mort, dans la campagne russe sous la botte nazie ou en Extrême-Orient, sous l'occupation japonaise. Il n'y aurait plus de frein à l'usage des armes, qu'il s'agisse des bombardements diluviens et dévastateurs de Plymouth, Hambourg ou Tokyo, le paroxysme étant atteint avec le largage de bombes atomiques sur Hiroshima ou Nagasaki. Il n'y aurait plus de borne au fanatisme, qui, loin des champs de bataille, aboutit au travail forcé, aux exécutions massives, aux déportations, aux génocides, aux dévastations hallucinantes. [...]. Un demi-siècle plus tard, des survivants les évoquent avec un regard où se lisent encore l'effroi ou la panique, qui en disent plus que tous les discours fait après coup sur les horreurs de la guerre..."

Jean Belot : encadré Télérama (n° 2482 du 6 août 1997, p. 65) consacré au documentaire La guerre totale de la série germano-britannique de René Rémond et Anthony Rowley (6/9). Réalisation Philippe Grandrieux (1993, 55 mn).

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Goebbels et https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfants_Goebbels

gui

"[...]."

"[...] le jour où l'on cueillait le gui était une grande fête. Les habitants y venaient en foule."

"La cérémonie finie, on s'asseyait par terre pour manger, boire et chanter ; souvent, on buvait trop et alors on se disputait et on se battait. Les Gaulois aimaient à se disputer et à se battre, comme font les peuples sauvages."

Ernest Lavisse : Histoire de France de la Gaule à nos jours, cours élémentaire, édition augmentée Dimitri Casali, Armand Colin, 2014 ; livre premier Les Gaulois, les Romains et les Francs, chapitre premier : Les Gaulois et les Romains, p. 3.

guillotine

"Ma détention nationale, la guillotine sous les yeux, m'a fait cent fois plus de mal que ne m'en avaient jamais fait toutes les bastilles imaginables."

Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le Marquis de Sade : lettre à son avocat Gaudifry du 21 janvier 1795 (1).

Cité dans Philippe Sollers : Sade contre l'Etre Suprême précédé de Sade dans le Temps, Folio n° 5841, sept. 2014, p. 69.

NOTE JMS :

(1) Cette lettre est un faux qui a été écrite par Philippe Sollers lui-même.

__________________________________________________

"[...] voici venir l'époque du sang abstrait, rigidifié et frigide. La fable chrétienne était absurde, soit, mais elle permettait parfois des élans voluptueux. Que voit-on se former maintenant ? Des corps pincés, désaffectés, désinfectés, hygiéniques, régulièrement tronçonnés sans le moindre signe de lubricité apparente. Prenez ces pauvres Girondins (1). Vous avez appris qu'ils sont morts en chantant ? Etrange tableau que celui de la guillotine fauchant l'une après l'autre ces voix joyeuses. Ceux-là au moins auront fini comme ils ont vécu, avec la même insolence [...]."

Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le Marquis de Sade : lettre au cardinal de Bernis du 7 décembre 1793 (2).

Cité dans Philippe Sollers : Sade contre l'Etre Suprême précédé de Sade dans le Temps, Folio n° 5841, sept. 2014, p. 73.

NOTE JMS :

(1) Girondins : groupe politique pendant la Révolution française. Formé en 1791 autour de Brissot (d'où son autre nom de brissotins), il réunit plusieurs députés de la Gironde à l'Assemblée législative, puis à la Convention [Vergniaud, Guadet, Gensonné, etc.]. Défenseur d'une bourgeoisie éclairée contre la vague populaire, acquis au fédéralisme, les Girondins se heurtèrent à la Commune de Paris, qui finit par les éliminer [mai-oct. 1793 (2)].

(2) Cf. ci-dessus note 1.

Petit Larousse illustré 2014, Larousse, 2013. 

SOUS-NOTE JMS :

(1) Il est à remarquer que le Petit Larousse illustré 2014 nous dit que Marguerite Elie Guadet a été guillotiné en 1794. Ajoutons d'ailleurs que la date exacte de l'exécution est le 20 juin 1794 et que celle-ci eut lieu à Bordeaux, place Dauphine. Son père, son frère et sa tante furent exécutés en même temps que lui.

(2) Il est à remarquer également que, toujours dans le même Petit Larousse illustré 2014, au mot "Montagnards", il est écrit que ceux-ci éliminèrent les Girondins les 31 mai et 2 juin 1793.

__________________________________________________

"Un des plus jolis traits confine à l'épure puisqu'il ne s'appuie sur aucune repartie. Il est dû au duc de Charost (1). L'aristocrate lisait un ouvrage savant dans la charrette qui le conduisait à l'échafaud, indifférent aux cris vengeurs de la foule. Au moment où les aides bourreaux allaient se saisir de lui, il les regarda sans haine, déjà ailleurs. Puis il corna soigneusement la page de son livre..."

NOTE JMS :

(1) Cf. not. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Joseph_de_Béthune et https://data.bnf.fr/fr/12537287/armand-joseph_de_bethune_charost

L'anecdote est magnifique, malheureusement la consultation - entre autres - du site Wikipédia montre que celle-ci est complétement abracadabrante puisqu'après deux ans d'emprisonnement sous le régime de la Terreur (1792-1794), le duc de Charost a été libéré et est décédé quelques années plus tard, en 1800, en soignant des malades, alors qu'il était maire du Xe arrondissement de Paris !

SOURCE :

Jean Piat et Patrick Wajsman : Vous n'aurez pas le dernier mot ! Petite anthologie désinvolte des plus belles reparties, Albin Michel, 2006, p. 228.